VENINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Envenimations

Dans le monde, chaque année quelque cinq millions de morsures de serpents et plus d'un million de piqûres de scorpions sont recensées. Elles entraînent, respectivement, 125 000 et 3 000 décès. Les piqûres d'abeilles et de guêpes sont dangereuses pour l'homme plus en raison du risque de choc allergique que de la puissance des toxines de leurs venins. Toutefois, de multiples piqûres peuvent entraîner un véritable syndrome toxique d'envenimation.

Les envenimations se traduisent par un ensemble de symptômes de nature et d'intensité très variables mais d'apparition rapide. Piqûres et morsures venimeuses sont habituellement très douloureuses. L'inflammation locale, fréquente, s'accompagne généralement d'un œdème plus ou moins extensif. Des signes généraux tels qu'une fièvre ou une hyperleucocytose (augmentation des globules blancs sanguins), ou encore des troubles cardio-vasculaires (chute de la pression artérielle) peuvent également apparaître. Toutefois, les signes physiques locaux sont modérés, voire absents, dans certaines envenimations neurotoxiques (scorpions).

Certains venins de scorpions, d'araignées et de poissons provoquent des nécroses locales, souvent aggravées par certaines pratiques intempestives à proscrire (incision, garrot, application de topiques). La sanction peut en être chirurgicale (amputation).

Les envenimations neurotoxiques évoluent généralement plus rapidement que les autres et ne mettent généralement plus en jeu le pronostic vital au-delà des vingt-quatre heures qui suivent le début de l'envenimation. Elles se traduisent par des troubles sensitifs et moteurs du membre atteint (fourmillements, picotements, frissons, sueurs). Après morsure d'un serpent au venin neurotoxique (cobra, mamba, bungare, micrure), ces signes sont suivis d'une atteinte systémique parétique (paralysie incomplète) puis paralytique des muscles moteurs qui débutent au niveau de la face (ptosis ou chute des paupières, changement du timbre de la voix, dysphagie, troubles de l'audition, de la vision et du goût) et s'étendent à l'ensemble du corps. La paralysie respiratoire entraîne l'asphyxie et la mort. On observe fréquemment, après la morsure d'un cobra, un syndrome d'hypersécrétion (sialorrhée, hypersudation, encombrement bronchique et dyspnée, vomissements, diarrhée) parfois spectaculaire mais rarement mortel en lui-même.

Les envenimations de vipéridés qui entraînent fréquemment des troubles de la coagulation sanguine peuvent se manifester par des hémorragies en nappe spontanées externes (site de la morsure, muqueuses) ou internes. Ces dernières, redoutables, imposent une sérothérapie antivenimeuse. Le décès peut survenir en quelques heures par complication hémorragique (hémorragie intra-péritonéale, cérébrale, méningée) et rénale (insuffisance rénale aiguë), ou en quelques jours par hémorragies persistantes et insuffisance fonctionnelle polyviscérale.

Le traitement des envenimations est à la fois symptomatique et étiologique par immunothérapie passive antivenimeuse. Dans les envenimations graves, la neutralisation des composants toxiques du venin par injection d'antisérum spécifique est la méthode prioritaire et la plus efficace. Dans le cas des envenimations neurotoxiques, le risque de paralysie respiratoire peut imposer une ventilation assistée de plusieurs jours, jusqu'à ce que les toxines du venin soient neutralisées ou éliminées et que la paralysie disparaisse. Les envenimations hématologiques sont plus délicates à traiter. Elles ne peuvent réellement bénéficier d'une transfusion sanguine que si les toxines du venin sont neutralisées par un immun-sérum antivenimeux spécifique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Scorpion

Scorpion
Crédits : Tim Flach/ Getty Images

photographie

Scorpion : Androctonus mauritanicus

Scorpion : Androctonus mauritanicus
Crédits : M. Goyffon

photographie

Cnidoblastes de cnidaires

Cnidoblastes de cnidaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Serpents : types de dentures

