DIPHTÉRIE

Maladie infectieuse et contagieuse propre à l'homme, la diphtérie est due au bacille de Klebs-Lœffler (Corynebacterium diphteriae) dont l'action est double : lésions locales, congestives, hémorragiques et nécrotiques au point de pénétration dans l'organisme (la gorge habituellement) avec formation d'un réticulum de fibrine constituant la « fausse membrane » et production de toxine. La gravité de la maladie ne réside pas dans la lésion locale, sauf lorsque la fausse membrane siège sur le larynx (croup), mais dans la diffusion par voie sanguine de la toxine, ce qui détermine des lésions nerveuses, rénales, surrénales, etc., pouvant entraîner la mort. Il s'agit donc d'une toxi-infection qui frappe avant tout les enfants, spécialement entre un et quatre ans ; la vaccination en a considérablement réduit la fréquence.

Historique

Décrite par Arétée de Cappadoce et Galien, la diphtérie (pour laquelle Asclépiade de Bithynie aurait pratiqué la trachéotomie dès le ier s. av. J.-C.) fut étudiée en France à la Renaissance par Pierre Forest et par Baillou. Bretonneau, au début du xixe siècle (vers 1820), distingue la diphtérie des autres angines « couenneuses » ; puis Trousseau décrit les paralysies diphtériques et la forme maligne de la maladie. Le bacille responsable, observé par Klebs en 1883, est isolé, cultivé et étudié par Lœffler l'année suivante. En 1888, Roux et Yersin montrent que l'infection du seul filtrat de culture entraîne la paralysie. En 1894, Roux et ses collaborateurs mettent au point la sérothérapie et, en 1924, Ramon rend possible la vaccination par l'anatoxine diphtérique.

Alexandre Yersin

Alexandre Yersin

photographie

Le Français d'origine suisse Alexandre Yersin (1863-1943) découvre le bacille responsable de la peste en 1894. Il fonde l'école de médecine de Hanoi et dirige l'institut Pasteur de Saigon. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  DIPHTÉRIE  » est également traité dans :

ANGINE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 211 mots

On désigne par le terme angine toute affection infectieuse de la muqueuse de l'oropharynx. Le tableau habituel de l'angine aiguë associe la fièvre, un malaise général, des douleurs à la déglutition. L'examen de l'arrière-gorge montre l'aspect inflammatoire de la muqueuse (angine rouge), qui est quelquefois parsemée de formations blanchâtres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angine/#i_8052

BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

Émile Roux de l'Institut Pasteur sur la toxine diphtérique, von Behring et S. Kitasato démontrent en 1890 que le sang d’animaux immunisés contre celle-ci contient des substances, les antitoxines, qui l’inactivent spécifiquement. Peu après, von Behring met au point le sérum antidiphtérique qui fut commercialisé en 1892. La mise au point finale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-adolf-von-behring/#i_8052

BRETONNEAU PIERRE FIDÈLE (1778-1862)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 607 mots

et de l'anatomie pathologique, le caractère particulier du croup : la fausse membrane, d'où le nom de « diphtérite » qu'il donne aux angines à pseudomembranes (couenneuses). Dans son traité Des inflammations spéciales du tissu muqueux et en particulier de la diphtérite ou inflammation pelliculaire (1826), il distingue l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-fidele-bretonneau/#i_8052

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 982 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les laryngites »  : […] aux virus (grippe) ou aux microbes, comme la classique laryngite diphtérique (croup). Elles se manifestent par un enrouement et une douleur à la déglutition. L'image laryngoscopique montre un larynx rouge dans son ensemble, spécialement au niveau des cordes vocales qui peuvent être plus ou moins infiltrées. Le repos vocal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larynx-pathologie/#i_8052

RAMON GASTON (1886-1963)

  • Écrit par 
  • Albert DELAUNAY
  •  • 639 mots
  •  • 1 média

qui a conservé intact son pouvoir vaccinant. Ramon mit au point plusieurs anatoxines dont les deux plus célèbres demeurent les anatoxines diphtérique et tétanique. Grâce à un emploi très étendu de la première, on a pu assister à la quasi-disparition d'une maladie qui, encore au xxe siècle, était responsable de beaucoup de morts. L'emploi de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-ramon/#i_8052

ROUX ÉMILE (1853-1933)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 567 mots

avec Yersin, il annonce qu'il a découvert une substance toxique dans les filtrats des cultures du bacille de Klebs et Loeffler : la toxine diphtérique. C'est une découverte capitale. Dès ce moment, il pense à l'utilisation thérapeutique de ces toxines qui immunisent les animaux, et il souligne leur analogie avec les enzymes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/#i_8052

TOXINES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel BARBIER
  •  • 17 492 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Toxine diphtérique et exotoxine A de Pseudomonas aeruginosa »  : […] Pour ces deux toxines, dont le mécanisme d'action moléculaire est identique (fig. 2), le fragment A possède une double activité enzymatique : NAD-glycohydrolasique et translocasique. La première induit le clivage de la molécule de NAD en nicotinamide et en ADP-ribosyl. La seconde catalyse le transfert du groupement ADP-ribosyl sur le facteur d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toxines/#i_8052

TROUSSEAU ARMAND (1801-1867)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 501 mots

présentée par Bretonneau en 1821 à l'Académie de médecine et qui constitue la première description solide de la diphtérie. Il poursuit ensuite une carrière certes médicale, mais également marquée par une relation étroite avec la santé publique gouvernementale puis la politique. Passionné par la révolution de février 1848, il est élu en avril de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-trousseau/#i_8052

VACCINATION (STATUT JURIDIQUE)

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 431 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une offensive antivaccinale contredite par les faits »  : […] for Diseases Control and Prevention (C.D.C.). En France, grâce à la vaccination, la diphtérie (45 000 cas et 3 000 décès en 1954, 5 cas annuels depuis 1982, aucun cas autochtone depuis 1988) et la poliomyélite (350 000 cas dans le monde en 1988, 500 en 2011, dernier cas autochtone en France en 1989) ont quasiment disparu. Mais, tant qu'une maladie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaccination-statut-juridique/#i_8052

YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

puis dans le nouvel Institut Pasteur inauguré en 1888. Effrayé par les ravages de la diphtérie dans le service de Grancher aux Enfants-Malades, il parvient à convaincre Roux, qui étudiait alors le bacille de Koch, de s'attaquer au redoutable « croup » ; ils mettent ainsi en évidence la toxine diphtérique, à partir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-yersin/#i_8052

Voir aussi

CORYNEBACTÉRIES    CROUP    PARALYSIE    TRACHÉOTOMIE

Pour citer l’article

Henri-Hubert MOLLARET, « DIPHTÉRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diphterie/