BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

NATIONALITÉ

La nationalité est un lien juridique et politique unissant une personne à un État déterminé. Ce lien, encore appelé allégeance, se manifeste par des devoirs de l'individu envers l'État dont il est en quelque sorte le sujet (obligations militaires, loyalisme, dont le défaut peut dans certains cas entraîner la perte de la nationalité) et, en sens inverse, par la protection diplomatique que l'État exerce sur lui. L'appartenance du national à la population constitutive de l'État le fait accéder à un certain statut privilégié – notamment à la jouissance des droits politiques –, dont sont par principe exclus les étrangers.

Le droit international reconnaît à chaque État, sous des réserves mineures, une compétence exclusive pour définir ses nationaux. Le problème est donc, pour le législateur de chaque État, de déterminer les rattachements qu'une personne doit présenter avec cet État pour obtenir sa nationalité. Certains États, comme l'Allemagne, qui ont une conception ethnique de la nationalité, retiennent quasi exclusivement la filiation envers un national, ce qu'on appelle le jus sanguinis, le droit du sang. D'autres États, surtout en Amérique, dont le peuplement s'est fait par voie d'immigration, retiennent à titre principal la naissance sur leur territoire – le jus soli, le droit du sol. La volonté de la personne est également prise en considération, et elle est même requise par les droits qui ont une conception élective de la nationalité selon laquelle la nation n'existerait que par le consentement de ceux qui la composent.

1.  Définition

Henri BATIFFOL

Aux termes de l'article premier de la convention sur la nationalité établie le 12 avril 1930 par la Conférence de codification de La Haye, « il appartient à chaque État de déterminer par sa législation quels sont ses nationaux ; cette législation doit être admise par les autres États, pourvu qu'elle soit en rapport avec les conventions internationales, la coutume internationale et les principes de droit généralement reconnus en matière de nationalité ».

  Une prérogative de l’État

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  15 pages…

 

Pour citer cet article

Henri BATIFFOL, Patricia BUIRETTE, Marthe SIMON-DEPITRE,  E.U., Paul TAVERNIER, Jean-Éric MALABRE, « NATIONALITÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalite/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« NATIONALITÉ » est également traité dans :

CITOYENNETÉ ET NATIONALITÉ EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE (R. Brubaker)

Écrit par :  Henri MÉNUDIER

Professeur de sociologie à l'université de Californie à Los Angeles (U.C.L.A.), Rogers Brubaker considère que la définition juridique de la nationalité joue un rôle central dans le développement et le fonctionnement de l' État . Pour ne pas en rester au niveau des généralités, il étudie deux cas très différents, celui de la France et celui de… Lire la suite
ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

Écrit par :  Guillaume LACQUEMENT

Dans le chapitre "L'ancrage territorial de la nation"  : …  nation allemande transgresse donc les frontières étatiques. Elle procède d'une vision tout à la fois naturaliste et historique qui lie la nationalité à l'origine ethnique et qui établit le droit du sang comme fondement légitime de la citoyenneté. L'interprétation biologique et raciste de l'idéologie nazie en a dénaturé le sens historique pour… Lire la suite
ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

Écrit par :  Anne-Marie LE GLOANNEC

Dans le chapitre "Des mesures contre le déficit démographique "  : …  recourt donc à une politique de naturalisation qui tranche avec la politique précédente, fondée sur le droit du sang. Le Code de la nationalité est réformé en 2000 : il accorde désormais la nationalité allemande aux enfants nés en Allemagne de parents étrangers et réduit la durée de séjour préalable à toute demande de naturalisation. Enfin, la… Lire la suite
CHINE - Droit

Écrit par :  Jean-Pierre CABESTAN

Dans le chapitre "La loi sur la nationalité"  : …  Désireuse d'entériner sa politique à l'égard des Chinois d'outre-mer, la Chine populaire promulguait en septembre 1980 une loi sur la nationalité. Conciliant le principe traditionnel du jus sanguinis avec des éléments de jus soli, cette loi réaffirme les idées avancées par Pékin depuis 1955 : non-… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "Deux ans de cohabitation mouvementée"  : …  politique est symboliquement manifesté par l'expulsion retentissante de 101 Maliens par charter spécial. La réforme du code de la nationalité, pour en rendre moins automatique son acquisition par les enfants nés en France de parents étrangers, est fortement contestée par de nombreuses associations, par les Églises, par le président lui-même. Des… Lire la suite
COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

Écrit par :  Roland LOMME

Dans le chapitre "Nation et nationalité"  : …  leur œuvre empreint d'une ambiguïté fondamentale : « On a, en outre, reproché aux communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les travailleurs n'ont pas de patrie. On ne peut leur retirer ce qu'ils n'ont pas », lit-on dans Le Manifeste. Marx poursuit dans L'Idéologie allemande : « La nationalité du travailleur n'est pas française… Lire la suite
CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

Écrit par :  UniversalisJules GÉRARD-LIBOISHenri NICOLAÏPatrick QUANTINBenoît VERHAEGENCrawford YOUNG

