MAHLER GUSTAV(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 7 juillet 1860 Gustav Mahler naît à Kalischt, en Bohême, dans l'Empire austro-hongrois (aujourd'hui Kaliště, en République tchèque).

  • 20 novembre 1889 La Première Symphonie « Titan », en majeur, est créée à Budapest, par l'Orchestre philharmonique de Budapest sous la direction du compositeur, dans une version en cinq mouvements ; la version définitive, en quatre mouvement, sera créée à Berlin le 16 mars 1896.

  • 12 décembre 1892 Les deux premiers lieder – Der Schildwache Nachtlied et Verlor'ne Müh – du cycle Des Knaben Wunderhorn (« Le Cor merveilleux de l'enfant ») sont créés à Berlin par Amalie Joachim sous la direction de Raphael Maszkowski. Le cycle complet, qui comporte douze lieder, sera terminé en 1901. Ce recueil de poèmes de Achim von Arnim et Clemens Brentano marquera profondément Mahler, qui l'utilisera à plusieurs reprises dans différentes œuvres.

  • 13 décembre 1895 La Deuxième Symphonie « Résurrection », en ut mineur, pour soprano, alto, chœur et grand orchestre, est créée à Berlin, par l'Orchestre philharmonique de Berlin sous la direction du compositeur.

  • 11 mai 1897 À Vienne, Mahler dirige pour la première fois à l'Opéra de la cour (Hofoper), dont il sera nommé directeur quelques mois plus tard. Pour parvenir à cette nomination, il a dû renoncer à la religion juive et se convertir au catholicisme. Pendant dix ans, il bouleverse les habitudes routinières, élève le niveau d'exécution et impose de nouveaux critères aux représentations lyriques, avant tout fondés sur la crédibilité et le sens dramatique.

  • 25 novembre 1901 La Quatrième Symphonie, en sol majeur, est créée à Munich, par l'Orchestre du Konzertverein de Munich sous la direction du compositeur. La dernière partie de la symphonie met en musique un poème du Wunderhorn chanté par une voix de soprano (Das himmlische Leben : « La Vie céleste »).

  • 9 juin 1902 La Troisième Symphonie, en mineur, est créée à Krefeld sous la direction du compositeur.

  • 18 octobre 1904 La Cinquième Symphonie, en ut dièse mineur, est créée à Cologne, par l'Orchestre du Gürzenich sous la direction du compositeur. Après trois symphonies qui font appel à la voix humaine, Mahler revient à une conception purement orchestrale, sans programme. Cette symphonie a été popularisée par le film de Luchino Visconti Mort à Venise (1971), dont la bande originale est centrée sur son Adagietto.

  • 29 janvier 1905 Les Kindertotenlieder (« Chants pour des enfants morts »), sur des poèmes de Friedrich Rückert, sont créés à Vienne, dans la petite salle du Musikverein, par le baryton Friedrich Weidemann et l'Orchestre philharmonique de Vienne dirigé par le compositeur.

  • 27 mai 1906 La Sixième Symphonie « Tragique », en la mineur, est créée à Essen, sous la direction du compositeur.

  • 1er janvier 1908 Mahler dirige pour la première fois à New York, au Metropolitan Opera (Tristan et Isolde de Wagner). L'année suivante, il est nommé chef permanent de l'Orchestre philharmonique de New York.

  • 19 septembre 1908 La Septième Symphonie « Chant de la nuit », en si mineur, est créée à Prague, par la Philharmonie tchèque sous la direction du compositeur.

  • 12 septembre 1910 La Huitième Symphonie « Des Mille », en mi bémol majeur, est créée à Munich, par l'Orchestre du Konzertverein de Munich sous la direction du compositeur. Ses dimensions gigantesques, l'effectif souhaité par Mahler (mille chanteurs et instrumentistes), le mélange de textes en latin (Veni Creator) et en allemand (scène finale du Second Faust de Goethe) l'ont longtemps tenue à l'écart des programmes de concert. Le genre de la symphonie est poussé à son paroxysme, la fin d'une époque est annoncée.

  • 18 mai 1911 Mahler meurt à Vienne d'une pneumonie.

  • 20 novembre 1911 Das Lied von der Erde (« Le Chant de la Terre ») est créé à Munich, par l'Orchestre du Konzertverein de Munich sous la direction de Bruno Walter. Cette symphonie pour ténor et alto (ou baryton) et orchestre est écrite sur des poèmes chinois traduits en allemand par Hans Bethge (Die chinesische Flöte). Le premier lied, Das Trinklied vom Jammer der Erde (« La Chanson à boire de la douleur et de la Terre »), le troisième, Von der Jugend (« De la jeunesse »), le quatrième, Von der Schönheit (« De la beauté ») et le cinquième, Der Trunkene im Frühling (« L'Ivrogne au printemps »), mettent en musique des poèmes de Li Tai Po ; le deuxième, Der Einsame im Herbst (« Le Solitaire en automne »), est signé Tchang Tsi ; le dernier, Der Abschied (« L'Adieu »), repose sur un texte de Mong Kao Yen et Wang Wei.

