TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Taïwan : carte physique

Taïwan : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Taïwan : drapeau

Taïwan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Conférence du Caire, 1943

Conférence du Caire, 1943
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielTaïwan, République de Chine (TW) [n'est plus membre de l'O.N.U. depuis 1971]
Chef de l'ÉtatTsai Ing-wen (depuis le 20 mai 2016)
Chef du gouvernementLai Ching-te (depuis le 8 septembre 2017)
Siège du gouvernementTaipei
Langue officiellechinois mandarin
Unité monétairenouveau dollar de Taïwan (TWD)
Population23 581 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)36 197

Caractéristiques physiques et humaines

Une nature violente

Taïwan est de loin la plus grande des vingt-deux îles de son groupe (35 873 km2), qui forment, avec les soixante-quatre îles de l'archipel de Penghu (ou Pescadores, 127 km2), un territoire de 36  000 kilomètres carrés. Elle est très montagneuse : le tiers de l'île a plus de 1 000 mètres d'altitude, et son point culminant (Yushan, 3 997

m) est plus élevé que ceux de la Chine orientale, des Philippines ou du Japon. Les montagnes couvrent la majeure partie orientale de l'île, cependant qu'à l'ouest une grande plaine alluviale succède aux collines du Nord : le relief est donc fortement dissymétrique. Les montagnes centrales, Chungyang Shandi, comprennent une grande chaîne centrale, Chungyang Shanmo, toute proche de la côte orientale (voir carte Contraintes naturelles et industrialisation). Cette chaîne centrale, à peu près parallèle au littoral, bien que légèrement concave, est, avec ses soixante-deux pics supérieurs à 3 000 mètres, la ligne majeure de partage des eaux. En revanche, à l'ouest, le Chungyang Shanmo est flanqué de trois chaînes d'altitudes moyennes plus modestes : Hsüehshan, la plus élevée, puis Yushan, pratiquement parallèle à Alishan, la plus basse, qui domine la plaine occidentale au sud du principal cours d'eau de l'île, le Choshui hsi (186 km). Les paysages sont d'une remarquable beauté. Les terrains sont les mêmes qu'en Chine du Sud-Est et correspondent au pseudosocle de Manji : terrains primaires et secondaires plissés à plusieurs reprises, notamment au Crétacé (plissements siniens), avec intrusions granitiques et éruptions de rhyolites. Ces terrains ont, en outre, subi des plissements plus récents, oligocènes, complétés par des intrusions pliocènes et des éruptions volcaniques quaternaires. Mais, comme aux Philippines et au Japon, les grandes lignes de relief sont dues à des failles très récentes (pliocènes et quaternaires) : escarpement séparant Chungyang Shanmo et Hsüehshan ; escarpements encadrant [...]

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation

Dessin

Taïwan : contraintes naturelles et industrialisation. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 30 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales, maître de recherche à l'Institut français des relations internationales
  • : journaliste
  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : maïtre de conférences à l'université nationale centrale, Taïwan
  • : docteur en études chinoises (Institut national des langues et civilisations orientales, Paris), maître de conférences en langue et civilisation chinoises à l'université Charles-de-Gaulle Lille 3
  • : professeur à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne, responsable du département d'études chinoises, directeur du Centre d'études et de recherches sur l'Extrême-Orient
  • : chercheur de troisième cycle à l'université de Paris-VII
  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne
  • : docteur de troisième cycle en études sur l'Extrême-Orient et l'Asie-Pacifique, consultant-formateur Chine, journaliste

Classification


Autres références

«  TAÏWAN [ T'AI-WAN ] (FORMOSE)  » est également traité dans :

TAÏWAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/taiwan/#i_21871

SHIMONOSEKI TRAITÉ DE (17 avr. 1895)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 184 mots

L'annexion de Formose par le Japon est réalisée par le traité de Shimonoseki (17 avril 1895) qui achève la courte guerre sino-japonaise de 1894-1895. Elle marque la véritable entrée du Japon dans le cercle restreint des puissances impérialistes de la fin du xix e  siècle. Longtemps fermé à l'influence étrangère, puis engagé dans une modernisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-shimonoseki/#i_21871

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Taiwan (Formose) »  : […] Taiwan, 35 970 km 2 , qu'un détroit peu profond, vraisemblablement un fossé tectonique, sépare de la Chine, est une île très montagneuse : le point culminant atteint 3 997 m dans le Yushan et le tiers de l'île a plus de 1 000 m d'altitude. Le relief dissymétrique dessine une concavité vers le Pacifique : la chaîne centrale est toute proche de la côte est, dont la sépare la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_21871

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_21871

CHIANG CHING-KUO (1909-1988)

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 491 mots
  •  • 1 média

Fils de Chiang Kai-chek (Tchiang Kai-chek) qui l'envoie, adolescent, suivre les cours de l'université Sun Yat-sen à Moscou, Chiang Ching-kuo (Jiang Jingguo) ne regagne la Chine qu'en 1937, soit dix ans après la rupture intervenue entre son père et Moscou. En Union soviétique, le jeune Chiang est entré au Parti communiste, a travaillé comme cadre administratif dans une usine de l'Oural et s'est mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiang-ching-kuo/#i_21871

CHINE - Hommes et dynamiques territoriales

  • Écrit par 
  • Thierry SANJUAN
  •  • 9 791 mots
  •  • 5 médias

La Chine a choisi, dès la création de l'Empire au iii e  siècle avant J.-C., une configuration politique d'unité pour répondre à l'immensité de son territoire. Identifiant son berceau historique à la moyenne vallée du fleuve Jaune, l'histoire officielle pose la Chine comme un foyer de civilisation central qui se diffuse depuis la plaine du Nord, f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/#i_21871

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Tentatives de réforme »  : […] La défaite militaire et diplomatique infligée par la France en 1885, la rupture des liens antiques de solidarité qui existaient entre la Chine et le Vietnam avaient déjà discrédité la politique de réformes modérées et de compromis avec l'Occident, sur laquelle était fondé le yangwu . Mais la victoire rapide et brutale remportée en 1894-1895 par le Japon sur la Chine précipit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21871

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 617 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Discours, style et stratégie diplomatiques de la Chine »  : […] Il est caractéristique que, désormais plus influente, en particulier sur le plan économique et commercial, la Chine ait décidé de modérer son discours et de policer le style de sa politique étrangère. Parallèlement, ses diplomates sont devenus plus professionnels et meilleurs communicants, y compris dans les langues des pays hôtes. Alors qu'hier elle cultivait l'existence même de menaces et d'enne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-politique-etrangere-contemporaine/#i_21871

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « La Chine du Sud-Est »  : […] C'est dans cette région mal connue que fut identifié le troisième complexe culturel majeur du Néolithique chinois, faisant suite, après un long hiatus, aux assemblages du IX e  millénaire représentés à Xianrendong et Xiqiaoshan. L'amas coquillier de Fuguodun sur Quemoy, bien que n'ayant fait l'objet que de brèves investigations, permit de mettre en lumière l'existence au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21871

C.I.O. (Comité international olympique)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire d'une institution incontournable »  : […] Le C.I.O. naît donc le 23 juin 1894 à la Sorbonne à Paris. Il compte alors treize membres : Pierre de Coubertin et Ernest Callot (France), Dimitrios Vikelas (Grèce), lord Ampthill et Charles Herbert (Grande-Bretagne), William Milligan Sloane (États-Unis), José Benjamín Zubiaur (Argentine), Leonard Albert Cuff (Nouvelle-Zélande), Jirí Guth (Bohême), Ferenc Kemény (Hongrie), Viktor Balck (Suède), Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comite-international-olympique/#i_21871

GAZ NATUREL

  • Écrit par 
  • Bernard CLÉMENT, 
  • François DEBIEN, 
  • Évrard DE FOSSEUX, 
  • Jean-Pierre PERRET, 
  • Odile PUYRAIMOND, 
  • Patrick de RENÉVILLE, 
  • Michel RICHARD
  •  • 16 810 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Asie »  : […] La demande de cette région en gaz naturel devrait croître substantiellement, de l'ordre de 4,5 p. 100 par an (en moyenne), pour atteindre près de 700 milliards de mètres cubes en 2020, tirée en grande partie par la forte augmentation des besoins de la Chine et de l'Inde. Des projets de gazoducs – permettant de relier ces deux pays aux énormes ressources que recèlent, d'une part, la Sibérie orienta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-naturel/#i_21871

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Les accords de Genève et la fin de l'armée européenne »  : […] Sur le problème coréen, les débats de cette rencontre tournent court rapidement. Il n'en va pas de même de la négociation sur l'Indochine, qui s'ouvre en mai à Genève dans un climat dramatique ; le camp retranché de Diên Biên Phu est tombé la veille après un terrible siège. Quelques jours plus tôt, les États-Unis ont rejeté une requête de Paris tendant à faire exécuter par leur aviation un raid co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_21871

