SYMPHONIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'histoire de la musique occidentale, l'ensemble des œuvres dénommées symphonies, qualifiées de symphoniques ou qui auraient mérité de l'être, représente un volume de musique plusieurs fois supérieur à tout le reste de la production écrite – et dont la « symphonie » proprement dite, au sens où l'entendent les traités, ne constitue qu'une faible partie.

Le mot lui-même, directement emprunté au grec, apparaît vers le xvie siècle dans le vocabulaire musical des principales nations européennes. À l'origine, pris dans son sens étymologique, il est presque synonyme de « musique » et peut désigner indifféremment n'importe quelle sorte de composition, à l'exception, sans doute, de la monodie pure. Très tôt, cependant, l'usage tend à limiter son application à la musique instrumentale – par opposition à la musique vocale – et plus spécialement à la musique d'ensemble. Puis, peu à peu, il en vient à désigner un certain genre d'écriture et un certain type de concert, et enfin une forme particulière d'œuvre pour orchestre, assez rigoureusement définie, dont Haydn, Mozart et Beethoven donnent des illustrations magistrales. Mais déjà prend naissance, dès les premières années du xixe siècle, une tradition symphonique qui s'éloignera de plus en plus du modèle classique. Forme vivante, c'est à peine si l'on peut encore parler de forme à propos de la symphonie, qui ne cesse d'évoluer, enrichissant sa palette et modifiant sa syntaxe au point d'en faire éclater les structures. Aujourd'hui, la pâte symphonique, nourriture quotidienne de tous les orchestres du monde entier, dépasse largement le cadre de la symphonie. Toutefois, à travers toutes ces métamorphoses, demeure comme une donnée permanente un certain esprit de recherche qui est l'esprit même de la symphonie.

Naissance de l'esprit symphonique

Ce n'est que vers le milieu du xviiie siècle que la symphonie comme forme musicale a commencé à se dessiner. Tous les historiens ont souligné le rôle important joué dans son élaboration par les musiciens de l'école de Mannheim et par Haydn qui fut même surnommé « le père de la symphonie ». Faudrait-il donc croire que les innombrables « symphonies » de toute nature qui ont été produites au cours du xviie siècle et dans la première moitié du xviiie, tant en France qu'en Italie ou en Allemagne, ont bénéficié d'une erreur d'appellation ?

J. Haydn

Photographie : J. Haydn

Le compositeur autrichien Joseph Haydn est souvent considéré comme le père de deux genres de musique instrumentale : le quatuor à cordes et la symphonie. 

Crédits : DEA / A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Il est vrai que le même mot pouvait recouvrir des objets en apparence fort différents. Tantôt il s'agissait de ritournelles d'orchestre à l'intérieur d'un opéra (c'est ainsi qu'on publia séparément des « Symphonies de M. de Lully »), tantôt ce sont des concerts d'orchestre dont la construction s'apparente à celle de la « suite », tantôt ce sont des pièces de musique de chambre en trio ou en quatuor, tantôt une ouverture pour orchestre dans la tradition de l'opéra français, tantôt, enfin, on désigne sous le même nom des pièces vocales avec accompagnement d'orchestre, et on le retrouve plusieurs fois sous la plume de Jean-Sébastien Bach à propos de pièces de clavecin.

Si l'on cherche à travers ces emplois divers le sens général du mot symphonie, il est trop évident qu'il ne désignait pas une forme, mais un certain caractère de la musique et une certaine intention du compositeur, et, pour tout dire, un certain esprit. N'oublions pas que ce mot directement tiré du grec a dû garder longtemps un petit parfum de cuistrerie et comme un relent de snobisme. À ce vocable savant devait nécessairement correspondre une musique savante et des compositions très élaborées.

On constata bientôt que l'appellation « symphonie » était une très bonne étiquette commerciale et sans doute en abusa-t-on quelque peu. Il semble bien, cependant, que l'idée même de symphonie implique, à l'origine, plus qu'une forme ou un style particulier, un certain niveau de complexité dans la composition, une certaine recherche dans l'écriture. C'est ainsi que, tout naturellement, sous le règne de la basse continue, la préoccupation symphonique devait se traduire par la réalisation effective des parties intermédiaires. Rousseau en atteste dans son Dictionnaire de musique (1 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SYMPHONIE  » est également traité dans :

ABEL KARL FRIEDRICH (1723-1787)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots

Symphoniste allemand de l'école préclassique, né le 22 décembre 1723 à Köthen, dans le duché d'Anhalt-Köthen, mort le 20 juin 1787 à Londres, Karl (ou Carl) Friedrich Abel fut l'un des derniers virtuoses de la viole de gambe. Après avoir joué dans l'orchestre de la cour de Dresde de 1743 à 1758, Abel quitte sa patrie en 1759 pour s'installer à Londres, où il sera nommé musicien de la chambre de la […] Lire la suite

ALFVÉN HUGO (1872-1960)

