ANNE COMNÈNE (1083-1148)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille aînée de l'empereur Alexis Ier (qui régna de 1081 à 1118), Anne Comnène, née en 1083, épousa le césar Nicéphore Bryennios et brigua en vain la couronne impériale. L'échec de ses ambitions politiques lui valut une retraite forcée qu'elle mit à profit pour reprendre un projet laissé inabouti par la mort de son époux. À la demande de sa belle-mère, ce dernier avait commencé à écrire l'histoire du règne d'Alexis Ier. Sa femme se servit de ce travail, des archives impériales auxquelles elle avait eu accès, des témoignages des membres et des proches de sa famille ainsi que de ses propres souvenirs. Le résultat fut un ouvrage monumental en quinze livres, L'Alexiade, écrit sous le règne de Manuel Ier (1143-1180). La familière des grands auteurs grecs qu'était la princesse impériale eut soin d'employer une langue classique et recherchée, voire artificielle.

L'objet du livre était de raconter les hauts faits du père d'Anne Comnène. Malgré des erreurs d'ordre chronologique, l'ouvrage constitue sur ce règne, qui marqua un renouveau de la puissance byzantine, une source historique de premier ordre, en raison des qualités et du rang de son auteur. Anne Comnène livre notamment de précieux renseignements sur la psychologie d'Alexis Ier et de son entourage. Elle montre de manière suggestive le fossé séparant les Byzantins des croisés, qui arrivèrent dans l'empire à partir de 1096. Pour Anne Comnène, l'idée d'une croisade déclenchée par le pape et l'Église était incompréhensible, car la guerre était le fait du seul empereur. L'Alexiade dépeint ainsi les Latins comme des êtres courageux, mais incultes et orgueilleux, et se montre très critique à l'égard des papes.

L'ouvrage abonde en précieuses notations sur la géographie de l'empire ainsi que sur la situation de son armée et de sa flotte, dont la composition et les problèmes sont indiqués en détail. La vision qui est donnée de la société byzantine est évidemment parcellaire et déterminée par l'origine princière de l'auteur, mais L'Alexiade n'en demeure pas moins fondamentale pour l'histoire politique de la période. Le livre est [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire, docteur en histoire byzantine de l'université de Paris-I, chargé de cours à l'université de Paris-VIII (histoire byzantine)

Classification


Autres références

«  ANNE COMNÈNE (1083-1148)  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre « De grands historiens »  : […] Le genre historique n'a jamais eu plus d'éclat que sous les derniers Macédoniens et les Comnènes ; il est presque toujours cultivé par de hauts personnages ou des gens qui ont vu de très près les événements tel Michel Attaliate, qui écrit l' Histoire des années 1034-1079 dans un style fleuri et pompeux qui sent encore le siècle de Constantin VII. Avant lui, Michel Psellos ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_36888

Pour citer l’article

Pascal CULERRIER, « ANNE COMNÈNE (1083-1148) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-comnene/