YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lavaux, lycéen à Lausanne, Alexandre Yersin fait à Marburg en 1884 sa première année d'études médicales, qu'il préfère poursuivre à Paris. En 1885, il entre à l'Hôtel-Dieu dans le service de Cornil, puis devient en 1887 externe à l'hôpital des Enfants-Malades et soutient en 1888 sa thèse sur le développement du tubercule expérimental, devenu classique sous le nom de « tuberculose type Yersin ». En 1889, il est naturalisé français.

Alexandre Yersin

Alexandre Yersin

Photographie

Le Français d'origine suisse Alexandre Yersin (1863-1943) découvre le bacille responsable de la peste en 1894. Il fonde l'école de médecine de Hanoi et dirige l'institut Pasteur de Saigon. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le service de Cornil, à l'Hôtel-Dieu, hospitalisait les malades atteints de la rage et venus de nombreux pays d'Europe recevoir le traitement antirabique de Pasteur, encore installé rue d'Ulm. En 1886, Yersin, passionné par la microbiologie, rencontre Pasteur et Roux, et, tout en continuant ses études, il travaille bénévolement au laboratoire de la rue d'Ulm, puis dans le nouvel Institut Pasteur inauguré en 1888. Effrayé par les ravages de la diphtérie dans le service de Grancher aux Enfants-Malades, il parvient à convaincre Roux, qui étudiait alors le bacille de Koch, de s'attaquer au redoutable « croup » ; ils mettent ainsi en évidence la toxine diphtérique, à partir de laquelle Roux et Behring prépareront le sérum antidiphtérique. En 1889, il est engagé par Roux comme préparateur et participe à l'enseignement du cours de microbiologie. L'année suivante, fasciné par la mer, il quitte l'Institut Pasteur et s'engage comme médecin des Messageries maritimes sur les lignes Saigon-Manille, puis Saigon-Haiphong. Il entreprend bientôt l'exploration de l'Annam, peu ou pas connu des Français, après s'être initié à l'astronomie, à la météorologie, à la physique, à la photographie. Il établit des rapports, illustrés de cartes, de plans et de photos, qui sont les premiers documents sur certaines de ces régions. À son retour, il indique le tracé de plusieurs grandes voies de communicat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)  » est également traité dans :

DIPHTÉRIE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Décrite par Arétée de Cappadoce et Galien, la diphtérie (pour laquelle Asclépiade de Bithynie aurait pratiqué la trachéotomie dès le i er  s. av. J.-C.) fut étudiée en France à la Renaissance par Pierre Forest et par Baillou. Bretonneau, au début du xix e  siècle (vers 1820), distingue la diphtérie des autres angines « couenneuses » ; puis Trousseau décrit les paralysies diphtériques et la forme m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diphterie/#i_7875

PESTE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  • , Universalis
  •  • 3 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les trois pandémies pesteuses »  : […] Jusqu’à l’ère chrétienne, quarante épidémies au moins se seraient succédé dont la Bible, Thucydide, L’Iliade et l’Énéide se sont fait l’écho ; la plupart semblent en réalité avoir relevé d’autres fléaux confondus sous le même vocable ( pestis , fléau) ; ainsi, la peste d’Athènes de 430 av. J.-C. fut en fait une épidémie de typhus (cf.  épidémies , chap. 1). La peste de Justinien ( vi e  s. apr. J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peste/#i_7875

PESTE NOTION DE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les signes de la peste humaine sont sans ambiguïté  »  : […] Le mot « peste » vient du latin pestis . Pestis , selon les époques, les auteurs et leurs intentions, désignait certes des maladies contagieuses et leurs épidémies, mais il transmettait plus souvent une image diffuse de ruine, de destruction et, de manière générale, de fléau affectant l'État, les personnes ou les biens. Cette polysémie se retrouve en français dès les premiers usages connus du mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-de-peste/#i_7875

ROUX ÉMILE (1853-1933)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 567 mots

Après avoir étudié la médecine à Clermont-Ferrand et à Paris et tenu un poste d'aide de clinique à l'Hôtel-Dieu, Émile Roux s'initie à la pratique médicale auprès des malades, et à la chimie biologique dans le laboratoire de l'hôpital. Collaborateur de Pasteur, le chimiste Émile Duclaux fait appel à Roux comme clinicien pour l'étude des maladies virulentes menée à l'École normale. Bientôt conquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/#i_7875

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « YERSIN ALEXANDRE - (1863-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-yersin/