CONCERTGEBOUW D'AMSTERDAM ORCHESTRE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, ceux du Gürzenich de Cologne ou de la Tonhalle de Zurich, celui du Concertgebouw d'Amsterdam (Koninklijk Concertgebouworkest) est l'un des rares orchestres à avoir adopté le nom de sa propre salle de concert, construite sur un projet de l'architecte Pierre J. H. Cuypers par l'architecte Adolf Leonard van Gendt entre 1883 et 1888. L'orchestre y donne son premier concert le 3 novembre 1888. Formé de soixante-cinq instrumentistes, il en compte aujourd'hui cent dix. L'édifice se compose de deux salles, la grande salle de 2 000 places destinée à l'orchestre et une salle de récital de 500 places. À la suite d'importants travaux de rénovation, au milieu des années 1980, notamment pour renforcer les pilotis de fondation qui menaçaient de s'effondrer, une aile supplémentaire, qui comprend une troisième salle destinée aux répétitions du chœur, est inaugurée en 1988. La grande salle est réputée pour son acoustique exceptionnelle. Elle comporte un orgue Maarschalkerweerd inauguré le 10 octobre 1891.

L'Orchestre du Concertgebouw est un modèle de stabilité dans ses rapports avec ses directeurs musicaux : quatre chefs d'orchestre permanents en un siècle, le cinquième ayant été nommé à la veille du centenaire ! Cette continuité est l'une des conditions essentielles de l'établissement et du maintien d'une tradition. Il faut y ajouter le renouvellement des instrumentistes, qui s'opère progressivement et souvent de maître à élève.

Willem Kes a occupé le plus cours mandat (1888-1895), mais on lui doit d'avoir imposé les normes du concert moderne, interdisant au public de parler ou de fumer pendant l'exécution des œuvres, luttant contre son absence de ponctualité et faisant disparaître les tables autour desquelles il s'installait. Il est remplacé par la figure dominante de cet orchestre, Willem Mengelberg, qui reste à sa tête pendant un demi-siècle (1895-1945). Pédagogue très exigeant, ce dernier a construit son orchestre avec patience autour du répertoire romantique et post-romantique : il sera le champion de la musique de Gustav Mahler (avec lequel il était intimement lié et à qui il consacra un cycle en 1920) et se verra dédier Une vie de héros de Richard Strauss. Il commençait généralement ses répétitions par de longs discours destinés à sensibiliser les musiciens à l'univers de la musique qu'ils allaient jouer et se montrait terriblement autoritaire dans ses rapports avec eux. Mais au concert, il faisait preuve de la plus grande liberté, se laissant aller à des débordements d'enthousiasme que l'orchestre parvenait en général à suivre, signe de sa grande souplesse et de sa faculté d'adaptation. L'orchestre réalise, sous la direction de Mengelberg, son premier enregistrement discographique en 1926. Mengelberg est à l'origine (1899) d'une tradition reprise depuis 1975 par Nikolaus Harnoncourt : l'exécution de l'une des passions de Bach pendant la semaine sainte. En 1999, c'est Riccardo Chailly qui reprendra le flambeau.

Willem Mengelberg

Photographie : Willem Mengelberg

Le chef d'orchestre néerlandais Willem Mengelberg (1871-1951), à Prague, en 1934. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

En 1918, l'État s'associe au financement de l'orchestre. Entre les deux guerres, le répertoire s'élargit à la musique moderne : Paul Hindemith crée au Concertgebouw son propre Concerto pour alto (1935) ; on y donne également en première audition son Concerto pour violon (1940), le Concerto pour violon no 2 de Béla Bartók (avec Zoltán Székely, 1939) ainsi que des œuvres de Darius Milhaud, Zoltán Kodály et de nombreux compositeurs néerlandais, notamment Julius Röntgen, Bernard Zweers, Cornelis Dopper (l'assistant de Mengelberg entre 1908 et 1928) et le jeune Henk Badings (Symphonie no 1, 1930 ; Symphonie no 2, 1932 ; Symphonie no 3, 1935). Les chefs associés sont Karl Muck (1921-1925), Pierre Monteux (1925-1934) et Bruno Walter (1934-1939).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Mengelbe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  CONCERTGEBOUW D'AMSTERDAM ORCHESTRE DU  » est également traité dans :

BEINUM EDUARD VAN (1901-1959)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 280 mots

Chef d'orchestre néerlandais. Eduard Alexander van Beinum voit le jour le 3 septembre 1901, à Arnhem, aux Pays-Bas. Pianiste et altiste de formation, il passe une année au sein des cordes de l'Orchestre philharmonique de sa ville natale, puis entre au conservatoire d'Amsterdam à l'âge de dix-sept ans. Après avoir occupé plusieurs postes mineurs, il dirige l'orchestre et le chœur catholique de la […] Lire la suite

HARNONCOURT NIKOLAUS (1929-2016)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 740 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chef d'orchestre »  : […] Dans les années 1960, Harnoncourt découvre l' Introduction à la sociologie de la musique d'Adorno et prend conscience des rapports de force qui existent entre le chef et l'orchestre. 1971 voit le début de son enregistrement intégral des cantates sacrées de Bach avec le Consort de Gustav Leonhardt, entreprise qui ne s'achèvera qu'en 1989. En 1972, fort de son expérience de violoncelliste, de sa c […] Lire la suite

Sinfonia, BERIO (Luciano)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 880 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le catalogue du compositeur italien Luciano Berio constitue une sorte de résumé des recherches musicales de la seconde moitié du xx e  siècle: Berio a utilisé toutes les techniques, du sérialisme à l'électroacoustique. Son œuvre, d'une étonnante diversité, manifeste une prédilection pour la voix: la mezzo-soprano Cathy Berberian, son épouse, fut son inspiratrice et son interprète privilégiée. De s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « CONCERTGEBOUW D'AMSTERDAM ORCHESTRE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-du-concertgebouw-d-amsterdam/