KORNGOLD ERICH WOLFGANG (1897-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur américain d'origine autrichienne Erich Wolfgang Korngold a trop vite été relégué aux oubliettes de l'histoire de la musique. Après avoir connu une immense notoriété dans les premières décennies du xxe siècle, il sera longtemps considéré comme un compositeur de second ordre, en raison de son refus d'adhérer au sérialisme et au dodécaphonisme, du fait aussi qu'il consacrera une part de son talent à un genre longtemps dédaigné, la musique de film. Ce grand architecte de la forme et des sons a heureusement bénéficié d'un regain d'intérêt à partir du début des années 1990.

Sa grande originalité sur le plan musical réside dans la fusion de plusieurs des styles qui marquèrent la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle : son postromantisme tardif est souvent doublé d'une polytonalité qui s'applique à l'écriture harmonique aussi bien que contrapuntique, ses contrepoints d'accords ou de lignes allant souvent de pair avec une polyrythmie. Mais, en choisissant la polytonalité, inséparable de l'harmonie et du contrepoint diatonique, Korngold s'est opposé à l'atonalité, aboutissement du chromatisme ; car la polytonalité ne supprime pas la tonalité : dans une certaine mesure, elle la souligne. Ainsi, dans le grand mouvement de remise en cause du langage musical conduit par Arnold Schönberg, cette démarche fut perçue comme une continuité de l'écriture tonale et les compositeurs qui l'adoptèrent comme des artistes « anachroniques ».

L'enfant prodige

Erich Wolfgang Korngold naît le 29 mai 1897 à Brünn, capitale de la province de Moravie au sein de l'Empire austro-hongrois (aujourd'hui Brno, en République tchèque). Son père, Julius Korngold (1860-1945), musicologue et critique musical influent du prestigieux quotidien viennois Neue freie Presse – où il avait succédé au redoutable Eduard Hanslick, pourfendeur de la musique de Wagner –, se charge lui-même de la plus grande partie de son éducation musicale, lui enseignant le solfège, l'harmonie et le piano dès son plus jeune âge ; enfant prodige, Erich Wolfgang joue à cinq ans du piano à quatre mains avec son père. En 1901, l'installation de la famille Korngold à Vienne est décisive : étudier à Vienne, qui est alors la capitale musicale de l'Europe, c'est apprendre avec les plus grands professeurs mais également bénéficier d'un climat intellectuel et artistique stimulant la créativité. Korngold, qui est aussi un pianiste remarquable, capable de tirer de son instrument des sonorités orchestrales, commence très tôt à composer ; peu à peu, la conviction de son destin de compositeur s'impose à lui. Ses premières pièces étonnent les plus grands musiciens de son temps, qui lui prodiguent conseils et encouragements : Gustav Mahler affirme qu'il est un génie après l'avoir entendu jouer une de ses œuvres à neuf ans à peine ; Richard Strauss est stupéfié par sa maîtrise. Sur les conseils de Mahler, Korngold choisit Alexander von Zemlinsky comme professeur de composition. Il se fait remarquer avec un ballet-pantomime, Der Schneemann, composé pour piano en 1908 et 1909 : celui-ci connaît, dans sa version orchestrée par Zemlinsky, un grand succès lorsqu'il est dirigé par Franz Schalk à la Hofoper de Vienne, le 4 octobre 1910, en présence de l'empereur François-Joseph Ier. Ses années d'adolescence sont très fertiles en compositions ; il écrit pour toutes les formations. Admiré des plus grands interprètes, chefs d'orchestre et compositeurs, il ne rencontre aucune difficulté pour faire jouer ses œuvres : sa Deuxième Sonate pour piano est créée le 13 octobre 1911 par Artur Schnabel, sa Schauspiel-Overtüre le 14 décembre 1911 par l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig dirigé par Arthur Nikisch, sa Sonate pour violon et piano le 21 octobre 1913 par Carl Flesch et Artur Schnabel ; l'Orchestre philharmonique de Vienne dirigé par Felix Weingartner crée le 30 novembre 1913 sa Sinfonietta...

Erich Wolfgang Korngold

Photographie : Erich Wolfgang Korngold

Erich Wolfgang Korngold compte parmi les plus remarquables enfants prodiges de l'histoire de la musique. Dès l'âge de dix-sept ans, il a achevé la composition de ses deux premiers ouvrages lyriques, «Der Ring des Polykrates» et «Violanta»; ce dernier s'inscrit dans le courant... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « KORNGOLD ERICH WOLFGANG - (1897-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-wolfgang-korngold/