SOCRATE (-469--399) ET ÉCOLES SOCRATIQUES

La méthode de Socrate

Socrate, c'est d'abord un geste, une interpellation enjouée, secrètement impérieuse. Les hommes vont à leurs affaires, ils exercent ce qu'ils appellent leurs compétences. Socrate lève son bâton, et dit : « Arrête-toi, mon ami, et causons un peu. Non d'une vérité que je détiendrais, non de l'essence cachée du monde ; mais de ce que tu allais faire quand je t'ai rencontré. Tu croyais cela juste, ou beau, ou bon, puisque tu allais le faire ; explique-moi donc ce que c'est que justice, beauté, bonté. » Ainsi naît le dialogue, au ras de l'activité quotidienne, et la prenant à contre-pied, puisqu'il l'oblige à rendre ses comptes.

L'art socratique du dialogue, en qui se résume la manière socratique de philosopher, tient à peu près dans l'image de la « maïeutique », art d'accoucher les esprits, que Socrate disait tenir de sa mère ; encore faut-il ne pas oublier que l'accoucheuse, matrone qui a elle-même passé l'âge d'enfanter, a compétence aussi pour juger si l'enfant est viable ou non, et sait se faire avorteuse au besoin. L'enquête socratique, par l'un de ses aspects, est une recherche spéculative, guidée par l'exigence rationnelle de la cohérence et de la légitimation : aspect que retiendra Aristote, estimant que l'on doit deux choses à Socrate, l'idée de la définition universelle, qui couvre la totalité du défini parce qu'elle en atteint l'essence, et la technique du raisonnement inductif, qui dégage cette essence universelle par la confrontation des exemples particuliers. Mais la réfutation socratique des formules suggérées par l'interlocuteur brise en même temps l'illusion par laquelle, croyant tenir le concept, il se croit en droit de l'utiliser pour juger, et donc pour vivre ; aussi, quand il se trouve paralysé par le contact du « poisson torpille » qu'est Socrate, est-il atteint au plus vif ; c'est de mal vivre, en définitive, qu'il est convaincu.

Précisément parce qu'elle atteint à cette profondeur, la morsure socratique est féconde, contrairement à la réfutation sophistique, qui peut lui ressembler extérieurement. La joute sophistique est toute verbale ; le vaincu ne croira pas en danger les convictions auxquelles il s'identifie, il ne songera qu'à maîtriser à son tour les instruments de sa revanche. L'homme livré à Socrate, réveillé, par la piqûre du « taon », du sommeil dont ses opinions sont les rêves, est devenu une inquiétude, une recherche, une conscience.

[...]

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOCRATE (~469-~399) ET ÉCOLES SOCRATIQUES  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] Le rapport de Socrate (470-399) aux sophistes est complexe. D'une part, il se rapproche d'eux en ce que, réagissant contre la tradition des physiciens, il convertit la philosophie de la considération de la nature à celle de l'homme. Comme eux, il enseigne l'homme de la rue, l'homme quelconque. Comme eux, il assigne à la philosophie une fonction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_6227

ANTISTHÈNE (-440 env.-env. -370)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 231 mots

Disciple de Socrate et maître de Diogène le Cynique, Antisthène, comme le firent un peu plus tard les mégariques, considérait le langage discursif comme étant incapable de décrire adéquatement la réalité concrète des unités individuelles. On ne peut dire « un homme est bon », mais seulement « le bon est bon », « l'homme est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisthene/#i_6227

APORIE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 803 mots

Terme appartenant à la philosophie grecque de l'Antiquité ; c'est la transcription littérale de aporia, dont le sens propre est « impasse », « sans issue », « embarras ». En philosophie, on peut lui donner un sens faible, comme le fait Aristote en insistant sur l'aspect de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aporie/#i_6227

ARISTIPPE DE CYRÈNE (-425--355)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 169 mots

Disciple de Socrate, fondateur de l'école cyrénaïque. Les écrits d'Aristippe de Cyrène sont tous perdus, mais on possède à son sujet de nombreuses anecdotes (« chries ») ou paroles fameuses prononcées dans une situation typique. Diogène Laërce, qui en a conservé beaucoup (Vies, doctrines et sentences des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristippe-de-cyrene/#i_6227

ARISTOPHANE (-445--380)