  • Écrit par 
  • Michel VINCENT
  •  • 733 mots
  •  • 1 média

Hugo Alfvén est l'un des compositeurs suédois les plus populaires dans son pays d'origine . Ses quatre-vingt-huit ans de vie lui ont permis d'enrichir de plus de deux cents œuvres le répertoire musical scandinave. Celles-ci sont cependant tellement enracinées dans le tempérament suédois qu'elles n'ont pas immédiatement rencontré l'audience internationale qu'elles méritaient. Violoniste de formatio […] Lire la suite

BEETHOVEN LUDWIG VAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 221 mots
  •  • 31 médias

17 décembre 1770 Ludwig van Beethoven est baptisé à Bonn ; il est probablement né le 15 ou le 16. 1795 Beethoven compose le Premier Concerto pour piano , en ut majeur, opus 15 . 2 avril 1800 La Première Symphonie , en ut majeur, opus 21, est créée au Hoftheater de Vienne sous la direction du compositeur ; elle est dédiée au baron Gottfried van Swieten, auteur des livrets de La Création et de […] Lire la suite

BERLIOZ HECTOR

  • Écrit par 
  • Cécile REYNAUD
  •  • 4 266 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Symphonie fantastique. Épisode de la vie d’un artiste »  : […] Considérée comme révolutionnaire dès sa création le 5 décembre 1830 à la salle du Conservatoire, cette première symphonie de Berlioz montre l’ampleur des sources de son inspiration. Elle appartient à un genre – la musique à programme – auquel le romantisme donnera ses lettres de noblesse. Berlioz est l’auteur de la musique et du texte littéraire qui sert de canevas à la symphonie. Sous-titrée É pi […] Lire la suite

BERWALD FRANZ (1796-1868)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 269 mots

Compositeur suédois et l'un des créateurs les plus originaux du xix e siècle, dont on commence à peine à mesurer la richesse, Berwald se produit, à dix ans, comme violoniste ; à seize ans, il entre à la chapelle royale. Ses premières œuvres (avant 1820) manifestent sa maîtrise et une grande liberté d'écriture. Après ses insuccès à Berlin (Théâtre lyrique), il termine à Vienne sa deuxième symphoni […] Lire la suite

BORODINE ALEXANDRE PORFIRIEVITCH (1833-1887)

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 611 mots

Né à Saint-Pétersbourg, Borodine était le fils naturel du prince caucasien Louka Guédianov et d'Avdotia Antonova, fille d'un simple troupier. Le père fit déclarer l'enfant par un de ses domestiques, Porphiri Borodine, si bien que plus tard il lui fallut l'affranchir en bonne et due forme. De très bonne heure, il apprend à jouer de la flûte, puis, en autodidacte, du piano, du violoncelle et du haut […] Lire la suite

BRUCKNER ANTON (1824-1896)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Les symphonies »  : […] À partir du début des années 1870 et quasiment jusqu’à la fin de sa vie, c’est sa production symphonique qui sera au cœur de ses préoccupations, alternant avec de nombreuses compositions religieuses, majoritairement des motets pour ensembles vocaux, a cappella, avec orgue ou ensemble instrumental, généralement de petite dimension, mais dont se détache le magistral Te Deum (1884), qui reste son œu […] Lire la suite

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 822 mots
  •  • 1 média

Sa vie a fait de Dmitri Chostakovitch le témoin de quelques-uns des événements les plus dramatiques de son siècle : la révolution de 1917, la Seconde Guerre mondiale, les répressions staliniennes et les espoirs de la déstalinisation. Déterminée par le devoir de s’adresser en premier lieu à son peuple, et à travers lui au monde entier, son œuvre monumentale, dominée par ses quinze symphonies et au […] Lire la suite

CLASSICISME, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 156 mots

Le terme « classicisme » est un véritable creuset sémantique : d'un point de vue esthétique, il représente une perfection achevée élevée au rang de modèle ; d'un point de vue littéraire et plastique, il correspond à l'Antiquité gréco-latine en tant que fondement de la civilisation et de l'éducation, bien avant de s'attacher aux productions du règne de Louis XIV ; en danse, il désigne les ballets a […] Lire la suite

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le menuet et le scherzo ; le « thème et variations » »  : […] Si le menuet ou le scherzo (plus rapide que le premier) sont presque toujours présents dans la symphonie (version orchestrale de la forme sonate, comme d'ailleurs le quatuor dans la musique de chambre), on les rencontre moins souvent dans les concertos à soliste ou dans les sonates pour instrument seul. Le menuet est le type même du schème formel toujours strictement respecté. En ce sens, et aus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

10-29 mai 1981 France. Élection de François Mitterrand à la présidence de la République

La foule, énorme malgré la pluie, écoute l'Orchestre de Paris jouer l'« Hymne à la joie » de la IXe Symphonie de Beethoven, avant de se répandre dans les rues du Quartier latin pendant une partie de la nuit. Le même jour, Pierre Mauroy est nommé Premier ministre, Pierre Beregovoy secrétaire général de l'Élysée, et le général de corps aérien Jean Saulnier chef d'état-major particulier du président de la République. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BILLARD, « SYMPHONIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/symphonie/