BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉTAT

Selon qu'on met l'accent sur la force, sur le droit ou sur la légitimité, l'étude de l'État est susceptible d'être conduite suivant trois approches très différentes : sociologique, juridique, ou philosophique. Y aurait-il donc autant d'États qu'il y a de manières de l'observer ? Le juriste Georges Burdeau le constatait déjà dans la notice qu'il consacra à ce sujet dans la première édition de cette encyclopédie. Mais aujourd'hui, c'est probablement moins la diversité des définitions de l'État qui est problématique que sa possible disparition. À l'heure de la mondialisation et de la construction européenne, on ne compte plus les livres ou les articles qui évoquent la fin prochaine de l'État. Celui-ci serait une forme du pouvoir politique dépassée, parce qu'adossée à la nation, elle-même devenue obsolète en raison de l'influence croissante des puissances économiques et financières. La thèse n'est cependant pas entièrement nouvelle. En 1941, le juriste allemand Carl Schmitt diagnostiquait déjà la mort de l'État, considérant que celui-ci avait perdu le monopole du politique à l'intérieur de ses frontières et n'était plus le pilier de l'ordre international. Plus récemment, une sociologue américaine, Sasskia Sassen, a interprété la mondialisation et ses ravages comme la manifestation tangible de l'effacement de l'État : celui qui avait réussi à produire « l'assemblage du national », serait menacé par son « désassemblage », résultat des formes modernes du capitalisme. Il serait devenu une puissance impuissante face aux nouvelles formes de pouvoir prises par l'économie mondiale. On ne compte plus, par ailleurs, les essais dans lesquels est annoncé le dépérissement « par en bas » de l'État, c'est-à-dire par les processus de décentralisation et de régionalisation, même si l'on parle, non sans paradoxe, d'un « État régional ».

Malgré tous ces pronostics pessimistes, l'État, ce « monstre froid », selon le mot de Nietzsche, n'est pas encore mort, même s'il n'est plus triomphant. Il n'y a pour l'instant pas d'autre

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  9 pages…

 

Pour citer cet article

Olivier BEAUD, « ÉTAT  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ÉTAT » est également traité dans :

ABSOLUTISME

Écrit par :  Jacques ELLUL

Dans le chapitre "La monarchie idéale du XVIIe siècle contre la féodalité"  : …  dire qu'à cette époque la notion dépasse même celle de souveraineté. Mais à ce moment, État absolu ne veut pas dire despotisme ou tyrannie. Les auteurs contemporains opposent régulièrement les deux. L'État est absolu en ce que le pouvoir politique agit sans contrôle. Les sujets ne peuvent demander compte des actions du roi. Le roi détient une… Lire la suite
ADMINISTRATION - Le droit administratif

Écrit par :  Jean RIVERO

d'une observation évidente, une définition concrète à laquelle sa simplicité même conférerait une quasi-universalité. Tous les États modernes ont des organes administratifs, dont les statuts et les compétences sont nécessairement fixés par des textes juridiques. L'ensemble de ces textes ne donne-t-il pas à chaque État un droit administratif… Lire la suite
AFRIQUE (conflits contemporains)

Écrit par :  René OTAYEK

Dans le chapitre "Des ethnicités fabriquées et manipulées"  : …  officielle totalement vouée à l'exaltation de l'unité nationale et du développement. L'État se donne donc pour mission de construire la nation et se dote de l'instrument nécessaire à son accomplissement, le parti unique. Mais le changement reste d'ordre purement discursif. Car, si l'État autoritaire se veut l'incarnation de la nation, il est lui-… Lire la suite
ALIÉNATION

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "De Hegel à Marx"  : …  celle de l'aliénation politique ; Hegel, en effet, n'a dépassé qu'en théorie la notion d'État ; son concept revêt le même caractère transcendant que l'essence de l'homme et que l'idée abstraite. L'État est l'extérieur, l'étranger par excellence, dans la conscience historique des hommes. Mais l'aliénation économique est l'aliénation fondamentale.… Lire la suite
ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

Écrit par :  Georges CASTELLANRita THALMANN

Dans le chapitre "Reconstitution d'un État allemand"  : …  Désormais on avait en Allemagne deux organismes étatiques, prétendant l'un et l'autre à la représentation exclusive de l'ensemble des Allemands. En fait existaient dès ce moment deux Allemagnes : le 20 juin 1949, les trois Occidentaux avaient défini un nouveau statut d'occupation et incluaient, en décembre, le gouvernement fédéral dans l'… Lire la suite
ANARCHISME

Écrit par :  Henri ARVONUniversalisJean MAITRONRobert PARIS

Dans le chapitre "Socialisme et anarchisme"  : …  Le socialisme et l'anarchisme se rencontrent dans une hostilité commune à l'égard de l'État ; tous deux en réclament la disparition. La différence ne porte que sur la manière de l'envisager. Engels, dans un passage de L'Anti-Dühring cité par Lénine dans L'État et la Révolution, la… Lire la suite
ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

Écrit par :  Maurice GODELIER

Dans le chapitre "Développement de l'inégalité"  : …  canaux d'irrigation, etc.). À ce point, nous sommes au seuil des formes primitives d'État et de sociétés de classes et il faudrait se tourner vers les royaumes africains traditionnels (L. Mair, Gluckmann, Balandier, Kuper, Maquet) et les Empires précolombiens (Caso, Karstein, Murra). Un État incarné par un souverain appartenant à des lignages… Lire la suite
ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

Écrit par :  Georges BALANDIER

Dans le chapitre "Les aspects de l'État traditionnel"  : …  Les anthropologues politistes ont tenté de caractériser l'État dit traditionnel, et de déterminer les conditions de son émergence. Dans ces deux entreprises, ils ont rencontré des obstacles difficiles à surmonter… Lire la suite
ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

Écrit par :  Anatole KOPP

L'intervention de l'État dans le domaine de l'architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles qui sont directement concernées par… Lire la suite
ARMÉE - Pouvoir et société

Écrit par :  Pierre DABEZIES

Dans le chapitre "Le poids des armes"  : …  absolutiste, ait longtemps conservé, et retrouve encore parfois, une sorte de magistère ou de majesté, à l'image de l'État, dont elle demeure plus ou moins la fille aînée. Qu'on pense à la gendarmerie, doyenne de toutes les armes, et aux trois mille brigades qu'elle essaime dans le pays, dans une optique beaucoup plus tutélaire que répressive… Lire la suite
ARTHASĀSTRA

Écrit par :  Charles MALAMOUD

Dans le chapitre "La doctrine de l'« Arthaśāstra »"  : …  yoni) les sept « constituants fondamentaux » (prakṛti) de l'État. C'est par la considération de ces prakṛti que la politique intérieure s'articule, dans l'exposé, sur la politique extérieure. Ces constituants relèvent en effet des deux domaines. Ce sont : le roi, le ministre, le pays avec ses ressources et ses habitants,… Lire la suite
ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

Écrit par :  Jean-Pierre AUDINOTUniversalisJacques GARNIER

Dans le chapitre "Le repli de l'État actionnaire"  : …  Les attitudes et les opinions courantes à l'égard du rôle de l'État ont, avec le développement du libéralisme, sensiblement évolué durant les vingt dernières années du xxe siècle. À première vue, les clivages sont simples : les gouvernements de gauche nationalisent, ceux de… Lire la suite
AUTONOMIE

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "La « solution autonomiste »"  : …  l'histoire politique contemporaine permet d'apporter quelques éléments de réponse. D'abord, c'est par rapport à l'État unitaire que la revendication d'autonomie est posée. Elle procède en général de groupes allogènes minoritaires à la fois du point de vue ethnique, linguistique et religieux. C'est le cas des Irlandais dans leur lutte contre le… Lire la suite
AUTORITÉ

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "La modernité politique"  : …  La modernité politique installe, au détriment du divin, un idéal de raison sous lequel vient se placer l'autorité en s'ordonnant sur une forme plus juridique de transcendance, l'État. Théorisé par Machiavel (Le Prince, 1513), ce dernier procède d'un pacte originel et volontaire, passé entre les hommes, abandonnant à la Lire la suite
BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)