  • Écrit par 
  • Jean DEFRADAS
  •  • 4 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Les Nuées » »  : […] Ayant appris que Socrate tient une école où il enseigne l'art de faire triompher le raisonnement faible sur le raisonnement fort, il veut apprendre de lui le moyen de se débarrasser de ses créanciers sans les payer. Mais comme il ne montre aucune aptitude à comprendre ce qu'on lui enseigne, il fait prendre les leçons par son fils, qui en profite si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristophane/#i_6227

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – demeure un texte énigmatique. La structure virtuose du récit – la relation par un témoin, Aristodème, à son tour rapportée par un autre, Apollodore, de cinq éloges successifs de l'amour (occasion d'imiter certains des auteurs célèbres de l'époque), puis de l'éloge de Socrate lui-même par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-banquet/#i_6227

CIVISME

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre « Civisme et patriotisme »  : […] La République, IV, 435 a-b), il excluait cet écart, ce jeu où se glisserait l'acte d'une volonté. La mort de Socrate (même si l'on écarte du récit l'interprétation hagiographique et l'intention de propagande) va nous éclairer. Socrate aurait décidé de mourir par respect pour la loi de la cité. Curieux respect puisque, au moins dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civisme/#i_6227

CYRÉNAÏQUE ÉCOLE (-Ve--IVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 607 mots

Groupe de philosophes qui tire son nom de Cyrène, d'où était originaire son fondateur, Aristippe, disciple de Socrate. Les principaux successeurs d'Aristippe furent : sa fille Arété (une des rares femmes philosophes de l'Antiquité) ; le fils de celle-ci, Aristippe Metrodidactos (c'est-à-dire le « Disciple de sa mère ») ; Hêgêsias Péisithanatos (« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrenaique-ecole/#i_6227

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Le désir, entre manque et plénitude »  : […] dans le Banquet (env. 375 av. J.-C.) culminent dans le discours de Socrate, qui est doublement indirect : Socrate le tient d'une étrangère, Diotime, prêtresse de Mantinée qui, elle-même, allègue un mythe pour rendre compte de la nature paradoxale du désir érotique, écartelé entre manque et plénitude. Fils de Poros (« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-philosophie/#i_6227

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dialogue, simple instrument ou structure obligée »  : […] platonicien (simple instrument littéraire de l'analyse dialectique), se dessine le véritable dialogue vivant que Socrate conduisait avec ses interlocuteurs athéniens. Derrière l'écriture se profile la parole non écrite et dans cette parole non écrite la philosophie pour la première fois atteint sa plénitude et manifeste déjà son pouvoir créateur- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue/#i_6227

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les éducateurs philosophes »  : […] L'éducation, avec Socrate, est devenue, en effet, une question pour philosophes, parce qu'avec Socrate la philosophie même est issue de la préoccupation d'un éducateur. Au milieu d'une époque dure, où la Grèce s'entredéchire, où l'arrivisme et la désinvolture des élites vont de pair avec la curiosité intellectuelle et l'esprit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/education-philosophie-de-l-education/#i_6227

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Platon »  : […] si l'on garde à l'esprit l'acuité de cette lutte entre moralistes et immoralistes. Tel le combat que mène Socrate, partisan de la morale et de l'utilité dans l'art – raillé copieusement par Aristophane, lui-même héritier du rationalisme des sophistes – contre tout hédonisme mal compris. Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_6227

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Socrate et la crise de la cité »  : […] De cet excès sort précisément la réflexion socratique. Socrate n'a pas d'activité professionnelle ; il accomplit scrupuleusement ses devoirs de citoyen, mais il se refuse à faire de la politique. Un jour, l'oracle, sollicité par un de ses amis, l'a désigné comme le plus sage des Grecs. Il en a été fort surpris et il a mené une enquête visant à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-cite-grecque/#i_6227

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 577 mots

Dans le chapitre « Appétits naturels et système des valeurs »  : […] Ce qui caractérise une civilisation n'est pas tant ce que les hommes font, la manière dont, pratiquement, ils se conduisent, que l'idée qu'ils se font de la manière dont ils devraient se conduire. Donc une théorie des valeurs, et spécialement de la valeur qui s'impose comme un inconditionnel, un absolu. Et c'est cela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-l-homme-grec/#i_6227

