ESTHÉTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du xviiie siècle, la « science du beau » (Æsthetica, 1750-1758), esthétisme et esthète n'apparaissent que dans la seconde moitié du xixe siècle, et leur emploi ne se généralise qu'au cours des années 1880. La transition se fait insensiblement : le livre de Baudelaire est intitulé, contre son gré d'ailleurs, Curiosités esthétiques (1868), au sens courant du terme, mais lui-même appliquait déjà l'adjectif à des êtres ou à des choses qui ne répondaient qu'à sa propre conception de la beauté. Et c'est en effet chez Baudelaire qu'on voit apparaître, pour une bonne part, l'une des données fondamentales de l'« esthétisme » : la prééminence accordée à tout ce qui relève de l'Art sur la nature et sur la vie. C'est en ce sens que « l'esthète » remplace peu à peu « l'artiste », qui avait connu son apogée à l'époque romantique, par opposition au « bourgeois » : l'esthète est un artiste infiniment plus raffiné, qui donne à l'Art une place essentielle dans sa vie et dans sa conception du monde ; c'est beaucoup plus qu'un praticien, au point qu'il peut se passer même de toute pratique artistique, devenant lui-même pur « goûteur » des « choses d'art ». Le mouvement est d'abord sensible en Angleterre, notamment autour du cercle de Whistler et des préraphaélites : d'où, pendant un certain temps, l'emploi, en français, des formes « æsthete » et « æstheticism » pour désigner un style spécifiquement anglais. Au début les mots s'accompagnent souvent d'une nuance péjorative : « Il est de bon ton là-bas d'être un esthète, d'adorer le beau idéal, le beau maigre et émacié des peintres primitifs, le beau des préraphaélites, le beau maladif et charmant des mélancoliques tableaux de Burne-Jone [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art moderne et contemporain à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  ESTHÉTISME  » est également traité dans :

À REBOURS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 883 mots

Dans le chapitre « Un roman immobile »  : […] À rebours s'ouvre sur une notice biographique du personnage, avant que le lecteur ne découvre la « philosophie de l'ameublement » de Des Esseintes, largement inspirée par Edgar Poe et Baudelaire. La maison de Des Esseintes porte ainsi à son paroxysme l'affirmation de l'artifice contre la nature, des jouissances de l'art contre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/a-rebours/#i_15690

ART (Aspects culturels) - La consommation culturelle

  • Écrit par 
  • Pierre BOURDIEU
  •  • 4 054 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'unité du goût : la disposition esthétique dans le système des dispositions »  : […] agnosticisme moral (visible lorsque la transgression éthique se trouve convertie en parti artistique), ou d'un esthétisme qui, en constituant la disposition esthétique en principe d'application universelle, pousse jusqu'à sa limite la dénégation bourgeoise du monde social. On comprend que le détachement du regard pur ne peut être dissocié d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-la-consommation-culturelle/#i_15690

BEARDSLEY AUBREY VINCENT (1872-1898)

  • Écrit par 
  • Élisabeth ZADORA
  •  • 462 mots

Remarquable illustrateur, Beardsley est, après Oscar Wilde, le personnage le plus célèbre du mouvement esthétisant et décadent qui marque en Angleterre la dernière décennie du xixe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aubrey-vincent-beardsley/#i_15690

DES ESSEINTES

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 484 mots

Personnage de À rebours (1884), roman avec lequel Huysmans se sépare du mouvement naturaliste pour prendre place auprès des décadents. Le duc Jean Des Esseintes, dont le modèle fut peut-être Robert de Montesquiou, le même qui devint plus tard, chez Proust, monsieur de Charlus, est un héros solitaire. Dernier descendant d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-esseintes/#i_15690

LOUYS PIERRE LOUIS dit PIERRE (1870-1925)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 406 mots

Ami d'André Gide à l'École alsacienne, Pierre Louÿs se lie d'abord au Parnasse. À dix-neuf ans, il rencontre Leconte de Lisle et il épouse la plus jeune fille de Heredia, Louise. Trois années plus tard, il fait partie de l'école symboliste et, en 1892, il écrit un sonnet à Mallarmé à l'occasion de son cinquantième […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louys-pierre-louis-dit-pierre/#i_15690

MODERNISMO

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 1 809 mots

Dans le chapitre « Le choix de l'idéalisme »  : […] chez le Mexicain Díaz Mirón, grand admirateur du Victor Hugo humanitaire et socialisant ; mais en majorité les émules et les disciples de Darío partagèrent cette conception de l'art au service de la seule beauté. Conception qui n'allait pas sans l'orgueil d'appartenir à une élite spirituelle et d'avoir reçu mission d'exercer un véritable sacerdoce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernismo/#i_15690

PATER WALTER (1839-1894)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 671 mots

Critique et essayiste anglais. Sa famille, d'origine hollandaise, donnait aux garçons une éducation catholique, et une éducation protestante aux filles. Walter Pater resta partagé entre des tendances diverses : un attachement sentimental pour le mouvement d'Oxford, pour le rituel et pour la liturgie ; une curiosité intellectuelle s'ouvrant sur l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-pater/#i_15690

SUARÈS ISAAC dit ANDRÉ (1868-1948)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 402 mots

Auteur dramatique, poète, essayiste français, André Suarès a consacré toute sa vie à son œuvre, dans un rêve de grandeur que la postérité hésite à consacrer. En 1893, il fait à pied un long voyage en Italie, dont il tirera un livre, au titre ambitieux, Voyage du condottiere (3 vol., 1910-1932), qui contient de belles et subtiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suares-isaac-dit-andre/#i_15690

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] dans les Feuilles pour l'art, l'art révèle ce rythme : mais tantôt un esthétisme égoïste, dédaigneux de la vie, le fige et le stérilise (Le Fou et la Mort), parfois aussi le vertige de l'irréalité des choses est lesté du sentiment de leur existence par l'intercession de l'œuvre d'art (la peinture de Van Gogh, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_15690

WACKENRODER WILHELM (1773-1798)

  • Écrit par 
  • Françoise AURIVAUD
  •  • 1 070 mots

Connu comme précurseur du romantisme allemand, mais principalement en tant qu'ami et collaborateur de Ludwig Tieck, Wilhelm Heinrich Wackenroder est né à Berlin dans une famille de fonctionnaires prussiens. Il était de faible constitution et mourut à vingt-cinq ans ; la minceur de son œuvre contraste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-wackenroder/#i_15690

Pour citer l’article

Jean-Paul BOUILLON, « ESTHÉTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetisme/