PLANÉTAIRES SYSTÈMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Distances des planètes au Soleil et loi de Titius-Bode

Distances des planètes au Soleil et loi de Titius-Bode
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Formation du système solaire selon James Jeans

Formation du système solaire selon James Jeans
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La nébuleuse primitive

La compréhension de la formation et de l'évolution de notre propre système planétaire, la cosmogonie, représente une étape nécessaire à la recherche de systèmes planétaires extrasolaires. Diverses théories ont été proposées pour rendre compte de l'existence du système solaire.

René Descartes (1596-1650) est l'auteur de la première cosmogonie rationnelle en décrivant, en 1644, dans les Principia philosophiae, un mécanisme fondé sur les tourbillons. Pour le philosophe, la course des planètes résulte des mouvements tourbillonnaires incessants animant le « fluide subtil » dans lequel baigne nécessairement notre monde. Dans son œuvre maîtresse publiée en 1687, les Philosophiae naturalis principia mathematica, Isaac Newton (1642-1727), sans formuler lui-même d'hypothèse cosmogonique précise, critique sévèrement le modèle de Descartes en objectant que les queues cométaires ne sont pas déviées par les supposés tourbillons et que ceux-ci sont en outre incapables d'expliquer la troisième loi de Kepler. Néanmoins, la gravitation universelle énoncée par Newton, en impliquant une action à distance, demeure tellement abstraite que le système de tourbillons de Descartes restera en faveur jusqu'au milieu du xviiie siècle.

En 1745, Georges Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), est le premier à suggérer que les planètes ont peut-être été expulsées du Soleil lors de la collision rasante d'une « puissante comète » passant à son périhélie. À cette époque, en raison de leur étendue, on tient les queues cométaires pour extrêmement massives, capables d'endommager le Soleil en cas de rencontre. En recourant à ce scénario-catastrophe, le naturaliste trouve une explication astucieuse à l'origine de la « force d'impulsion » qui anime les planètes.

On doit au philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804) la présentation, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : ingénieur de recherche au C.N.R.S., astrophysicien à l'Observatoire de Meudon

Classification


Autres références

«  PLANÉTAIRES SYSTÈMES  » est également traité dans :

TRAPPIST-1, système planétaire

  • Écrit par 
  • Franck SELSIS
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

En orbite autour de la petite étoile rouge Trappist-1, sept exoplanètes (planètes gravitant autour d’une étoile autre que le Soleil) d’une taille similaire à celle de notre planète ont été détectées entre 2015 et 2017. Situé dans notre proche environnement galactique, à 39 années-lumière de la Terre (soit quelque 370 000 milliards de kilomètres), ce syst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trappist-1-systeme-planetaire/#i_48670

KEPLER, télescope spatial

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 666 mots
  •  • 1 média

Le télescope spatial Kepler est un satellite conçu par la N.A.S.A. pour détecter des systèmes planétaires dans notre région de la Galaxie. Mis sur orbite en mars 2009, c’est un télescope de 95 centimètres de diamètre à grand champ de vision qui enregistre continûment la brillance de plus de 150 000 étoiles afin de détecter les systèmes planétaires lointains et d’en faire un catalogue aussi détai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kepler-telescope-spatial/#i_48670

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PROUST, « PLANÉTAIRES SYSTÈMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-planetaires/