Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SEL

Le sel (NaCl, symbole chimique de natriumchlorid ou chlorure de sodium) est un des produits les plus nécessaires à la vie. On le trouve sous forme solide (sel gemme) dans le sous-sol ou en solution dans l'eau de mer. Sa production a commencé dès la fin du Néolithique et sa consommation par les hommes est peut-être liée au passage d'une civilisation où l'homme chasseur mangeait une nourriture surtout carnée à une autre où il devint cultivateur se nourrissant de céréales et d'hydrates de carbone. L'homme n'a jamais ménagé sa peine ni son ingéniosité pour se procurer le sel au meilleur compte. Le marais salant maritime fut jadis un prodige technique dont la conception et l'aménagement exigeaient des connaissances et un savoir-faire qui reposaient sur des observations de caractère physico-chimique et une grande maîtrise de l'hydraulique. La saline produisant par le feu un sel ignigène n'eut pas moins de difficultés à surmonter et de nombreux ingénieurs contribuèrent à résoudre la question de l'épuisement du combustible en inventant de nouvelles méthodes plus économes d'énergie.

À la demande de sel, produit de consommation universelle, la production, étroitement localisée sur des sites favorables aisément contrôlables, répondait avec difficultés. Le pouvoir s'ingéra très tôt entre production et consommation pour régler la distribution et pour lever un impôt devenu en France la gabelle. Cet impôt pesait sur un produit indispensable, et bien des États ne purent résister à la tentation de l'alourdir. En France, à la fin de l'Ancien Régime, la gabelle, impôt odieux, était le symbole de l'inégalité et de l'arbitraire.

Depuis lors, le sel n'est pas sorti de l'histoire. Grâce à l'expansion de la chimie et à la croissance de la population mondiale, il est devenu un des tout premiers produits de l'activité économique. Par son abondance et sa répartition à la surface du globe, il n'attire pas l'attention comme le pétrole. Pourtant, par bien des aspects, son histoire est liée à celle des hydrocarbures, avec qui il voisine dans le sous-sol, à moins qu'on ne le pompe de ses cavités pour créer de vastes silos souterrains où entreposer les stocks de pétrole et de gaz ou à mettre au service d'autres finalités stratégiques.

Variété des techniques de production

La production du sel passe, au cours d'un processus unique d'évaporation, par trois phases successives de concentration, saturation et cristallisation. L'évaporation est obtenue par une multitude de techniques. Les plus répandues sont le marais salant ou salin maritime, technique agricole, et la saline ignigène, technique industrielle qui traite une saumure puisée dans le sous-sol ou du sel gemme extrait par des procédés miniers.

La cristallisation fractionnée des chlorures

Eau en Méditerranée : composition

Eau en Méditerranée : composition

L' eau de mer, une des principales sources de matière première pour la fabrication du sel (sel marin), a une composition ionique très diverse (tabl. 1).

Eau de mer

Eau de mer

Ces ions se combinent entre eux (tabl. 2).

La récolte du sel marin

Un mètre cube d'eau de mer contient de 28 à 29 kg de chlorure de sodium et 8 kg d'autres sels et le saunier sait que s'il laisse s'évaporer toute l'eau il récoltera un sel (NaCl) impur, âcre, fondant, de basse qualité commerciale et de transport difficile. Dès le Moyen Âge, grâce à la connaissance empirique du principe de la cristallisation des sels, il a réussi, en isolant le NaCl utile à la cuisine et aux salaisons, à éliminer les autres sels.

Pour faire du sel, le saunier évapore l'eau grâce à la chaleur procurée par un foyer ou les agents atmosphériques, soleil et vent. L'évaporation qui élimine l'eau est un phénomène complexe au cours duquel augmente la concentration en sels dissous. À mesure qu'ils atteignent la saturation, ces sels précipitent[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite des universités de Venise et Lille, directeur de recherche émérite (C.N.R.S. Paris)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Eau en Méditerranée : composition

Eau en Méditerranée : composition

Eau de mer

Eau de mer

Plages de précipitation

Plages de précipitation

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...régions arides, les sols sont squelettiques, mais il suffit d'une pluie pour que des pâturages apparaissent. Selon les conditions hydrogéologiques, des sols salés peuvent former de véritables croûtes, comme dans les chotts du sud tunisien. Ressource traditionnelle du Sahara, le sel alimente toujours...
  • AQUITAINE

    • Écrit par Jean DUMAS, Charles HIGOUNET
    • 7 512 mots
    • 4 médias
    Toute la côte atlantique entre Loire et Gironde a été, d'autre part, du xe au xve siècle, un grand fournisseur de sel. Les marais salants de la baie de Bourgneuf, grâce à leur situation dans le territoire des « marches séparantes » entre Bretagne et Poitou, franches de droits, et au...
  • ARC-ET-SENANS

    • Écrit par Daniel RABREAU
    • 918 mots
    • 1 média

    Réalisée entre 1775 et 1779, la manufacture des salines d'Arc-et-Senans, située en bordure du Jura, est un exemple précoce d'architecture industrielle conçue avec un souci d'esthétique. L'architecte Claude-Nicolas Ledoux y fonda en partie sa théorie de l'urbanisme et sa philosophie...

  • DJIBOUTI

    • Écrit par Colette DUBOIS, Universalis, Alain GASCON, Jean-Louis MIÈGE
    • 7 778 mots
    • 6 médias
    L'Éthiopie, brutalement privée du sel érythréen, s'est tournée vers la R.D.D., redonnant vie aux activités extractives de cette dernière. Les Afar, qui exploitaient les salines naturelles du lac Assal et convoyaient les caravanes de dromadaires, ont été relayés par des exploitants semi-industriels....
  • Afficher les 12 références

Voir aussi