COMÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1950, l’astronome américain Fred Whipple fut l’un des premiers à comprendre qui étaient ces voyageuses capables d’illuminer le ciel nocturne de leur vaste chevelure. En des termes inversement proportionnels à leur beauté, il les décrivit comme des « boules de neige sale ». D’après ce modèle, la matière glacée qui compose les comètes passe directement de l’état solide à l’état gazeux en s’approchant du Soleil et se disperse sur des milliers, voire des millions de kilomètres, sous l’effet du vent solaire.

Si leur apparition était autrefois considérée comme un bon ou – plus souvent – comme un mauvais présage, leur étude s'est révélée primordiale pour comprendre les origines et la formation du système solaire, dont elles sont, avec les astéroïdes, les vestiges les plus anciens. Depuis le modèle élaboré par Fred Whipple dans les années 1950, la connaissance scientifique des comètes a progressé à pas de géants, non seulement grâce aux observations au sol, mais aussi grâce aux missions spatiales.

Histoire et dénomination

Sur les quelque 5 400 comètes détectées jusqu'à aujourd'hui, celle de Halley restera sans doute la plus marquante de l'histoire. Recensée pour la première fois dans des chroniques chinoises en l'an 239 avant J.-C., elle apparut de nouveau en 1066, ce qui fut interprété par Guillaume le Conquérant comme un bon présage pour envahir l'Angleterre. Elle est d'ailleurs représentée sur la tapisserie de Bayeux. Au xviie siècle, après avoir croisé des données historiques relatives aux comètes, Sir Edmund Halley conclut que celle apparue en 1531, 1607 et 1682 reviendrait en 1758. Il mourut avant de voir sa prédiction réalisée, et son nom fut donné à l'objet, dont on sait grâce à lui qu'il revient tous les 75-76 ans.

Aujourd’hui, la façon de désigner les comètes a changé : le découvreur n'a plus tout à fait l'apanage de sa découverte, hormis dans le langage courant. Depuis 1995, l'Union astronomique internationale (International Astronomical Union, I.A.U.) a mis au point un système d'immatriculation précis. Tout d'abord, les comètes portent un préfixe : C/ pour les comètes de période supérieure à 200 ans ; P/ pour les comètes à courte période (moins de 200 ans, ou dont on a observé plusieurs retours de façon sûre) ; plus rarement, X/ pour les comètes pour lesquelles l’orbite n'a pu être déterminée, et D/ pour les comètes disparues. Suivent l'année, une lettre majuscule identifiant le demi-mois de la découverte, puis un nombre indiquant l'ordre de la découverte dans ce demi-mois. Enfin, le ou les noms (deux au maximum) du ou des découvreurs sont optionnellement ajoutés pour respecter la tradition.

Par exemple, la deuxième comète découverte dans la seconde partie du mois de mars 1993 par Eugene et Carolyn Shoemaker, ainsi que David Levy, a été immatriculée D/1993 F2 (Shoemaker-Levy). C'est la neuvième qui porte leur nom, et celle-ci a pour particularité d’avoir été capturée par la planète Jupiter, autour de laquelle elle a tourné en s’en rapprochant depuis les années 1970. Un passage à moins de 50 000 kilomètres de la surface en 1992 l'a même disloquée en une vingtaine de fragments étincelants, qui ont fini par s'écraser sur la planète entre le 16 et le 22 juillet 1994, devant les caméras de la sonde Galileo. Pour les astronomes, ce fut un événement historique.

La comète C/1995 O1, repérée par deux astronomes amateurs américains, Alan Hale et Thomas Bopp, a surpris les scientifiques en raison de son importante activité. Elle a atteint la magnitude 11 à 7,15 unités astronomiques (ua), soit à plus d'un milliard de kilomètres du Soleil. À une telle distance, rares sont les astres aussi brillants. Le télescope Hubble a estimé la taille de son noyau à une quarantaine de kilomètres de diamètre, ce qui en fait l’une des plus grosses comètes connues. Fin 1996, Hale-Bopp est arrivée à proximité de la Terre et est devenue de plus en plus lumineuse, sa tête atteignant la magnitude –1. Elle était alors visible même depuis de grandes villes comme Paris ou New York. Elle est restée observable sans instrument pendant un an. Lors du passage au périhélie, de nombreux jets de gaz et de poussière sont apparus. Alors que la plupart des comètes montrent deux queues distinctes, Hale-Bopp s'est affichée avec une queue supplémentaire faite de sodium. Dans ces queues ont également été décou [...]

