TOSCANE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Retour à Florence » : collectionneurs et voyageurs passionnés

C'est ainsi qu'Elisa Bonaparte, placée par son frère sur le trône de Lucques, tente une politique d'encouragement des arts. Devenir un musée n'était pas un risque pour la Toscane : on s'y était toujours mesuré à l'aune des chefs-d'œuvre du passé. La Loggia dei Lanzi (de Benci di Cione et Simone Talenti à la fin du xive siècle), sur la place de la Seigneurie de Florence, premier musée de sculpture en plein air, permettait la confrontation, à quelques mètres du David de Michel-Ange, du Persée de Benvenuto Cellini, avec la Judith de Donatello ou, plus tard, l'Enlèvement des Sabines de Jean Bologne. Les inclusions d'œuvres d'art les unes dans les autres ne surprenaient pas : à San Miniato, église romane, prier dans la chapelle du cardinal de Portugal, c'était s'agenouiller dans un cadre dessiné par un élève de Brunelleschi, Antonio Manetti, sous une voûte ornée de médaillons de Luca della Robbia, avec, sur les murs, des peintures d'Alessio Baldovinetti (1425-1499) face au gisant du cardinal, œuvre d'Antonio Rossellino (1461). Ce n'est pas un hasard si cette chapelle fut tant appréciée des guides de voyages de la fin du xixe siècle. La Toscane, reliquaire débordant de reliques, semblait elle-même une œuvre d'art faite pour enchâsser des pièces de musée.

D'où la volonté d'achever l'histoire sous prétexte de la retrouver : destruction du vieux centre florentin pour créer un « forum » en 1887, ultime avatar du mythe romain, de fondateur devenu ainsi destructeur, pastiches de façades gothiques plaquées sur Santa Croce, panthéon national toscan, ou sur le Dôme. À Saint-Laurent, par respect pour les croquis de Michel-Ange qui auraient pu guider les recréateurs, on laissa la façade de pierres brutes. Seule réaction face à l'académisme triomphant, le mouvement des Macchiaioli – de macchia, tache – qui allie, dans les années 1860, influence des peintres français de l'école de Barbizon et sensib [...]

Santa Croce, Florence, façade

Santa Croce, Florence, façade

Photographie

Santa Croce, Florence, façade de Nicoló Matas (1853-1863). 

Crédits : Ken Welsh, Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages



Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Paysage rural de Toscane

Paysage rural de Toscane
Crédits : J. Howarth/ The Image Bank/ Getty

photographie

Chaire de la cathédrale de Pise, G. Pisano

Chaire de la cathédrale de Pise, G. Pisano
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Sienne : le centre

Sienne : le centre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 25 médias de l'article





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : professeur émérite

Classification


Autres références

«  TOSCANE  » est également traité dans :

ACADÉMIES

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 955 mots

Dans le chapitre « L'expansion européenne de la Renaissance »  : […] Avant de se trouver officialisées par une protection princière ou royale, les académies de la Renaissance ne furent à l'origine que des cercles privés ou, selon l'expression de N. Pevsner, des « regroupements informels d'humanistes ». La première à avoir été ainsi recensée fut l'Accademia platonica de Marsile Ficin et Pic de la Mirandole, fondée à Florence en 1462 sous le règne de Laurent le Magn […] Lire la suite

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 106 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une figure de la Renaissance italienne »  : […] Le destin de ce Toscan de souche l'amena à connaître une bonne partie de l'Italie. Second fils naturel de Lorenzo di Benedetto Alberti, patricien de Florence, et de Biancha Fieschi, Leon Battista est né le 14 février 1404 à Gênes, en Ligurie, où son père s'était réfugié après un décret de proscription rendu contre sa famille. Le jeune homme étudia dans le nord de l'Italie, à Venise, à Padoue puis […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 434 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La création du studio Alinari »  : […] Le studio Fratelli Alinari, fotografi editore , prit son essor grâce à l'association artistique et commerciale de trois frères : Leopoldo (1832-1865), le photographe – qui s'était initié à la photographie auprès du célèbre graveur Bardi –, Giuseppe (1836-1892), l'homme d'affaires, et Romualdo (1830-1891), le gestionnaire. Ils se firent immédiatement un nom grâce à la qualité de leur reproduction […] Lire la suite

AMMANNATI BARTOLOMEO (1511-1592)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 317 mots
  •  • 3 médias

Après avoir été l'élève du sculpteur Baccio Bandinelli à Florence, Ammannati rejoint Jacopo Sansovino à Venise ; entre 1537 et 1540, il travaille avec lui à la Libreria Vecchia (reliefs de l'attique). Puis il part pour Padoue, où il sculpte notamment une statue colossale d' Hercule (1544), un portail avec Apollon et Jupiter et le mausolée de B. Benavides aux Eremitani (1546). Il se rend ensuit […] Lire la suite

ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)

  • Écrit par 
  • Philippe LEVANTAL
  •  • 743 mots
  •  • 3 médias

Au début du Quattrocento, divers peintres florentins élaborent un style qui brise avec ce que le Trecento, dominé par Giotto, comportait encore d'empreinte gothique. La conquête, par Masaccio, d'un espace cohérent ouvre la voie à Uccello, à Andrea del Castagno, qui, de manière fort différente, vont accorder la primauté au dessin, au volume monumental, au contour dramatique, aux effets de perspecti […] Lire la suite

ANDREA DEL SARTO (1486-1531)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 535 mots
  •  • 1 média

Vasari raconte que le jeune Andrea del Sarto, au temps de son apprentissage chez Piero di Cosimo, passait tous ses instants de liberté dans la « Salle du pape » à Sainte-Marie-Nouvelle, où étaient exposés le carton de Michel-Ange pour La Bataille de Cascine et celui de Léonard pour La Bataille d'Anghiari . L'anecdote est d'autant plus plausible que l'art d'Andrea del Sarto resta constamment impré […] Lire la suite

APENNIN

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean DEMANGEOT
  •  • 2 774 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Géologie »  : […] Il faut séparer de l'Apennin la zone de flyschs et de calcaires de la Lucanie, ou Basilicate, et le massif cristallin de Calabre (l'ensemble se rattachant par la Sicile aux structures de l'Afrique du Nord), ainsi que les grandes masses calcaires des Pouilles et du Monte Gargano, qui représentent l'avant-pays commun à l'Apennin et aux Dinarides ( zone d'Apulie ). Les montagnes de Campanie et des […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Le projet humaniste »  : […] L'architecture de la Renaissance italienne s'accompagne dès le départ d'une réflexion politique et sociale. La coupole de la cathédrale de Florence conçue par Brunelleschi veut magnifier le pouvoir de la cité ainsi que l'excellence de ses institutions. Celles-ci sont aux mains d'une oligarchie patricienne imprégnée par les conceptions humanistes, une oligarchie qui veut faire de sa ville une « no […] Lire la suite

BERENSON BERNARD (1865-1959)

  • Écrit par 
  • Henri PERETZ
  •  • 2 410 mots

Dans le chapitre « La critique d'attribution »  : […] Berenson hésitait à se classer parmi les experts, les historiens de l'art, les critiques, les philosophes ou les collectionneurs. Ses activités et ses œuvres relèvent de tous ces domaines, mais c'est sans doute l'attribution des œuvres italiennes du xiv e  au xvi e  siècle qui l'occupa le plus. Parus en 1903, les Dessins des peintres florentins, classés, critiqués et étudiés comme documents pour […] Lire la suite

BIOGRAPHIES D'ARTISTES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 2 398 mots

La vie d'artiste est un genre littéraire d'une grande ancienneté, abondamment illustré depuis la Renaissance. On en fait remonter l'origine aux commentateurs de Dante qui ont élucidé et développé la mention lapidaire des noms de Cimabue et de Giotto insérée dans la Divine Comédie . C'est à Florence, en effet, qu'apparaissent chez les chroniqueurs, dès le début du xv e  siècle, les premières notice […] Lire la suite

BOLOGNE JEAN ou BOULONGNE JEHAN ou GIAMBOLOGNA (1529-1608)

  • Écrit par 
  • Charles H. F. AVERY
  •  • 1 488 mots
  •  • 4 médias

Le sculpteur Jean Bologne signait de multiples manières ; souvent il se référait à sa patrie d'origine en ajoutant la mention « Flandri » ou « Belgae ». Son nom flamand véritable semble avoir été Jehan Boulongne, rendu en français par Jean Boulogne. On en fit en italien Giovanni Bologna, contracté plus tard en Giambologna. Né à Douai, apprenti chez Jacques Dubrœucq, sculpteur flamand réputé, Bolo […] Lire la suite

CALLOT JACQUES (1592-1635)

  • Écrit par 
  • Paulette CHONÉ
  •  • 1 949 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le séjour à Florence »  : […] Le 18 octobre 1614, il est admis parmi les artistes pensionnés des Offices et reçoit sa première commande officielle, celle des seize planches de la Vie de Ferdinand I er , d'après des compositions de Jacopo da Empoli, Matteo Rosselli et Bernardino Poccetti. Commence alors une période d'activité intense qui va durer sept années. D'après Baldinucci, c'est grâce à Parigi que Callot approfondit les l […] Lire la suite

