SCULPTURE CONTEMPORAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis l’exposition What is modern sculpture ? organisée en 1970 au Museum of Modern Art de New York par Robert Goldwater, l’interrogation sur la définition de la sculpture contemporaine revient avec insistance dans le champ de la critique et de l’histoire de l’art. « Qu’est-ce que la sculpture moderne ? » s’est demandé à son tour Margit Rowell dans l’exposition éponyme de 1986 au Centre Georges-Pompidou, en apportant à cette question une réponse aussi mémorable que contestable dans sa promotion d’une modernité en rupture radicale avec le passé. De fait, depuis les années 1960, que tout le monde s’accorde à reconnaître comme le début d’un temps nouveau de l’art, appelé art contemporain, les limites de « la sculpture à l’âge du soupçon » – selon le titre de l’ouvrage de McEvilley, en 1999 – ne cessent de diviser les historiens de l’art, les artistes et les commanditaires.

Les expérimentations commencées dès les années 1920 par Marcel Duchamp, Tatline, Moholy-Nagy, Schwitters ou Gabo et le succès international rencontré dans l’après-guerre par des sculpteurs tels que Giacometti, Brancusi ou Picasso ont contribué à dynamiser, voire ont révolutionné le champ de la sculpture moderne, qui s’est ouvert à des pratiques réellement nouvelles à cette période. Il est ainsi devenu impossible de dresser un strict balisage du domaine de la sculpture contemporaine, qui a connu une extension sans précédent, de l’assemblage à l’installation, de l’art de l’objet au land art, du recours aux nouvelles technologies à l’exploration de la lumière et de l’ombre, voire de pratiques purement conceptuelles. De plus, cet art utilise les matériaux les plus divers, du déchet à la substance périssable en passant par toutes les gammes des matières solides, liquides, gazeuses, minérales ou organiques. Piero Manzoni (1933-1963), pionnier italien de l’Arte povera, signa des corps humains pour les transformer en « sculptures vivantes », commercialisa sa Merde d’artiste (1961), qualifia de Sculpture dans l’espace un ballon pneumatique maintenu en l’air par un jet d’eau. Et, en fabriquant le Socle du monde (Hommage à Galilée, 1961), il alla jusqu’à métamorphoser conceptuellement l’ensemble de l’Univers en sculpture. Mentionnons également les sculptures corporelles, telles les One Minute Sculptures d’Erwin Wurm, ou conceptuelles, dépourvues de réalité technique durable, comme l’Itinéraire d’un rouge-gorge, sculpture (1969) du Néerlandais Jan Dibbets. « La sculpture dans son champ élargi », pensée par la théoricienne Rosalind Krauss dès 1979, entretient des liens spécifiques avec d’autres arts qui produisent des métissages aussi féconds que multiples, du cinéma sculpture à l’archi-sculpture en passant par les performances et les ballets, la vidéo-sculpture, la sculpture sonore, la photographie comme sculpture, les furniture sculptures

Si les années 1960-1990 ont été une période d’expérimentations sans précédent, leur a succédé depuis 1990 un temps de réaffirmations contradictoires qui prouvent la vitalité actuelle d’un art qu’on pouvait juger moribond au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le sculpteur Arturo Martini déplorait dans son ouvrage La scultura lingua morta (1945) le dépérissement de la statuaire et de l’art monumental du premier xxe siècle.

Expérimentations et bouleversements, 1960-1990

Trois grands inventeurs de la sculpture moderne ont ouvert l’âge contemporain de la puissance de leur singularité esthétique, même si leurs œuvres n’ont pas connu de suite immédiate dans les années 1960. Constantin Brancusi (1876-1957) a compris, avec le Monument de Tirgu Jiu de 1938 et la série des Colonnes sans fin, la sculpture comme un art de la forme s’élançant dans l’espace à une échelle qui la rend potentiellement infinie. Alberto Giacometti (1901-1966) a porté, lui, l’ambition de rendre compte de la réalité avec la plus vibrante énergie, en passant de l’art de la figuration à celui de la réelle présence, jusque dans le grain de la matière sans cesse retravaillée. Picasso (1881-1973), enfin, a été toute sa vie, simultanément et de manière complémentaire, peintre et sculpteur. Il a fait de la tridimensionnalité le lieu de toutes les expériences, en créant des assemblages dès 1912 ou en recyclant des objets pour en faire des compositions (Petite Fille sautant à la corde, 1950).