Écrit par :  Henri ARVON

Dans le chapitre "L'État, danger permanent"  : …  L'État apparaissant aux yeux de Bakounine comme le « frère cadet de l'Église », puisqu'il se réclame d'une origine transcendante, sa disparition doit accompagner celle de la religion. L'État n'est donc pas quelque chose d'absolu, de définitif, c'est « une institution historique, transitoire, une forme passagère de la société… Lire la suite
BIOPOLITIQUE

Écrit par :  Frédéric GROS

Dans le chapitre "Une nouvelle logique de pouvoir"  : …  – au sens étroit d'une des deux modalités du biopouvoir – consiste, cette fois pour l'État, à réguler la « population » : modifier les taux de natalité, enrayer les endémies, réduire les infirmités ou invalidités, contrôler le milieu général d'existence (politiques de la ville). L'objet de la biopolitique devient la « population », et non plus le… Lire la suite
BODIN JEAN (1529-1596)

Écrit par :  Pierre MESNARD

Dans le chapitre "L'État de droit"  : …  une communauté symbiotique supérieure, doivent remplir certaines conditions de forme pour qu'on leur reconnaisse la dignité d'État. Il faut bien comprendre comment Bodin répond à cette question en posant deux termes corrélatifs dont la réciprocité établit, du même coup, l'existence et la structure de la société politique. Ces deux termes… Lire la suite
BOURBONS

Écrit par :  Yves DURAND

Dans le chapitre "Le problème de la légitimité"  : …  Les Français du xviie siècle ne conçoivent pas l'État comme une réalité abstraite, mais comme un tout organique, comme un corps vivant : un corps mystique. Le même Guy Coquille écrit que « le roy est le chef et le peuple des trois ordres sont les membres et tous ensemble font le corps politique et… Lire la suite
BUDGET DE L'ÉTAT

Écrit par :  Raymond FERRETTIPaul GAUCHER

exécution en passant par son adoption, le budget est un élément essentiel de la puissance étatique. Déterminant la capacité de financement de l'action de l'État, il fut au cœur des conflits entre l'exécutif et le législatif lors de la formation du régime parlementaire. Le terme est actuellement abandonné par le droit… Lire la suite
BURDEAU GEORGES (1905-1988)

Écrit par :  Bernard CHANTEBOUT

politique a été créé par Dieu pour satisfaire ses desseins concernant la race humaine. Peu importe qu'il ait ensuite laïcisé cette donnée de base en faisant procéder le pouvoir de la société humaine... Pour lui, le pouvoir reste la pierre angulaire de toute organisation sociale, et l'État en est la forme la plus achevée… Lire la suite
CAMÉRALISME THÉORIE DU

Écrit par :  Marcel THOMANN

Doctrine économique, politique, administrative et philosophique particulière à l'Europe continentale du xvie au xixe siècle ; caractéristique de l'« État du bien public » (Wohlfahrtsstaat). On peut diviser son évolution historique en… Lire la suite
CENTRALISATION

Écrit par :  Louis-Jérôme CHAPUISAT

Système d'organisation d'un pays dans lequel la totalité des tâches administratives qui sont à gérer sur toute l'étendue du territoire national est réunie sous la compétence des organes centraux de l'État. Celui-ci assure sa fonction par le canal d'une structure administrative unifiée et hiérarchisée. À l'inverse, la… Lire la suite
CENTRALISME

Écrit par :  David ALCAUD

Si on distingue traditionnellement l'État de structure simple – l'État unitaire – et l'État de structure complexe – l'État composé –, certains juristes soutiennent que seul existerait l'État unitaire, détenteur exclusif de la souveraineté. Certes, la confédération n'est qu'une confédération d'États et l'« omnicompétence »… Lire la suite
CIVISME

Écrit par :  Bernard GUILLEMAIN

s'entend de deux manières qui ne font d'ailleurs que moduler une signification unique : tantôt le terme désigne la conduite de personnes (des politiques) ayant un rapport spécifique à l'État et voudra dire dévouement à la chose publique, tantôt il désigne la conduite de personnes (des citoyens) ayant un rapport indifférencié à l… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - Classe dominante

Écrit par :  Gérard MAUGER

Dans le chapitre "Bourgeoisie et élite(s)"  : …  de production, la classe capitaliste ne peut se constituer comme « classe pour soi » sans s'organiser dans l'État qui assure la permanence des conditions de la reproduction du capital. Elle exerce son emprise sur les institutions étatiques et « les pensées de la classe dominante sont [...] les pensées dominantes, [...] expression idéale des… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "Hegel et l'État"  : …  quant au mécanisme des crises économiques dans la société du temps, ne nous importe pas. L'intérêt est dans la conclusion que tire Hegel, en conformité avec le principe individualiste de liberté et d'égalité, quant au rôle de l'État. Celui-ci n'est pas conçu comme une instance superposée à la société civile, mais comme le principe de l'unité du… Lire la suite
CLASTRES PIERRE (1934-1977)

Écrit par :  Claude LEFORT

de la communauté et contraire au principe de son équilibre. Renversant l'opinion accréditée, il soutient ainsi que l'essor des forces productives, dont les idéologues marxistes font le moteur de l'histoire et la condition de l'avènement de l'État, doit bien plutôt se concevoir comme un effet de l'apparition de celui-ci. Sa conviction est qu'il… Lire la suite
COMMUNAUTÉ

Écrit par :  Stéphanie MOREL

Dans le chapitre "Typologie"  : …  du lien social s'est donc imposée au moment de la construction et du développement des États-nations, symbolisant le passage d'une société communautaire fondée sur des liens objectifs et une solidarité naturelle à une société nationale fondée sur des liens juridiques et une solidarité contractuelle. Partant, deux fondements distincts mais non… Lire la suite
COMMUNISME - Histoire

Écrit par :  Annie KRIEGEL

Dans le chapitre "Les aspects organisationnels"  : …  communiste s'attache à bien délimiter le champ d'action qui dépend en propre de la responsabilité de l'État soviétique et celui qui relève de son appareil. Cette délimitation n'est que formelle, technique et à usage externe ; elle ne concerne à aucun degré le fond de la politique suivie par l'un et par l'autre organisme, tant est organique l'… Lire la suite
COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

Écrit par :  Roland LOMME

Dans le chapitre "Autonomie territoriale contre autonomie nationale"  : …  État soviétique en le privant des ressources économiques qui lui sont indispensables ; « la réunification en un seul État des différentes républiques soviétiques » est par ailleurs « leur seule voie de salut contre les cabales impérialistes et la domination nationale », selon le Xe congrès du parti. Avant la révolution d'Octobre, les bolcheviks… Lire la suite
CONDOMINIUM

Écrit par :  Patricia BUIRETTE

Régime d'un territoire soumis à la souveraineté de deux ou de plusieurs États qui exercent en commun les compétences étatiques normalement dévolues à un seul. Prenant généralement naissance dans la rivalité de deux ou de plusieurs États à propos d'une région qu'ils convoitent, le condominium est un compromis d'application difficile et généralement… Lire la suite
CONSTITUTION

Écrit par :  Pierre BRUNET

Dans le chapitre "La constitution comme ordre de valeurs"  : …  originaire, une forme spécifique, concrète et historiquement déterminée ; selon Bobbio l'État est vu comme la réunion de plusieurs familles et non comme une association d'individus isolés et il n'est donc nul besoin d'une convention artificielle pour assurer son existence. Les philosophes qui adhèrent à cette conception d'… Lire la suite
CONSTITUTIONNEL DROIT

Écrit par :  André DEMICHEL

Dans le chapitre "Éléments de définition"  : …  de constitution, dans la mesure où un certain nombre de dispositions juridiques, essentielles pour le fonctionnement de l'État, ne se trouvent pas dans un texte constitutionnel écrit. À la limite, il existe des pays, d'ailleurs parfaitement modernes et démocratiques – la Grande-Bretagne est le plus souvent citée à cet égard – qui n'ont pas de «… Lire la suite
CORPORATISME

Écrit par :  Maurice BOUVIER-AJAM

Dans le chapitre "Corporatisme d'État et corporatisme d'association"  : …  La distinction entre corporatisme d'État et corporatisme d'association est si importante qu'elle scinde pratiquement en deux l'école corporatiste. Le corporatisme d'État est le seul des deux qui, dans les temps modernes, ait eu des applications pratiques : il s'est alors agi de politiques autoritaires, créant de toutes pièces des organisations… Lire la suite
CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