HOU HSIAO-HSIEN (1947- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 281 mots

Né en Chine, où il ne vécut que quelques mois, Hou Hsiao-hsien devint, au début des années 1980, le chef de file du nouveau cinéma taiwanais, qui regroupait plusieurs jeunes cinéastes déterminés, dans la lignée d'un large mouvement intellectuel commencé à la fin des années 1970, à affirmer une identité spécifiquement taiwanaise en racontant leurs propres histoires, celles de leur terroir, dans des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hsiao-hsien-hou/#i_21871

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les islams extrême-orientaux peu connus »  : […] À Taïwan (Formose), les tenants de l'islam sont estimés, avec une exagération certaine, par leur association officielle, à 40 000 individus, dont la moitié se recruterait, dit-on, parmi les Taïwanais « de souche », c'est-à-dire parmi les descendants des partisans de Koxinga, réfugiés sur l'île en 1661, après l'échec de l'ultime résistance des Ming à l'invasion mandchoue : en fait, on ne trouve pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_21871

JEUX OLYMPIQUES - La Chine et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 097 mots

Dans le chapitre « La question de Taïwan et l'isolationnisme »  : […] En 1949, Mao Zedong arrive au pouvoir en Chine. Le mouvement olympique chinois se disloque (Cheting T. Wang et Kong Xiangxi suivent Tchiang Kai-chek à Taïwan ; Tung Shouyi demeure fidèle à Pékin). Pour Mao, la présence de la Chine populaire aux Jeux d'Helsinki en 1952 revêt une grande importance, car l'U.R.S.S. de Staline prend pour la première fois part aux compétitions. Mais J. Sigfrid Edström, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-chine-et-les-jeux/#i_21871

KANGXI [K'ANG-HI] (1654-1722) empereur de Chine (1661-1722)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 908 mots
  •  • 1 média

Second empereur de la dynastie mandchoue des Qing à régner en Chine, Kangxi (nom personnel Xuanye, appellation posthume Shengzu) monte sur le trône à l'âge de six ans après la disparition prématurée de son père Shunzhi (qui régna de 1644 à 1661), mort de la petite vérole. Jusqu'en 1669, le pouvoir est confié à quatre régents ; soigneusement préparée par le jeune homme, l'arrestation du plus puissa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kangxi-k-ang-hi-empereur-de-chine/#i_21871

KAOHSIUNG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 656 mots

Située au sud-ouest de Taïwan, la métropole de Kaohsiung (Gaoxiong en chinois), dotée d’un grand port international, s’étend sur 154 kilomètres carrés et comptait, en 2005, 1 500 000 habitants. Le site, baptisé en mandarin Dagou (Takou selon la prononciation locale, déformation du nom d’une tribu locale, les Makatao ou Takow), est peuplé depuis la fin de la dynastie Ming (1368-1644). Les Néerland […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaohsiung/#i_21871

KEELUNG

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 368 mots
  •  • 1 média

Avec 390 000 habitants en 2007, Keelung (Jilong) est le deuxième port de Taïwan, au nord-est de la capitale, Taipei. Le site portuaire est un des meilleurs de l'île, ancré dans un rentrant de la côte rocheuse qui ourle la pointe septentrionale de Taïwan. Il bénéficie aussi d'une position extrêmement favorable, à proximité des gisements de matières premières parmi les plus importants de l'île : cui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/keelung/#i_21871

LEE TENG-HUI (1923- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 408 mots

Président de Taïwan de 1988 à 2000. Né le 15 janvier 1923 près de Tan-shui (Taïwan), Lee Teng-hui fait ses études à l'université de Kyoto, au Japon, et à l'université nationale de Taïwan, où il obtient sa licence en 1948. Il étudie ensuite aux États-Unis, où il décroche une maîtrise d'économie agricole à l'université d'État de l'Iowa en 1953, puis un doctorat à l'université Cornell en 1968. Il ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-teng-hui-1923/#i_21871

NATIONS UNIES (O.N.U.)

