ARISTIPPE DE CYRÈNE (425-355 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Disciple de Socrate, fondateur de l'école cyrénaïque. Les écrits d'Aristippe de Cyrène sont tous perdus, mais on possède à son sujet de nombreuses anecdotes (« chries ») ou paroles fameuses prononcées dans une situation typique. Diogène Laërce, qui en a conservé beaucoup (Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, II, 65) donne la raison du succès de ces histoires : « Il était capable de s'adapter parfaitement aux temps, aux lieux, aux personnages. » Et, surtout, il ajoute cette formule qui résume toute la pensée d'Aristippe : « Il savait jouir du plaisir du moment présent ; il évitait la souffrance que l'on rencontre lorsqu'on cherche à jouir des choses qui ne sont pas présentes. » L'art de jouir de l'instant présent, l'adaptation aux circonstances, le mépris du superflu, la liberté de l'individu à l'égard des choses extérieures caractérisent à la fois l'enseignement et le genre de vie d'Aristippe.

—  Pierre HADOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARISTIPPE DE CYRÈNE (425-355 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CYRÉNAÏQUE ÉCOLE (Ve-IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 607 mots

Groupe de philosophes qui tire son nom de Cyrène, d'où était originaire son fondateur, Aristippe, disciple de Socrate. Les principaux successeurs d'Aristippe furent : sa fille Arété (une des rares femmes philosophes de l'Antiquité) ; le fils de celle-ci, Aristippe Metrodidactos (c'est-à-dire le « Disciple de sa mère ») ; Hêgêsias Péisithanatos (« qui conseille la Mort ») ; Annicéris ; Théodore l'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrenaique-ecole/#i_36394

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Les données de l'historiographie philosophique sont imprécises, qui permettraient de circonscrire les problèmes relatifs à la naissance du mot et de la notion d'hédonisme. Créé en 1890, par dérivation du grec ἡδονή qui signifie plaisir, ce terme désigne dès lors un ensemble de thèses éparses que la tradition philosophique gréco-latine attribuait aux cyrénaïques. Ces derniers, comme les mégariqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_36394

SOCRATE (469-399 av. J.-C.) ET ÉCOLES SOCRATIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG
  •  • 2 725 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écoles socratiques »  : […] Les amis de Socrate n'ont pas tous été des philosophes de carrière ; et de ceux qui ont écrit, nous ne connaissons par leurs œuvres que Platon et Xénophon. Sur ceux que l'on appelle un peu injustement les « petits socratiques », nous n'avons que des informations misérables, des anecdotes suspectes, quelques titres d'ouvrages d'une authenticité parfois peu vraisemblable, au mieux quelques fragments […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socrate-et-ecoles-socratiques/#i_36394

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « ARISTIPPE DE CYRÈNE (425-355 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristippe-de-cyrene/