TRANSFUSION SANGUINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le nom de transfusion sanguine on englobe la collecte et l'utilisation du sang total, ainsi que la préparation des dérivés du sang : globules rouges et plaquettes sanguines d'une part, plasma et fractions plasmatiques d'autre part. Les demandes de produits sanguins n'ont cessé de croître depuis le milieu du xxe siècle. La survenue de l'épidémie de sida, à l'origine de la contamination de nombreux hémophiles et transfusés, jusqu'en 1985, a eu pour conséquence la réorganisation du recueil du sang et de la distribution des produits sanguins. Leur utilisation est strictement encadrée en France (comme dans tous les pays dont le système de santé est étroitement contrôlé selon les recommandations de l'O.M.S.).

Transfusion sanguine

Photographie : Transfusion sanguine

Les conditions des transfusions sanguines s'améliorent, en 1942. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Et cela, depuis le recueil du sang chez les personnes bénévoles qui en font le don, jusqu'à son traitement et la mise en condition soit du sang lui-même, soit des produits sanguins qui en sont extraits.

La transfusion de sang total

Prélèvements de sang

En France, le don du sang est volontaire, anonyme et bénévole. Il s'agit là d'un véritable devoir civique de l'homme sain vis-à-vis de l'homme malade. Peut donner son sang tout sujet âgé de dix-huit ans à soixante-cinq ans ayant une tension artérielle normale, indemne de toute affection chronique, telle que syphilis, paludisme, cancer, tuberculose et ne présentant pas d'allergie majeure.

L'interrogatoire des bénévoles a été considérablement renforcé, un questionnaire vise à éliminer les donneurs appartenant à un « groupe à risque » (homosexuels à partenaires multiples, toxicomanes). Aux tests sérologiques pratiqués avant 1985 (syphilis, hépatite B) se sont ajoutés de nouveaux tests de détection des maladies infectieuses : sida (HIV 1 et 2 en 1985), autres hépatites virales (transaminases et anticorps anti-HBc en 1988, anticorps anti-HCV en 1990), puis détection des anticorps anti-HTLV 1 et 2 (en 1991).

La transcription en droit français de la directive européenne fixant à 2006 la prise en compte du taux d'hémoglobine dans le sang des donneurs éventuels, n'a pu être effectuée qu'en 2008. L'Établissement français du sang, qui coordonne les centres régionaux de recueil des dons, a dû en effet procéder à l'équipement nécessaire pour les dosages, et négocier la méthodologie du recueil, ainsi que le taux d'hémoglobine minimal accepté. Seront désormais écartées les personnes ayant moins de 12 g pour les femmes, 13 g pour les hommes, dans un volume de 100 ml de sang ; de la sorte, une poche de sang de 450 ml environ contiendra au moins 50 g d'hémoglobine. Cette mesure est bénéfique pour les donneurs comme pour les transfusés.

On recueille le sang (de 300 à 450 ml) dans des sacs en matière plastique, contenant une solution anticoagulante : presque toujours 75 millilitres d'une solution citrate-phosphate-dextrose (CPD).

Le prélèvement se fait de préférence à jeun ou après un repas léger ne comprenant ni lait ni beurre. Le donneur étant en position semi-couchée, on ponctionne une veine du pli du coude après désinfection de la peau. Le sac est agité mécaniquement afin d'éviter la coagulation. Le prélèvement terminé, on recueille quelques millilitres de sang dans un flacon « pilote » afin de procéder à des tests de compatibilité, à des contrôles sérologiques (présence d'anticorps révélant une pathologie infectieuse latente ou en évolution), pour détecter des porteurs de virus ou de parasites, et enfin de déterminer le groupe sanguin.

Le sang est ensuite conservé à 4 0C dans un réfrigérateur ou en chambre froide, pendant quinze à vingt et un jours au maximum. On peut augmenter au-delà de vingt et un jours la durée de conservation en ajoutant des dérivés de l'adénosine (CPD-adénine).

La règle est aujourd'hui de fractionner dans les délais opportuns le sang total afin de séparer (pour utilisation appropriée) les produits labiles (globules rouges, plaquettes, plasma frais congelé) et les produits stables (albumine, fibrinogène, immuglobulines, facteurs de coagulation, antithrombine).