  • Écrit par 
  • Jacques FOMERAND, 
  • Cecelia M. LYNCH, 
  • Karen MINGST
  •  • 16 654 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principes et conditions d'admission »  : […] Les buts, les principes et la structure de l'O.N.U. sont décrits dans la Charte. Son article 2 énumère les principes essentiels sous-jacents aux buts et fonctions de l'O.N.U., parmi lesquels on peut citer : l'égalité souveraine de tous ses membres ; le règlement pacifique des différends, l'abstention du recours aux menaces ou à la force armée qui constituent des violations des objectifs de l'O.N.U […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nations-unies/#i_21871

PAVILLONS NOIRS

  • Écrit par 
  • Georges BOUDAREL
  •  • 1 223 mots

Le mouvement des Pavillons noirs (Heiqijun) s'insère dans le courant de repli des dissidences chinoises vaincues qui disparaissent dans la clandestinité des sociétés secrètes ou refluent vers le sud et la mer (royaume de Koxinga à Taiwan, royaume de Hadian, migrations Hmong) et se font récupérer en partie par les autorités vietnamiennes (armement des pirates chinois par Quang Trung au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pavillons-noirs/#i_21871

QING [TS'ING] LES, dynastie mandchoue (1644-1911)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 321 mots
  •  • 5 médias

Dernière maison impériale ayant régné sur la Chine, les Qing sont issus d'un groupe de tribus Tungus vivant dans les forêts de l'est de la Mandchourie, considérées comme vassales par les Ming, et fédérées à la fin du xvi e siècle par Nurhaci (1559-1626), tenu pour le fondateur de la dynastie . La construction d'un État mandchou (le mot apparaît e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qing-ts-ing-les-dynastie-mandchoue/#i_21871

QUEMOY ET MATSU

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 971 mots
  •  • 1 média

Dans la série de petites îles côtières situées à proximité du continent chinois, mais contrôlées par Taïwan située à environ 200 kilomètres, Quemoy et Matsu sont les deux principales. Revendiquées par la Chine communiste et par la Chine nationaliste, elles ont, depuis 1949, servi de symbole à l'affrontement entre les deux régimes. Quemoy, située dans la baie d'Amoy, dont elle contrôle le trafic, n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quemoy-et-matsu/#i_21871

TAICHUNG ou TAIZHONG [T'AI-TCHONG]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 253 mots
  •  • 1 média

Occupant une position centrale (son nom signifie d'ailleurs « au centre de Taiwan ») sur la façade occidentale de Taiwan, qui porte l'essentiel du peuplement et des activités de l'île, Taichung comptait 1 044 392 habitants en 2006. Elle en est la ville la plus récente, dont le premier noyau date de la fin du xix e siècle. Elle était destinée, sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taichung-taizhong/#i_21871

TAINAN [T'AI-NAN]

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 313 mots
  •  • 1 média

Métropole du sud de Taïwan (son nom signifie d'ailleurs « au sud de Taïwan ») dont elle est une des principales villes (760 000 hab. en 2006), Tainan est la plus ancienne cité de l'île. Créée à partir de 1590 par des immigrants chinois, elle fut, au début du xvii e  siècle, choisie par les colons hollandais pour être le siège de leur administratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tainan-t-ai-nan/#i_21871

TAIPEI ou TAIBEI

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 443 mots
  •  • 1 média

Devenue en 1949 la capitale de la république de Chine repliée à Taiwan, puis capitale de Taiwan, Taipei (qui signifie : « au nord de Taiwan ») fut fondée au xviii e siècle lorsque les premiers colons chinois venus du continent installèrent sur les rives du Tanshui un marché pour échanger leurs produits. Elle devint au cours du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taipei-taibei/#i_21871

TCHIANG KAI-CHEK ou JIANG JIESHI [TSIANG KIA-CHE] (1887-1975)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 006 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la tête du gouvernement nationaliste »  : […] Tchiang Kai-chek a déjà beaucoup œuvré pour la réunification du pays. Commandant en chef de l'armée révolutionnaire depuis 1925, il a lancé dès l'année suivante une vaste expédition nationaliste contre les seigneurs de la guerre qui ravagent le nord de la Chine. La campagne ne prend fin qu'en 1928, lorsque ses troupes entrent dans Pékin, la capitale. Un nouveau gouvernement central nationaliste, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchiang-jiang/#i_21871

Voir aussi

Pour citer l’article

François GODEMENT, Adrien GOMBEAUD, Charles TESSON, Frank MUYARD, Philippe CHEVALÉRIAS, Angel PINO, Évelyne COHEN, Jean DELVERT, Pierre SIGWALT, « TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taiwan-t-ai-wan/