TOXINES

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Les nuisances de constitution »  : […] Certains produits naturellement toxiques sont bien connus, et leur introduction dans l'alimentation ne peut être qu'accidentelle : c'est le cas, bien classique, des champignons vénéneux. Un autre exemple, sans doute plus intéressant parce que moins connu, est celui des poissons toxiphores. Ceux-ci se divisent en trois groupes selon l'organe dont la consommation peut être dangereuse : chair muscu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-risques-alimentaires/#i_34416

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Phytophagie et détoxication des métabolites secondaires toxiques »  : […] Toutes les plantes contiennent des métabolites dits « primaires », et d'autres dits « secondaires ». Les premiers, comme les vitamines, minéraux ou acides aminés, sont présents dans tous les tissus du végétal et essentiels à son métabolisme. Les seconds ont une distribution tissulaire plus spécifique, ils présentent une très grande diversité chimique selon les espèces végétales, et beaucoup ont de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-modalites-alimentaires/#i_34416

ANTICORPS ET IMMUNITÉ HUMORALE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 202 mots

En 1888, à Paris, Émile Roux et Alexandre Yersin démontraient que le pouvoir pathogène du bacille diphtérique était dû à une toxine plutôt qu'à la bactérie elle-même. Cette observation fut rapidement étendue au cas du tétanos. Il fallut deux ans à Emil Von Behring à Berlin et à ses collègues Kitasato et Wernicke, à partir de 1890, pour montrer que le sang de sujets immunisés contre la diphtérie ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticorps-et-immunite-humorale/#i_34416

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir pathogène des bactéries »  : […] Les bactéries se comportent dans l'organisme de l'hôte infecté comme des éléments étrangers à ses constituants, dotés de propriétés de parasitisme, capables de se développer à ses dépens et produisant des effets pathologiques par leur prolifération ou par l'intermédiaire de substances qu'elles synthétisent. La pathogénicité des bactéries est un paramètre qualitatif concernant la formation de lésio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_34416

BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

Médecin et bactériologiste allemand, l'un des fondateurs de la sérothérapie. Né à Hansdorf (Prusse-Orientale), von Behring s'inscrit en 1874 à l'École de médecine militaire de Berlin et il obtient son doctorat de médecine en 1878. Deux ans plus tard, il est médecin militaire à Posen, puis médecin d'état-major à Bonn (1887). Il est nommé à l'Académie militaire de médecine de Berlin, puis professeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-adolf-von-behring/#i_34416

BOTULISME

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 471 mots

Neuro-intoxication, rare mais très grave, le botulisme est dû à l'ingestion accidentelle d'une toxine microbienne formée dans certaines conserves alimentaires par un microbe anaérobie, le bacille botulique ( Clostridium botulinum ) . Ce germe est très répandu dans l'intestin de nombreux animaux (porc en particulier), ainsi que dans le sol où, éliminé dans les déjections, il p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botulisme/#i_34416

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 931 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La capsule »  : […] La capsule de B. anthracis contribue à la pathogénicité en permettant à la bactérie d'échapper aux défenses de l'hôte et en provoquant la septicémie. En effet, elle inhibe la phagocytose et est très peu immunogène. Ces caractéristiques ne favorisent donc pas le développement d'une réponse immunitaire. En microscopie électronique, la capsule a un aspect de cheveux courts (cf. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/#i_34416

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 870 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène du vibrion cholérique »  : […] Tous les vibrions pathogènes élaborent une entérotoxine protéique de poids moléculaire 84 000. Libérée dans la lumière intestinale, celle-ci se fixe rapidement sur les sites récepteurs de l'épithélium intestinal de l'intestin grêle, en particulier du jéjunum. Cette fixation irréversible stimule l'activité adénylcyclasique de l'intestin, entraînant après une trentaine de minutes la fuite hydroélec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholera/#i_34416

CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES

  • Écrit par 
  • Pierre BOURRELLY, 
  • Jean Claude LEFEUVRE
  •  • 2 715 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nocivité des Cyanobactéries »  : […] Les cyanobactéries, présentes dans la plupart des milieux aquatiques, sont capables de synthétiser une très grande variété de molécules. Cela va de produits utiles comme des antibiotiques, des antiviraux et antitumoraux jusqu'à différentes toxines qui font l'objet, en France, d'une surveillance depuis l'année 2000, en raison du risque sanitaire. Trois types de toxines sont habituellement répertor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyanobacteries-cyanophycees-algues-bleues/#i_34416

