ROUX ÉMILE (1853-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir étudié la médecine à Clermont-Ferrand et à Paris et tenu un poste d'aide de clinique à l'Hôtel-Dieu, Émile Roux s'initie à la pratique médicale auprès des malades, et à la chimie biologique dans le laboratoire de l'hôpital. Collaborateur de Pasteur, le chimiste Émile Duclaux fait appel à Roux comme clinicien pour l'étude des maladies virulentes menée à l'École normale.

Bientôt conquis par les idées de Pasteur, Roux devient son fidèle disciple. Son nom est associé à celui de son maître dans les publications qui devaient suivre la découverte des virus-vaccins, et, en premier lieu, celle de la vaccination des moutons contre le charbon. Il prend ensuite une part très active aux recherches sur l'atténuation du virus rabique. L'immense succès de la prophylaxie de la rage dépasse les plus belles espérances. Une souscription est ouverte, qui permet l'édification de l'Institut Pasteur (1888).

Tandis que l'Institut Pasteur commence à rendre d'immenses services pour l'étude et le traitement de la rage, Roux s'oriente résolument vers les recherches d'immunité par les substances solubles contenues dans les cultures bactériennes. Dans trois mémoires parus dans les Annales de l'Institut Pasteur, en 1888, 1889 et 1890, en collaboration avec Yersin, il annonce qu'il a découvert une substance toxique dans les filtrats des cultures du bacille de Klebs et Loeffler : la toxine diphtérique. C'est une découverte capitale. Dès ce moment, il pense à l'utilisation thérapeutique de ces toxines qui immunisent les animaux, et il souligne leur analogie avec les enzymes. En outre, il constate qu'on peut atténuer leur toxicité. Puis il fixe les règles du diagnostic bactériologique de la diphtérie et, bien qu'aucune thérapeutique spécifique ne puisse encore être appliquée, il insiste sur la néce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en pharmacie et en médecine, chef de service honoraire à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  ROUX ÉMILE (1853-1933)  » est également traité dans :

DIPHTÉRIE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Décrite par Arétée de Cappadoce et Galien, la diphtérie (pour laquelle Asclépiade de Bithynie aurait pratiqué la trachéotomie dès le i er  s. av. J.-C.) fut étudiée en France à la Renaissance par Pierre Forest et par Baillou. Bretonneau, au début du xix e  siècle (vers 1820), distingue la diphtéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diphterie/#i_7874

NOCARD EDMOND (1850-1903)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 619 mots

Vétérinaire français. Après de brillantes études à l'École vétérinaire de Maisons-Alfort (1868-1873), il est nommé, à la fin de 1873, chef de clinique de la chaire de pathologie interne et externe à Alfort, puis professeur de pathologie chirurgicale, lorsqu'en 1878 cette chaire est dédoublée. Il introduit l'anesthésie au chloral, par voie intraveineuse, chez les gros animaux et en indique la dose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-nocard/#i_7874

ROUXIELLA CHAMBERIENSIS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 293 mots

En décembre 2013, trois nourrissons grands prématurés décédaient à l’hôpital de Chambéry. Un quatrième, également infecté, devait survivre. Très rapidement, les enquêteurs s’orientent vers une contamination des poches de nourriture parentérale utilisées pour alimenter ces nourrissons. La cellule d’intervention d’urgence de l’Institut Pasteur y retrouve une bactérie inconnue, présente en grande qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rouxiella-chamberiensis/#i_7874

YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

Né à Lavaux, lycéen à Lausanne, Alexandre Yersin fait à Marburg en 1884 sa première année d'études médicales, qu'il préfère poursuivre à Paris. En 1885, il entre à l'Hôtel-Dieu dans le service de Cornil, puis devient en 1887 externe à l'hôpital des Enfants-Malades et soutient en 1888 sa thèse sur le développement du tubercule expérimental, devenu classique sous le nom de « tuberculose type Yersin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-yersin/#i_7874

Pour citer l’article

Pierre NICOLLE, « ROUX ÉMILE - (1853-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/