MAJOLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traduction française du mot italien maiolica dont l'usage remonte au xve siècle. Le terme de maiolica s'appliquait alors seulement aux brillantes faïences à reflets métalliques fabriquées en Espagne, à Malaga puis à Valence et aux alentours, qui étaient importées en grande quantité en Italie avec des tissus précieux et d'autres marchandises par des navires venus des Baléares, de l'île de Majorque. L'étymologie généralement admise est donc Majorque, Majorca ou Mallorca et sous sa forme ancienne Maiorica ou Maiolica, étymologie plus logique que celle tirée de Malaga proposée par Glück dans Der Kunst des Islam. Quoi qu'il en soit, les deux hypothèses soulignent le rôle joué par l'Espagne mauresque dans la transmission d'un procédé céramique originaire du Proche-Orient. Piccolpasso, dans son traité Li Tre Libri dell'arte del vasaio publié vers 1550, réserve encore le mot maiolica aux faïences à reflets métalliques imitées de celles d'Espagne, mais aujourd'hui les Italiens font de cette dénomination le synonyme de faïence et l'appliquent à toute céramique à couverte d'émail stannifère sans distinction de lieu, d'époque ni de style. Il est à noter que les potiers anglais du Staffordshire au xixe siècle employaient de manière abusive le mot majolica pour désigner leurs poteries vernissées. Dans la plupart des langues européennes on retrouve un proche dérivé du mot italien : majolique, majolica, majolika...

Exposition internationale de 1862

Exposition internationale de 1862

photographie

Des visiteurs de l'Exposition internationale de Londres, en 1862, se reposent près de la fontaine de céramique surmontée d'une statue de saint Georges. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En France, le mot majolique désigne spécialement les faïences italiennes de la Renaissance ; on le donne aussi, par extension, aux premières faïences des xvie et xviie siècles fabriquées en France par des Italiens (Lyon ou Nevers) ou par des artistes français selon la technique et dans le style italiens, comme les faïences primitives de Rouen, de Nîmes ou de Montpellier.

—  Jeanne GIACOMOTTI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAJOLIQUE  » est également traité dans :

CÉRAMIQUE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Jeanne GIACOMOTTI, 
  • André PECKER
  •  • 2 876 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Poteries à couvertes, vernis ou émail »  : […] On doit aux pays du Moyen-Orient, qui possédaient une très ancienne science céramique, la découverte d'enduits tirés de substances naturelles pouvant assurer l'étanchéité du vase de terre cuite poreuse ou s'appliquer au décor architectural. Les premiers enduits, d'origine alcaline, et même les vernis de type plombeux cuisant à une température relativement basse, remonteraient à plusieurs millénair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ceramique/#i_13883

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La majolique italienne »  : […] En Sicile et en Italie, comme en Espagne, l'art de la faïence à ses débuts est tributaire des civilisations du Proche-Orient et du Moyen-Orient. Les nombreux tessons à décor vert et violet trouvés à Orvieto et en maints autres lieux s'apparentent à ceux de Paterna, près de Valence, et peuvent également dater des xiii e et xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faience/#i_13883

LUSTRE MÉTALLIQUE, céramique

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 760 mots

Invention spécifiquement islamique qui consiste à poser sur une céramique, émaillée ou glacée, un décor à base d'oxydes métalliques qui s'incorpore à la matière vitreuse et qui donne, après une cuisson en réduction, un reflet métallique. Sur une pièce émaillée ou glacée on trace le décor, composé d'une pâte fluide, à l'aide d'une pointe de roseau ou d'un pinceau. Cette pâte est constituée par un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lustre-metallique-ceramique/#i_13883

URBIN

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 2 459 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les monuments d'Urbin »  : […] Tandis que la construction du palais était en cours, l'art de la Renaissance put s'exprimer aussi dans d'autres monuments. On mentionnera en particulier le palais Passionei et l'ancien hôpital della Misericordia (qui se rattachent encore à l'esprit de Luciano Laurana), l'ancien couvent de Santa Chiara, le petit palais Lucciarini et le couvent de San Bernardino, certainement élevés d'après des proj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbin/#i_13883

Pour citer l’article

Jeanne GIACOMOTTI, « MAJOLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/majolique/