STUC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les œuvres antiques

À l'époque hellénistique, le stuc connaît d'abord un usage restreint, qui consiste à revêtir ou à compléter les ordonnances architecturales de pierre, comme l'attestent dès le ive s. avant J.-C. les façades polychromes des tombes macédoniennes, et, un peu plus tard, les nécropoles alexandrines ; à la même époque, il pénètre dans l'ornementation intérieure où il est utilisé avec la peinture dans les décors du Ier style pompéien, qui imitent en relief la structure d'un mur, avec plinthe, orthostate à bossage, maçonnerie à carreaux et boutisses, pilastres et corniches. Dans la partie haute de la paroi se développent des pseudo-entablements de plus en plus complexes, associant des colonnettes, des corniches à consoles zoomorphes, des frises ornées de bustes d'animaux, bucranes, et autres motifs du répertoire architectonique dont les maisons de Délos, Pergame et Pompéi offrent les plus beaux exemples.

À Rome, au début du ier siècle avant J.-C., naît une technique décorative autonome où le stuc supplante le bois ou la peinture pour introduire le relief. Ce décor occupe d'abord les plafonds et les voûtes qui resteront toujours la zone d'élection du stuc. La maison des Griffons (vers 80 av. J.-C.), sur le Palatin, en constitue le premier exemple avec des caissons lisses et une lunette ornée de Griffons affrontés de part et d'autre d'un rinceau d'acanthe. Mais très vite, parallèlement aux caissons moulurés ornés d'un fleuron central, très influencés par les modèles de la sculpture, la figuration envahit les voûtes, découpées en panneaux de tailles et de formes variées où peuvent s'inscrire mythes et personnages. Avec ses scènes d'initiation dionysiaque et ses paysages sacrés où s'activent dans des constructions champêtres des personnages miniaturisés, la villa de la Farnésine (Museo Nazionale Romano, Rome) constitue l'exemple le plus achevé des œuvres augustéenn [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : agrégée, docteur, chargée de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  STUC  » est également traité dans :

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 587 mots
  •  • 6 médias

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l […] Lire la suite

ADAM LE JEUNE NICOLAS SÉBASTIEN ADAM dit (1705-1778)

  • Écrit par 
  • François SOUCHAL
  •  • 484 mots

Membre d'une importante dynastie de sculpteurs lorrains, Nicolas Sébastien Adam est le frère cadet de Lambert Sigisbert et le fils de Jacob Sigisbert. Élevé par son père, il vient rejoindre son frère à Paris, fait un séjour à Montpellier avant de se rendre à Rome à ses propres frais. Il y reste de 1726 à 1734. De retour en France, il est engagé grâce à son frère par le roi et exécute en collaborat […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'école de Hadda »  : […] La moyenne vallée de la rivière Kaboul, dont la ville importante est Jellalabad, a abrité très tôt un grand nombre de fondations bouddhiques autour de l'endroit mythique où l'étudiant Megha aurait reçu du Buddha du passé, Dipankara, la prédiction de sa prochaine existence sous l'aspect du Buddha historique Gautama. Des « mille » monastères visités par le pèlerin chinois Hiuan-ts'ang, au vii e  siè […] Lire la suite

BOFFRAND GABRIEL GERMAIN (1667-1754)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 690 mots

Architecte et décorateur français, Germain Boffrand est, avec Robert de Cotte, le plus fécond créateur des styles Régence de Louis XV. Élève d'Hardouin-Mansart, dont il a saisi la portée de l'évolution finale vers un classicisme moins austère, plus ouvert, plus exubérant même (la chapelle de Versailles, 1708), ce neveu du poète Quinault, se piquant lui-même de littérature (à l'occasion, auteur de […] Lire la suite

CARLONE CARLO INNOCENZO (1686-1775)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 408 mots

Né à Sciara, près de Côme, Carlo Innocenzo Carlone appartient autant à l'Allemagne, où il fait la moitié de sa carrière, qu'à l'Italie dont il est originaire. La famille Carlone, ou Carloni, originaire de la région de Côme, comporte de nombreuses branches, et l'on trouve des artistes de ce nom, architectes, stucateurs et peintres, en Ligurie et en Lombardie, au xvii e et au xviii e siècle. C'est […] Lire la suite

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le décor architectural : stuc et pierre »  : […] La fragilité des éléments décoratifs explique le nombre réduit de pièces encore intactes. La statuaire était en stuc, comme le rapporte le Libellus Angilberti . En effet, à Saint-Riquier, il y avait quatre « images » sculptées, ex gipso , dorées et richement ornées de pierres précieuses. Elles représentaient la Nativité, la Passion, la Résurrection et l'Ascension et étaient disposées dans l'église […] Lire la suite

COYSEVOX ANTOINE (1640-1720)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 364 mots
  •  • 4 médias

L'œuvre d'Antoine Coysevox forme une sorte de contrepartie à celle de l'autre grand sculpteur officiel de Louis XIV, Girardon. Celui-ci, attaché aux modèles antiques, pénétré de l'influence de Poussin, incarne en quelque sorte la tendance classique du règne ; Coysevox apparaît au contraire comme un sculpteur baroque. Collaborateur de Le Brun et de Mansart, il déploie sa virtuosité de décorateur da […] Lire la suite

DEL BARBIERE DOMENICO, dit DOMINIQUE FLORENTIN (1506 env.-env. 1565)

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN
  •  • 296 mots

Né à Florence, formé en Italie où, comme beaucoup d'artistes de cette époque, il subit l'influence de Michel-Ange, Dominique Florentin arrive en France sans doute avant Rosso, mais il n'est mentionné à Fontainebleau qu'entre 1537 et 1540, d'abord comme stucateur. De 1540 à 1550, il collabore avec Primatice et devient un des artistes les plus en vue, car les comptes révèlent qu'il est parmi les mie […] Lire la suite

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : ils forment l'école de Fontainebleau. Sous Henri IV, un autre groupe composé […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Peinture murale et « buon fresco » »  : […] La vraie peinture à fresque, ou buon fresco , demande que la plupart des pigments soient des couleurs terre en suspension exclusivement dans l'eau, et qu'ils soient posés sur un enduit de chaux encore humide. On n'emploie pas de chaux pure pour la peinture à fresque, car elle se resserrerait et craquerait. Pour éviter cet inconvénient, on la mélange d'habitude à du sable, à de la pierre finement p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole BLANC, « STUC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stuc/