RÉCIFS CORALLIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les récifs coralliens sont les plus grandes bio-constructions de la planète. Ils sont formés de squelettes calcaires édifiés principalement par les coraux, animaux marins vivant en symbiose avec des algues. Situés dans la zone intertropicale, ces récifs couvrent stricto sensu (c'est-à-dire sans tenir compte de la superficie des lagons qui leur sont associés) environ 284 300 kilomètres carrés, soit 0,17 p. 100 de la surface des océans. Ce patrimoine naturel, véritable rempart protégeant les côtes contre les assauts de l'océan, est rare mais il offre un potentiel économique et une source de subsistance à plus de 500 millions de personnes, soit 8 p. 100 de la population mondiale, réparties sur une centaine de pays bordés par ces édifices.

La faune corallienne

Photographie : La faune corallienne

Le récif corallien et ses poissons, en mer Rouge, en Égypte. 

Crédits : Reinhard Dirscherl/ Ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Cordon corallien

Photographie : Cordon corallien

Dans les mers chaudes, des récifs coralliens peuvent entourer une île, souvent volcanique comme ici en Polynésie, protégeant la côte de la haute mer en délimitant un lagon. 

Crédits : Ignatius Tan/ Shutterstock

Afficher

Les récifs coralliens représentent, avec les multiples espèces qu'ils abritent, l'un des écosystèmes les plus diversifiés, les plus productifs et les plus complexes, mais aussi l'un des plus fragiles. Subissant de multiples agressions, naturelles ou anthropiques, cet écosystème se dégrade rapidement, notamment sous l'effet du changement climatique. Selon le rapport Status of Coral Reefs of The World, publié en 2008, 19 p. 100 des récifs coralliens sont déjà morts, 15 p. 100 risquent de disparaître dans les 10 à 20 prochaines années et 20 p. 100 de plus d'ici 20 à 40 ans. Seuls 46 p. 100 des récifs de la planète sont donc encore en bon état, notamment dans le Pacifique où des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie ont été inscrits, en juillet 2008, au patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O., ceux de la Grande Barrière d'Australie l'ayant été en 1981.

Répartition et types de récifs coralliens

L'Indonésie (225 millions d'habitants), avec 51 020 kilomètres carrés de récifs, est la plus grande région corallienne du monde, suivie par l'Australie (20,7 millions d'habitants) et ses 48 960 kilomètres carrés de récifs, puis par les Philippines (90 millions d'habitants) avec 25 060 kilomètres carrés de récifs (cf. carte). La France, par ses collectivités d'outre-mer (2,6 millions d'habitants) situées dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique, se place en quatrième position avec 14 280 kilomètres carrés de récifs coralliens et une longueur cumulée des récifs de 5 000 kilomètres. Si l'on ajoute à la superficie des récifs coralliens celle des lagons, l'ensemble corallien des collectivités françaises d'outre-mer atteint 55 000 kilomètres carrés.

Carte des récifs coralliens

Dessin : Carte des récifs coralliens

Répartition des récifs coralliens dans le monde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Vues du ciel, les eaux coralliennes présentent un panel très varié de bleus révélant différentes formations géomorphologiques sous-marines ou types de récifs :

– Les récifs frangeants bordent une terre émergée. Ils peuvent être soit accolés à la côte, soit séparés d'elle par un chenal peu profond, relativement étroit (moins d'1 kilomètre de largeur) et souvent appelé à tort lagon.

– Les récifs barrières, plus éloignés de la côte et séparés de cette dernière par un lagon de plusieurs kilomètres, marquent la différence entre les eaux claires des lagons et le bleu uniforme du grand large. Ce sont souvent d'anciens récifs frangeants que l'élévation du niveau de la mer ou un effondrement de la terre a éloignés du rivage. Parfois, la barrière est double. Cette rare formation existe, par exemple, à Mayotte ou en Nouvelle-Calédonie. Ces armures naturelles sont entaillées, par endroits, de passes, précieuses ponctuations et seules ouvertures avec l'océan que les marins empruntent pour s'affranchir des redoutables naufrages. Ces passes correspondent parfois aux anciennes embouchures de rivières. En effet, lors du dernier maximum glaciaire, il y a environ 18 000 ans, le niveau marin était plus bas, certains récifs barrières étaient alors des récifs frangeants ponctués par des embouchures de rivières qui, après la remontée des eaux, ont laissé place aux passes actuelles.

– Le banc récifal est une formation corallienne édifiée sur un haut fond en pleine mer.

– L'atoll est un récif corallien de forme annulaire délimitant un lagon avec, le plus souvent, en son centre une île basse. L'atoll communique aussi avec l'océan par des passes. Bien souvent, l'atoll est un récif corallien développé autour d'une île volcanique qui peut disparaître par érosion ou par enfoncement dans l'océan.

