GISANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Effigie funéraire en haut relief d'un personnage représenté couché sur une tombe. Ordinairement couché à plat-dos, le gisant, qui a les yeux soit ouverts soit fermés, est, en fait, conçu comme une statue qui serait placée debout. Généralement sculptés dans la pierre, les gisants sont exécutés à partir du xiiie siècle dans des matériaux plus précieux : bronze, cuivre doré ou émaillé. Seuls les gisants des chevaliers anglais des xiiie et xive siècles sont représentés « en mouvement » : couchés sur le flanc, les jambes croisées, ils dégainent leur épée dans un suprême effort. Le type du gisant, création de l'art funéraire du Moyen Âge chrétien, évoluera à la fin du xiiie siècle (il était auparavant figuré idéalement jeune et beau) où l'on assiste à une recherche de vraisemblance physique dans la représentation du défunt : cela se remarque déjà dans l'effigie funéraire du roi Philippe III le Hardi, mort en 1285 et enseveli en l'église abbatiale de Saint-Denis, mais plus encore dans celle du connétable du Guesclin, mort en 1380, dont la petitesse et la laideur légendaires furent reproduites fidèlement. Les gisants sont souvent accompagnés d'éléments annexes : repose-tête, animaux symboliques ou familiers couchés sous leurs pieds, et ils font des gestes divers : les mains sont jointes pour prier ou elles tiennent un livre ouvert (gisant d'Aliénor d'Aquitaine à l'abbaye de Fontevrault) ou un sceptre royal (la plupart des gisants royaux de Saint-Denis). Au cours du dernier tiers du xive siècle, cette représentation conventionnelle du gisant cède la place à la figuration du « transi », c'est-à-dire du corps à l'état de décomposition (transi du cardinal Jean de Lagrange Saint-Martial, à Avignon). Hormis quelques exemples de transis datant du xvie siècle, tels ceux d'Henri II et de Catherine de Médicis à Saint-Denis, la Renaissance et les siècles suivants préféreront représenter le défunt agenouillé et en prière : le priant.

—  Maryse BIDEAULT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GISANT  » est également traité dans :

BERRUGUETE ALONSO (1490-1561)

  • Écrit par 
  • Antonio BONET-CORREA
  •  • 734 mots
  •  • 1 média

On a toujours considéré Alonso Berruguete comme le sculpteur le plus original et le plus important de la Renaissance espagnole. Artiste de formation maniériste, acquise directement en Italie, il était le fils de Pedro Berruguete, peintre espagnol qui travailla à la cour des Montefeltro à Urbin dans les Marches et qui introduisit en Castille la pein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alonso-berruguete/#i_13808

DESIDERIO DA SETTIGNANO (av. 1430-1464)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 483 mots

Fils d'un tailleur de pierre, Desiderio est cité comme maître sculpteur dans un acte de 1453. Ses affinités avec Donatello sont évidentes mais, de 1432 à 1453, celui-ci est à Rome et à Padoue : c'est donc par des sculptures que l'influence de Donatello a pu s'exercer sur Desiderio, qui a certainement travaillé près de Bernardo Rossellino à Florence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desiderio-da-settignano/#i_13808

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] En France, c'est dans l'entourage royal et dans celui des grands seigneurs que cette tendance s'affirme. Paris devient rapidement le lieu de production et de diffusion des œuvres sculptées. Il s'y crée des prototypes qui se trouvent aussitôt répétés sans que l'on puisse toujours préciser leur lieu d'exécution. Les sculpteurs, nombreux, ne cherchen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_13808

LA HUERTA JEAN DE (mort apr. 1462)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 472 mots

Le génie de Jean de La Huerta n'est apparu que lors d'une exposition qu'on lui a consacrée en 1972, au musée de Dijon. Longtemps, La Huerta n'a été qu'un nom dans des textes qui, s'ils nous révélaient sa puissante personnalité, laissaient dans l'ombre son rôle dans l'évolution de la sculpture bourguignonne au milieu du xv e  siècle. En 1439, la mor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-huerta/#i_13808

LE MOITURIER ANTOINE (1425 env.-apr. 1497)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 457 mots

Dernier imagier des ducs de Bourgogne, Antoine Le Moiturier a usurpé sa réputation, dont est responsable en grande partie le sculpteur Michel Colombe, qui l'a qualifié de « souverain tailleur d'images ». Après la fuite, en 1456, de Jean de La Huerta, les gens des comptes du duc se mettent à la recherche d'un successeur éventuel. Agnès de Bourgogne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-le-moiturier/#i_13808