Du ready-made à la critique de la société de consommation

Dans un esprit radicalement différent, à la suite du ready-made inventé par Marcel Duchamp dès 1914 avec le Porte-bouteilles, Jean Tinguely (1925-1991), en compagnie entre autres de Daniel Spoerri, de César (1921-1998) et d’Arman (1928-2005), crée en 1960, sous la houlette du critique d’art Pierre Restany, le groupe des Nouveaux Réalistes qui rassemble aussi de nombreux peintres. C’est l’objet, dans sa réalité la plus ordinaire, qui est appelé à jouer dans leurs sculptures un rôle crucial. Arman se lance dans des accumulations d’objets ou met en scène de manière spectaculaire leur destruction (série des Colères, 1961). Daniel Spoerri invente des Tableaux-Pièges qui témoignent d’une réalité quotidienne habituellement éphémère – par exemple, les reliefs d’un repas sur la table d’un restaurant –, sacralisée dans l’acte de la figer et de l’exposer. À partir de sa fascination pour la machine, Jean Tinguely développe un art du mouvement et de la mécanique, et fait du temps dans sa dimension réelle et métaphysique le véritable sujet de son œuvre. Quant à César, il se lance dans la réalisation des Compressions puis des Expansions, coulées de polyuréthane laquées qui font de lui un des sculpteurs les plus en vogue dans la France des années 1960-1970. Mais le Nouveau Réalisme, qui se dissipe comme groupe dès 1963, demeure très limité à l’espace français. C’est au pop art, né en Angleterre à la fin des années 1950 avant de connaître son plein développement aux États-Unis, qu’il revient d’incarner le mouvement international emblématique de critique de la société de consommation. Inauguré par des peintres, le pop art s’ouvre à la sculpture avec George Segal (1924-2000), un des premiers à installer ses personnages moulés en plâtre dans un environnement réel, grandeur nature (The Movie House, 1996), et Robert Rauschenberg (1925-2008) qui explore la troisième dimension en insérant des d’objets réels dans ses compositions peintes : ses Combine Pain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Pascal Convert

Pascal Convert
Crédits : Jean-Francois Paga/ Opale/ Leemage

photographie

Reichstag empaqueté, Christo et Jeanne-Claude

Reichstag empaqueté, Christo et Jeanne-Claude
Crédits : Régis Bossu/ Sygma/ Getty Images

photographie

Christo et Jeanne-Claude

Christo et Jeanne-Claude
Crédits : Bettman/ Getty Images

photographie

La DS, G. Orozco

La DS, G. Orozco
Crédits : Florian Kleinefenn, avec l'aimable autorisation de la galerie Chantal Crousel, Paris

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  SCULPTURE CONTEMPORAINE  » est également traité dans :

ABAKANOWICZ MAGDALENA (1930-2017)

  • Écrit par 
  • Michèle HENG
  •  • 1 206 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du tissage à la sculpture »  : […] En 1966, les Abakans , formes monumentales tissées dans une technique personnelle, marquent son évolution vers la tridimensionnalité. D'abord ronds ou ovales, de couleurs chaudes, les Abakans deviennent des cylindres sombres, nids ou refuges, remparts, selon l'artiste, contre l'hostilité et l'incompréhension. Son dernier tissage – l'environnement de Bois-le-Duc (1970-1971) – se compose d'immenses […] Lire la suite

ABDESSEMED ADEL (1971- )

  • Écrit par 
  • Giovanni CARERI
  •  • 989 mots

Dans le chapitre « L'expérience des limites »  : […] Adel Abdessemed célèbre, à sa manière, les émeutes des banlieues de 2005 avec trois voitures en terre cuite noircies par le feu ( Practice Zero Tolerance , 2006 et 2008). Cette pièce transpose sous forme de sculpture les images de presse des événements, jouant sur des modifications matérielles riches de sens : la fragilité de la terre cuite évoque les contradictions internes d'un corps social dont […] Lire la suite

ADKINS TERRY ROGER (1953-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 299 mots

