Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOCIOLOGIE Histoire

La sociologie n'est pas née ex nihilo toute armée de concepts et de méthodes. Avant qu'elle puisse s'imposer comme nouveau modèle de connaissance, il aura fallu qu'un ensemble de questionnements originaux rompe avec les représentations instituées du monde et des hommes. Au xviiie siècle, l'invention des termes « société » et « social » consacre un tel basculement. En dépit de l'accumulation des savoirs qui suit ces innovations sémantiques, il faut encore attendre la fin du xixe siècle pour que les signes de la reconnaissance de la sociologie puissent enfin s'accumuler. La jeune discipline est alors portée sur les fonts baptismaux de quelques pays européens avant de s'épanouir aux États-Unis. Des deux côtés de l'Atlantique, de nombreux indices révèlent sa vivacité tout au long du xxe siècle : création de revues et de sociétés savantes, construction d'une pluralité de paradigmes, développement de l'enseignement, professionnalisation... La sociologie n'en accuse pas moins les chocs qui bousculent le monde moderne, depuis le cauchemar totalitaire jusqu'à la chute du Mur de Berlin en passant par les crises et les recompositions des systèmes capitalistes. L'histoire de la sociologie est donc indissociable de celle des hommes et des femmes dont elle analyse les pratiques et les représentations collectives.

L'invention de la sociologie

Entendue en un sens moderne comme ensemble de rapports sociaux qui structurent une nation, la notion de société est une trouvaille du siècle des Lumières. Dans De l'esprit des lois (1748), par exemple, Montesquieu montre que les hommes ne sont pas uniquement conduits par leur fantaisie. Les coutumes, les usages, les croyances... forment un tout ordonné dont il est possible de mettre au jour la logique constitutive. À la même période, Rousseau crée le terme « social » pour dire combien, en dépit des injustices et des iniquités, le fragile bonheur de chacun doit au fait de vivre dans un monde peuplé de semblables.

Le temps des pionners

Après ces réflexions liminaires, les sciences sociales commencent à s'affirmer à la fin du xviiie siècle. En France, sous l'impulsion de Condorcet ou encore des idéologues, elles le font en se frayant une voie à égale distance d'un espace scientifique en pleine expansion et d'un mouvement littéraire dont le romantisme constitue le principal fer de lance. Le philosophe et mathématicien Auguste Comte incarne presque à lui seul la dynamique de ce savoir nouveau dans les décennies qui suivent, correspondant à la première moitié du xixe siècle. Intellectuel toujours resté en marge des institutions, Comte forge le néologisme de sociologie par association du mot latin socius (associé) et du terme grec logos (discours). Utilisé pour la première fois dans la quarante-septième leçon des Cours de philosophie positive (1830-1842), le mot désigne la science de la statique et de la dynamique sociales. Plus que la loi des trois états (théologique, métaphysique, scientifique ou positif) qu'il énonce, c'est l'épistémologie différentielle de Comte qui permet à la sociologie de conforter ses toutes premières assises analytiques. En imposant l'idée d'une autonomie relative de chaque science, Comte trace les frontières d'une discipline nouvelle. Surtout, il fournit des arguments qui plaident en faveur de l'intérêt et de la légitimité des méthodes et des théories propres à ce corpus de savoir.

En réalité, la sociologie est moins le produit de réflexions innovantes imputables à tel ou tel lettré que l'expression savante des ruptures et des préoccupations qui marquent l'histoire des pays d'Europe occidentale à compter du xviiie siècle. En France, la Révolution de 1789 fournit tôt matière à débat. Au nom d'un principe de sociabilité[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACCULTURATION

    • Écrit par Roger BASTIDE
    • 8 306 mots
    • 1 média
    En même temps que l'anthropologie culturelle établissait la série ordonnée de ces concepts, depuis le conflit jusqu'à l'assimilation,la sociologie nord-américaine (qui est partie du relationnisme allemand et n'a découvert Durkheim que bien après) établissait à son tour une série de concepts qui...
  • ACTION COLLECTIVE

    • Écrit par Éric LETONTURIER
    • 1 466 mots

    On entend par ce terme, propre à la sociologie des minorités, des mouvements sociaux et des organisations, toutes les formes d'actions organisées et entreprises par un ensemble d'individus en vue d'atteindre des objectifs communs et d'en partager les profits. C'est autour de la question des motivations,...

  • ACTION RATIONNELLE

    • Écrit par Michel LALLEMENT
    • 2 646 mots
    • 1 média

    Les théories sociologiques ne convergent pas, loin s'en faut, lorsqu'il est question de rendre intelligibles les comportements individuels. D'inspiration psychologique, certaines estiment que les hommes demeurent avant tout les jouets de leurs passions. Dans un registre tout différent, d'autres analysent...

  • ADMINISTRATION - La science administrative

    • Écrit par Jacques CHEVALLIER, Danièle LOCHAK
    • 3 208 mots
    Le courant sociologique. Deux branches de la sociologie ont été plus particulièrement conduites à s'intéresser aux phénomènes administratifs. D'abord la sociologie politique, dans la mesure où l'existence et le fonctionnement de l'administration publique comportent une dimension politique...
  • Afficher les 176 références

Voir aussi