WALTER BRUNO (1876-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'épanouissement

À la mort de Mahler, en 1911, Bruno Walter crée ses deux œuvres posthumes, Le Chant de la terre (Munich, 1911) et la Symphonie no 9 (Vienne, 1912). Il est ensuite nommé directeur général de la musique à Munich (1913-1922) à la suite du grand chef wagnérien Felix Mottl. Après vingt ans de carrière, Bruno Walter accède enfin à un poste de directeur. C'est à Munich que commence à s'affirmer sa véritable personnalité, dégagée de la tutelle artistique de Mahler. Il élargit sensiblement le répertoire de l'Opéra de Munich, qu'il ouvre à la musique non germanique et contemporaine ; il crée Violanta et Der Ring des Polykrates (1916) d'Erich Wolfgang Korngold ainsi que Palestrina (1917) de Hans Pfitzner et Das Spielwerk (1920) de Franz Schreker. Il fait revivre les ouvrages lyriques de Weber, alors tombés dans l'oubli, redonne une nouvelle jeunesse à ceux de Mozart... Il forme une troupe d'élite qui le suivra dans la plupart de ses grandes productions lyriques : Maria Ivogün, Lotte Lehmann, Paul Bender, Alexander Kipnis, Karl Erb, Lotte Schöne, Delia Reinhardt... Dans le domaine symphonique, il dirige régulièrement l'Orchestre philharmonique de Berlin entre 1919 et 1933 ; c'est à la tête de cet orchestre qu'il accompagne le premier concert en Allemagne de Yehudi Menuhin (12 avril 1929), ainsi que les débuts avec orchestre de Vladimir Horowitz.

La renommée de Bruno Walter commence à s'étendre hors d'Allemagne et d'Autriche : en 1923, il fait sa première tournée aux États-Unis, où il dirige à New York, Detroit et Minneapolis ; entre 1924 et 1931, il conduit régulièrement le répertoire allemand à Covent Garden ; il fait ses débuts à la Scala de Milan en 1926 ; la même année, à Leningrad, il rencontre Chostakovitch, dont il dirigera souvent la Symphonie no 1 ; Paris l'accueille pour de mémorables représentations des opéras de Mozart au Théâtre des Champs-Élysées (1928). En 1925, il est nommé directeur musical de la Städtische Oper de Berlin (Charlottenburg), où il réalise quelques mises en scène. Il fait partie du comité directeur du festival de Salzbourg, où il dirige chaque année, de 1925 à l'Anschluss. Il y joue également des concertos de Mozart, en dirigeant lui-même l'orchestre depuis son clavier, et accompagne au piano Lotte Lehmann ou Elisabeth Schumann dans des soirées de lieder qui font revivre tout un répertoire oublié. En 1929, il quitte Berlin pour Leipzig, où il prend la succession de Wilhelm Furtwängler à la tête de l'Orchestre du Gewandhaus (1929-1933) ; son violon solo est alors Charles Münch, au début de sa carrière. En raison de ses origines juives, l'arrivée au pouvoir des nazis l'oblige à se réfugier en Autriche en 1933. Toscanini l'invite comme chef associé de l'Orchestre philharmonique symphonique de New York (1933-1935) ; il occupe la même fonction auprès de l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam (1934-1939). Il est également chef invité (1935) puis conseiller artistique (1936-1938) de l'Opéra de Vienne et l'un des invités réguliers de la Philharmonie de Vienne (1933-1938).

En 1938, il doit à nouveau fuir devant l'annexion de l'Autriche par les nazis : il se réfugie en Suisse, où le festival de Lucerne l'accueille, puis en France, dont il obtient la nationalité. Un an plus tard, il se fixe aux États-Unis. Il dirigera régulièrement au Metropolitan Opera de New York jusqu'en 1957 et mènera une carrière de chef invité à la tête des principaux orchestres américains (Orchestre de Philadelphie, Orchestre philharmonique de Los Angeles, Orchestre philharmonique de New York, Orchestre symphonique de la N.B.C., etc.). En 1946, il devient citoyen américain. Il est ensuite conseiller artistique de l'Orchestre philharmonique de New York (194 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Bruno Walter

Bruno Walter
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Bruno Walter et Elisabeth Schumann