Écrit par :  Mario BETTATI

Dans le chapitre "L'intention de l'auteur"  : …  D'autre part, cette politique doit être celle d'un gouvernement. Cette participation des plus hautes instances de l'État à l'orchestration des exactions demeure encore largement pertinente dans la jurisprudence du T.P.I.Y. et du T.P.I.R. Ainsi, à propos des faits commis par les Serbes en Bosnie, le T.P.I.Y. souligne bien que… Lire la suite
CULTURE - Culture et civilisation

Écrit par :  Pierre KAUFMANN

Dans le chapitre "Ordre politique, Lumières et « Kultur »"  : …  L'État apparaît donc comme le garant de pérennité d'un ordre « civil » protecteur, voire incitateur, du développement de la « culture », c'est-à-dire de la production, de la circulation et de la représentation de choses échangeables. De là, trois ordres de problèmes, appelés à commander l'évolution ultérieure des concepts. En premier lieu, la… Lire la suite
DÉCENTRALISATION

Écrit par :  Charles DEBBASCH

à des organes ou personnes élus par les administrés), implique le rattachement à l'État de tous les actes administratifs, y compris ceux dont la portée est localisée. Avec la décentralisation, un pas important est franchi, apparaissent de nouvelles personnes publiques autonomes à ressort territorial ou à compétence limitée… Lire la suite
DÉLINQUANCE

Écrit par :  Philippe ROBERT

Dans le chapitre "Norme et délinquance"  : …  Pour que le pénal – donc la délinquance – émerge vraiment, le politique doit s'étatiser, acquérir suffisamment de stabilité et d'autonomie, pour tenter un coup de force : publiciser des délits privés. L'essentiel dans l'homicide ou le vol ne consiste plus alors à réparer le dommage causé à une victime… Lire la suite
DÉMOCRATIE

Écrit par :  Daniel GAXIE

Dans le chapitre "Une compétition ouverte et pacifiée"  : …  Les démocraties sont tout d'abord un élément d'une institution  l'État – qui, après des siècles de luttes, revendique désormais avec succès le monopole de la contrainte physique légitime, selon la formule de Max Weber. Au fur et à mesure de l'établissement (jamais complètement achevé) de ce monopole, les usages « privés… Lire la suite
DÉMOCRATIES POPULAIRES

Écrit par :  Michel LESAGEHenri MÉNUDIER

Kominform (1947), Andreï Jdanov définissait la démocratie populaire comme un nouveau type d'État « où le pouvoir appartient au peuple, où la grande industrie, les transports et les banques appartiennent à l'État, et où la force dirigeante est constituée par le bloc des classes laborieuses de la population, ayant à… Lire la suite
DÉPÉRISSEMENT DE L'ÉTAT

Écrit par :  Jean-Marie DEMALDENT

Jusqu'en 1845, Marx avait développé, en jeune hégélien de gauche, une critique purement philosophique de l'État ; L'Idéologie allemande pose les fondements d'une critique théorique, menée au nom du matérialisme historique. L'État est le produit nécessaire d'une Lire la suite
DETTE PUBLIQUE

Écrit par :  Jean-Marc DANIEL

Dans le chapitre " Définition de la dette publique"  : …  et dette de l'État. Ce qui faisait la particularité de cette dette, c'est le rapport de l'État au temps. En principe, tout agent économique est contraint de rembourser ses dettes au moment de sa disparition. Mais l'État, qui est éternel, ne disparaît jamais, si bien qu'il n'a jamais à rembourser. Ce raisonnement a fait naître ce que naguère on… Lire la suite
DROIT - Théorie et philosophie

Écrit par :  Jean DABIN

Dans le chapitre "Le droit et la société politique"  : …  Mais entre ces sociétés diverses existe une hiérarchie. Pour nous limiter aux sociétés de l'ordre profane et sans sortir du cadre national, l'État a la prééminence et, par conséquent, son droit prévaut. Tandis que le droit des groupements particuliers règle les relations corporatives en considération de la fin particulière… Lire la suite
DROIT - Sociologie

Écrit par :  Jacques COMMAILLE

Dans le chapitre "Le retour à la sociologie générale"  : …  sociologie américaine avec sa puissante Law and Society Association. Parmi ces transformations, on peut noter celles qui touchent au statut de l'État et à la relativisation de l'État-nation, aux nouveaux échanges transnationaux, ou encore aux nouvelles stratégies de mouvements sociaux incluant le juridique et le judiciaire dans leurs moyens d'… Lire la suite
DROIT DIVIN

Écrit par :  Pierre-Robert LECLERCQ

Désigne tout d'abord la loi divine de l'Église telle qu'elle se trouve consignée dans les Écritures, fondement immuable puisque sacré à partir duquel, s'adaptant aux situations nouvelles, l'Église élabore le droit canoniqueLire la suite
DURKHEIM (ÉCOLE DE)

Écrit par :  Claude JAVEAU

Dans le chapitre "Société et individu"  : …  système politique par lequel la société peut produire une conscience d'elle-même dans sa forme la plus pure ». Ce qui implique un État suffisamment fort pour intégrer la majorité des citoyens dans un effort commun de défense de ladite solidarité, mais pas à ce point fort qu'il puisse exercer un contrôle illimité sur la vie sociale et économique… Lire la suite
ÉLECTIONS - Histoire des élections

Écrit par :  Christophe VOILLIOT

L'élection est traditionnellement identifiée, et ce de manière spontanée, à des positionsd'État, c'est-à-dire à des positions de pouvoir dont les règles de dévolution sont définies par l'État : l'élection du président de la République, des députés à l'Assemblée nationale, etc.… Lire la suite
ETHNIE

Écrit par :  Jean-Loup AMSELLE

Dans le chapitre "Définitions"  : …  . Hormis la proximité de la notion d'ethnie avec celle de « race », on voit combien sa définition est entachée d'ethnocentrisme et combien elle est tributaire de la conception de l'État-nation, telle qu'elle a pu être élaborée en Europe. Le dénominateur commun de toutes ces définitions de l'ethnie correspond,… Lire la suite
ETHNOCIDE

Écrit par :  Pierre CLASTRES

Dans le chapitre "Universalité de l'ethnocentrisme"  : …  les civilisés, entre le monde primitif et le monde occidental : le premier regroupe l'ensemble des sociétés sans État, le second se compose de sociétés à État. Et c'est à cela qu'il faut tenter de réfléchir : peut-on légitimement mettre en perspective ces deux propriétés de l'Occident, comme culture ethnocidaire, comme société à État ? S'il en… Lire la suite
EXAMENS ET CONCOURS

Écrit par :  Daniel HAMELINE

Dans le chapitre "Vérifier et certifier"  : …  Et d'abord qui a compétence et légitimité pour certifier ? À l'égard du monopole de l'État sur les qualifications et les grades, les sentiments sont aujourd'hui marqués d'ambivalence. « Toujours autant d'État » : les citoyens souhaitent être garantis contre les incompétences, les supercheries, les passe-droits. Le maintien du baccalauréat comme «… Lire la suite
EXCEPTION ÉTAT D'

Écrit par :  Jean-Louis de CORAIL

On désigne par « état d'exception » la situation dans laquelle se trouve un État qui, en présence d'un péril grave, ne peut assurer sa sauvegarde qu'en méconnaissant les règles légales qui régissent normalement son activité. L'organisation de l'État, en période normale, est conçue de manière à réaliser un équilibre entre les… Lire la suite
FAMILLE - Sociologie

Écrit par :  Rémi LENOIR

Dans le chapitre "La famille et la naissance de la sociologie"  : …  elle doit être : apport scientifique concernant l'évolution des fonctions de la famille en relation avec l'autonomisation et la croissance corrélative du rôle de l'État ; représentation de la famille dans la fraction des classes sociales les plus proches du pôle intellectuel, celles qui devaient leur ascension au développement de l'État républicain… Lire la suite
FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