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La philosophie »  : […] des principes de la nature, les sophistes se sont davantage tournés vers les problèmes qui concernent l'homme et la morale. Parmi eux, c'est surtout Socrate l'Athénien qui a eu l'influence la plus large, en orientant ses recherches et en fondant ses méthodes sur des problèmes exclusivement philosophiques. Son destin tragique (mort en 399) a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/#i_6227

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La jouissance et le degré zéro du logos »  : […] Avec Socrate, le problème éthique est au centre des préoccupations d'une philosophie qui se découvre une vocation à l'universalité, et qui rompt avec la confusion polymathique des penseurs précédents. Pour ses successeurs, la question du plaisir n'est pas d'abord un problème, mais une réponse parmi d'autres, dont la nature est telle qu'elle échappe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_6227

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Composante sceptique et composante mystique »  : […] Socrate a tenté l'autre interprétation, celle qui délie intériorité et subjectivisme, et son succès est d'avoir ouvert une route dans un domaine où la réussite n'est jamais que précaire et en suspens. Nouveauté fondamentale et fondatrice, Socrate, adversaire des sophistes, a opposé à une subjectivité dé-réalisante et désacralisante une intériorité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interiorite/#i_6227

IRONIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

Figure de rhétorique et forme de plaisanterie, l'ironie se situe d'emblée dans un champ intentionnel par l'implicite qu'elle renferme et qui détermine sa propre condition d'existence. Si elle consiste communément à faire entendre à l'interlocuteur le contraire de ce qu'énonce l'auteur, elle se démarque de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ironie/#i_6227

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Kindī et ses successeurs »  : […] Kitāb al-sīrat al-falsafiyya) commence par une brillante évocation de Socrate, qui aurait vécu d'abord en ascète – et la conduite que Rāzī lui prête correspond à une part de celle des philosophes cyniques –, puis serait passé à une vie de mesure et de frugalité qui est celle du vrai philosophe – ce que précisément prétend être Rāzī, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_6227

LA NAISSANCE DE LA TRAGÉDIE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 209 mots

Dans le chapitre « Un livre fondateur »  : […] prométhéens et artistes, dont, à l'époque, il voulait voir les prémices dans le groupe des fidèles de Bayreuth. À l'opposé, il fait de Socrate l'anti-artiste par excellence : symbole de la décadence de la tragédie à l'époque d'Euripide, celui-ci apparaît comme l'édificateur d'un monde « non tragique » correspondant, en termes modernes, à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-naissance-de-la-tragedie/#i_6227

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'être-logique »  : […] du génie grec, pousse la philosophie vers la décadence ratiocinante que l'enseignement socratique rendra victorieuse. Chez Socrate, en effet, les impératifs logiques se conjugueront avec les préoccupations morales pour engendrer le rationalisme au sens déjà moderne du mot : c'est-à-dire la croyance que, grâce à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_6227

PHÉDON, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Le Phédon, ou Sur l'âme (Phaîdon è Peri psukhès) appartient, avec La République, le Phèdre et Le Banquet, à l'ensemble des œuvres dites de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedon/#i_6227

PHÉDON D'ÉLIS (-IVe--IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Louise LAMBRICHS
  •  • 108 mots

Philosophe grec, fondateur de l'école d'Élis, sa ville natale, Phédon, dont le nom a été immortalisé par le dialogue de Platon, suivit les leçons de Socrate et assista son maître dans sa prison jusqu'à sa mort. C'est à lui d'ailleurs que Platon, dans son dialogue, fait raconter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedon-d-elis/#i_6227

PHÈDRE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La beauté, l'amour et l'art de parler »  : […] Phèdre traite de l'amour – mais par le biais d'une critique du discours. Phèdre, en effet, rend visite à Socrate pour lui faire partager son admiration du rhéteur Lysias ; après l'avoir entraîné hors de la ville, il lui lit un discours où ce dernier soutient qu'il vaut mieux choisir pour amant celui qui ne vous aime pas que celui qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-platon/#i_6227

PLATON, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La remarque de A. N. Whitehead selon laquelle « la façon la plus sûre de caractériser la tradition philosophique occidentale est qu'elle consiste en une suite de notes en bas de page à Platon » demeure vraie. Fidèle d'abord à son maître Socrate, dont la mort en — 399 le convertira à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon-en-bref/#i_6227