Bruno Walter et Elisabeth Schumann
Crédits : Gerti Deutsch/ Picture Post/ Hulton Archive / Getty Images

photographie

Cinq grands chefs d'orchestre

Cinq grands chefs d'orchestre
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Kathleen Ferrier et Bruno Walter

Kathleen Ferrier et Bruno Walter
Crédits : Time Life Pictures/ Pix Inc./ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  WALTER BRUNO (1876-1962)  » est également traité dans :

DAS LIED VON DER ERDE (G. Mahler)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 324 mots
  •  • 1 média

Composé au cours de l'été de 1908, Das Lied von der Erde ( Le Chant de la Terre ) est créé à Munich le 20 novembre 1911 – six mois après la mort de Gustav Mahler –, par l'Orchestre du Konzertverein de Munich sous la direction du fidèle disciple du compositeur, Bruno Walter. Les parties vocales étaient tenues par Sarah Cahier (alto) et William Miller (ténor). Mahler a réuni six poèmes chinois tra […] Lire la suite

DEUTSCHE OPER, Berlin

  • Écrit par 
  • Jacques FOURNIER
  •  • 544 mots
  •  • 1 média

La capitale allemande possède trois théâtres lyriques dont deux, le Staatsoper et le Komische Oper, se trouvaient à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La chute du Mur et la réunification de l’Allemagne rendit à ces deux lieux leur identité nationale intrinsèque, dont le Deutsche Oper, du fait de sa situation dans la zone ouest, n'avait jamais eu à se départir . Dû à l'architecte Fritz Bornemann, l […] Lire la suite

FERRIER KATHLEEN (1912-1953)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 784 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Der Abschied » »  : […] Cependant, gauche et mal à l'aise sur la scène, Kathleen Ferrier ne va pas poursuivre très longtemps sa vie d'artiste lyrique. Elle s'illustre pourtant encore dans l'Orfeo d' Orfeo ed Euridice de Gluck, toujours à Glyndebourne, en 1947, seul personnage qu'elle maintiendra à son répertoire – Lucretia et Orfeo constitueront donc ses deux seuls rôles scéniques. Désormais, elle se consacrera essentie […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 247 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Humanisme et classicisme : le temps des pionniers »  : […] La véritable impulsion va venir de l'homme de théâtre Max Reinhardt, l'un des plus grands metteurs en scène de son temps. On évoquait alors l'utopie d'un « théâtre des cinq cités » : Berlin, Hambourg, Munich, Vienne, avec Salzbourg comme centre de gravité. En 1916 se crée à Vienne une association pour la création d'un festival à Salzbourg (Salzburger Festspielhaus-Gemeinde), qui se dote en 1917 d' […] Lire la suite

KNAPPERTSBUSCH HANS (1888-1965)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 603 mots
  •  • 1 média

Chef d'orchestre allemand formé dans la tradition wagnérienne de Bayreuth, dont il était l'un des derniers détenteurs en ligne directe . Né à Elberfeld, le 12 mars 1888, il fait des études de philosophie à Bonn avant de s'orienter vers la musique : il travaille avec Fritz Steinbach et Otto Lohse au Conservatoire de Cologne (1908-1912). Il obtient un premier poste de chef d'orchestre à Mülheim (191 […] Lire la suite

MAHLER GUSTAV - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 869 mots
  •  • 17 médias

7 juillet 1860 Gustav Mahler naît à Kalischt, en Bohême, dans l'Empire austro-hongrois (aujourd'hui Kaliště, en République tchèque). 20 novembre 1889 La Première Symphonie « Titan » , en ré majeur, est créée à Budapest, par l'Orchestre philharmonique de Budapest sous la direction du compositeur, dans une version en cinq mouvements ; la version définitive, en quatre mouvement, sera créée à Berli […] Lire la suite

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 646 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les écoles de direction d'orchestre »  : […] Depuis l'époque où la direction d'orchestre s'est affirmée comme une discipline autonome, elle a suivi, selon les pays, des chemins différents qui sont les reflets des institutions musicales de ces pays. La France semble avoir oublié assez rapidement la technique de François Habeneck, qui reposait sur un travail approfondi. Dès le début du xx e  siècle, les orchestres donnent de plus en plus de co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « WALTER BRUNO - (1876-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-walter/