La transfusion proprement dite

Il est important de vérifier le groupe sanguin du malade, ainsi que celui du sang à transfuser. Une réaction de compatibilité entre le sang à injecter et le sang du receveur est particulièrement nécessaire lorsque ce dernier a pu s'être immunisé lors de transfusions précédentes. De tou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur d'hématologie, directeur du Centre national de transfusion sanguine

Classification

Autres références

«  TRANSFUSION SANGUINE  » est également traité dans :

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La réanimation »  : […] La réanimation a pour but de surveiller et de rééquilibrer physiologiquement le malade non seulement après, mais aussi avant et pendant l'opération. Plus la maladie à opérer sera grave et l'opération faite importante, plus le rôle de la réanimation sera primordial. Celle-ci fait appel à de très nombreuses disciplines annexes, notamment la radiologie, et le laboratoire biochimique permet de mesure […] Lire la suite

CŒUR - Chirurgie cardiaque

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Christian CABROL
  •  • 6 515 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Spécificités de la chirurgie cardiaque »  : […] Pour atteindre et opérer le cœur, il fallut franchir successivement de nombreux obstacles. Le premier de ces obstacles est la position même du cœur : il est situé au milieu de la cage thoracique ; pour l'aborder, il faut donc nécessairement ouvrir l'une des deux hémi-cavités thoraciques. Cela provoque immédiatement un affaissement du poumon et une asphyxie partielle. Cette thoracotomie n'est deve […] Lire la suite

DENIS JEAN-BAPTISTE (1643-1704)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 520 mots
  •  • 1 média

Le 15 juin 1667, Jean-Baptiste Denis, médecin parisien formé à Montpellier, diplômé en 1667, réussit à injecter dans les veines d’un jeune homme affaibli par des saignées successives l’équivalent de 300 millilitres de sang d’un agneau . Denis venait de réaliser la première transfusion de sang chez l’homme. Les saignées avaient pour but de corriger l’état mental de ce patient ; l’amélioration fut, […] Lire la suite

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le fer : ni trop, ni trop peu »  : […] La quantité de fer présente à un moment donné dans un organisme doit être finement contrôlée, l'excès comme la carence pouvant avoir des conséquences néfastes. La carence en fer, dite carence martiale d'origine nutritionnelle, touche environ deux milliards d'individus dans le monde. Elle est à l'origine d'une anémie par insuffisance des apports en fer destinés à l'érythropoïèse, mais elle entraîn […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 674 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Transmission des hépatites virales »  : […] La transmission des virus A (et E) se fait par voie fécale-orale : le virus est éliminé avec les selles dans le milieu extérieur, où il peut contaminer l'eau de boisson, les aliments, parfois le linge. Ce mode de transmission explique l' épidémiologie de la maladie : dans les pays où les conditions d'hygiène sont médiocres, l'endémie est permanente, les populations sont infectées à un âge précoce […] Lire la suite

GROUPES SANGUINS : KARL LANDSTEINER

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 255 mots
  •  • 1 média

Karl Landsteiner (1868-1943), médecin viennois en même temps que biochimiste, fut un précurseur de l'étude moléculaire des maladies. Son nom reste surtout attaché à la découverte des groupes sanguins en 1901, pour laquelle il reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1930. On savait depuis des années que lorsqu'on mélange les sangs d'animaux différents les globules rouges s'agglutinent et […] Lire la suite

HÉMOPHILIE

  • Écrit par 
  • Édith FRESSINAUD, 
  • Dominique MEYER
  •  • 4 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Traitement »  : […] Il n'existe actuellement aucun traitement curatif de l'hémophilie. Toute thérapeutique est donc essentiellement substitutive et consiste à augmenter le taux de facteur VIII ou IX à un niveau suffisant pour assurer une hémostase normale par l'apport de fractions plasmatiques concentrées de facteur VIII ou de facteur IX. […] Lire la suite

HÉPATITE VIRALE C

  • Écrit par 
  • Stanislas POL, 
  • Anaïs VALLET-PICHARD
  •  • 7 266 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Modes de transmission du VHC »  : […] Le VHC a une transmission principalement parentérale, c'est-à-dire par contact avec le sang. Les infections nosocomiales (liées à l’activité médicale), notamment lors de transfusions sanguines ou d’autres soins médico-chirurgicaux pratiqués dans les années 1960-1989, en ont été la cause principale dans les pays du Nord (et le reste dans les pays en développement). En France, la présence des antic […] Lire la suite

