TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielTaïwan, République de Chine (TW) [n'est plus membre de l'O.N.U. depuis 1971]
Chef de l'ÉtatTsai Ing-wen (depuis le 20 mai 2016)
Chef du gouvernementSu Tseng-chang (depuis le 14 janvier 2019)
Siège du gouvernementTaipei
Langue officiellechinois mandarin
Unité monétairenouveau dollar de Taïwan (TWD)
Population23 196 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)36 197

Le cinéma

Dans les années 1980, les films de Hou Hsiao-hsien et d’Edward Yang font de Taïwan, dont la production a longtemps été ignorée, le centre du cinéma asiatique. Ce « nouveau cinéma », en phase avec celui qui émerge alors en Chine populaire grâce à Chen Kaige ou Zhang Yimou, offre au cinéma chinois une alternative inédite qui tranche avec celle que le cinéma de Hong Kong, découpé par genres et gouverné par une stricte économie de marché, a longtemps assumée. L’arrivée plus tardive de Tsai Ming-liang, dans le sillage de ses deux aînés, confirme cette tendance, au sein d’une industrie du cinéma devenue exsangue dans l’intervalle, sans véritable espoir de reprise.

Du cinéma de genre au cinéma d’auteur

Pour des raisons politiques, le cinéma de Taïwan a pris un énorme retard. Pendant la longue occupation de l’île par les Japonais (1895-1945), le cinéma est entièrement sous leur contrôle. Ils produisent en japonais quelques films de fiction (Les Yeux de Bouddha est le premier, tourné en 1922). Le public taïwanais découvre les films chinois des studios de Shanghai, dont l’importation est interrompue lorsque le Japon se lance à la conquête de la Chine en 1937. Par la suite, seuls les films japonais, allemands et italiens sont autorisés. À l’issue de la défaite du Japon en 1945, Taïwan retourne à la Chine, placée sous le contrôle du gouvernement nationaliste du Guomindang qui, à la suite de sa défaite face aux communistes en 1949, se replie sur l’île, qu’il n’a pas quittée depuis lors. Deux organismes officiels, le Studio du cinéma taïwanais (SCT) et le Studio du cinéma chinois (SCC) monopolisent la production, répartie entre documentaires éducatifs et fictions de propagande anticommuniste, le genre dominant des années 1950. Une première brèche s’ouvre en 1955 avec l’apparition d’un film parlé en dialecte taïwanais, quand toute la production est alors en mandarin. Une seconde l’année suivante, avec la création d’une société indépendante. Dès lors, la production privée, grâce à sa collaboration économique avec Hong Kong, dépasse celle des studios officiels réunis désormais autour de la CMPC (Central Motion Pictures Corporation). La production des années 1960 connaît un réel essor (on dénombre 257 films de fiction en 1966). Outre les films de propagande, dits de « réalisme sain », elle se répartit entre films d’opéra traditionnels, films sentimentaux contemporains et films d’arts martiaux. Ils sont signés pour la plupart par Li Hsing, Pai Ching-jui, Li Han-hsiang et Sung Tsung-chao.

À la fin des années 1967, Taïwan accueille surtout King Hu (1932-1997), l’un des plus grands metteurs en scène chinois. Né à Pékin, il avait quitté le continent en 1949 pour rejoindre Hong Kong. Au sein des studios Shaw, il avait pu tourner plusieurs films importants dont L’Hirondelle d’or (Come Drink with Me, 1966). Cependant, mal à l’aise dans un cinéma trop industriel, cet authentique artiste va trouver à Taïwan des conditions de travail plus indépendantes. C’est sur l’île qu’il produira ses plus grands films : L’Auberge du dragon (Dragon Gate Inn, 1967) et surtout A Touch of Zen (1971) et Raining in the Mountain (1979).

Cependant, au début des années 1980, le public se lasse de ce cinéma de genre aux recettes usées. Hsiao Yeh, un des responsables de la production à la CMPC, romancier et scénariste, produit en 1982 un film à sketches, LHistoire du temps qui passe, dont chaque épisode retrace une étape de la vie, de l’enfance à l’âge mûr. Il en confie la réalisation à des cinéastes inconnus, qu’ils soient issus du court-métrage ou jeunes diplômés d’écoles occidentales comme Edward Yang, formé aux États-Unis, et réalisateur l’année suivante de That Day at the Beach puis de Taipei Story (1985). À la fin de l’année 1982, un groupe d’amis, composé notamment de Chen Kun-hou et de

Hou Hsiao-hsien, fonde une société privée, Evergreen, et produit LHistoire de Hsiao Pi (1983), signée par Chen Kun-hou, qui raconte la vie d’un garçon, de l’enfance à l’adolescence. Conforté par le succès public et critique de LHistoire du temps qui passe, Hsiao Yeh renouvelle l’expérience du film à sketches avec The Sandwich Man (1983), adaptation de trois nouvelles confiée à Hou Hsiao-hsien, ancien scénariste et assistant, et à deux débutants, Tseng Chung-hsiang et Wan Jen, le réalisateur de Ah Fei (1983). C’est à partir de ces t [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 30 pages