MOREL JACQUES (1395 env.-1459)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 434 mots

L'œuvre du sculpteur Jacques Morel, oncle d'Antoine Le Moiturier, a souffert de nombreuses destructions. Sa vie est pourtant bien connue et elle peut être retracée avec une certaine précision. Il naquit à Lyon dans le dernier quart du xiv e  siècle (son père, Pierre Morel, était sculpteur). En 1418, on le trouve à la cathédrale Saint-Jean où il exé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-morel/#i_13808

NAVARRE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 4 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un gothique courtois »  : […] À l'époque gothique, les influences françaises qui se font plus fortes dans le domaine de l'art ne sont qu'un des aspects des liens étroits établis entre la Navarre et son puissant voisin du Nord. Le style gothique, dans sa tonalité septentrionale, fait son apparition à Roncevaux dès le début du xiii e  siècle. Il ne s'installe à Pampelune qu'un s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navarre/#i_13808

PILON GERMAIN (1525 env.-1590)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 1 814 mots

Dans le chapitre « Le tombeau de Henri II et de Catherine de Médicis »  : […] Ce fut encore sous le contrôle de Primatice que Pilon créa ses œuvres suivantes. Lorsque Catherine de Médicis fit édifier par Primatice un mausolée en rotonde à l'église abbatiale de Saint-Denis, Pilon fut parmi les artistes responsables de la décoration sculptée. Il travailla d'abord au tombeau du roi défunt et de la reine, à côté d'autres sculpte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germain-pilon/#i_13808

POLLAIUOLO ANTONIO BENCI dit (1432-1498)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 437 mots
  •  • 2 médias

Peintre, sculpteur , orfèvre et graveur, Antonio Pollaiuolo dirige à Florence, avec la collaboration de son frère Piero, un atelier très achalandé. Il exécute des portraits , des médailles, des statues pour les Médicis et l'aristocratie florentine, des fresques et des broderies pour les églises, des tombeaux pour les papes : Laurent de Médicis écri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-benci-dit-pollaiuolo/#i_13808

PRIEUR BARTHÉLEMY (1536-1611)

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER
  •  • 313 mots

Sculpteur français de religion réformée, dont la fille Madeleine épousa le sculpteur Guillaume Dupré, Prieur est nommé en 1594 sculpteur du roi, au détriment de Germain Pilon fils. On le trouve, cette même année, travaillant au Louvre, à la décoration de l'aile sud de la Grande Galerie, mais ses principaux ouvrages ont été réalisés pour les Montmor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-prieur/#i_13808

SAINT-DENIS BASILIQUE DE

  • Écrit par 
  • Philippe PLAGNIEUX
  •  • 1 199 mots
  •  • 3 médias

On considère saint Denis comme un évêque missionnaire venu évangéliser la cité des Parisiens. Il y trouva le martyre vers 250, vraisemblablement sur la colline de Montmartre, avant d’être inhumé à l’emplacement de l’actuelle basilique. La Vie de sainte Geneviève , rédigée vers 520, présente Denis comme le premier évêque de Paris, envoyé par le pape […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basilique-de-saint-denis/#i_13808

SÉPULTURE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 532 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Signes extérieurs de la tombe. Les monuments funéraires »  : […] La tombe en elle-même, avec ses aménagements et son décor, ne constitue qu'une partie de la sépulture. À toutes les époques et dans toutes les religions, elle est pourvue d'une « marque », d'un « signe » qui jalonne les tombes des nécropoles ; elle est associée à certains rites funéraires et accentue certains des caractères déjà signalés dans l'age […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sepulture/#i_13808

SOLARI LES

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 708 mots
  •  • 2 médias

Famille d'artistes italiens. On ignore quels furent les débuts de Cristoforo Solari dit il Gobbo (actif de 1489 à 1520), sculpteur et architecte, frère aîné du peintre Andrea Solario. En 1489, il est à Venise, travaillant à l'autel de la chapelle Saint-Jean (détruit) dans l'église Santa Maria della Carita. Mais l'essentiel de sa carrière se déroule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-solari/#i_13808

Pour citer l’article

Maryse BIDEAULT, « GISANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gisant/