  • 26 juin 1912 La Neuvième Symphonie, en majeur, est créée à Vienne, par l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Bruno Walter.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Mahler, Première Symphonie «Titan», deuxième mouvement

Mahler, Première Symphonie «Titan», deuxième mouvement
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Mahler, Première Symphonie «Titan», troisième mouvement

Mahler, Première Symphonie «Titan», troisième mouvement
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Mahler, Deuxième Symphonie «Résurrection»

Mahler, Deuxième Symphonie «Résurrection»
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Mahler, Quatrième Symphonie, premier mouvement

Mahler, Quatrième Symphonie, premier mouvement
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  MAHLER GUSTAV (1860-1911)  » est également traité dans :

MAHLER GUSTAV

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 2 864 mots
  •  • 1 média

À la fois héritier du romantisme allemand et source de la musique d'aujourd'hui, Mahler fut très tôt accusé de modernisme outrancier et de sentimentalité désuète. Juif surgi « sans crier gare » de « quelque part en Bohême », comme à la même époque Freud ou Kafka, à la fois grand chef d'orchestre et grand compositeur, […] Lire la suite

DAS LIED VON DER ERDE (G. Mahler)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 324 mots
  •  • 1 média

Composé au cours de l'été de 1908, Das Lied von der Erde (Le Chant de la Terre) est créé à Munich le 20 novembre 1911 – six mois après la mort de Gustav Mahler –, par l'Orchestre du Konzertverein de Munich sous la direction du fidèle disciple du compositeur, […] Lire la suite

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art, une autre figure de la raison ? »  : […] Ainsi l'art et l'expérience esthétique sont exposés à deux hypothèses contradictoires : soit l'expérience esthétique fait l'objet d'une intégration à l'industrie culturelle, à la transformation des œuvres d'art en marchandises, sous l'emprise de la « ratio de la vénalité » – ce qu'Adorno s'attacha à montrer dans le grand texte de musicologie critique de 1938 : Le Caractère fétiche dans la musique […] Lire la suite

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre « xixe et xxe siècles »  : […] Un tel chœur dut pourtant attendre le siècle suivant pour se constituer un répertoire propre en dehors du théâtre ou de l'oratorio. La Révolution française donna l'exemple en multipliant les fêtes civiques, souvent en plein air, dont les chœurs étaient l'un des éléments les plus importants. Puis se fondèrent, en Allemagne surtout, des sociétés chorales privées, mixtes ou non, à caractère de réunio […] Lire la suite

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 822 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Entre les notes » »  : […] En dépit des inégalités d’une production abondante et d’un recours complaisant à ce qu’on pourrait appeler une « langue de bois musicale », conséquence d’une maîtrise technique prodigieuse, Dmitri Chostakovitch reste l’un des compositeurs les plus marquants du xx e  siècle et de ses tragédies planétaires. Son œuvre est dominée par le double corpus de ses quinze symphonies et de ses quinze quatuors […] Lire la suite

FERRIER KATHLEEN (1912-1953)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 784 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Der Abschied » »  : […] Cependant, gauche et mal à l'aise sur la scène, Kathleen Ferrier ne va pas poursuivre très longtemps sa vie d'artiste lyrique. Elle s'illustre pourtant encore dans l'Orfeo d' Orfeo ed Euridice de Gluck, toujours à Glyndebourne, en 1947, seul personnage qu'elle maintiendra à son répertoire – Lucretia et Orfeo constitueront donc ses deux seuls rôles scéniques. Désormais, elle se consacrera essentie […] Lire la suite

KLEMPERER OTTO (1885-1973)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'aventure de la Kroll Oper »  : […] Né à Breslau (aujourd'hui Wrocław, en Pologne) le 14 mai 1885, Otto Nossan Klemperer étudie le piano avec James Kwast et la théorie avec Ivan Knorr à la Musikhochschule de Francfort-sur-le-Main à partir de 1901. Puis il travaille la composition et la direction d'orchestre avec Hans Pfitzner au conservatoire Klindworth-Scharwenka de Berlin. En 1905, il rencontre Gustav Mahler, alors directeur de l […] Lire la suite

MUNICH ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 387 mots

Fondé en 1893, l'Orchestre philharmonique de Munich (Münchner Philharmoniker) est alors le seul orchestre permanent entièrement consacré au concert dans la capitale bavaroise. Il porte d'abord le nom de Kaim-Orchester, référence à son fondateur Franz Kaim, qui fait construire pour l'orchestre la salle où il donne ses concerts, inaugurée en 1895. En 1908, il devient Orchestre du Konzertverein de Mu […] Lire la suite

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 370 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les citations musicales populaires dans la musique savante »  : […] De tout temps, les compositeurs ont puisé leur inspiration dans les airs populaires. Cependant, lorsqu'un compositeur recourt à des citations musicales populaires, de quelle manière les intègre-t-il ? S'agit-il d'une simple citation, d'un emprunt qui, au fond, ne change rien au mouvement général, à l'écriture ? Le matériau populaire est-il respecté ? Quelle orientation donne-t-il à l'œuvre ? Quel […] Lire la suite

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 646 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les écoles de direction d'orchestre »  : […] Depuis l'époque où la direction d'orchestre s'est affirmée comme une discipline autonome, elle a suivi, selon les pays, des chemins différents qui sont les reflets des institutions musicales de ces pays. La France semble avoir oublié assez rapidement la technique de François Habeneck, qui reposait sur un travail approfondi. Dès le début du xx e  siècle, les orchestres donnent de plus en plus de co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « MAHLER GUSTAV - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mahler-reperes-chronologiques/