Comète de Hale-Bopp

Photographie : Comète de Hale-Bopp

La comète de Hale-Bopp, vue depuis la Terre en 1997. La queue de poussière (dirigée vers la droite de l'image) et la queue de plasma (dirigée vers le haut) sont visibles à l'œil nu. La queue de sodium n'est observabl… 

Crédits : Aaron Horowitz/ The image bank / Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Comète de Hale-Bopp

Comète de Hale-Bopp
Crédits : Aaron Horowitz/ The image bank / Getty Images

photographie

Comète de Halley : le noyau

Comète de Halley : le noyau
Crédits : Giotto/ ESA

photographie

Comète Wild 2 : le noyau

Comète Wild 2 : le noyau
Crédits : NASA/ JPL

photographie

Comète Tchourioumov-Guerassimenko : le noyau

Comète Tchourioumov-Guerassimenko : le noyau
Crédits : ESA/ Rosetta/ NAVCAM

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMÈTES  » est également traité dans :

HALLEY ÉTABLIT LA PÉRIODICITÉ DES COMÈTES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Jusqu'à la fin du xviie siècle, on ne sait pratiquement rien des comètes, bien que Tycho Brahe ait démontré que ces objets n'appartiennent pas à l'atmosphère terrestre. On soupçonne cependant qu'elles peuvent venir de très loin, sur des orbites paraboliques. Newton, in […] Lire la suite

ASTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Christiane FROESCHLÉ, 
  • Claude FROESCHLÉ, 
  • Patrick MICHEL
  •  • 10 663 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « D'où viennent les N.E.A. ? »  : […] De nombreuses études ont montré que la durée de vie des N.E.A. est comprise entre 1 et 100 millions d'années, donc bien inférieure à l'âge du système solaire. Pourtant, les estimations fondées sur le nombre de cratères des mers lunaires (qui ont gardé en mémoire les impacts depuis leur formation, il y a plus de 3 milliards d'années) et sur le nombre de N.E.A. observés suggèrent que les distributio […] Lire la suite

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 576 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Impacts d'objets extraterrestres »  : […] La découverte d'un enrichissement exceptionnel en iridium dans une couche d'argile très fine au contact des strates crétacées et paléogènes affleurant près de Gubbio (Italie) a alerté la communauté scientifique sur des relations possibles entre des catastrophes terrestres, comme les extinctions en masse, et des collisions entre la Terre et des objets extraterrestres. Toute jeune, la Terre a subi […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien plus de la terminologie administrative que d […] Lire la suite

EDGEWORTH-KUIPER CEINTURE DE

  • Écrit par 
  • Patrick MICHEL
  •  • 6 916 mots
  •  • 2 médias

En 1992, la découverte du premier objet transneptunien par les astronomes David C. Jewitt et Jane X. Luu a fait resurgir l'idée, avancée indépendamment par Kenneth E. Edgeworth en 1949 et Gerard P. Kuiper en 1951, de l'existence d'une ceinture de comètes évoluant sur des orbites quasi circulaires au-delà de l'orbite de Neptune. Depuis lors, les découvertes de tels petits corps se sont succédé : […] Lire la suite

EPOXI MISSION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 487 mots
  •  • 1 média

Le 4 juillet 2005, un projectile fabriqué par l'homme percute pour la première fois un noyau cométaire, en l'occurrence celui de la comète Tempel 1, alors située à 133 millions de kilomètres de la Terre. Ce projectile a été largué par la sonde Deep Impact de la N.A.S.A., lancée le 12 janvier 2005. La sonde doit ensuite se diriger vers la comète périodique Boethin, mais celle-ci n'ayant pu être dé […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 033 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  L'espace pour connaître l'Univers »  : […] L'espace a indéniablement permis d'accomplir dans la connaissance de l'Univers un bond de géant qui aurait été impossible avec les seuls instruments terrestres. Les progrès qui ont été accomplis durant le premier demi-siècle de l'ère spatiale sont plus importants que ceux qui avaient été réalisés dans tous les siècles précédents. Près de 200 sondes ont été lancées vers la plupart des objets du s […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 624 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les petits corps »  : […] En 2006, la première mission vers Pluton est confiée à la sonde New Horizons de la N.A.S.A., qui survole Jupiter en février 2007 mais n'arrivera dans la banlieue de Pluton qu'en juillet 2015, après avoir parcouru plus de 5 milliards de kilomètres. Il a fallu attendre la sonde Galileo en 1991 pour obtenir des données précises sur les astéroïdes, plus précisément sur deux d'entre eux, Ida et Gaspra […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 887 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'espace au service de la connaissance de l'Univers »  : […] Les activités spatiales ont permis de faire dans la connaissance de l'Univers un bond de géant que n'auraient pas permis les seuls télescopes terrestres : cette connaissance a en effet accompli plus de progrès au cours des cinquante premières années de l'ère spatiale qu'au cours des siècles précédents. Près de 200 sondes sont parties en direction de toutes les planètes du système solaire. Certain […] Lire la suite

EXOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • François RAULIN
  •  • 6 924 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les comètes »  : […] Le système solaire contient d'autres objets de grand intérêt pour l'exobiologie : les comètes. Ces petits corps (dont le noyau ne mesure que quelques kilomètres à quelques dizaines de kilomètres) sont parmi les plus primitifs du système solaire. Ils sont faits de glaces et de roches, mais sont aussi riches en composés organiques. Par suite de perturbations gravitationnelles, ces noyaux sont de te […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Myriam DÉTRUY, « COMÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cometes/