Artiste conceptuel, sculpteur et saxophoniste américain né le 9 mai 1953 à Washington D.C., Terry Roger Adkins créa des sculptures « aussi éphémères et transitoires que la musique » et des œuvres d’art mêlant musique et arts visuels. Dans les années 1980, Adkins combine et recycle des objets trouvés, comme on le voit avec Smoke Signals (2013) qui associe des bases de chaises Eames, du ciment, du […] Lire la suite

AGUT PEP (1961- )

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 776 mots

L'artiste catalan Pep Agut est né en 1961 à Terrassa, près de Barcelone où il est installé et étudie l’art à l’école Sant Jordi de l’université de Barcelone de 1979 à 1984. Il est régulièrement exposé à la galerie Estranyi, à Barcelone, et à la galerie des Archives, à Paris. Son œuvre explore le thème de la vision à travers des médias tels que la photographie, l'architecture, des installations mai […] Lire la suite

AMADO JEAN (1922-1995)

  • Écrit par 
  • Georges DUBY
  •  • 1 000 mots

D'ascendance juive smyrniote et comtadine, le sculpteur Jean Amado est né à Aix-en-Provence le 27 janvier 1922. Toute sa vie, il fut animé par une passion d'artisan pour le beau matériau patiemment, amoureusement, poétiquement élaboré. Excellent dessinateur, il travaille d'abord la céramique avec sa première épouse, Jo Steenackers. En 1954, l'architecte Fernand Pouillon leur commande, pour la faç […] Lire la suite

ANDRE CARL (1935- )

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 738 mots

Né le 16 septembre 1935 à Quincy (Massachusetts), le sculpteur Carl Andre étudie l’art de 1951 à 1953 à la Phillips Academy d’Andover. Après un bref passage au Kenyon College de Gambier (Ohio), en 1954, il voyage en Angleterre et en France. En 1957, il s’installe à New York, où il rencontre Frank Stella dans la maison d’édition où il travaille. Influencé par Brancusi et les peintures noires de Ste […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « 1914, Londres, creuset de la sculpture moderne »  : […] En 1914, à côté de Paris qui continue de jouer un rôle de capitale des arts bien connu, Londres s'affirme comme un des creusets de la sculpture moderne. Rodin lui-même, qui fréquente l'Angleterre depuis 1881 et y a rencontré d'importants succès, s'y réfugie pour échapper aux troubles de la guerre. Il présente au South Kensington Park une importante exposition, alors que ses célèbres Bourgeois de […] Lire la suite

ANSELMO GIOVANNI (1934- )

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 790 mots

Artiste italien, Giovanni Anselmo, né en 1934 à Borgofranco d’Ivrea (Piémont), partage son temps entre Turin et l’île de Stomboli. Il est, avec Mario Merz, Jannis Kounellis et Gilberto Zorrio, l'une des figures marquantes de l' Arte povera (l'Art pauvre), mouvement apparu à Turin en 1967 et dénommé ainsi par le critique italien Germano Celant. Une photographie, Mon Ombre projetée vers l'infini a […] Lire la suite

ARMAN ARMAND FERNANDEZ dit (1928-2005)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE, 
  • Universalis
  •  • 1 014 mots

Dans le chapitre « Un peintre devenu « nouveau réaliste » »  : […] Fils d'un antiquaire niçois, Armand Fernandez (qui prendra pour nom d'artiste son prénom raccourci) s'engage, encore adolescent, dans la Résistance ; le spectacle de sa ville bombardée le frappe. Bachelier, il suit les cours des Arts décoratifs à Nice, puis de l'École du Louvre à Paris, de 1946 à 1949. En 1947, il rencontre à un cours de judo Yves Klein, qui sera son émule jusqu'à sa mort en 1962, […] Lire la suite

ARMITAGE KENNETH (1916-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 138 mots

Sculpteur anglais. Formé d'abord à Leeds, puis à la Slade School de Londres de 1937 à 1939, Kenneth Armitage commence par travailler la pierre, en s'inspirant de l'Égypte pharaonique. Il cesse toute sculpture pendant la Seconde Guerre mondiale. Quand il revient à son art en 1945, c'est vers le bronze qu'il s'oriente. Ses modelages aux volumes plats et allongés frappent les spécialistes et le publ […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « SCULPTURE CONTEMPORAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/