DIPHTÉRIE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 847 mots
  •  • 1 média

Maladie infectieuse et contagieuse propre à l'homme, la diphtérie est due au bacille de Klebs-Lœffler ( Corynebacterium diphteriae ) dont l'action est double : lésions locales, congestives, hémorragiques et nécrotiques au point de pénétration dans l'organisme (la gorge habituellement) avec formation d'un réticulum de fibrine constituant la « fausse membrane » et production d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diphterie/#i_34416

EHRLICH PAUL (1854-1915)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Savant allemand , prix Nobel de médecine (1908), qui a largement contribué à la naissance ou au développement de nombreuses disciplines biologiques telles que l'hématologie, l'immunologie, la chimiothérapie, la pharmacologie et la cancérologie. Né en Silésie, neveu d'un fabricant de matières colorantes, Paul Ehrlich mène des études médicales à Breslau, à Strasbourg, à Leipzig et les termine à Bres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ehrlich/#i_34416

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Effets protecteurs des interactions antigène-anticorps dans l'immunité spécifique »  : […] La réponse humorale constitue l'élément défensif essentiel contre certains virus et les bactéries à multiplication extracellulaire (la plupart des bactéries pathogènes, notamment les staphylocoques et les streptocoques, les clostridies et de nombreux germes à Gram négatif). En revanche, les défenses contre de nombreux virus, les bactéries à développement intracellulaire (multiplication dans les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_34416

IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Pierre GRABAR
  •  • 5 242 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'immunologie moléculaire »  : […] En 1892, P. Ehrlich a élaboré une théorie sur l'apparition des anticorps qu'on désigne par « théorie des chaînes latérales ». Les cellules formant les anticorps comporteraient des constituants membranaires capables de fixer spécifiquement des antigènes. Ces chaînes seraient ensuite libérées dans la circulation et seraient les anticorps. Pour expliquer la spécificité de cette fixation, il l'a comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunologie/#i_34416

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les différentes catégories de biopesticides »  : […] On distingue généralement deux types de biopesticides : ceux qui sont à base d'organismes vivants et ceux qui sont à base de substances biologiques naturelles. La première catégorie inclut des organismes procaryotes ou eucaryotes. Une grande diversité d'organismes biologiques sont ainsi utilisés dans des formulations parmi lesquels : – des bactéries pathogènes d'insectes (dites entomopathogènes) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lutte-biologique/#i_34416

O.G.M. - Les risques

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 713 mots

Dans le chapitre «  Les risques environnementaux »  : […] Les premiers risques qui peuvent résulter du transfert de gènes dans des organismes entiers concernent les recherches elles-mêmes. Celles-ci sont étroitement surveillées. En France, la Commission de génie génétique (C.G.G.), créée en 1989, est chargée de définir dans quelles conditions de confinement les expériences impliquant des O.G.M. doivent être conduites. Tous les projets, qu'ils soient aca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/o-g-m-les-risques/#i_34416

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Effets toxiques et toxi-infectieux »  : […] De nombreux Champignons et Bactéries pathogènes sont, en réalité, des saprophytes : ayant pénétré dans l'hôte par ses orifices naturels ou par des blessures, ils produisent une toxine diffusible. Chez les animaux, cette exotoxine se répand très vite par voie sanguine, entraînant rapidement la mort (diphtérie, tétanos). Chez les végétaux, sans milieu intérieur, la diffusion lente crée, autour de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_34416

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Virulence des agents pathogènes »  : […] L’infection des plantes par les parasites requiert la mise en jeu du pouvoir pathogène de ces derniers. Dans le cas des microorganismes, ce pouvoir pathogène s’exerce par l’intermédiaire de différentes molécules appelées effecteurs (protéines enzymatiques, toxines et autres déterminants), qui sont codées par de nombreux gènes dont l’expression est induite au contact de l’hôte. Les enzymes hydroly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_34416

PLANTES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉES ET RÉSISTANCE

  • Écrit par 
  • Denis BOURGUET
  •  • 2 249 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des nouvelles générations de P.G.M. »  : […] Le phénomène de résistance conduit les firmes de biotechnologies (Monsanto, Pioneer, Syngenta…) à chercher de nouvelles toxines et à développer de nouvelles P.G.M. qui contiennent, cette fois, deux ou trois toxines. La combinaison dans la même P.G.M. de plusieurs toxines constitue une sorte de bi- ou trithérapie. Cette stratégie est théoriquement plus durable au final que l’utilisation d’une vari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes-genetiquement-modifiees-et-resistance/#i_34416