Dans le chapitre " Le Congo dans la guerre et la difficile sortie du conflit"  : …  mené par un pouvoir lointain dominé par des nouveaux venus. La question de la nationalité est d'ailleurs le sujet le plus sensible. En faisant consacrer par le projet de Constitution le principe introduit en 1981 selon lequel il faut être issu d'ascendants installés au Congo avant l'indépendance pour être citoyen congolais, Laurent-Désiré Kabila… Lire la suite
CÔTE D'IVOIRE

Écrit par :  Richard BANÉGASJean-Fabien STECK

Dans le chapitre "Un pays d'immigration : de la division sociale du travail entre étrangers et « Ivoiriens de souche »"  : …  au développement du pays. Houphouët-Boigny avait tenté, en 1966, d'étendre juridiquement cet arrangement en octroyant la double nationalité aux ressortissants des pays du Conseil de l'entente, créé en 1959 (Dahomey, Togo, Haute-Volta, Niger). Face à l'opposition du Parlement, le président, qui voulait faire « le panafricanisme dans un… Lire la suite
ÉTAT

Écrit par :  Olivier BEAUD

Dans le chapitre "Assujettissement à l'État"  : …  la « population » de l'État en désigne l'extension humaine. C'est ici qu'intervient la notion clé de la nationalité, ce statut imposé par l'État aux individus de son ressort, ses « nationaux », qui les distinguent des étrangers (c'est-à-dire des nationaux ressortissants d'un autre État). Autrefois, note l'anthropologue Ernst Gellner, les… Lire la suite
FRANCE - L'année politique 2015

Écrit par :  Nicolas TENZER

Dans le chapitre "Un gouvernement par gros temps"  : …  d’urgence fait l’objet d’un certain nombre de critiques, mais c’est l’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité des binationaux condamnés pour actes de terrorisme qui suscite le plus d’attaques d’une partie de la gauche, tout comme le projet de renforcement des prérogatives du parquet et de la police porté par Manuel Valls… Lire la suite
MIGRATIONS - Politiques d'immigration selective

Écrit par :  Catherine WIHTOL DE WENDEN

Dans le chapitre "Divergences sur les politiques du « vivre ensemble »"  : …  Le droit de la nationalité, malgré des tendances récentes à la convergence, reste partagé entre pays de droit du sol (Royaume-Uni et Irlande à l'instar des États-Unis, du Canada et de l'Australie), de droit du sang (Allemagne, Autriche, Danemark, Finlande, Grèce, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Suisse) ou mixtes, avec prééminence du droit du sang (… Lire la suite
NATION - La construction nationale

Écrit par :  Émile SICARD

Dans le chapitre "Lente découverte d'une double identité"  : …  Tout cela est aggravé par la confusion de deux concepts, cependant bien différents : nationalité et citoyenneté. Psychologiquement, l'ambiguïté des appartenances successives complique encore la « discohérence » issue des divergences culturelles conduisant à des structures mentales parallèles et donc ne se rencontrant que… Lire la suite
PAVILLON, droit maritime

Écrit par :  Patricia BUIRETTE

Arboré à la poupe d'un navire, le pavillon est une pièce d'étoffe qui, frappée aux couleurs de l'État dont ce navire est le ressortissant, sert à en indiquer la nationalité. Le navire peut pourtant se trouver sous un pavillon — dit de complaisance — ne correspondant pas à un État avec lequel il… Lire la suite
RAPATRIÉS

Écrit par :  UniversalisJean-Louis MIÈGE

Dans le chapitre "Les intermédiaires allogènes"  : …  des anciens territoires d'outre-mer purent entrer sans restriction, en Grande-Bretagne. Le British Nationality Act de 1948 créa la fiction selon laquelle les citoyens d'un pays indépendant, appartenant au Commonwealth, une fois admis au Royaume-Uni devenaient citoyens britanniques. Bien que cette possibilité fût restreinte, en 1962, par le… Lire la suite
SÉJOUR DES ÉTRANGERS

Écrit par :  Patricia BUIRETTE

Est étranger dans un État tout individu n'en possédant pas la nationalité, soit qu'il possède la nationalité d'un autre État, soit qu'il n'en possède aucune. Chaque État détermine par sa législation quels sont ses nationaux (art. 1er, convention de La Haye, 12 avril 1930). Toute… Lire la suite
SIONISME

Écrit par :  Alain DIECKHOFF

Dans le chapitre "La continuité du sionisme comme structure"  : …  L'État d'Israël n'est pas uniquement l'État de ses seuls citoyens, juifs et arabes, mais aussi, potentiellement, celui des juifs de la Diaspora qui, en vertu de la loi du retour (1950), bénéficie d'un droit naturel à immigrer et à obtenir, automatiquement, la nationalité israélienne. Le caractère sioniste de l'État d'Israël… Lire la suite
YOUGOSLAVIE

Écrit par :  Christophe CHICLETUniversalisCatherine LUTARDRobert PHILIPPOT

Dans le chapitre "La question nationale"  : …  et la solidarité s'amenuisait, chacun voulant renforcer ses positions privilégiées. La nationalité se transforma ainsi en un univers bénéfique, duquel émanait une certaine force, un certain pouvoir. Elle devenait bureaucratisée, une arme politique brandie telle une menace, une malédiction défiant l'ordre social et le gouvernement Il y avait… Lire la suite

Afficher la liste complète (17 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.