Écrit par :  UniversalisAlexis PHILONENKO

Dans le chapitre "L'État, totalité organique"  : …  faut encore une puissance qui impose aux différentes volontés une contrainte, qui les oblige à s'en tenir à leurs limites propres. Cette puissance, l'État, Fichte la fonde sur l'idée de volonté générale. Le philosophe s'applique à l'analyse du pacte social, en lequel il distingue un triple contrat, le plus essentiel étant celui qui concerne la Lire la suite
FONCTION PUBLIQUE

Écrit par :  Jean-Louis de CORAILFrançois GAZIERJean-Claude MAITROT

d'années, de rassembler tout ce qui a trait au personnel de l'administration de l'État et des collectivités publiques : recrutement, statut, carrière, condition. L'expression est née vers les années quarante comme une abstraction sans rigueur mais commode, à partir de la notion de fonctionnaire public, et elle est devenue d… Lire la suite
FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

Écrit par :  Theodore ZELDIN

Dans le chapitre "L'État"  : …  L'État est censé jouer un rôle dominant dans la vie des Français : on considère souvent que la France tient un des premiers rangs en matière de centralisation et de bureaucratie. On établit volontiers un contraste politique entre elle et l'Angleterre, qui est présentée comme l'archétype du gouvernementLire la suite
GÉOPOLITIQUE

Écrit par :  Philippe MOREAU DEFARGES

Dans le chapitre "Macrogéopolitique, microgéopolitique"  : …  classique appréhende les États comme des données, des entités stables et cohérentes. Aujourd'hui, l'État est perçu certes comme un espace unifié mais rempli de tensions économiques, sociales, géographiques... Ainsi la mondialisation crée-t-elle ou réveille-t-elle, au sein de nombreux États, des fêlures ou des fractures entre zones qui s'insèrent… Lire la suite
GOUVERNEMENTALITÉ

Écrit par :  Richard HUFF

moyens positifs plutôt que par le pouvoir souverain de formuler la loi. Contrairement à une forme de pouvoir disciplinaire, la gouvernementalité est généralement associée à la participation volontaire de celui qui est gouverné. Elle apparaît avec la naissance de l’État moderne et avec le développement de l’administration… Lire la suite
GREENSPAN ALAN (1926-    )

Écrit par :  Christian de BOISSIEU

Dans le chapitre "Influences et tendances"  : …  credo économique de Greenspan est resté à peu près le même à travers les années et ses différentes fonctions. Il s'organise autour de la critique de l'intervention excessive de l'État : c'est l'excès des dépenses publiques qui est facteur d'inflation (Greenspan fait très vite sienne cette proposition antikeynésienne qui lui vient de Burns), et… Lire la suite
GROTIUS HUGO DE GROOT dit (1583-1645)

Écrit par :  Mario BETTATIPaul DIBON

Dans le chapitre "État juste et souveraineté limitée"  : …  jointes ensemble pour jouir paisiblement de leurs droits et pour leur utilité commune » – cette définition de l'État selon Grotius est proche de celle des théologiens ; elle la dépasse toutefois sur les fondements. Précurseur des contractualistes, Grotius fonde sa thèse sur l'existence d'un contrat initial par lequel les hommes ont renoncé à l'… Lire la suite
GROUPE DE PRESSION

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

Dans le chapitre "Intégration formelle et jeu des forces"  : …  Elle ne fait que refléter l'équilibre (toujours instable) des forces en présence. L'État, dans la mesure où il subit la pression des groupes, ne fait lui-même, dans son action propre, que refléter le jeu de ces forces. Et, même lorsqu'il intervient comme arbitre, il ne semble pas avoir la possibilité de modifier par lui-même les données qui lui… Lire la suite
HAYEK FRIEDRICH AUGUST VON (1899-1992)

Écrit par :  Philippe NEMO

Prix Nobel d'économie en 1974, Friedrich von Hayek est beaucoup plus qu'un économiste : c'est un des grands maîtres de la philosophie sociale et politique du xxe siècle. Né à Vienne le 8 mai 1899, mort à Fribourg-en-Brisgau le 23 mars 1992, il a fait des… Lire la suite
HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

Écrit par :  Olivier LÉVY-DUMOULIN

Dans le chapitre "Une histoire nationale"  : …  » parce que l'histoire s'y fait science tout en fournissant l'arsenal de justifications et d'identifications qui fonde les États-nations. Dans cette phase de « fabrication » des entités nationales, la création d'une historiographie nationale, preuve de l'ancienneté de la nation et de sa consécration nécessaire sous la forme d'un État, grèveLire la suite
HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

Écrit par :  Serge BERSTEIN

Dans le chapitre "L'histoire de l'État"  : …  Le premier axe est constitué par les recherches sur l'histoire de l'État et des régimes politiques qui l'organisent. Longtemps soustrait aux travaux des historiens et réservé aux juristes et aux politologues, intéressés par la description et le fonctionnement des institutions ou les mécanismes du pouvoir, cet objet d'étude suscite des recherches… Lire la suite
HOBBES THOMAS (1588-1679)

Écrit par :  Raymond POLIN

Dans le chapitre "État rationnel et pouvoir absolu"  : …  Quoiqu'on l'en ait accusé, Hobbes ne justifie ainsi ni le tyran, ni le chef totalitaire. Tout au contraire. Ses contemporains ne s'y étaient pas trompés, qui l'accusaient souvent de préparer la ruine de l'État. Considérant jusqu'au bout la sauvegarde de la vie, du mouvement vital, comme la clef de voûte de son mécanisme, il accorde en effet à tout… Lire la suite
IMPÔT - Politique fiscale

Écrit par :  Jean-Marie MONNIER

Dans le chapitre "Cadre théorique général"  : …  1959, Richard Musgrave distingue trois fonctions principales de l'État : l'allocation des ressources, la redistribution des revenus et la stabilisation économique. La fonction d'allocation des ressources naît du caractère socialement insatisfaisant et sous-optimal du fonctionnement des marchés. C'est la raison pour laquelle l'État intervient… Lire la suite
INDE - Les institutions

Écrit par :  Samuel BERTHET

Dans le chapitre "L’organisation fédérale du territoire"  : …  Depuis 2014, l’Union indienne est constituée de vingt-neuf États et de sept territoires de l’Union (Union territories, administrés directement par le gouvernement central). Les différents ajustements et la création de nouveaux États ont fait de l’Inde un État caractérisé par sa capacité d’… Lire la suite
INDIVIDU

Écrit par :  Catherine CLÉMENT

Dans le chapitre "La qualification de l'État"  : …  la famille se dissout naturellement une fois l'éducation des enfants achevée ; ceux-ci s'associent pour former la société civile qui, à ce stade, préfigure et mime l'État. Or l'individu n'acquiert son véritable statut que par le fait qu'il est citoyen d'un État : « Si on confond l'État avec la société civile et si on le… Lire la suite
INÉGALITÉS - Les inégalités économiques

Écrit par :  Charlotte GUÉNARDÉric MAURIN

Dans le chapitre "Impérialisme et déficit d'État"  : …  Selon certains auteurs, comme Jeffrey Herbst, la raison profonde de ce « déficit d'État » se trouve dans la faible densité de population qui, historiquement, caractérise le continent africain. En Europe, continent historiquement plus dense en population, la terre est relativement plus rare, d'où une compétition relativement plus forte entre les… Lire la suite
INTERNATIONAL PRIVÉ DROIT

Écrit par :  Henri BATIFFOLUniversalisPaul LAGARDE

entre droit international public et privé n'est pas toujours aussi claire. Lorsqu'un État conclut un contrat avec une personne privée ressortissante d'un autre État, le lien qui les unit est à la charnière des deux disciplines, au point que certains ont pensé qu'il convenait de soumettre ces « contrats d'État » à un tiers… Lire la suite
INTERNATIONAL PUBLIC DROIT

Écrit par :  Jean COMBACAU

la collectivité. Dans quelle mesure ce phénomène, dont l'apparition, le développement et les contours coïncident à ce point avec ceux de l'État que certains estiment pouvoir confondre l'un et l'autre, peut-il déborder les limites nationales ? Est-il concevable que des activités, que ne borne pas le cadre d'une collectivité étatique et du droit… Lire la suite
INTERNATIONALES ORGANISATIONS

