PLANÉTAIRES SYSTÈMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Distances des planètes au Soleil et loi de Titius-Bode

Distances des planètes au Soleil et loi de Titius-Bode
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Formation du système solaire selon James Jeans

Formation du système solaire selon James Jeans
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'apport des météorites

La cosmogonie moderne repose sur l'emploi de techniques d'analyse théorique ou numérique très sophistiquées. Grâce aux simulations, il est désormais possible de conduire des expériences numériques qui autorisent l'étude de phénomènes d'une grande complexité. La ceinture des astéroïdes et les anneaux des planètes, en particulier, constituent un laboratoire idéal pour tester les modèles élaborés par les dynamiciens. En outre, l'étude des météorites permet de contraindre fortement les modèles de formation des planètes. Celles-ci sont en effet des corps composites témoins de leur temps, dans la mesure où elles sont également issues de la nébuleuse primitive proprement dite. Nombre d'entre elles sont constituées d'alliages d'éléments réfractaires (molybdène, rhénium, tungstène) et d'éléments du groupe du platine (platine, osmium, iridium, rhodium), dont on ne connaît, pour certains, aucune présence par ailleurs.

Les chondrites, aérolithes pierreux contenant moins de 35 p. 100 de métal, constituent la famille la plus ancienne des météorites, l'agglomération des composantes qui forment la roche n'ayant pas subi de transformation notable depuis 4,65 milliards d'années. Leur étude est ainsi riche de renseignements sur la nature de la nébuleuse primitive et sur la vitesse à laquelle les condensations se sont faites. Elles sont composées de chondrules, sphères microscopiques de différents minéraux formant un conglomérat météoritique. On trouve dans les chondrites des globules provenant du refroidissement d'un minéral fondu, au sein d'une matrice faite de fragments minéraux avec des arêtes aiguës, ce qui indiquerait un processus de fracture par collision : la formation des premiers planétésimaux du système solaire semble donc bien être le résultat d'une suite de processus d'accrétion et de fragmentation par collision, aboutissant à la formation des noyaux des planètes gazeuses (Jupiter, Saturne...) et des planètes solides (fig. 2).

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion

Dessin

Modèle schématique des principales étapes de la formation des planètes par accrétion : en a, un disque de gaz et de poussière solide gravite autour du Soleil ; en b, à la suite d'un phénomène violent, le disque condense des éléments du disque en corps planétésimaux aux dimensions... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'étude de la composition chimique des planètes, comparée à celle du Soleil, permet de se faire une bonne idée de la masse de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Écrit par :

  • : ingénieur de recherche au C.N.R.S., astrophysicien à l'Observatoire de Meudon

Classification


Autres références

«  PLANÉTAIRES SYSTÈMES  » est également traité dans :

TRAPPIST-1, système planétaire

  • Écrit par 
  • Franck SELSIS
  •  • 1 773 mots
  •  • 3 médias

En orbite autour de la petite étoile rouge Trappist-1, sept exoplanètes (planètes gravitant autour d’une étoile autre que le Soleil) d’une taille similaire à celle de notre planète ont été détectées entre 2015 et 2017. Situé dans notre proche environnement galactique, à 39 années-lumière de la Terre (soit quelque 370 000 milliards de kilomètres), ce syst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trappist-1-systeme-planetaire/#i_48670

KEPLER, télescope spatial

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 666 mots
  •  • 1 média

Le télescope spatial Kepler est un satellite conçu par la N.A.S.A. pour détecter des systèmes planétaires dans notre région de la Galaxie. Mis sur orbite en mars 2009, c’est un télescope de 95 centimètres de diamètre à grand champ de vision qui enregistre continûment la brillance de plus de 150 000 étoiles afin de détecter les systèmes planétaires lointains et d’en faire un catalogue aussi détai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kepler-telescope-spatial/#i_48670

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PROUST, « PLANÉTAIRES SYSTÈMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-planetaires/