RAMON GASTON (1886-1963)

  • Écrit par 
  • Albert DELAUNAY
  •  • 639 mots
  •  • 1 média

Après des études secondaires au lycée de Sens, Gaston Ramon entre à l'École vétérinaire d'Alfort. Là, il s'intéresse moins à la médecine vétérinaire qu'au travail de laboratoire. Le professeur Vallée, chargé de l'enseignement de la microbiologie, le recommande, à la fin de sa scolarité, à Émile Roux, alors directeur de l'Institut Pasteur. En 1911, il devient l'auxiliaire du vétérinaire Prévot à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-ramon/#i_34416

RÉCIFS CORALLIENS

  • Écrit par 
  • Pascale JOANNOT
  •  • 6 421 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Conséquences pour l'homme des pressions sur les récifs coralliens »  : […] Naturelles ou anthropiques, les pressions exercées sur les récifs coralliens, entraînant leur destruction partielle ou totale, ont des conséquences pour l'homme, notamment en termes d'économie et de santé publique. Les catastrophes de blanchissement entraînent une chute des revenus de la pêche vivrière pour les populations locales ainsi qu'une baisse de la fréquentation touristique. Il est à noter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recifs-coralliens/#i_34416

RÉSISTANCE D'UN INSECTE À UN PESTICIDE DE MAÏS O.G.M.

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 481 mots

La chrysomèle du maïs ( Diabrotica virgifera virgifera ) est un coléoptère dont les larves s'attaquent aux racines de la graminée et sont particulièrement destructrices. L'insecte est certainement originaire d'Amérique centrale (comme le maïs) et est endémique dans toutes les zones d'Amérique du Nord où la culture du maïs est intensive. La méthode traditionnelle de lutte c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resistance-d-un-insecte-a-un-pesticide-de-mais-o-g-m/#i_34416

ROUX ÉMILE (1853-1933)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 567 mots

Après avoir étudié la médecine à Clermont-Ferrand et à Paris et tenu un poste d'aide de clinique à l'Hôtel-Dieu, Émile Roux s'initie à la pratique médicale auprès des malades, et à la chimie biologique dans le laboratoire de l'hôpital. Collaborateur de Pasteur, le chimiste Émile Duclaux fait appel à Roux comme clinicien pour l'étude des maladies virulentes menée à l'École normale. Bientôt conquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/#i_34416

STAPHYLOCOQUES

  • Écrit par 
  • Névine EL SOLH
  •  • 1 916 mots

Dans le chapitre « Toxines staphylococciques »  : […] Les toxines élaborées par les staphylocoques peuvent être réparties en deux groupes. Le premier rassemble les toxines responsables d'une pathologie dont les symptômes sont définis et reproductibles après administration de la toxine : – Les entérotoxines émétisantes dont l'ingestion est responsable d' intoxications alimentaires (vomissements, diarrhée, douleurs intestinales, exceptionnellement sui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staphylocoques/#i_34416

STREPTOCOQUES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 6 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Toxines immunocytotropes mitogènes (superantigènes) »  : […] Ces toxines produites par S. pyogenes comprennent les toxines érythrogènes (TE) et des facteurs mitogènes vis-à-vis des lymphocytes T encore mal définis. Les toxines érythrogènes comprennent deux variétés sérotypiques A et C. La toxine A a été découverte par Dick et Dick en 1924. Les toxines A et C sont des protéines monocaténaires sécrétées, conjointement ou non, par la pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/streptocoques/#i_34416

TÉTANOS

  • Écrit par 
  • André TURPIN
  •  • 2 779 mots

Dans le chapitre « Production »  : […] La toxine tétanique est produite dans des fermenteurs de grande capacité, équipés d'un système de régulation de température, de pH et d'agitation. Le milieu utilisé est semi-synthétique à base d'hydrolysat de caséine, avec des sels minéraux, des vitamines et des facteurs de croissance. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tetanos/#i_34416

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 917 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Diversité de la composition des venins »  : […] Les venins sont constitués d'un cocktail complexe de molécules biologiques dont certaines sont des toxines. Ces dernières sont généralement représentées par des protéines de structure et d'effets très variés. Notons cependant la remarquable exception des venins d'amphibiens, animaux venimeux passifs, qui sont caractérisés par leur richesse en alcaloïdes. Ceux-ci peuvent parfois accompagner des to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venins/#i_34416