Écrit par :  Patrick RAMBAUD

Dans le chapitre "Organisations de coopération et organisations d'intégration"  : …  représente ainsi un modèle à mi-chemin de l'organisation intergouvernementale et de l'État. À la différence de la première, elle possède un véritable pouvoir législatif qui se superpose aux pouvoirs législatifs nationaux. Mais, contrairement au second, elle est privée de l'appareil coercitif qui est l'apanage de la souveraineté étatique. À l'heure… Lire la suite
INTERNATIONALES RELATIONS

Écrit par :  UniversalisMarcel MERLE

avec la seule expression juridique susceptible de l'incarner, c'est-à-dire avec l'État ; tantôt il préexiste à la formation d'un État (exemple de la nation allemande ou italienne avant la réalisation de l'unité) ; tantôt il recouvre et englobe une série d'entités étatiques qui revendiquent plus ou moins explicitement le… Lire la suite
INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

Écrit par :  Dominique HENRIETAndré PIETTRE

L'intervention de l'État dans l'économie est patente. Dans la plupart des pays développés, les enfants peuvent fréquenter des écoles, des jardins ou des piscines publics. Les routes sont en grande partie décidées, tracées, construites et entretenues par les services de l'État. Dans de nombreux pays, les régimes de… Lire la suite
ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

Écrit par :  Louis GARDETOlivier ROY

Dans le chapitre " Islam et État"  : …  Contrairement à une idée souvent reçue, la question des relations entre les États des pays musulmans (c'est-à-dire où la majorité de la population est musulmane) et l'islam ne se pose de manière aiguë que depuis la fin des années 1970. Auparavant, la configuration dominante était celle d'un pouvoir de fait (sultan, roi, émir), légitimé par le corps… Lire la suite
JOUVENEL BERTRAND DE (1903-1987)

Écrit par :  Evelyne PISIER

que tous les systèmes de légitimation du pouvoir par ses origines ont contribué à renforcer la croissance de l'État. Il est particulièrement sévère à l'égard d'une certaine conception « française » de la démocratie qui, conçue « pour fonder la liberté », a fourni à l'État « les plus amples alluvions dont il ait jamais disposé pour s'étaler sur… Lire la suite
KANT (E.)

Écrit par :  Louis GUILLERMIT

Dans le chapitre "L'histoire et la politique"  : …  de sécurité conduisant, dans la violence, à la constitution d'États ; mais celle-ci a permis à la pensée éclairée de former l'idée du principe de tout État juste : celle d'un contrat originaire, tel qu'il oblige toute législation à pouvoir se présenter comme issue d'une volonté générale afin qu'il soit… Lire la suite
KELSEN HANS (1881-1973)

Écrit par :  Michel TROPER

Dans le chapitre "Théorie du droit et de l'État"  : …  (c'est-à-dire sanctionné) sur un certain espace juridique. En résumé, il se confond avec l'État. C'est la fameuse thèse de l'identité de l'État et du droit, qui présente l'immense avantage de « dissoudre » le vieux problème des rapports de l'État et du droit : on ne peut pas demander si l'État est soumis au droit ou le droit à l'État, dès lors qu'… Lire la suite
LAÏCITÉ

Écrit par :  Jean BAUBÉROTÉmile POULAT

Dans le chapitre "Les États contemporains et la laïcité"  : …  1870-1875 et encore donné comme un néologisme en 1911 par Ferdinand Buisson. Le mot État lui-même, tel que nous l'entendons, est d'usage moderne, propre à la culture germano-latine, pétrie de droit romain, périphérique dans la culture anglo-saxonne, plus attachée à l'idée de « gouvernement central » (central government). La loi… Lire la suite
LAÏCITÉ, notion de

Écrit par :  Émile POULAT

Dans le chapitre "Les formes de la laïcité"  : …  Sa forme la plus ancienne et son premier noyau, c'est sans aucun doute la « laïcité de l'État », quand on ne parlait encore ni d'État, ni de laïcité. L'expression est susceptible de recouvrir au moins trois sens. Sous l'Ancien Régime, l'État était « laïque » en ce sens que ses liens étroits avec l'… Lire la suite
LEFEBVRE HENRI (1901-1991)

Écrit par :  Muhamedin KULLASHI

d'activités politiques, ce qui ne l'empêchera pas de soutenir dans tous ses ouvrages la théorie de l'abolition du politique et de l'État, comme condition indispensable pour assurer l'autonomie de la société civile. Lefebvre réduit l'État à un instrument de la domination de classe et rejette dans l'ombre la dimension propre du politique, nie le… Lire la suite
LEGENDRE PIERRE (1930-    )

Écrit par :  Christian HERMANSEN

Dans le chapitre "Anthropologie dogmatique"  : …  Une fois mis au jour ce socle religieux dogmatique légué par la papauté, il devenait possible de recenser les multiples effets de ces grandes inventions normatives à l'origine de l'État, le « tenant-lieu » moderne du Tiers, le garant de la référence… Lire la suite
LIBÉRALISME

Écrit par :  Francis BALLE

Dans le chapitre "Le double principe de la démocratie libérale"  : …  de l'histoire : « C'est la politique qui tend toujours à gouverner l'économie. » Elle indique, en second lieu, que le libéralisme économique commande à l'État de « refuser de considérer l'économie comme entrant globalement dans le cercle des attributions propres de la puissance publique, État ou collectivités décentralisées, pour la laisser, en… Lire la suite
LIBERTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "La dialectique hégélienne"  : …  société civile, c'est-à-dire dans la vie économique, et finalement dans l'État réalise le projet aristotélicien d'une philosophie de la liberté individuelle qui serait en même temps une philosophie politique : Rousseau et Kant sont une fois de plus justifiés. Pas d'État, pas de philosophie politique, sans cette équation entre la… Lire la suite
LIBERTÉS PUBLIQUES

Écrit par :  Georges LESCUYER

L'État est-il fait pour l'individu ou l'individu pour l'État ? À sa libération de tout déterminisme surnaturel l'homme a voulu ajouter l'affirmation de son autonomie par rapport à l'autorité terrestre. Les libertés publiques sont… Lire la suite
LOYAUTÉ

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "Attachements, engagements et dévouements"  : …  privés. Pour qu'il en fasse le sacrifice, il faut qu'il juge l'État dont il est membre digne de son attachement. S'il est le sujet d'un tyran, si les lois de l'État lui paraissent radicalement injustes, la « petite société » constituée par sa famille et sa profession pourrait bien constituer le dernier rempart contre la corruption. Quant à l'… Lire la suite
MACHIAVEL (1469-1527)

Écrit par :  Jean-François DUVERNOY

Dans le chapitre "Limites"  : …  de structuration du réel politique est alors le contrat. L'espérance en est que l'État soit – idéalement, c'est-à-dire dans son devenir – pleinement pensable dans une transparence au social, semblable à lui au sens où l'on dit qu'un portrait ressemble à son modèle. La phénoménalité brute du pouvoir machiavélien, elle, ne permettait qu'une… Lire la suite
MACROÉCONOMIE - Croissance économique

Écrit par :  Jean-Olivier HAIRAULT

Dans le chapitre "Les interventions de l'État"  : …  Si la première fonction de l'État est de mettre en place des institutions favorisant la croissance, son intervention répond aussi à une série de dysfonctionnements intrinsèques à une économie de marché, à l'impossibilité de nouer des contrats financiers entre les générations présentes et leurs descendants, à la nature publique de certains biens d'… Lire la suite
MERCANTILISME

Écrit par :  François ETNER

Dans le chapitre "Une nouvelle façon de penser"  : …  émanent d'auteurs laïcs, raisonnant dans une perspective intellectuelle spécifique. L'interlocuteur attitré d'un mercantiliste est l'État, tel qu'il se constitue et s'affirme en Europe après la Renaissance. Un État unifié et centralisé, pas un empire arbitrant différents intérêts nationaux, ni une petite république gérant… Lire la suite
MINISTÈRE

Écrit par :  Annie GRUBER

Du point de vue politique, le « ministère » se confond avec l'ensemble des ministres qui, sous la double autorité du président de la République et du Premier ministre, exercent collégialement et solidairement les attributions gouvernementales. Sous cet angle, chaque ministre constitue une autorité politique. Du point de vue… Lire la suite
MINORITÉS DROIT DES

