ALLEMAGNELes institutions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique fédérale d'Allemagne (DE)
Forme de gouvernementrépublique fédérale avec deux chambres législatives (Bundesrat, ou Conseil fédéral [69 1], Bundestag allemand [631 2])
Note : Tous les membres sont nommés par l'administration des Länder.
Chef de l'ÉtatFrank-Walter Steinmeier (depuis le 19 mars 2017)
Chef du gouvernementOlaf Scholz (depuis le 8 décembre 2021)

Le pouvoir judiciaire

La Loi fondamentale comporte une partie ix consacrée au pouvoir judiciaire (articles 92 à 104 L.F.). Ces dispositions constitutionnelles fixent les principes généraux de l’organisation juridictionnelle et soulignent le rôle prépondérant de la Cour constitutionnelle fédérale.

L’organisation juridictionnelle

L’article 95 alinéa 1 L.F. distingue cinq « domaines » juridiques distincts : les juridictions ordinaire, administrative, financière, du travail et sociale. Font partie du droit public les juridictions administrative, financière et sociale, les juridictions du travail et ordinaire relevant quant à elles du droit privé et du droit pénal. Chacun de ces ordres de juridiction est dominé par une cour fédérale : la Cour fédérale de justice (Bundesgerichtshof), le Tribunal fédéral administratif (Bundesverwaltungsgericht), la Cour fédérale des finances (Bundesfinanzhof), la Cour fédérale du travail (Bundesarbeitsgericht) et le Tribunal fédéral du contentieux social (Bundessozialgericht). Ces cours fédérales constituent le sommet des cinq ordres juridictionnels qui se caractérisent en principe – sauf pour la juridiction financière – par l’existence de trois degrés, les deux niveaux inférieurs – la première instance et l’appel – étant organisés au niveau des États fédérés.

La Cour constitutionnelle fédérale (Bundesverfassungsgericht)

En Allemagne, l’organisation constitutionnelle se caractérise depuis 1949 par la position particulière de la Cour constitutionnelle fédérale. L’étendue de ses compétences en fait le garant par excellence de l’État de droit (Rechtsstaat). Cette notion essentielle s’exprime d’abord dans la définition générale du régime allemand : « Le pouvoir législatif est lié par l’ordre constitutionnel, les pouvoirs exécutif et judiciaire sont liés par la loi et le droit » (article 20 alinéa 3 L.F.). Le principe de l’État de droit transparaît également dans l’affirmation de la portée effective des droits fondamentaux (Grundrechte), dès le premier article de la Constitution : « Les droits fondamentaux […] lient les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire à titre de droit directement applicable » (article 1 alinéa 3 L.F.).

Tous les pouvoirs étatiques sont donc censés appliquer la Constitution et, plus particulièrement, les droits fondamentaux. Mais c’est en dernière analyse à la Cour constitutionnelle fédérale qu’il revient de veiller à ce respect par le biais de diverses procédures, comme le recours constitutionnel direct (article 93 alinéa 1, n° 4a L.F.), le contrôle concret des normes par le biais d’une question préjudicielle (article 100 alinéa 1 L.F.), le contrôle abstrait des normes (article 93 alinéa 1, no 2 L.F.), le règlement des litiges constitutionnels entre les organes étatiques (article 93 alinéa 1, n° 1 L.F.) ou entre la Fédération et les États fédérés (article 93 alinéa 1, n° 3 L.F.). Ainsi, la Cour constitutionnelle fédérale peut être considérée comme l’organe suprême de la République fédérale, aussi bien du point de vue juridictionnel que du point de vue politique. Car le Bundesverfassungsgericht est en mesure de censurer tout acte de la puissance publique, y compris une loi fédérale votée par les représentants du peuple allemand.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en droit public à l'université Montesquieu-Bordeaux-IV

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

5-27 mai 2020 Union européenne. Présentation du projet de plan de relance économique.

Jusque-là hostile, aux côtés des pays du nord de l’Europe, aux principes de la mutualisation de la dette européenne et de transferts massifs en direction des États membres, l’Allemagne se rallie ainsi à la position défendue par les États du sud du continent. Le 27, Ursula von der Leyen présente son projet de plan de relance européen. Reprenant l’avis formulé par les dirigeants français et allemand, la présidente de la Commission européenne propose d’abonder le budget européen – 1 100 milliards d’euros prévus pour la période 2021-2027 – d’un emprunt de 750 milliards. […] Lire la suite

23-29 avril 2015 Allemagne. Révélations sur des écoutes effectuées pour le compte des États-Unis.

en indiquant que le service fédéral aurait espionné de nombreux responsables des gouvernements européens et des institutions de l’Union européenne.  […] Lire la suite

10 décembre 2010 France. Propos polémiques de Marine Le Pen sur les musulmans

Lors d'une réunion politique à Lyon, Marine Le Pen, candidate à la succession de son père à la présidence du Front national, évoquant les prières pratiquées par les musulmans dans les rues de certaines villes, compare la présence musulmane en France à l'occupation du territoire par l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Ces propos sont condamnés notamment par le Conseil français du culte musulman et le Conseil représentatif des institutions juives de France. […] Lire la suite

23 septembre 2009 Allemagne – Union européenne. Ratification du traité de Lisbonne

Le président fédéral Horst Köhler ratifie le traité de Lisbonne sur les institutions européennes. En juin, la Cour suprême avait jugé le traité conforme à la Loi fondamentale du pays, mais elle avait demandé que soient adoptées des lois pour garantir les droits du Parlement fédéral par rapport au Parlement européen. Celles-ci ont été votées le 8 septembre au Bundestag et le 18 au Bundesrat, permettant la finalisation du processus de ratification du traité. […] Lire la suite

30 juin 2009 Allemagne – Union européenne. Avis de la Cour constitutionnelle sur le traité de Lisbonne

La Cour constitutionnelle juge le traité de Lisbonne chargé d'adapter les institutions européennes compatible avec la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne. Elle demande toutefois, avant sa ratification officielle, que le Parlement allemand vote une loi renforçant ses propres droits dans les prises de décisions communautaires. L'Allemagne, l'Irlande, la Pologne et la République tchèque sont les seuls pays de l'Union à ne pas avoir ratifié le traité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphane SCHOTT, « ALLEMAGNE - Les institutions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-les-institutions/