ALLEMAGNELes institutions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique fédérale d'Allemagne (DE)
Forme de gouvernementrépublique fédérale avec deux chambres législatives (Bundesrat, ou Conseil fédéral [69 1], Bundestag allemand [631 2])
Note : Tous les membres sont nommés par l'administration des Länder.
Chef de l'ÉtatFrank-Walter Steinmeier (depuis le 19 mars 2017)
Chef du gouvernementAngela Merkel (depuis le 22 novembre 2005)

Le pouvoir législatif

La Loi fondamentale allemande du 23 mai 1949 institue un Parlement bicaméral composé du Bundestag – la Diète fédérale représentant le peuple allemand – et du Bundesrat – le Conseil fédéral représentant les États fédérés. Le bicamérisme de la république fédérale d’Allemagne peut être qualifié d’inégalitaire, en ce sens que les deux chambres n’ont pas les mêmes prérogatives : les pouvoirs du Bundestag sont en règle générale plus étendus que ceux du Bundesrat.

La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag)

Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F. ; droit de veto suspensif ou absolu contre des lois adoptées par le Bundestag, article 77 alinéa 4 L.F., article 78 L.F.) ou encore le président fédéral (promulgation de la loi, article 82 alinéa 1 L.F.). Une autre limitation du principe de la séparation des pouvoirs réside dans les mécanismes du contrôle parlementaire qui s’exerce à l’égard du gouvernement. Ces procédures, caractéristiques de la rationalisation du parlementarisme, peuvent intervenir soit au début de la législature, soit au cours de celle-ci. C’est en effet le Bundestag nouvellement élu qui est chargé d’élire le chancelier fédéral (article 63 L.F.). Par ailleurs, la chambre basse du Parlement peut renverser le chancelier fédéral suite à une question de confiance posée par le chef du gouvernement lui-même (article 68 L.F.), ou par le biais d’une « motion de défiance constructive » votée par le Bundestag, qui doit alors élire immédiatement un nouveau chancelier fédéral pour succéder au chancelier censuré (article 67 L.F.). En contrepartie, le président fédéral peut dissoudre le Bundestag lorsque l’assemblée ne parvient pas à désigner un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en droit public à l'université Montesquieu-Bordeaux-IV

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Union européenne. Présentation du projet de plan de relance économique. 5-27 mai 2020

se trouvait la zone euro à cette époque. Elle dénonce le manque de contrôle de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) sur les institutions européennes. La Cour de Karlsruhe menace, en l’absence de justification dans les trois mois de la part de la BCE, d’ordonner à la Bundesbank, la Banque […] Lire la suite

Allemagne. Révélations sur des écoutes effectuées pour le compte des États-Unis. 23-29 avril 2015

pour le compte de la National Security Agency (N.S.A.) américaine, en dehors du cadre de la lutte antiterroriste qui justifiait la collaboration entre ces services. Selon la presse, la commission parlementaire d’enquête sur les activités de la N.S.A. en Allemagne, créée à la suite des révélations du lanceur […] Lire la suite

France. Propos polémiques de Marine Le Pen sur les musulmans. 10 décembre 2010

Lors d'une réunion politique à Lyon, Marine Le Pen, candidate à la succession de son père à la présidence du Front national, évoquant les prières pratiquées par les musulmans dans les rues de certaines villes, compare la présence musulmane en France à l'occupation du territoire par l'Allemagne […] Lire la suite

Allemagne – Union européenne. Avis de la Cour constitutionnelle sur le traité de Lisbonne. 30 juin 2009

La Cour constitutionnelle juge le traité de Lisbonne chargé d'adapter les institutions européennes compatible avec la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne. Elle demande toutefois, avant sa ratification officielle, que le Parlement allemand vote une loi renforçant ses propres […] Lire la suite

Crise économique mondiale. Plans de relance. 3-28 novembre 2008

successifs d'évolution négative. Au troisième trimestre, onze des pays de l'U.E. enregistrent un taux de croissance négatif (notamment — 0,5 p. 100 en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie) et cinq dont l'Allemagne, l'Italie et l'Irlande entrent en récession. Le 15, à Washington, les chefs d'État […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphane SCHOTT, « ALLEMAGNE - Les institutions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-les-institutions/