Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALPHABET

Tout alphabet est une collection de signes graphiques qui correspondent à autant de sons vocaux dans une langue ou dans un groupe de langues donné ; la lettre, ou caractère, représente l'unité ultime dont se composent les phonèmes. Encore que l'histoire constate la transformation ou la disparition progressive de certaines lettres ainsi que la captation et l'adaptation entre alphabets, on peut considérer chaque collection comme close. Compte tenu des articulations (mots et phonèmes), c'est donc la combinatoire des quelques dizaines de lettres d'un alphabet qui permet l'expression écrite et parlée et la prolifération illimitée de cette expression dans le tissu quotidien des échanges sociaux comme dans la création et la conservation de la culture.

Entre les langues qui usent d'un même alphabet, on relève des variantes souvent considérables dans la prononciation d'une même lettre (u en français, en anglais, en italien et en espagnol) ou d'un groupe de lettres (ch en français, en italien, en espagnol, en allemand).

Des variantes existent aussi bien au sein d'une langue (ch en allemand, dans Ich et Buch) ; à quoi s'ajoutent les accentuations et les particularités des prononciations régionales. Et l'on sait que, selon la formule populaire qui, en fait, entérine en la déplorant l'existence de l'orthographe, les mots ne s'écrivent pas tous comme ils se prononcent. Cela parce que chaque langue est conditionnée par ses sources, son passé et ses règles ou habitudes scripturales, mais aussi parce que l'équipement alphabétique dont elle dispose se limite précisément à une collection close.

Peu nombreux sont les alphabets en regard du nombre de langues mortes et vivantes qui les mettent en œuvre ; et, par l'expansion de quelques-uns d'entre eux, on peut définir de vastes aires et de longues périodes de civilisation (le grec et le romain, le sanskrit, l'arabe, par exemple).

C'est par la lente élaboration, dans laquelle les faits économiques ont sans doute joué un rôle capital, que l'humanité s'est orientée vers l'abstraction alphabétique, en dégageant l'écriture du pictogramme, de l'idéogramme et du phonogramme, ancêtre du signe alphabétique.

Les civilisations indo-européennes apparaissent comme civilisations du concept, celles de l'Extrême-Orient, qui usent encore de l'idéogramme, comme civilisations de l'image et de l'emblème. Nul ne saurait décider de la supériorité des unes sur les autres, mais, à coup sûr, les alphabets s'offrent comme caractéristiques des premières.

Les premières écritures

Les cunéiformes inventés en Mésopotamie (env. 3400 avant J.-C.) et les hiéroglyphes imaginés en Égypte (env. 3200) servent d'abord à établir des inventaires. Ils comprennent, outre des chiffres, des pictogrammes, dessins représentant un être ou un objet. Ces écritures se sont compliquées lorsqu'on voulut écrire des phrases. Les pictogrammes, qui tendent à devenir des dessins stylisés ou schématiques, se répartissent alors en trois catégories suivant leur fonction. L'idéogramme a la valeur d'un mot tout entier et représente un être ou un objet. Il peut aussi évoquer des termes abstraits par association d'idées : par exemple, le pictogramme « étoile » en devenant un idéogramme signifie : étoile, dieu, haut, être haut. Le phonogramme ou signe phonétique transcrit une syllabe ou, seulement pour les hiéroglyphes, une consonne isolée. Le déterminatif, que l'on place à côté d'un mot écrit au moyen de signes phonétiques ou d'idéogrammes complexes, supprime toute possibilité d'erreur de lecture en indiquant à quelle catégorie d'êtres ou d'objets appartient le mot en question. Les deux premiers systèmes d'écriture ayant mis des siècles à se constituer, il résulte[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'université de Paris-Sorbonne
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Stèle de Néfertiabet - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Stèle de Néfertiabet

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture - crédits : Encyclopædia Universalis France

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

Stèle de Mésha,&nbsp;<b>IX<sup>e</sup></b>&nbsp;s. av. J.-C. - crédits : Z. Radovan/ www.BibleLandPictures/ AKG images

Stèle de Mésha, IXe s. av. J.-C.

Autres références

  • AŚOKA ou AÇOKA (IIIe s. av. J.-C.)

    • Écrit par Marie-Simone RENOU
    • 2 805 mots
    ...Inscriptions ne seront déchiffrées qu'à partir de 1837, quand un fonctionnaire de l'administration civile de Bénarès, James Prinsep, découvrira la clé d'un alphabet jusque-là mystérieux. Car ce texte n'était rédigé ni en pāli ni en sanskrit, mais en māgadhī, langue prakrite de type oriental, sans doute apparentée...
  • BRAILLE

    • Écrit par Françoise MAGNA
    • 7 024 mots
    • 3 médias
    ...(écriture coupée, écriture nocturne...), dont le principe se retrouve dans le système qu'il conçoit ultérieurement et dont s'inspirera Louis Braille. Charles Barbier dispose les 25 lettres de l'alphabet français (la lettre w n'existait alors pas en français) en cinq colonnes de cinq lignes chacune, et...
  • BRULY BOUABRÉ FRÉDÉRIC (vers 1923-2014)

    • Écrit par André MAGNIN
    • 1 189 mots

    Frédéric Bruly Bouabré est né vers 1923 à Zéprégühé, petit village de la Côte d'Ivoire (alors une colonie de l'Afrique-Occidentale française) ; il vit et travaille à Abidjan. Comme le dit Bouabré, en Afrique, quand un homme est né, on se contente de savoir qu'il est né, on ne...

  • CORÉE - Littérature

    • Écrit par Ogg LI, Marc ORANGE, Martine PROST
    • 9 648 mots
    En revanche, l'invention de l'alphabet coréen, en 1443, que l'on attribue au roi Sejong (règne : 1418-1450), marqua le début d'un renouveau de la littérature coréenne. Le premier essai en han'gŭl, nom donné à ce nouveau système d'écriture phonétique, fut tenté, sur l'ordre du...
  • Afficher les 19 références

Voir aussi