BYZANCE, 330-1453 (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l'Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of Arts, Londres, 25 octobre 2008-22 mars 2009), l'intensité, la fécondité, l'intégration à la fois dans une spiritualité exigeante et dans le faste d'un empire conscient de sa place particulière, mais aussi le rayonnement, d’un art sans cesse cité mais qui reste souvent bien mal connu. Si son cheminement est parallèle à celui de l'art médiéval d'Occident, ses rythmes chronologiques n'en sont pas moins différents. Alors que l'Occident émerge au sein des Invasions barbares sur les décombres de l'Empire romain, Byzance naît sans rupture. Après que Constantin, premier empereur à adopter la religion chrétienne, eut installé une nouvelle capitale, Constantinople, en 330, sur l'emplacement de la ville de Byzance, les trois siècles qui vont suivre seront ceux d'un art qui peut être appelé aussi bien protobyzantin que paléochrétien, mais qui correspond aussi à ce qu'on nomme l'Antiquité tardive. Le groupe du monstre et de Jonas (fin iiie s., musée de Cleveland) témoigne de l'existence précoce d'un art chrétien, dont les principes artistiques s'inspirent encore directement de la tradition du classicisme gréco-romain, en accord avec une culture antique qui continue de nourrir les lectures des Pères de l'Église.

La première grande rupture est marquée par la crise iconoclaste, pendant laquelle de complexes débats théologiques avaient abouti à l'interdiction de toutes les images saintes et à leur destruction massive. Cette période débute vers 730 et ne se clôt, après un premier intermède, qu'en 843. La création artistique peut alors reprendre sur des bases d'autant plus fortes qu'elle bénéficie de l'appui des empereurs. Durant plusieurs siècles, les œuvres les plus somptueuses seront des c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Christian HECK, « BYZANCE, 330-1453 (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-330-1453/