Écrit par :  Yves PLASSERAUD

Dans le chapitre "Prolégomènes à un droit international des minorités"  : …  Le concept de souveraineté nationale avec son corollaire, la notion d'État-nation (État au sein duquel État et nation se confondent), tend à devenir le paradigme des intellectuels libéraux d'Europe centrale tels J. G. Herder ou J. G Fichte. L'idée selon laquelle une nation ne peut survivre que si elle jouit de son propre État se répand, avec pour… Lire la suite
MODERNITÉ

Écrit par :  Jean BAUDRILLARDAlain BRUNNJacinto LAGEIRA

Dans le chapitre "Concept politique"  : …  L'abstraction de l'État politique comme tel n'appartient qu'aux Temps modernes, parce que l'abstraction de la vie privée n'appartient qu'aux Temps modernes... Au Moyen Âge, la vie du peuple et la vie de l'État sont identiques : l'homme est le principe réel de l'État... les Temps modernes sont le dualisme abstrait, l'opposition abstraite réfléchie… Lire la suite
MŒURS

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "L'institution divine de la législation, des mœurs et de l'éducation"  : …  des mœurs, c'est-à-dire leur conformité avec les lois de la cité, constitue une des conditions sans laquelle il n'y aura pas de cité juste. Elle est elle-même liée à une autre condition : c'est que, pour parler comme dans La République, « les philosophes soient rois ou les rois philosophes ». En d'autres termes, Platon établit une série d'… Lire la suite
MONARCHIE

Écrit par :  Jacques ELLUL

Dans le chapitre "La nation souveraine"  : …  de la nation. Il représente temporairement, on ira jusqu'à dire accidentellement, l'État et, de toute façon, cet État ne peut s'imposer à la nation ; il doit en être seulement l'expression, car c'est la nation qui détient la souveraineté. Puisqu'elle est souveraine, la nation n'est soumise à aucune limite. Le gouvernement n'a donc aucune… Lire la suite
MONDIALISATION (sociologie)

Écrit par :  Denis COLOMBI

Dans le chapitre "La mondialisation au-delà de l’économie"  : …  Ces transformations culturelles posent la question du rôle des États. La thèse de la disparition de l’État a été en faveur dans les années 1990. Le tableau est pourtant plus nuancé : on assiste plutôt à une recomposition de son rôle. Comme l’analyse Saskia Sassen, ce sont les États qui ont autorisé la mondialisation, en… Lire la suite
MONOPOLISATION PROCESSUS DE

Écrit par :  Christophe VOILLIOT

une phase de formation des États modernes… Lire la suite
MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

Écrit par :  Georges BENREKASSA

Dans le chapitre "Réalisation et sens du grand œuvre : « De l'esprit des lois » (1748)"  : …  à beaucoup plus long terme de la monarchie constitutionnelle libérale et du rapport état civil/état politique dans l'État moderne. Le principal de ces conflits qui apparaissait dès le livre III de L'Esprit des lois est celui qui concerne de façon conjointe les bases sociales – le principe – de la monarchie, ce préjugé des… Lire la suite
MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

Écrit par :  Maurice GODELIER

Dans le chapitre "Logique et histoire des rapports de parenté"  : …  être liées au développement de la propriété privée et de l'État. Le développement de la propriété privée en effet avait transformé les problèmes d'héritage des biens et rendu impérieux de distinguer entre les lignes directes et les lignes collatérales de consanguins. Le développement de l'État, de son côté, en substituant la protection de la… Lire la suite
MULTITUDE, philosophie

Écrit par :  Victor Manuel MONCAYO

son existence à une puissance ordonnatrice extérieure à la réalité. La multitude apparaît alors comme un concept subversif bâti contre les théories de l'État et de la démocratie telles que les développaient les Protestants à l'époque de la monarchie absolue, en la restreignant à un ensemble de subjectivités tournées… Lire la suite
NATION - La construction nationale

Écrit par :  Émile SICARD

Dans le chapitre "Le rôle de l'État"  : …  Il serait facile, à ce stade de la construction nationale, de comparer la nationalité diffuse, en voie de durcissement en nation plus ou moins stabilisée dans ses structures, à un ciment plus ou moins lent ou rapide à « prendre » et dont les fers internes seraient le parti et le coffrage extérieur serait l'État… Lire la suite
NATION - Nation et idéologie

Écrit par :  Maxime RODINSON

Dans le chapitre "Idéologies et formations ethnico-nationales"  : …  Les États ethnico-nationaux apparaissent lorsque se forme une structure étatique englobant une ethnie déterminée ou une partie importante de celle-ci. L'unité politique peut niveler alors plus ou moins les différenciations internes suivant la force de l'État, le degré d'intégration que les conditions… Lire la suite
NATIONALISATION

Écrit par :  Jean-Claude BONICHOTUniversalis

Dans le chapitre "But"  : …  sur des moyens de production ou sur une branche de l'économie. Le passage d'ensembles économiques sous le contrôle et la direction de l'État doit permettre d'orienter leur activité vers l'intérêt général, alors que la direction capitaliste a pour seul but la recherche du plus grand profit, au besoin à l'encontre des… Lire la suite
NATIONALITÉ

Écrit par :  Henri BATIFFOLPatricia BUIRETTEUniversalisJean-Éric MALABREMarthe SIMON-DEPITREPaul TAVERNIER

La nationalité est un lien juridique et politique unissant une personne à un État déterminé. Ce lien, encore appelé allégeance, se manifeste par des devoirs de l'individu envers l'État dont il est en quelque sorte le sujet (obligations militaires, loyalisme, dont le défaut peut dans certains cas… Lire la suite
NIGERIA

Écrit par :  Daniel C. BACH

Dans le chapitre "La pérennisation du pouvoir des militaires sous couvert de transition (1983-1999)"  : …  En novembre 1987, la création de deux nouveaux États (Akwa Ibom et Katsina) bouleverse une fois de plus la géopolitique interne du Nigeria. Ce redécoupage est présenté comme sans appel par le général Babangida, mais il décide en 1991 de créer neuf États supplémentaires (soit 30 au total) et deux cent cinquante-six collectivités locales (457 au… Lire la suite
NON-INTERVENTION

Écrit par :  Georges FISCHER

Principe suivant lequel aucun État n'a le droit de s'ingérer dans l'examen et la solution d'une affaire relevant de la compétence d'un ou de plusieurs autres États. Ce principe a souvent été violé dans le passé (Sainte-Alliance, protection par un État de ses ressortissants et de leurs biens à l'étranger au Lire la suite
NOUVELLE ÉCONOMIE POLITIQUE, analyse économique du vote

Écrit par :  Jean-François LASLIER

Dans cette définition, les objectifs de l'État sont bien spécifiés et font partie de la définition même de la science dite « économie politique ». Cette manière de voir est devenue partielle au fur et à mesure que la discipline s'est libérée de cette conception particulière de l'État. Le système de décision sous-jacent à cette conception ancienne… Lire la suite
ORDRE PUBLIC

Écrit par :  Robert VOUIN

aussi comme organisation, comme stabilité sociale sans laquelle les sociétés humaines ne sauraient vivre et qu'il appartient à l'État d'assurer. L'ordre public se présente alors comme l'ensemble des institutions qui tendent à garantir tant la sécurité des rapports entre les citoyens que le cours normal de la vie publique, et une distinction… Lire la suite
PARTIS POLITIQUES - Théorie

Écrit par :  Michel OFFERLÉ

Dans le chapitre "Objets exclus de la définition"  : …  les États ou les formations concurrentes fait partie du jeu politique. Dans le monde, les États disposent de moyens de coercition (interdiction du parti et répression de ses membres pour cause d'« atteinte à la sûreté de l'État », privation d'avantages attachés à l'appartenance à la catégorie). Les adversaires peuvent aussi tenter de le déclasser… Lire la suite
PATRIMOINE, art et culture

Écrit par :  Jean-Michel LENIAUD

Dans le chapitre "La Révolution et la centralisation patrimoniale"  : …  corporations et de toutes formes associatives : à tout ce qui précède succède dorénavant l'État. C'est à lui seul qu'il appartient dorénavant de désigner ce qui du passé doit être aboli, après étude préalable (les patois, par exemple, ou les tombes royales de Saint-Denis) ou sans rémission (les inscriptions, les titres féodaux et les archives… Lire la suite
PLATON

