Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FESTIVALS

Jamais les festivals n'ont été si nombreux ni si populaires. Jamais ils n'ont concerné autant de domaines artistiques – de l'opéra au cinéma, en passant par le théâtre, la danse et les arts plastiques. Identifiés à un lieu et à une régularité dans le temps, initialement tournés vers un public de connaisseurs, ils ont su, à partir de la seconde moitié du xxe siècle, séduire un public plus large, au risque de passer de la célébration initiale de l'art au pèlerinage et au « show » culturel. Parallèlement, leur poids économique et leur rôle dans la vie culturelle d'une région n'ont cessé de prendre de l'ampleur. En cela aussi, les noms de Cannes, Avignon ou Salzbourg sont bien des exemples de la médiatisation de l'art.

Les festivals d'opéra

Les ouvrages lyriques s'inscrivent dans le temps, mais aussi dans l'espace. Ils sont liés à quelques hauts lieux où ils furent créés ou connurent leurs plus légendaires représentations. Il arrive même que certains compositeurs ne puissent plus être séparés du temple lyrique qui a été élevé à leur culte : imagine-t-on Wagner sans Bayreuth ou Mozart sans Salzbourg ?

En matière d'opéra, quatre lieux – qui ont chacun leur identité et leur âme – sont, par les événements et les artistes qui ont fait leur gloire, emblématiques ; il s'agit (dans l'ordre chronologique de leur création) de Bayreuth, en Allemagne, de Salzbourg, en Autriche, de Glyndebourne, en Angleterre, et d'Aix-en-Provence, en France.

— Philippe DULAC

Le festival de Bayreuth

Pour Richard Wagner (1813-1883), un festival représente une utopie sociale plus qu'une réalité artistique. Dès 1848, il envisage une réforme de l'Opéra de Dresde – le Königliches Sächsisches Hoftheater, encore appelé Semper Oper – avec pour principe sa démocratisation. Puis, dans son exil suisse, entamé en 1849, il élabore un projet de théâtre pour Zurich, dans lequel il insiste sur le mot « Fest », qui désigne en allemand autant le caractère festif d'une manifestation que sa dimension solennelle. Sa cible principale est alors le théâtre de répertoire. Lorsqu'en 1864 Louis II de Bavière devient son mécène, l'idée prend forme : après l'échec d'un premier projet à Munich, c'est sur Bayreuth, petite localité campagnarde et provinciale, que Wagner jette son dévolu ; la première pierre du Festspielhaus est posée le 22 mai 1872. La famille Wagner s'installe dans la villa Wahnfried en 1874, et le premier festival a lieu en 1876, avec la création du cycle intégral de la tétralogie L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen).

Un projet idéologique

Festspielhaus de Bayreuth - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Festspielhaus de Bayreuth

L' architecture du Festspielhaus est l'exact reflet du projet idéologique de Wagner : une bâtisse sans décorum et un intérieur qui rompt avec le théâtre à l'italienne pour privilégier la forme de l'amphithéâtre, sans loges fermées (donc sans distinction de rang social), tous les regards convergeant vers la scène. Wagner préconise l'obscurité totale dans la salle afin que rien ne vienne détourner le spectateur de l'illusion théâtrale. Mais l'innovation la plus extraordinaire reste la fosse d'orchestre couverte, donc invisible. Rien ne vient jamais troubler l'attention du spectateur, qui peut se concentrer totalement sur l'action, tandis que le son de l'orchestre, toujours reflété par une paroi ou un auvent, lui parvient comme amorti, ce qui favorise la fusion sonore et rend l'acoustique unique au monde.

Une histoire mouvementée

Le premier festival a lieu en août 1876, avec le prologue – L'Or du Rhin – et les trois journées – La Walkyrie, Siegfried et Le Crépuscule des dieux – de L'Anneau du Nibelung, donné trois fois sous la direction de Hans Richter. Il connaît un tel échec qu'il faudra[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé des lettres, collaborateur de la revue Avant-Scène Opéra
  • : chargé d'enseignement à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : journaliste et critique dramatique
  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure
  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Lille-III-Charles-de-Gaulle, critique musical
  • : écrivain
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Festspielhaus de Bayreuth - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Festspielhaus de Bayreuth

<it>Tannhäuser</it>, mise en scène de Wieland Wagner à Bayreuth, 1955. - crédits : AKG-images

Tannhäuser, mise en scène de Wieland Wagner à Bayreuth, 1955.

Josef Greindl - crédits : Keystone/ Getty Images

Josef Greindl

Autres références

  • 887 (R. Lepage)

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 830 mots

    Considéré à juste titre comme une personnalité marquante de la scène internationale contemporaine, Robert Lepage, metteur en scène, scénographe et comédien québécois, a donné au Théâtre de la Ville, dans le cadre du festival d’Automne à Paris, sa dernière création, représentée pour la première...

  • CANNES FESTIVAL DE

    • Écrit par Philippe d' HUGUES
    • 2 134 mots
    • 6 médias

    Événement majeur de la vie cinématographique et culturelle mondiale, le festival international du film de Cannes relève également de la chronique mondaine et, parfois, de la gazette scandaleuse. Il a longtemps été le terrain d'élection de tous les paparazzi du globe, et cet aspect n'a...

  • CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

    • Écrit par Bernard GÉNIN, André MARTIN
    • 17 657 mots
    • 6 médias
    Avec les premières Journées internationales du film d'animation au festival de Cannes (1956), suivies par les festivals de Londres (1958) et d'Annecy (1960), a commencé un mouvement de repérage et de promotion qui a successivement gagné Mamaïa (1966), Cambridge et Montréal (1967), Zagreb et Ottawa...
  • DAVIES PETER MAXWELL (1934-2016)

    • Écrit par Universalis
    • 803 mots

    Le compositeur britannique Peter Maxwell Davies, né le 8 septembre 1934 à Salford (Greater Manchester, Angleterre), entame des études au Royal Manchester College of Music (1953-1956) et à l'université de Manchester (1953-1957), puis les poursuit en Italie (1957-1958) auprès de Goffredo...

  • Afficher les 17 références

Voir aussi