CAMPANA COLLECTION

  • Écrit par 
  • Dominique BRIQUEL
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intérêt pour l'archéologie dans l'Italie du XIXe siècle »  : […] La civilisation étrusque, qui s'était développée entre le viii e et le i er  siècle avant J.-C. sur le territoire de l'actuelle Toscane, fut une des plus riches du monde antique : elle nous a laissé des milliers d'objets précieux, bijoux en or, céramiques ornées de peintures – souvent importées de Grèce –, statuettes et miroirs en bronze, sarcophages en albâtre, que les puissants aristocrates étr […] Lire la suite

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le « studiolo » et le « cortile » »  : […] Dans leur culte de l'Antiquité, les humanistes développent l'intérêt pour ses monuments, édifices, statues, médailles (c'est-à-dire des monnaies) et pierres gravées (gemmes et camées ). Ils légitiment en outre un rapport de plaisir artistique entre l'œuvre d'art et son propriétaire, comme en témoigne dans une lettre Pétrarque à propos du portrait de Laure, peint par Simone Martini. Enfin, en célé […] Lire la suite

CÔME Ier DE MÉDICIS (1519-1574), grand-duc de Toscane (1569-1574)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 632 mots

Homme d'État italien né le 12 juin 1519, mort le 21 avril 1574, à Castello, près de Florence. Côme I er de Médicis est l'arrière-arrière-petit-fils de Laurent l'Ancien, frère de Côme l'Ancien. Il appartient à une branche de la famille Médicis qui joue un rôle majeur dans les affaires sans jamais intervenir en politique. Néanmoins, quand il apprend l'assassinat de son lointain cousin, Alexandre, […] Lire la suite

CRONACA SIMONE DEL POLLAIOLO dit IL (1457-1508)

  • Écrit par 
  • Catherine CHAGNEAU
  •  • 103 mots

Après un séjour à Rome (1480-1483), Cronaca revint à Florence où se déroula toute son activité. Interprète de la tradition du Quattrocento, il poursuivit les travaux du palais Strozzi dès 1494 (corniche et cortile), construisit le palais Horne (après 1489) et réalisa sur les dessins de Giuliano da Sangallo, la sacristie de Santo Spirito (1492). En 1495, il fut chargé des restaurations de Santa Mar […] Lire la suite

DANTE ALIGHIERI (1265-1321)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 5 460 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Entre guelfes et gibelins »  : […] Lorsque Dante y naquit, dans la seconde quinzaine du mois de mai 1265, Florence était en voie de devenir la plus puissante cité de l'Italie centrale et l'une des plus considérables de l'Occident chrétien. Dès 1250, un gouvernement communal, imposé par les forces associées de la bourgeoisie et de l'artisanat, avait mis fin à la suprématie des maisons nobles. Deux ans plus tard étaient frappés les p […] Lire la suite

ESSAIS FLORENTINS, Aby Warburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 207 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un banquier érudit et un mécène de la recherche »  : […] Aby Warburg a rédigé, de 1888 à 1893, une thèse sur Botticelli et s'est attaché à analyser les facteurs d'influence et les composantes d'un style qu'il qualifie d'idéaliste et de décoratif. Il a mené dans les archives de Florence des investigations, que lui-même compare avec humour à des enquêtes policières, sur les artistes, leurs commanditaires et les conseillers humanistes de ces derniers, dé […] Lire la suite

GHIBERTI LORENZO (1378 ou 1381-1455)

  • Écrit par 
  • Pascal DUBOURG-GLATIGNY
  •  • 2 734 mots
  •  • 3 médias

Formé dans l'atelier florentin de son beau-père, l'orfèvre Bartolo di Michele (Bartoluccio), Lorenzo di Cione Ghiberti poursuivit son apprentissage en tant que peintre et sculpteur dans les Marches avant de revenir à Florence sa ville natale, vers l'âge de vingt ans, pour participer au concours de la deuxième porte du baptistère de la cathédrale. Connu principalement pour ses œuvres de sculpture e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 février 2015 • Italie • Condamnation du commandant du « Costa-Concordia ».

Le tribunal de Grosseto (Toscane) condamne à seize ans de prison Francesco Schettino, l'ancien commandant du paquebot de croisière Costa-Concordia qui s'était échoué sur l'île du Giglio, en janvier 2012, causant la mort de trente-deux personnes. Il est reconnu responsable du naufrage et coupable d'abandon de navire et d'homicides involontaires.  [...] Lire la suite

13-18 janvier 2012 • Italie • Naufrage du « Costa-Concordia » au large de la Toscane.

Le 13, le paquebot Costa-Concordia heurte des rochers bordant l'île du Giglio, au large de la côte toscane, et s'échoue. La plupart des quelque quatre mille deux cents personnes présentes à son bord sont évacuées. Toutefois, le naufrage fait trente morts, et deux personnes [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, Michel ROUX, « TOSCANE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/