Écrit par :  Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "Causalité intelligente et causalité nécessaire"  : …  unité et valeur ? Si l'analogie de structure entre l'âme et l'État sous-tend toute La République, de telle sorte que les mêmes principes d'organisation garantissent la bonne constitution de l'une et de l'autre et qu'elles sont soumises aux mêmes forces de perversion, il semble que le monde, lui, demande plus à être connu dans… Lire la suite
POLICE FRANÇAISE HISTOIRE DE LA

Écrit par :  Jean-Marc BERLIÈRE

les seuls règlements et les institutions chargés d'assurer l'ordre et la sécurité publics. En France, c'est à l'État qu'il appartient d'exercer cette mission considérée comme régalienne. Le parallèle établi entre la construction d'un État centralisé et celle d'un appareil policier au service du pouvoir y a conduit à une… Lire la suite
POLITIQUE - La philosophie politique

Écrit par :  Éric WEIL

La philosophie politique se définit, depuis ses débuts en Grèce, comme la tentative de saisir par la pensée la nature (la structure fondamentale) de l'État. Elle n'est pas une science positive des phénomènes politiques, des facteurs observables, des faits statistiques, etc., données dont elle… Lire la suite
POLITIQUE - Le pouvoir politique

Écrit par :  Jean William LAPIERRE

Dans le chapitre "Degrés et modes d'organisation"  : …  mérovingienne), tantôt oligarchique (comme chez les Cheyennes de la Prairie nord-américaine). On peut réserver le nom d'État à une organisation complexe et hiérarchisée, qui comporte de multiples rôles, offices et services publics attribués à toutes sortes d'agents spécialisés et liés entre eux par un réseau de communications verticales ou… Lire la suite
POLITIQUE - La science politique

Écrit par :  Marcel PRÉLOT

Dans le chapitre "Conception dynamique"  : …  aussi tout ce qui, dans la société, se « situe » par rapport au pouvoir. L'existence de l'État ne se ramène pas à un phénomène de domination, mais comporte aussi des manifestations d'adhésion, de participation et de contestation, qui ne sont pas moins importantes. C'est d'ailleurs ce que G. Vedel et G. Burdeau, après Weber lui-même dans son écrit… Lire la suite
POULANTZAS NICOS (1936-1979)

Écrit par :  Jean-Marie VINCENT

La domination de l'État, sa suprématie apparente dans tous les débats qui secouent la société ne sont pas le fait d'une entité maîtresse d'elle-même, d'une sorte de démiurge qui ferait face consciemment aux problèmes qu'il doit affronter. Ils sont plutôt l'expression d'un fonctionnement aveugle : l'État capitaliste contemporain est tout autant… Lire la suite
POUVOIR

Écrit par :  Catherine COLLIOT-THÉLÈNE

toutes les grandes langues dans lesquelles la question du pouvoir a été problématisée en liaison avec la formation de la souveraineté de l'État moderne, et elle est démultipliée du fait que les découpages sémantiques ne sont pas homologues d'une langue à l'autre. Ainsi le terme allemand Macht peut-il être traduit, selon les cas, par « pouvoir… Lire la suite
PRESSE - Mythes et réalités de la liberté de la presse

Écrit par :  Francis BALLE

Dans le chapitre "Des commandements de la liberté aux conditions de son exercice"  : …  risquées du journalisme : ces diverses représentations militent pareillement en faveur de l'intervention de l'État dans le monde des médias, dissimulant à nos yeux la frontière séparant celles des interventions qui sont légitimes de celles qui ne le sont pas. Pourquoi en effet l'État ne serait-il pas fondé à intervenir dans l'organisation ou le… Lire la suite
PROCÈS DE MAJESTÉ

Écrit par :  Xavier LAPRAY

Dans le chapitre "L'élargissement du « crimen maiestatis » au début de l'Empire"  : …  –, on observe un glissement dans l'application du crimen maiestatis. Alors que, sous la République, le délit désignait les atteintes à la res publica – la chose publique, c'est-à-dire l'État, conçu comme une émanation du peuple romain –, et même si, on l'a vu, les définitions variables de celui-ci permettaient une utilisation… Lire la suite
PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

Écrit par :  Nadine PICAUDOUAude SIGNOLES

Dans le chapitre " États consolidés, régimes contestés"  : …  exercent partout sur l'espace social. Non que le Moyen-Orient ait ignoré le despotisme. Mais l'État autoritaire traditionnel n'investissait pas la totalité du champ social ; il n'en avait ni la volonté ni les moyens. Seule la modernisation autoritaire conduite par l'État développementaliste a permis une intégration et un contrôle social jusque-là… Lire la suite
PROUDHON PIERRE JOSEPH (1809-1865)

Écrit par :  Jean BANCAL

Dans le chapitre "L'antisystème de Proudhon"  : …  autonomes des personnes collectives et individuelles ; d'où sa conception de l'État comme une collectivité dominante, un appareil bureaucratique, et par suite l'attribution indue à ce dernier des « forces publiques » propres aux collectivités et personnes de base (théorie de la plus-value étatique). Sa double attaque contre… Lire la suite
RAISON D'ÉTAT

Écrit par :  Pierre LEGENDRE

Notion ancienne de la tradition politique des Occidentaux. Le terme se trouve déjà chez Cicéron (consul en ~ 63), ratio reipublicae. D'autres expressions ou maximes, souvent empruntées au droit romain (utilité publique, raison de l'Empire, nécessité n'a pas de loi), furent les conducteurs du concept chez… Lire la suite
RECONNAISSANCE, droit international

Écrit par :  Patricia BUIRETTE

Acte juridique par lequel un État prend acte de l'existence de certains faits (État ou gouvernement nouveaux, situation, traité) et déclare ou admet implicitement qu'ils lui sont opposables. L'objet de la reconnaissance est variable et dépend des situations reconnues. La reconnaissance d'État est l'… Lire la suite
RELIGION - Religion et État

Écrit par :  Louis de NAUROIS

suivent la même discipline (formulée le cas échéant par les mêmes autorités hiérarchiques), etc., et c'est en tout cela qu'ils constituent une Église. Par État, on entend l'organisme qui constitue la structure juridique, institutionnelle et politique de la communauté nationale : le pouvoir, par conséquent, et la législation qui émane de lui… Lire la suite
REPRÉSENTATION POLITIQUE

Écrit par :  Loïc BLONDIAUX

le représenté à l'existence dans le mouvement même où il l'escamote et prend sa place. Dans un « État représentatif », « le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants », déclarait l'abbé Sieyès, le 7 septembre 1789, résumant ainsi de manière saisissante cet étrange tour de passe-passe. Dans les deux cas également, l'enjeu reste… Lire la suite
RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité administrative

Écrit par :  Michel LÉVY

responsabilité de l'homme, tel que le pose le Code civil dès 1804, le droit public opposait un principe concurrent d'irresponsabilité de l'État sauf décision gracieuse, au motif de la sujétion née de l'intérêt général. Mais, dès la fin du xixe siècle, l'idée de la responsabilité l'a emporté. Le principe a été posé par le… Lire la suite
REVENU NATIONAL

Écrit par :  Véronique PARELFrancisco VERGARA

Dans le chapitre "Consommation intermédiaire et utilisation finale"  : …  Ainsi il y a eu un important débat, dans les années 1930, sur la question de savoir si certaines activités de l'État, comme celles de la police et de l'armée, devaient être considérées comme des utilisations finales ou comme des consommations intermédiaires. Les économistes hongrois Matolcsy et Varga, ainsi que l'Américain Kuznets, ont soutenu que… Lire la suite
RUGE ARNOLD (1802-1880)

Écrit par :  François BURDEAU

Penseur politique allemand. Né à Bergen, Arnold Ruge s'affilie aux mouvements étudiants libéraux (Burchenschaften), est emprisonné pour ses idées de 1824 à 1830, et fonde en 1938, à Halle, avec Echtermayer, les Annales de Halle pour la science et l'art allemands (Hallische Jahrbücher für Lire la suite
SASSEN SASKIA (1949-    )