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 809 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En transplantation »  : […] Le rôle des antigènes HLA et H-2 (souris) en transplantation et survie des greffes a été la première observation, c'est pourquoi ils sont appelés couramment antigènes de transplantation. Par greffe de peau il a été démontré que le destin du greffon est fonction essentiellement de la compatibilité de deux systèmes : le système ABO (groupes sanguins) et le système HLA. Ces notions ont été rapideme […] Lire la suite

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 921 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chimérisme lié à la reproduction humaine »  : […] Dans la population des jumeaux dizygotes, frères et sœurs simultanés issus de deux ovocytes et de deux spermatozoïdes différents, l'existence d'une chimère sanguine n'est pas exceptionnelle, puisqu'elle survient dans 8 p. 100 des cas environ, la pratique de la fécondation in vitro ayant en outre considérablement augmenté le nombre des grossesses multiples. Cet échange se produit au niveau du plac […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-8 juillet 2002 France. Non-lieu général dans le volet non ministériel de l'affaire du sang contaminé

L'affaire a déjà donné lieu à deux procès, en août 1992 contre des responsables du Centre national de transfusion sanguine et de la direction générale de la Santé, et en mars 1999 contre trois anciens ministres. Tout en notant l'acceptation par les personnes mises en examen du « risque de sacrifier le devenir et la vie des hémophiles et transfusés », la chambre de l'instruction invoque la méconnaissance, de la part des médecins prescripteurs, du « caractère nécessairement mortifère » des lots contaminés, ainsi que « l'état de nécessité » dans lequel ils se trouvaient face aux patients dans l'attente d'une transfusion. […] Lire la suite

20 mai 1999 France. Renvoi devant la cour d'assises de trente personnes mises en examen dans l'affaire du sang contaminé

Le juge chargé d'instruire le dossier des personnes mises en examen dans l'affaire du sang contaminé – excepté les ministres jugés devant la Cour de justice de la République en mars – décide le renvoi devant la cour d'assises de trente personnes, médecins et anciens membres de la direction générale de la santé, du Centre national de transfusion sanguine et de divers cabinets ministériels. […] Lire la suite

9 mars 1999 France. Relaxe de Laurent Fabius et Georgina Dufoix, et condamnation d'Edmond Hervé dans le procès du sang contaminé

Elle affirme que l'inapplication de la circulaire de juin 1983 sur la sélection des donneurs de sang est due à « l'organisation de la transfusion sanguine à l'époque des faits ». Elle estime que la mesure de dépistage obligatoire des donneurs, décidée en août 1985, « a été imposée et généralisée [...] sans retard ». Mais la Cour juge Edmond Hervé responsable de ne pas avoir rappelé les transfusés susceptibles d'avoir été contaminés, afin d'éviter les contaminations secondaires, et de ne pas avoir ordonné le test des produits sanguins recueillis avant la date d'entrée en vigueur du dépistage obligatoire des dons. […] Lire la suite

9-24 février 1999 France. Ouverture du procès de l'affaire du sang contaminé

En octobre 1992, Michel Garretta, ancien directeur général du Centre national de transfusion sanguine (C.N.T.S.), Jean-Pierre Allain, ancien chef du département de la recherche au C.N.T.S., et Jacques Roux, ancien directeur général de la Santé, étaient condamnés à des peines de prison, assorties de sursis pour les deux derniers, dans l'affaire du sang contaminé. […] Lire la suite

15-22 mai 1995 France. Libération de Michel Garretta et mise en examen de Louis Schweitzer dans l'affaire du sang contaminé

Le 15, l'ancien directeur général du Centre national de transfusion sanguine (C.N.T.S.), Michel Garretta, condamné en octobre 1992 à quatre ans de prison pour tromperie sur la qualité substantielle des produits sanguins destinés aux hémophiles et contaminés par le virus du sida, sort de prison après avoir bénéficié des remises de peine habituelles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre SOULIER, « TRANSFUSION SANGUINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/transfusion-sanguine/