Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SCULPTURE CONTEMPORAINE

Depuis l’exposition Whatis modern sculpture ? organisée en 1970 au Museum of Modern Art de New York par Robert Goldwater, l’interrogation sur la définition de la sculpture contemporaine revient avec insistance dans le champ de la critique et de l’histoire de l’art. « Qu’est-ce que la sculpture moderne ? » s’est demandé à son tour Margit Rowell dans l’exposition éponyme de 1986 au Centre Georges-Pompidou, en apportant à cette question une réponse aussi mémorable que contestable dans sa promotion d’une modernité en rupture radicale avec le passé. De fait, depuis les années 1960, que tout le monde s’accorde à reconnaître comme le début d’un temps nouveau de l’art, appelé art contemporain, les limites de « la sculpture à l’âge du soupçon » – selon le titre de l’ouvrage de McEvilley, en 1999 – ne cessent de diviser les historiens de l’art, les artistes et les commanditaires.

Les expérimentations commencées dès les années 1920 par Marcel Duchamp, Tatline, Moholy-Nagy, Schwitters ou Gabo et le succès international rencontré dans l’après-guerre par des sculpteurs tels que Giacometti, Brancusi ou Picasso ont contribué à dynamiser, voire ont révolutionné le champ de la sculpture moderne, qui s’est ouvert à des pratiques réellement nouvelles à cette période. Il est ainsi devenu impossible de dresser un strict balisage du domaine de la sculpture contemporaine, qui a connu une extension sans précédent, de l’assemblage à l’installation, de l’art de l’objet au land art, du recours aux nouvelles technologies à l’exploration de la lumière et de l’ombre, voire de pratiques purement conceptuelles. De plus, cet art utilise les matériaux les plus divers, du déchet à la substance périssable en passant par toutes les gammes des matières solides, liquides, gazeuses, minérales ou organiques. Piero Manzoni (1933-1963), pionnier italien de l’Arte povera, signa des corps humains pour les transformer en « sculptures vivantes », commercialisa sa Merde d’artiste (1961), qualifia de Sculpture dans l’espace un ballon pneumatique maintenu en l’air par un jet d’eau. Et, en fabriquant le Socle du monde (Hommage à Galilée, 1961), il alla jusqu’à métamorphoser conceptuellement l’ensemble de l’Univers en sculpture. Mentionnons également les sculptures corporelles, telles les One Minute Sculptures d’Erwin Wurm, ou conceptuelles, dépourvues de réalité technique durable, comme l’Itinéraire d’un rouge-gorge, sculpture (1969) du Néerlandais Jan Dibbets. « La sculpture dans son champ élargi », pensée par la théoricienne Rosalind Krauss dès 1979, entretient des liens spécifiques avec d’autres arts qui produisent des métissages aussi féconds que multiples, du cinéma sculpture à l’archi-sculpture en passant par les performances et les ballets, la vidéo-sculpture, la sculpture sonore, la photographie comme sculpture, les furniture sculptures

Si les années 1960-1990 ont été une période d’expérimentations sans précédent, leur a succédé depuis 1990 un temps de réaffirmations contradictoires qui prouvent la vitalité actuelle d’un art qu’on pouvait juger moribond au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le sculpteur Arturo Martini déplorait dans son ouvrage La scultura lingua morta (1945) le dépérissement de la statuaire et de l’art monumental du premier xxe siècle.

Expérimentations et bouleversements, 1960-1990

Trois grands inventeurs de la sculpture moderne ont ouvert l’âge contemporain de la puissance de leur singularité esthétique, même si leurs œuvres n’ont pas connu de suite immédiate dans les années 1960. Constantin Brancusi (1876-1957) a compris, avec le Monument de Tirgu Jiu de 1938 et la série des Colonnes sans fin, la sculpture comme un art de la forme s’élançant dans l’espace à une échelle qui la rend potentiellement infinie. Alberto Giacometti (1901-1966)[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain, université de Paris-VIII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Pascal Convert

Pascal Convert

Reichstag empaqueté, Christo et Jeanne-Claude

Reichstag empaqueté, Christo et Jeanne-Claude

Christo et Jeanne-Claude

Christo et Jeanne-Claude

Autres références

  • ABAKANOWICZ MAGDALENA (1930-2017)

    • Écrit par Michèle HENG
    • 1 201 mots
    • 1 média
    Au début des années 1970, son intérêt se concentre sur les cordages, les effets d'entrelacements ou de linéarité (Roue et corde, 1973).À partir de 1973, elle aborde la sculpture avec des matériaux bruts, toile de sac, jute, sisal, ficelle, structures molles collées par des résines ou rigidifiées...
  • ABDESSEMED ADEL (1971- )

    • Écrit par Giovanni CARERI
    • 989 mots
    Adel Abdessemed célèbre, à sa manière, les émeutes des banlieues de 2005 avec trois voitures en terre cuite noircies par le feu (Practice Zero Tolerance, 2006 et 2008). Cette pièce transpose sous forme de sculpture les images de presse des événements, jouant sur des modifications matérielles riches...
  • ADKINS TERRY ROGER (1953-2014)

    • Écrit par Universalis
    • 295 mots

    Artiste conceptuel, sculpteur et saxophoniste américain né le 9 mai 1953 à Washington D.C., Terry Roger Adkins créa des sculptures « aussi éphémères et transitoires que la musique » et des œuvres d’art mêlant musique et arts visuels.

    Dans les années 1980, Adkins combine et recycle...

  • AGUT PEP (1961- )

    • Écrit par Jacinto LAGEIRA
    • 776 mots

    L'artiste catalan Pep Agut est né en 1961 à Terrassa, près de Barcelone où il est installé et étudie l’art à l’école Sant Jordi de l’université de Barcelone de 1979 à 1984. Il est régulièrement exposé à la galerie Estranyi, à Barcelone, et à la galerie des Archives, à Paris. Son œuvre explore le...

  • Afficher les 131 références

Voir aussi