ALLEMAGNELes institutions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique fédérale d'Allemagne (DE)
Forme de gouvernementrépublique fédérale avec deux chambres législatives (Bundesrat, ou Conseil fédéral [69 1], Bundestag allemand [631 2])
Note : Tous les membres sont nommés par l'administration des Länder.
Chef de l'ÉtatFrank-Walter Steinmeier (depuis le 19 mars 2017)
Chef du gouvernementAngela Merkel (depuis le 22 novembre 2005)

Les institutions de la république fédérale d’Allemagne sont définies par la Loi fondamentale (L.F.), ou Grundgesetz, du 23 mai 1949. Pensé à l’origine comme une Constitution provisoire pour l’Allemagne de l’Ouest, le Grundgesetz s’applique à toute l’Allemagne depuis le 3 octobre 1990. Cette date, définie par le traité d’union du 31 août 1990 comme le Jour de l’unité allemande, marque l’adhésion de l’ensemble des territoires de la République démocratique allemande à l’ordre constitutionnel de la république fédérale d’Allemagne. Depuis lors, la Loi fondamentale de 1949 s’applique dans les seize Länder allemands, les « anciens » et les « nouveaux » États fédérés.

L’article 20 L.F. détermine les fondements de l’organisation institutionnelle de la république fédérale d’Allemagne, définie comme « un État fédéral démocratique et social » (alinéa 1) et comme un État de droit (alinéa 3). Dans son alinéa 2, la disposition constitutionnelle caractérise le principe démocratique avec plus de précision. La Loi fondamentale développe en effet une conception essentiellement représentative de la démocratie, qui permet néanmoins d’associer ponctuellement les citoyens de manière plus directe à la décision politique par le biais de votations. L’article 20 alinéa 2 L.F. prévoit en outre la séparation des pouvoirs, le « pouvoir d’État » étant exercé par « des organes spéciaux investis des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ».

Dans la pratique, ce régime parlementaire à tendance consensualiste est marqué par une spécialisation des organes et des fonctions étatiques, laquelle s’accompagne à la fois d’une dépendance organique et d’une collaboration fonctionnelle entre les pouvoirs exécutif et législatif. L’existence d’une séparation des pouvoirs n’empêche pas le pouvoir judiciaire de s’immiscer dans l’exercice des pouvoirs exécut [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en droit public à l'université Montesquieu-Bordeaux-IV

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Union européenne. Présentation du projet de plan de relance économique. 5-27 mai 2020

se trouvait la zone euro à cette époque. Elle dénonce le manque de contrôle de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) sur les institutions européennes. La Cour de Karlsruhe menace, en l’absence de justification dans les trois mois de la part de la BCE, d’ordonner à la Bundesbank, la Banque […] Lire la suite

Allemagne. Révélations sur des écoutes effectuées pour le compte des États-Unis. 23-29 avril 2015

pour le compte de la National Security Agency (N.S.A.) américaine, en dehors du cadre de la lutte antiterroriste qui justifiait la collaboration entre ces services. Selon la presse, la commission parlementaire d’enquête sur les activités de la N.S.A. en Allemagne, créée à la suite des révélations du lanceur […] Lire la suite

France. Propos polémiques de Marine Le Pen sur les musulmans. 10 décembre 2010

Lors d'une réunion politique à Lyon, Marine Le Pen, candidate à la succession de son père à la présidence du Front national, évoquant les prières pratiquées par les musulmans dans les rues de certaines villes, compare la présence musulmane en France à l'occupation du territoire par l'Allemagne […] Lire la suite

Allemagne – Union européenne. Avis de la Cour constitutionnelle sur le traité de Lisbonne. 30 juin 2009

La Cour constitutionnelle juge le traité de Lisbonne chargé d'adapter les institutions européennes compatible avec la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne. Elle demande toutefois, avant sa ratification officielle, que le Parlement allemand vote une loi renforçant ses propres […] Lire la suite

Crise économique mondiale. Plans de relance. 3-28 novembre 2008

successifs d'évolution négative. Au troisième trimestre, onze des pays de l'U.E. enregistrent un taux de croissance négatif (notamment — 0,5 p. 100 en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie) et cinq dont l'Allemagne, l'Italie et l'Irlande entrent en récession. Le 15, à Washington, les chefs d'État […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphane SCHOTT, « ALLEMAGNE - Les institutions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-les-institutions/