STUC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La postérité du décor de stuc

Le stuc perdure dans l'art paléochrétien, mais seule Ravenne possède un monument de quelque ampleur avec le baptistère pré-byzantin des orthodoxes du milieu du ve siècle : la voûte éblouissante de mosaïques dorées reposait sur une arcade ornée d'édicules de stuc abritant chacun un évêque, debout dans une pose hiératique. En France, l'époque carolingienne est illustrée par les vestiges du décor en stuc du chœur de l'église de Germigny-des-Prés (début du ixe s.), tandis que la Lombardie conserve un témoignage majeur, l'église de l'abbaye bénédictine de San Pietro del Monte à Civate (dernier quart du xie s.), revêtue de fresques et de stucs polychromes – Crucifixion, Résurrection, mais aussi griffons et Chimères – dans un style proche de celui de la sculpture contemporaine dont le stuc est clairement ici le substitut.

À la Renaissance, la découverte à Rome de la Domus Aurea, résidence de Néron, marque un tournant. Les artistes éblouis viennent en effet copier directement sur place sa célèbre volta dorata dans les « grottes », d'où l'appellation de « grotesques » réservée à ces motifs fantastiques dérivés de l'Antiquité qui vont désormais inspirer les peintres, les sculpteurs et les décorateurs. C'est ainsi que Raphaël réalise le décor de fresques et de stucs des loges du Vatican avec Giovanni da Udine, qui retrouve la composition prescrite par Vitruve pour cet enduit et travaillera aussi à la villa Madame (1519-1523). Le Palais de Té à Mantoue (1530), œuvre de Giulio Romano, est un des foyers du maniérisme. En France, le décor en stuc est introduit par François Ier : les artistes italiens venus travailler au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1

Canope de la villa Hadriana, Tivoli, 1
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Ostie

Ostie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie





Écrit par :

  • : agrégée, docteur, chargée de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  STUC  » est également traité dans :

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 587 mots
  •  • 6 médias

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l […] Lire la suite

ADAM LE JEUNE NICOLAS SÉBASTIEN ADAM dit (1705-1778)

  • Écrit par 
  • François SOUCHAL
  •  • 484 mots

Membre d'une importante dynastie de sculpteurs lorrains, Nicolas Sébastien Adam est le frère cadet de Lambert Sigisbert et le fils de Jacob Sigisbert. Élevé par son père, il vient rejoindre son frère à Paris, fait un séjour à Montpellier avant de se rendre à Rome à ses propres frais. Il y reste de 1726 à 1734. De retour en France, il est engagé grâce à son frère par le roi et exécute en collaborat […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'école de Hadda »  : […] La moyenne vallée de la rivière Kaboul, dont la ville importante est Jellalabad, a abrité très tôt un grand nombre de fondations bouddhiques autour de l'endroit mythique où l'étudiant Megha aurait reçu du Buddha du passé, Dipankara, la prédiction de sa prochaine existence sous l'aspect du Buddha historique Gautama. Des « mille » monastères visités par le pèlerin chinois Hiuan-ts'ang, au vii e  siè […] Lire la suite

BOFFRAND GABRIEL GERMAIN (1667-1754)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 690 mots

Architecte et décorateur français, Germain Boffrand est, avec Robert de Cotte, le plus fécond créateur des styles Régence de Louis XV. Élève d'Hardouin-Mansart, dont il a saisi la portée de l'évolution finale vers un classicisme moins austère, plus ouvert, plus exubérant même (la chapelle de Versailles, 1708), ce neveu du poète Quinault, se piquant lui-même de littérature (à l'occasion, auteur de […] Lire la suite

CARLONE CARLO INNOCENZO (1686-1775)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 408 mots

Né à Sciara, près de Côme, Carlo Innocenzo Carlone appartient autant à l'Allemagne, où il fait la moitié de sa carrière, qu'à l'Italie dont il est originaire. La famille Carlone, ou Carloni, originaire de la région de Côme, comporte de nombreuses branches, et l'on trouve des artistes de ce nom, architectes, stucateurs et peintres, en Ligurie et en Lombardie, au xvii e et au xviii e siècle. C'est […] Lire la suite

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le décor architectural : stuc et pierre »  : […] La fragilité des éléments décoratifs explique le nombre réduit de pièces encore intactes. La statuaire était en stuc, comme le rapporte le Libellus Angilberti . En effet, à Saint-Riquier, il y avait quatre « images » sculptées, ex gipso , dorées et richement ornées de pierres précieuses. Elles représentaient la Nativité, la Passion, la Résurrection et l'Ascension et étaient disposées dans l'église […] Lire la suite

COYSEVOX ANTOINE (1640-1720)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 364 mots
  •  • 4 médias

L'œuvre d'Antoine Coysevox forme une sorte de contrepartie à celle de l'autre grand sculpteur officiel de Louis XIV, Girardon. Celui-ci, attaché aux modèles antiques, pénétré de l'influence de Poussin, incarne en quelque sorte la tendance classique du règne ; Coysevox apparaît au contraire comme un sculpteur baroque. Collaborateur de Le Brun et de Mansart, il déploie sa virtuosité de décorateur da […] Lire la suite

DEL BARBIERE DOMENICO, dit DOMINIQUE FLORENTIN (1506 env.-env. 1565)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 296 mots

Né à Florence, formé en Italie où, comme beaucoup d'artistes de cette époque, il subit l'influence de Michel-Ange, Dominique Florentin arrive en France sans doute avant Rosso, mais il n'est mentionné à Fontainebleau qu'entre 1537 et 1540, d'abord comme stucateur. De 1540 à 1550, il collabore avec Primatice et devient un des artistes les plus en vue, car les comptes révèlent qu'il est parmi les mie […] Lire la suite