Écrit par :  Sophie BODY-GENDROT

dans les pays émergents aux flux d'immigration vers les mégapoles occidentales. Parallèlement, Saskia Sassen analyse les transformations de l'État, aussi partie prenante à la mondialisation, le rôle joué par le travail informel (étroitement lié à l'économie formelle), la coexistence d'une forte concentration de « classes… Lire la suite
SCHMITT CARL (1888-1985)

Écrit par :  Jean-Louis SCHLEGEL

Dans le chapitre "Le décisionnisme"  : …  Théologie politique I, est celle-ci : Qui donc est souverain ? ou encore : qu'est-ce qui « règne » dans un État ? Selon une doctrine pure du droit, représentée dans les années 1920, notamment par Hans Kelsen, l'État ne comporte aucune dimension sociologique. Il constitue une réalité strictement juridique et possède de… Lire la suite
SÉCESSION

Écrit par :  Alexandre KISS

Acte par lequel une partie de la population d'un État, majoritaire dans un espace territorial donné, se sépare volontairement de cet État soit pour constituer elle-même une collectivité étatique indépendante, soit pour se réunir à un autre État… Lire la suite
SÉPARATION DES ÉGLISES ET DE L'ÉTAT

Écrit par :  Wanda MASTOR

Sous le Directoire, un décret du 3 ventôse an III (21 janv. 1795) avait posé le principe de séparation des cultes et de l'État. Mais celui-ci allait être de courte durée, le Concordat conclu entre Napoléon et le Saint-Siège restaurant les liens juridiques entre les deux… Lire la suite
SERVICES SECRETS

Écrit par :  Pascal LE PAUTREMAT

», les opérations clandestines et les activités de guerre de l'ombre répondent à des impératifs étatiques. Ces derniers nécessitent la mise sur pied de moyens de coercition plus ou moins feutrée, entre espionnage et contre-espionnage. Les actions occultes, menées de manière régulière par tous les services secrets, quelle que soit la nature du… Lire la suite
SIONISME

Écrit par :  Alain DIECKHOFF

Dans le chapitre "Le triomphe du « sionisme étatique »"  : …  Bien que le mouvement sioniste, tel que conçu par Herzl, ait été centré sur la construction d'un État, il a toujours été caractérisé par un fort pluralisme idéologique, et donc par l'existence de courants qui entendaient donner un contenu national au judaïsme tout en étant enclins à un certain minimalisme politique… Lire la suite
SOCIÉTÉ CIVILE

Écrit par :  Daniel MOUCHARD

Dans le chapitre "Histoire"  : …  distinction ne signifie pas séparation radicale : selon la célèbre formule de Hegel, l'État est la « condition de possibilité de la société civile » ; autrement dit, celle-ci ne peut exister sans que les antagonismes qui existent en son sein ne soient dépassés par l'institution étatique. C'est précisément cette distinction que Karl Marx reprend, en… Lire la suite
LA SOCIÉTÉ DE COUR, livre de Norbert Elias

Écrit par :  Antonin COHEN

objet de comprendre « comment et pourquoi, dans une certaine phase du développement de l'État, il se forme une position sociale qui concentre entre les mains d'un seul individu des possibilités de pouvoir comparativement extraordinaires ». À travers l'étude de la société de cour (c'est-à-dire à la fois de la cour comme société et de la société… Lire la suite
SOCIOLOGIE HISTORIQUE

Écrit par :  Laurent WILLEMEZ

Dans le chapitre "L'autonomisation d'un sous-champ disciplinaire"  : …  été repris par des politistes français comme Pierre Birnbaum et Bertrand Badie qui, dans Sociologie de l'État (1979), proposent une réflexion sur le processus historique de construction de l'État occidental. Dans la même perspective macrosociologique et comparatiste, on trouve dans le monde anglo-saxon d'autres travaux de… Lire la suite
STIRNER MAX (1806-1856)

Écrit par :  Henri ARVON

Dans le chapitre "Critique de l'État"  : …  La critique stirnérienne s'en prend paradoxalement à l'État libéral considéré comme l'antagoniste le plus dangereux du Moi. Excédé par les abus du pouvoir dit absolu, le xviiie siècle découvrit que l'essence humaine commune pouvait fonder une forme de… Lire la suite
STRAUSS LEO (1899-1973)

Écrit par :  Miguel ABENSOURMichel-Pierre EDMOND

Dans le chapitre "Un philosophe politique"  : …  la menace d'une collectivisation totale sous la forme d'un État universel (Hegel) ou d'un État socialement homogène (Marx), sans cependant s'engager dans la voie aventureuse de l'appel au surhomme contre la venue du « dernier homme ». La possibilité de l'avènement de l'État universel et homogène représente l'enjeu de la controverse qui oppose… Lire la suite
TOCQUEVILLE ALEXIS DE (1805-1859)

Écrit par :  Georges BURDEAU

Dans le chapitre "Les risques de la démocratie"  : …  et doux » qui, sous le couvert du règne de la volonté populaire, bannit toute liberté. Ce n'est pas l'État totalitaire si l'on retient de ce terme ce qu'il sous-entend de brutalité, de misère et de cynisme..., mais c'est peut-être pire : un État où il n'est même plus nécessaire d'opprimer la liberté puisque les hommes ont perdu jusqu'au… Lire la suite
TOTALITARISME

Écrit par :  Brigitte STUDER

Dans le chapitre "Du phénomène au concept"  : …  nouveau rapport entre État, société et individu, et souligner la « féroce volonté » du régime de tout soumettre au pouvoir de l'État. En Allemagne, où s'élabore une conception de l'« État total » (Carl Schmitt), les dirigeants nazis réfutent en revanche une désignation non fondée sur la référence au peuple et à la raceLire la suite
TRIBU

Écrit par :  Maurice GODELIER

Dans le chapitre "L'approche néo-évolutionniste"  : …  sociales et religieuses » et « redistribuent une grande part de la production des communautés locales ». L'État apparaît ensuite qui renforce cette centralisation et constitue une structure politique définitivement supérieure et extérieure aux groupes sociaux locaux, transformant les inégalités sociales de rangs en privilèges de classes… Lire la suite
U.R.S.S. - Histoire institutionnelle

Écrit par :  Michel LESAGE

Dans le chapitre "L'État"  : …  L'autorité directe sur les citoyens est, en principe, exercée par l'État et non par le parti, mais la notion d'État recouvre deux types d'institutions différentes : l'administration et les soviets… Lire la suite
VATICAN CITÉ DU

Écrit par :  Émile POULAT

habité et délimité, qui jouit d'un statut international sans équivalent dans le monde ; un État miniature de quarante-quatre hectares, moins du tiers de la principauté de Monaco, à peine le vingtième du bois de Boulogne à Paris. On peut, à son sujet, se poser bien des questions. « Combien de divisions peut-il aligner ? », demandait Staline pendant… Lire la suite
VATTEL EMMERICH DE (1714-1767)

Écrit par :  Patricia BUIRETTE

Publiciste et diplomate suisse. Né à Couvet dans la principauté de Neuchâtel, Vattel est le fils d'un pasteur de l'Église réformée. Poussé par son père à embrasser la même carrière, il fait ses humanités à l'Université de Bâle, puis étudie à Genève (1733) la théologie et la métaphysique. La lecture des œuvres de Leibniz et… Lire la suite
VIOLENCE

Écrit par :  Yves MICHAUD

Dans le chapitre "Violence, État et société"  : …  celle de l'autorité (Le Prince, 1513). D'autres penseurs (Max Weber ou Carl Schmitt) montrent comment l'État prend en grande partie son sens comme « monopole de la violence physique légitime » à l'intérieur de la communauté, et rempart contre les ennemis à l'extérieur. D'une manière proche, une sociologie de la civilisation comme celle de… Lire la suite
VOLONTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le contexte « dialectique » : Hegel"  : …  à-dire vers la réalisation de la liberté dans un monde qui, s'il était accompli, serait le monde de la liberté. Ce monde de la liberté, où la volonté cesse d'être intentionnelle et devient réelle, Hegel le voit à l'œuvre dans l'institution de l'État moderne. Dire qu'il est à l'œuvre, c'est dire, d'une part, que l'État hégélien n'est pas un idéal… Lire la suite

Afficher la liste complète (145 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.