Médias de l’article

Taïwan : carte physique

Taïwan : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Taïwan : drapeau

Taïwan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Taipei

Taipei
Crédits : Craig Ferguson/ LightRocket/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en études chinoises (Institut national des langues et civilisations orientales, Paris), maître de conférences en langue et civilisation chinoises à l'université Charles-de-Gaulle Lille 3
  • : chercheur de troisième cycle à l'université de Paris-VII
  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne
  • : maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales, maître de recherche à l'Institut français des relations internationales
  • : journaliste
  • : responsable du centre de Taipei de l'Ecole française d'Extrême-Orient, maître de conférences à l'université nationale centrale, Taïwan
  • : professeur à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne, responsable du département d'études chinoises, directeur du Centre d'études et de recherches sur l'Extrême-Orient
  • : docteur de troisième cycle en études sur l'Extrême-Orient et l'Asie-Pacifique, consultant-formateur Chine, journaliste
  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  TAÏWAN [ T'AI-WAN ] (FORMOSE)  » est également traité dans :

TAÏWAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

SHIMONOSEKI TRAITÉ DE (17 avr. 1895)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 184 mots

L'annexion de Formose par le Japon est réalisée par le traité de Shimonoseki (17 avril 1895) qui achève la courte guerre sino-japonaise de 1894-1895. Elle marque la véritable entrée du Japon dans le cercle restreint des puissances impérialistes de la fin du xix e  siècle. Longtemps fermé à l'influence étrangère, puis engagé dans une modernisation accélérée depuis la révolution de l'ère Meiji (1868 […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Taiwan (Formose) »  : […] Taiwan, 35 970 km 2 , qu'un détroit peu profond, vraisemblablement un fossé tectonique, sépare de la Chine, est une île très montagneuse : le point culminant atteint 3 997 m dans le Yushan et le tiers de l'île a plus de 1 000 m d'altitude. Le relief dissymétrique dessine une concavité vers le Pacifique : la chaîne centrale est toute proche de la côte est, dont la sépare la profonde T'ai-tung (Taid […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite

CHIANG CHING-KUO (1909-1988)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 492 mots
  •  • 1 média

Fils de Chiang Kai-chek (Tchiang Kai-chek) qui l'envoie, adolescent, suivre les cours de l'université Sun Yat-sen à Moscou, Chiang Ching-kuo (Jiang Jingguo) ne regagne la Chine qu'en 1937, soit dix ans après la rupture intervenue entre son père et Moscou. En Union soviétique, le jeune Chiang est entré au Parti communiste, a travaillé comme cadre administratif dans une usine de l'Oural et s'est mar […] Lire la suite

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 794 mots
  •  • 5 médias

La Chine a choisi, dès la création de l'Empire au iii e  siècle avant J.-C., une configuration politique d'unité pour répondre à l'immensité de son territoire. Identifiant son berceau historique à la moyenne vallée du fleuve Jaune, l'histoire officielle pose la Chine comme un foyer de civilisation central qui se diffuse depuis la plaine du Nord, fondant son rayonnement dans l'efficacité de son sys […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Tentatives de réforme »  : […] La défaite militaire et diplomatique infligée par la France en 1885, la rupture des liens antiques de solidarité qui existaient entre la Chine et le Vietnam avaient déjà discrédité la politique de réformes modérées et de compromis avec l'Occident, sur laquelle était fondé le yangwu . Mais la victoire rapide et brutale remportée en 1894-1895 par le Japon sur la Chine précipite l'évolution des espr […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Discours, style et stratégie diplomatiques de la Chine »  : […] Il est caractéristique que, désormais plus influente, en particulier sur le plan économique et commercial, la Chine ait décidé de modérer son discours et de policer le style de sa politique étrangère. Parallèlement, ses diplomates sont devenus plus professionnels et meilleurs communicants, y compris dans les langues des pays hôtes. Alors qu'hier elle cultivait l'existence même de menaces et d'enne […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « La Chine du Sud-Est »  : […] C'est dans cette région mal connue que fut identifié le troisième complexe culturel majeur du Néolithique chinois, faisant suite, après un long hiatus, aux assemblages du IX e  millénaire représentés à Xianrendong et Xiqiaoshan. L'amas coquillier de Fuguodun sur Quemoy, bien que n'ayant fait l'objet que de brèves investigations, permit de mettre en lumière l'existence au Fujian et à Taiwan, d'une […] Lire la suite

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Le C.I.O. naît donc le 23 juin 1894 à la Sorbonne à Paris. Il compte alors treize membres : Pierre de Coubertin et Ernest Callot (France), Dimitrios Vikelas (Grèce), lord Ampthill et Charles Herbert (Grande-Bretagne), William Milligan Sloane (États-Unis), José Benjamín Zubiaur (Argentine), Leonard Albert Cuff (Nouvelle-Zélande), Jirí Guth (Bohême), Ferenc Kemény (Hongrie), Viktor Balck (Suède), Al […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe CHEVALÉRIAS, Évelyne COHEN, Jean DELVERT, François GODEMENT, Adrien GOMBEAUD, Frank MUYARD, Angel PINO, Pierre SIGWALT, Charles TESSON, « TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/taiwan-t-ai-wan/