Serpents : types de dentures
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement
  • : attaché honoraire au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  VENINS  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Peau »  : […] La peau des Amphibiens actuels est molle, humide et nue. Seuls des Gymnophiones ( Caecilia d'Amérique du Sud par exemple) possèdent de petites écailles qui se situent dans le derme. Les Stégocéphales avaient de grandes plaques osseuses sur la surface du crâne et sur le dos. Aujourd'hui, en dehors du bec corné des têtards, les phanères des Amphibiens se réduisent aux griffes – présentes à l'extré […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 672 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Venin et moyens de défense »  : […] Trois groupes d’arachnides sont venimeux, le venin intervenant prioritairement dans la fonction de nutrition. Les glandes sécrétrices du venin occupent des positions différentes suivant les groupes concernés : elles sont localisées dans le post-abdomen chez les scorpions, dans les chélicères et le céphalothorax chez les araignées, dans les pattes mâchoires chez les pseudoscorpions. L’organe inocul […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rôle des araignées  »  : […] Dans des milieux propices comme les prairies, les araignées peuvent être présentes en très grand nombre (parfois plus de mille individus recensés par mètre carré). Tout en étant solitaires, elles ne vivent donc pas isolées les unes des autres mais par peuplements, chacune des espèces occupant son espace dans le milieu. Leur densité varie dans une zone donnée en fonction de leurs exigences écologiq […] Lire la suite

CNIDAIRES

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 1 283 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] Les Cnidaires sont des Métazoaires, c'est-à-dire qu'ils sont composés de nombreuses cellules. Ils sont diploblastiques, acœlomates, acéphales. Sont diploblastiques les animaux dont la constitution dérive uniquement de deux feuillets embryonnaires, l'externe ou ectoderme, l'interne ou endoderme. L'externe forme la paroi tégumentaire du corps et l'interne constitue la paroi digestive . Entre les […] Lire la suite

FRÊNE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 660 mots

Quatre siècles avant notre ère, Hippocrate et Théophraste conseillaient déjà les feuilles de frêne ( Fraxinus excelsia L. ; oléacées) dans le rhumatisme et la goutte comme diurétiques. Au ii e siècle, le médecin et poète latin Serenus Samonicus prescrivait ses fruits dans l'hydropisie. Dioscoride et Pline, en relatant son emploi interne et externe contre les morsures de serpents, lui feront une […] Lire la suite

GENÊT À BALAIS

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 646 mots

Genêt de grande taille, le genêt à balais ( Cytisus scoparius Link ou Sarothamnus scoparius Wimmer ; légumineuses), que la classification botanique actuelle associe aux cytises, doit figurer parmi les remèdes diurétiques de base de la pharmacopée indigène. Inconnu des Anciens (il ne croît pas en Grèce et manque dans la plus grande partie de la région méditerranéenne), longtemps confondu avec d'a […] Lire la suite

HYMÉNOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 427 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Ovipositeur et appareil venimeux »  : […] L'aiguillon des guêpes et des abeilles représente un oviscapte, pourvu de glandes à venin, qui a perdu sa fonction de ponte pour jouer un rôle de défense. Mais sa structure est fondamentalement identique à celle de l'armature génitale de tous les autres Hyménoptères qui utilisent leur tarière pour disposer leurs œufs dans les tissus végétaux (Tenthrèdes, Cynipidés) ou dans le corps des autres in […] Lire la suite

LÉCITHINES

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 640 mots

Phospholipides très répandus dans les tissus animaux et végétaux, les phosphatidyl-cholines (ou glycéryl-phosphoryl-cholines) sont formées d'une molécule de glycérol dont deux fonctions alcool sont estérifiées par deux acides gras à chaîne longue : le plus souvent, l'acide en position α est saturé, celui en position β insaturé. La troisième fonction alcool est estérifiée par une molécule d'acide p […] Lire la suite

MYRIAPODES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DEMANGE
  •  • 6 651 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Attaque et défense »  : […] Les Chilopodes possèdent dans leurs forcipules un puissant instrument inoculateur de venin. Les accidents mortels chez l'Homme dus à la morsure des Scolopendres sont rarissimes et ne peuvent survenir que chez de très jeunes enfants mordus en des régions très précises du corps (tête, cou, par exemple). Les effets des morsures ont été très exagérés. Dans les régions tempérées, on distingue deux sor […] Lire la suite

PRÉDATION

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 2 945 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La prédation chez les invertébrés »  : […] La chasse à l'affût . Elle utilise ou non des pièges, comme la toile d' araignée. Il nous faut signaler, à ce propos, que les insectes et les araignées sont les seuls animaux avec l'homme qui fabriquent des pièges. De tels engins n'existent ni chez les mammifères ni chez les oiseaux. Tout le monde connaît les toiles si caractéristiques des araignées, mais elles affectent une très grande variété d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Philippe CHIPPAUX, Max GOYFFON, « VENINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/venins/