Lorsqu'o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

La faune corallienne

La faune corallienne
Crédits : Reinhard Dirscherl/ Ullstein bild/ Getty Images

photographie

Cordon corallien

Cordon corallien
Crédits : Ignatius Tan/ Shutterstock

photographie

Carte des récifs coralliens

Carte des récifs coralliens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Coupe d'un corail

Coupe d'un corail
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieure de recherche, habilitée à diriger des recherches, chargée des relations avec l'outre-mer au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  RÉCIFS CORALLIENS  » est également traité dans :

ACIDIFICATION DES OCÉANS

  • Écrit par 
  • Paul TRÉGUER
  •  • 2 205 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quels sont les impacts pour les écosystèmes marins ? »  : […] La paléo-océanographie nous apprend que des variations importantes du pH se sont déjà produites par le passé et que les impacts sur les écosystèmes marins peuvent être importants, avec disparition de certaines espèces calcaires. Cependant, de telles variations se sont effectuées à une échelle de temps beaucoup plus longue que celle que nous connaissons actuellement. Peut-on prévoir l'avenir d’un […] Lire la suite

ANTHOZOAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Yves TURQUIER
  •  • 4 390 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les Hexacoralliaires (ou Zoanthaires) »  : […] Contrairement aux Octocoralliaires, les Hexacoralliaires sont morphologiquement peu diversifiés, mais la structure de leurs polypes est très variable dans le détail (nombre et disposition des cloisons). Toujours différent de huit, ce nombre est, en principe, un multiple de six. La mésoglée est toujours dépourvue de spicules. L'ensemble comprend au moins huit ordres, dont un entièrement fossile (T […] Lire la suite

CALCAIRES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 5 198 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Calcaires construits ou biogéniques »  : […] Ces calcaires peuvent être massifs, non lités, semblables à la partie vivante d'un atoll : ce sont alors des biohermes . Ils sont en saillie par rapport aux dépôts du même âge. L'érosion plio-quaternaire peut les mettre à nouveau en relief s'ils sont plus durs que les roches encaissantes : rochers du Saussois dans le Jurassique supérieur de Bourgogne, partie sud-est du Bois des Roches à Vigny dans […] Lire la suite

ÎLES

  • Écrit par 
  • Guy LASSERRE
  • , Universalis
  •  • 5 320 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les îles océaniques coralliennes »  : […] Les îles volcaniques se rencontrent sous toutes les latitudes et dans toutes les mers. Il en va autrement des îles coralliennes, qui forment l'autre grand groupe des îles océaniques, et qui ne sont situées que dans les régions tropicales. Les coraux, agents constructeurs de ces îles, ont en effet des exigences écologiques précises. Ils ne vivent que dans les eaux chaudes (entre 23 et 28  0 C de […] Lire la suite

LITTORAL MARITIME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 2 226 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Subdivision du système phytal »  : […] L'action plus ou moins intense de l'éclairement d'origine solaire, d'une part, et de l'humectation, d'autre part, permet, par l'influence que ces deux facteurs ambiants exercent sur la distribution d'un certain nombre d'espèces, d'établir au sein du système phytal une subdivision verticale en étages. L'atténuation graduelle de l'éclairement quand la profondeur croît tend à localiser dans des horiz […] Lire la suite

OCÉANIE - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel RABINOVITCH
  •  • 11 314 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Nouvelle-Calédonie »  : […] Deux faits géologiques font de la Nouvelle-Calédonie l'une des îles les plus intéressantes du sud-ouest du Pacifique : une colonne lithostratigraphique comprenant tous les termes du Permien à l'Actuel, exception faite du Crétacé inférieur et moyen, dont la lacune est due à une phase orogénique majeure postjurassique et antésénonienne ; des affleurements d'ultrabasites parmi les plus vastes du mon […] Lire la suite

OCÉANIE - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 539 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Les types d'îles »  : […] Les îles du Pacifique s'individualisent d'abord par leur taille. Si on laisse de côté l'Australie, véritable continent presque aussi grand que l'Europe, on peut les classer en trois catégories selon leur superficie : – Les très grandes îles sont au nombre de trois : la Nouvelle-Guinée (771 900 km 2 ), beaucoup plus étendue que la France, et les deux grandes îles de la Nouvelle-Zélande, dont la […] Lire la suite

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 611 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les animaux (Animalia) »  : […] La plupart des taxons d'animaux sont connus dès la fin du Protérozoïque : dans l'Édiacarien, au sein des faunes dites d'Ediacara ou faunes vendiennes, datées vers — 575 à — 545 Ma, et dans des sites chinois plus anciens comme celui de Doushantuo daté à — 628 Ma. Ils sont représentés par des restes macroscopiques, des traces d'activité, voire même des embryons. La plupart des analyses de phylogéni […] Lire la suite

TARA, goélette

  • Écrit par 
  • Anna DENIAUD, 
  • Christian SARDET
  •  • 3 741 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des prélèvements dans tous les océans  »  : […] Si le parcours de Tara Oceans a été pensé en fonction des vents dominants, afin de limiter au maximum l'utilisation du moteur, son trajet a aussi été choisi par Éric Karsenti, le directeur scientifique de cette expédition avec une vingtaine de coordinateurs scientifiques, dans l'optique d'étudier des milieux et des phénomènes océaniques variés. De la mer Méditerranée à l'océan Pacifique, en passa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascale JOANNOT, « RÉCIFS CORALLIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/recifs-coralliens/