PLANÉTAIRES SYSTÈMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis les débuts de l'ère spatiale, les astronomes ont mis beaucoup d'espoirs dans l'observation desplanètes du système solaire pour connaître les conditions dans lesquelles celui-ci s'est formé. Cette interrogation trouve ses prolongements naturels dans deux questions essentielles : comprendre comment la vie est apparue sur (au moins) une planète et dans quelles conditions elle pourrait s'être implantée sur des planètes lointaines. Après l'enthousiasme suscité par les images spectaculaires de Jupiter, de Saturne, d'Uranus et de Neptune obtenues par les sondes Voyager dans les années 1970 et 1980, il faut bien reconnaître que celles-ci ont en fait engendré beaucoup plus de questions cosmogoniques qu'elles n'en ont résolu. La découverte de près de 300 planètes extrasolaires depuis 1995 a relancé la question de la genèse des systèmes planétaires. Le fait de pouvoir les observer « de loin », soit en cours de formation, soit achevés, a ouvert de nouvelles perspectives pour comprendre le long processus ayant abouti à la vaste palette, aussi bien par la taille que par les conditions physiques, de corps en révolution autour des étoiles en général, et du Soleil en particulier, et permet de tenter d'étayer un modèle valable au-delà du système solaire, à l'appui notamment des découvertes de planètes extrasolaires.

Planètes telluriques, planètes gazeuses

Si nous nous plaçons, comme l'imagine Voltaire dans son Micromégas, du point de vue de Sirius, en regardant le système solaire de loin, il faut bien admettre que la grande variété de ses composantes ne permet pas d'élaborer aisément une théorie globale de sa formation. En partant du Soleil, nous trouvons d'abord quatre « gros cailloux » : Mercure, Vénus, la Terre (doublée de la Lune) et Mars, avec deux mini-satellites. Ce quatuor compose les planètes dites telluriques (du latin tellus, « terre »), auxquelles on ajoute aussi la ceinture des astéroïdes. Ces planètes sont rocheuses et offrent une faible gravité, ainsi qu'une atmosphère très mince, de l'ordre de 100 kilomètres d'épaisseur pour la Terre, 150 kilomètres pour Vénus, et une cinquantaine de kilomètres pour l'atmosphère extrêmement ténue de Mars.

Il faut ensuite aller au-delà de cinq unités astronomiques (l'unité astronomique [ua] est égale au demi-grand axe de l'orbite de la Terre autour du Soleil, soit 149,6 millions de kilomètres) pour trouver les quatre planètes joviennes (du latin Jovis, génitif de Jupiter) – Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune –, énormes boules gazeuses denses, toutes entourées de nombreux satellites, ainsi que d'anneaux. Leur gaz est composé d'hydrogène et d'hélium dans les mêmes proportions que le Soleil, suivant une densité croissante en s'enfonçant dans les couches atmosphériques. On suppose qu'il existe un noyau rocheux pour chaque planète. Les satellites sont soit recouverts d'importantes couches de glace, soit manifestent un volcanisme actif – à l'instar de Io, l'un des quatre satellites galiléens de Jupiter –, soit sont dotés d'une atmosphère – comme Titan, le plus gros satellite de Saturne.

Pluton n'est plus considéré comme une planète depuis l'adoption par l'Union astronomique internationale, le 24 août 2006, de deux résolutions qui ont, d'une part, conduit à une nouvelle définition d'une planète, d'autre part, relégué ce corps au rang de « planète naine », prototype d'une nouvelle catégorie d'objets transneptuniens (cf. planètes).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Distances des planètes au Soleil et loi de Titius-Bode

Distances des planètes au Soleil et loi de Titius-Bode
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Formation du système solaire selon James Jeans

Formation du système solaire selon James Jeans
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion

Principales étapes de la formation des planètes par accrétion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : ingénieur de recherche au CNRS, astrophysicien à l'Observatoire de Meudon

Classification

Autres références

«  PLANÉTAIRES SYSTÈMES  » est également traité dans :

TRAPPIST-1, système planétaire

  • Écrit par 
  • Franck SELSIS
  •  • 1 774 mots
  •  • 3 médias

En orbite autour de la petite étoile rouge Trappist-1, sept exoplanètes (planètes gravitant autour d’une étoile autre que le Soleil) d’une taille similaire à celle de notre planète ont été détectées entre 2015 et 2017. Situé dans notre proche environnement galactique, à 39 années-lumière de la Terre (soit quelque 370 000 milliards de kilomètres), ce syst […] Lire la suite

KEPLER, télescope spatial

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 667 mots
  •  • 1 média

Le télescope spatial Kepler est un satellite conçu par la N.A.S.A. pour détecter des systèmes planétaires dans notre région de la Galaxie. Mis sur orbite en mars 2009, c’est un télescope de 95 centimètres de diamètre à grand champ de vision qui enregistre continûment la brillance de plus de 150 000 étoiles afin de détecter les systèmes planétaires lointains et d’en faire un catalogue aussi détai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PROUST, « PLANÉTAIRES SYSTÈMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-planetaires/