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : ils forment l'école de Fontainebleau. Sous Henri IV, un autre groupe composé […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Peinture murale et « buon fresco » »  : […] La vraie peinture à fresque, ou buon fresco , demande que la plupart des pigments soient des couleurs terre en suspension exclusivement dans l'eau, et qu'ils soient posés sur un enduit de chaux encore humide. On n'emploie pas de chaux pure pour la peinture à fresque, car elle se resserrerait et craquerait. Pour éviter cet inconvénient, on la mélange d'habitude à du sable, à de la pierre finement p […] Lire la suite

HAḌḌA

  • Écrit par 
  • Zémaryalai TARZI
  •  • 1 953 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Architecture et iconographie bouddhique »  : […] Le village actuel de Haḍḍa est en partie construit sur l'emplacement des ruines d'une ville pré-islamique dont dépendait un ensemble monastique prospère du i er siècle avant J.-C. au viii e siècle après J.-C. que les visiteurs chinois appelaient Hilo. Les monastères les plus importants se trouvaient à l'ouest de l'ancienne ville, tandis que d'autres constructions monastiques avaient été édifiées […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Le style du Gandhāra et les écoles du Nord-Ouest »  : […] L'implantation en Inde de la dynastie Kuṣāṇa , originaire d'Asie centrale, semble s'être effectuée au i er  siècle de notre ère. Le mieux connu et le plus puissant de ses représentants, Kaniṣka, qui devint maître du nord du pays jusqu'au Mahārāṣṭra et au Bihār, contrôlait au cœur du continent le carrefour où se croisaient les civilisations actives de l'époque. La politique impériale des Kuṣāṇa ame […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'art des provinces orientales »  : […] Dans les provinces orientales, l'héritage sassanide et iranien reste vigoureux en s'adaptant d'abord à des plans de type omeyyade. Toutefois, l'architecture du x e  siècle paraît plus novatrice et annonciatrice de formes et de décors qui s'imposeront définitivement à partir du xi e  siècle : les édifices les plus significatifs sont le mausolée des Samanides à Boukhara (vers 907) et celui d'Arab A […] Lire la suite

PARTHES

  • Écrit par 
  • Philippe GIGNOUX, 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 5 321 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Art et religion »  : […] Si les institutions et, d'une manière plus générale, cette civilisation parthe demi-millénaire demeurent encore tellement mal connues, c'est en raison de l'inexistence quasi totale de documents écrits indigènes. Ni archives ni ouvrages profanes ou religieux n'ont été retrouvés. Seules les monnaies et quelques rares inscriptions tiennent lieu de sources. Tout a-t-il donc été détruit, ou ne serait-i […] Lire la suite

PEINTURE À FRESQUE SUR ENDUIT LISSE (Rome)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

Jusqu'à la fin du ii e  siècle avant notre ère, les Romains décoraient les murs de leurs habitations selon un procédé illusionniste utilisé dans l'ensemble de la Méditerranée hellénisée : du stuc moulé et peint imitait des murs en appareil isodome (des pierres de mêmes dimensions), associant des marbres de diverses couleurs (premier style pompéien). C'est probablement l'arrivée à Rome des peintres […] Lire la suite

PERSE - Arts

  • Écrit par 
  • Pierre AMIET, 
  • Ernest WILL
  •  • 11 882 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « L'art parthe »  : […] C'est le repli de l'empire parthe sur lui-même aux deux premiers siècles de notre ère sous la pression de Rome à l'ouest, de l'empire koushan à l'est, qui détermine une évolution nouvelle. Dans l'empire koushan, les influences grecques et gréco-romaines très vivaces donnent lieu à la floraison de l'art dit gréco-bouddhique ; dans l'empire parthe, au contraire, les tendances non classiques s'affirm […] Lire la suite

PRIMATICE FRANCESCO PRIMATICCIO dit (1504-1570)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 1 045 mots

À l'époque où Primatice commence son apprentissage à Bologne, sa ville natale, il ne s'y trouve pas de grand maître : les peintres locaux travaillent dans le sillage de l'école romaine, et c'est auprès d'un élève de Raphaël, Bagnacavallo, que Primatice reçoit sa première formation. Ce que Bologne ne peut lui offrir, il va le chercher à Mantoue, près d'un plus éminent disciple de Raphaël, Jules Rom […] Lire la suite

ROMAIN JULES, ital. GIULIO PIPPI dit GIULIO ROMANO (1492 ou 1499-1546)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 326 mots
  •  • 3 médias

Né à Rome où il se forme au contact même de la ville antique que l'on redécouvrait alors avec passion, Jules Romain est le principal collaborateur de Raphaël entre 1515 et 1520 : il l'aide à la salle de l'Incendie (1512), peint, selon Vasari, plusieurs commandes importantes de Raphaël ( La Sainte Famille pour François I er , Louvre), travaille aux cartons de tapisseries (1515) et à la Farnésine ( […] Lire la suite

SCULPTURE - Matériaux et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 7 455 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Matériaux le plus fréquemment utilisés »  : […] Si l'on se fonde enfin sur une sorte de statistique, nécessairement approximative dans l'état actuel de nos connaissances, de la fréquence des matériaux employés, on peut établir une liste de sept noms essentiels pour l'étude de la sculpture, ancienne principalement. La pierre est de loin le matériau le plus employé étant donné son importance pour la sculpture décorative ou monumentale. Les pierr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole BLANC, « STUC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stuc/