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du savoir »  : […] ce que c'est que savoir ? Après s'être enquis auprès de tous ceux qui passent pour savants (artisans, poètes et politiques), le Socrate de L'Apologie conclut qu'être compétent en un domaine n'exclut pas la forme la plus insidieuse de l'ignorance : croire savoir, donc se croire dispensé d'apprendre. N'est pas savant celui qui dispose d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_6227

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « La philosophie grecque »  : […] offrent, c'est une technique pour la conquête d'un pouvoir désacralisé. La réaction de Socrate, leur disciple et adversaire, qui, en opposition à cette science positive (et positiviste), fonde la philosophie politique, ne consiste nullement dans une critique de cette analyse des faits ; il y oppose une question préalable : la simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_6227

PRODICOS (entre -470 et -460-apr. -399)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 638 mots

Sophiste ionien originaire de Julis, dans l'île de Céos, Prodicos est surtout connu par les dialogues de Platon. Socrate, le louant et le ridiculisant à la fois, dépeint Prodicos comme un frileux Tantale dont, tout omniscient, ou omnisage, et divin qu'il soit, la voix de basse produit un bourdonnement qui rend ses paroles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prodicos/#i_6227

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des sophistes à Socrate »  : […] Socrate, le pourfendeur des sophistes selon Platon (qui ne l'a connu qu'à la fin de sa vie), pourrait tout aussi bien être appelé le plus grand d'entre eux : comme eux, il ramène, ainsi qu'on a dit, la philosophie du ciel sur la terre (après s'être occupé de philosophie naturelle, sinon la caricature que présente de lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_6227

RÉMINISCENCE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 131 mots

Avancé par Platon dans le Phédon, le thème mytho-philosophique de la réminiscence se retrouve tout au long de l'histoire de la philosophie occidentale avec une insistance telle qu'il paraît y prendre valeur de paradigme essentiel. Dans son expression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reminiscence/#i_6227

LA RÉPUBLIQUE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 821 mots
  •  • 1 média

« J'étais descendu, hier, au Pirée avec Glaucon, fils d'Ariston » (ce dernier n'est autre que le père de Platon). Ainsi commence La République de Platon (428 env.-347 env. av. J.-C.) – en grec Politeia, « Du régime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-republique/#i_6227

RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 4 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une rupture radicale »  : […] Cette autre métabolê ne saurait être efficace que si elle est radicale. Platon n'est pas réformiste. Significatives sont, à cet égard, les précautions que prend Socrate, dans La République, pour présenter à ses jeunes interlocuteurs les ruptures qu'il exige pour que soit conjuré le malheur des hommes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution/#i_6227

SAGESSE

  • Écrit par 
  • Manuel de DIÉGUEZ
  •  • 10 353 mots

Dans le chapitre « Sagesse et philosophie de la personne »  : […] articulée avec une réflexion sur la nature même de la pensée, Socrate s'était donné pour tâche essentielle de contester radicalement tout mode d'acquisition automatique et traditionnel de la sagesse dans les écoles : cette vertu, disait-il, ne pouvait faire l'objet d'un enseignement facile, qui serait dispensé à tous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sagesse/#i_6227

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autonomie, relativisme, rationalité »  : […] La conjonction d'une position rationaliste et d'une reconnaissance des vertus suffit-elle à nous faire adopter le point de vue de Socrate dans l'Eutyphron, quand il se demande si un acte est pieux parce qu'il plaît aux dieux, ou s'il plaît aux dieux parce qu'il est pieux, et qu'il conclut en faveur de cette dernière position […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_6227

XÉNOPHON (-426 env.- -354)

  • Écrit par 
  • Yvonne VERNIÈRE
  •  • 2 079 mots

Dans le chapitre « Du socratisme au cynisme »  : […] On s'est beaucoup interrogé sur l'authenticité du Socrate de Xénophon (ainsi Karl Joel, Der Echte und der Xenophontische Sokrates, 1873). Ce personnage familier, plus préoccupé de morale que de métaphysique, est plus vrai peut-être que celui de Platon. En tout cas, l'éthique de Xénophon lui doit beaucoup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xenophon/#i_6227

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BRUNSCHWIG, « SOCRATE (-469--399) ET ÉCOLES SOCRATIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/socrate-et-ecoles-socratiques/