Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ACTION COLLECTIVE

On entend par ce terme, propre à la sociologie des minorités, des mouvements sociaux et des organisations, toutes les formes d'actions organisées et entreprises par un ensemble d'individus en vue d'atteindre des objectifs communs et d'en partager les profits. C'est autour de la question des motivations, des conditions de la coopération et des difficultés relatives à la coordination des membres ainsi que de la problématique de la mobilisation des ressources que se sont historiquement orientés les travaux sur cette notion.

Les approches psychosociologiques

Le jeu de l'influence et du charisme, les mécanismes de contagion mentale et le rôle des croyances, des attentes et des frustrations ont été les premiers facteurs évoqués pour expliquer les raisons incitant les individus à adhérer et participer à des entreprises collectives. Ainsi, Gustave Le Bon (Psychologie des foules, 1895) rend compte de la formation d'une foule par l'action de meneurs exerçant leur pouvoir hypnotique sur des êtres qui, ayant perdu toute individualité, s'influencent mutuellement. Ramenant l'ensemble de la vie sociale à des processus d'imitation, Gabriel Tarde (L'Opinion et la foule, 1901) explique les comportements collectifs et la constitution homogène des publics par la réponse automatique et simultanée d'individus exposés, tels les lecteurs de journaux, à des stimuli identiques. En voyant dans l'influence davantage une interaction qu'une impression , Herbert Blumer (Symbolic Interactionism, 1969) délivre l'individu de son inscription passive dans les mouvements collectifs pour faire de l'action conjointe le produit d'interprétations et d'ajustements réciproques de comportements dans le cadre d'une situation définie par un partage de significations qui constitueront un ciment identitaire favorable au développement d'une dynamique d'ensemble.

La théorie de l'émergence des normes (Ralph Turner et Lewis Killian, Collective Behavior, 1957) approfondira cette perspective en montrant que la ligne de conduite collective retenue repose non pas sur un consensus obtenu d'emblée à l'unanimité, mais au contraire sur un système de références commun et construit par tâtonnement après une série d'objectivations successives des éléments de l'environnement jugés significatifs par les individus. Pour leur part, les théories dites de la convergence, déjà perceptibles chez Alexis de Tocqueville, fournissent une variante en soulignant le poids du facteur subjectif, notamment la manière dont est individuellement perçue la situation objective, comme motif à l'engagement dans l'action. Ainsi, des travaux sur la frustration relative qui indiquent – sans toutefois statuer sur l'existence d'un lien mécanique – la relation entre l'insatisfaction, l'adhésion au mouvement de protestation et la propension à la violence collective (James C. Davies, Toward a Theory of Revolution, 1962 ; Ted Gurr, Why Men Rebel ?, 1970).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en sociologie, D.E.A. de philosophie, maître de conférences à l'université de Paris V-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Éric LETONTURIER. ACTION COLLECTIVE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • ACTION RATIONNELLE

    • Écrit par
    • 2 646 mots
    • 1 média
    ...effets qui vont à l'encontre des intérêts et des intentions mêmes des individus. Dans The Logic of Collective Action (1966), Mancur Olson montre ainsi qu'une action collective dont on est presque sûr qu'elle débouchera sur un bien collectif profitable à tous (réduction d'impôt, augmentation de salaire...)...
  • ALTERMONDIALISME

    • Écrit par , et
    • 6 805 mots
    • 1 média
    ...d'action en manifestation qui leur sont propres, fondées sur l'action radicale non violente. La structure de base en est le « groupe affinitaire », ce qui permet à chacun de participer à l'action collective en gardant son identité et ses références. Ces groupes désignent des délégués qui se...
  • BUREAUCRATIE

    • Écrit par
    • 4 267 mots
    ...jeune intellectuel syndicaliste, Robert Michels, mettait en évidence cette contradiction en poussant jusqu'aux limites le raisonnement wébérien. Étudiant le mécanisme du pouvoir au sein de la social-démocratie et des syndicats, Michels prétendait tirer de son analyse la nouvelle loi d'airain de...
  • CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

    • Écrit par
    • 4 742 mots
    • 2 médias
    ...réels, bien qu'elles expliquent la possibilité de les mobiliser (cela sans exclure d'autres rassemblements et d'autres divisions inégalement probables). Pour rendre compte du passage de la « classe probable » à la « classe mobilisée », de la « classe en soi » à la « classe pour soi » dans la terminologie...
  • Afficher les 26 références