Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRETAGNE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et
Bretagne : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Bretagne : carte physique

Tour à tour « pointe » ou « bout » du monde, la Bretagne est un gigantesque quai situé près d'une des deux portes maritimes de l'Europe.

La région est caractérisée par une forme aisément reconnaissable. « La péninsule bretonne, lorsqu'on en suit la figuration sur la carte, présente un peu l'aspect d'un énorme mufle de bête, puissamment tendu vers les lointains atlantiques et dont la gueule entr'ouverte, formée par la rade de Brest et la baie de Douarnenez, darderait, comme une langue tricuspide, les trois pointes en croix de la presqu'île de Crozon » (Anatole Le Braz). Initialement appelée Arémorique ou Armorique (« pays en bordure de la mer »), la Bretagne est le pays paradoxal dans lequel la mer tient une place centrale. « Presqu'île ou plusqu'île », elle est en contact avec la mer sur trois façades, ce qui favorise son identification. Plus largement, son peuplement, son identité, la permanence dans l'histoire de certaines branches économiques procèdent d'un agencement subtil entre l'Armor (le pays de la mer) et l'Argoat (le pays des bois) et tient aux particularismes d'un territoire que Michelet qualifiait déjà « d'île continentale ».

Toutefois, la Bretagne est aussi concernée par de nombreuses mutations qui dépendent du degré d'ouverture de la société bretonne. Le terme même de Bretagne apparaît aux ve et vie siècles, à la faveur d'une mixité entre les populations gauloises de l'Armorique et les Bretons en provenance d'outre-Manche. Ses phases de prospérité (du xve siècle au xviiie siècle) ou de déclin (la période 1850-1950) apparaissent liées à l'intensité de ses échanges externes. Depuis 1950, époque à laquelle elle passait pour la région la plus reculée de France, elle a connu un développement extraordinaire qui en a parfois fait une région « modèle ». Certains évoquent même, dans les années 1990, un « miracle », et il est vrai que la Bretagne a plus évolué de 1950 à 2000 qu'en plusieurs siècles, même si, au début du xxie siècle, la péninsule est confrontée à de nouveaux défis.

Des permanences géographiques et culturelles

Côte sauvage en Bretagne - crédits : Joe Cornish/ Getty Images

Côte sauvage en Bretagne

La Bretagne est une péninsule à la fois individualisable sur toutes les cartes et profondément attachée à la France. Elle est une proue massive mais de plus en fine vers l'ouest, une terre d'Armor et d'Argoat reliée par les flux des marées remontant les estuaires. Souvent, les éléments physiques agissent sur ce bout de terre de façon complexe et sont à l'origine d'une homogénéité parcellisée.

Sur le plan climatique par exemple, elle est réputée comme la région la plus tempérée de France, grâce à son climat océanique (6 à 70 C en moyenne l'hiver et 16 à 170 l'été). Toutefois, cette régularité d'ensemble masque des trésors de complexité puisque la variabilité du temps breton est supérieure à celle du climat méditerranéen. On enregistre entre Lorient et Port-Louis, distants de trois kilomètres, un écart de 150 millimètres de pluie, et l'ensoleillement n'y est pas comparable. De même, dans le temps, les épisodes violents ne sont pas rares (tempête, « sécheresse », ouragan...) et la Bretagne, sous une uniformité apparente, se singularise surtout par les sautes d'humeur du climat. Parfois, notamment en automne, il grêle, pleut, vente et fait beau en même temps. Si le climat est globalement homogène, le basculement saisonnier crée ainsi une saison pluvieuse et une saison plus favorable, le passage des dépressions favorisant surtout des temps très changeants, des plafonds uniformément gris et une succession rapide d'averses et d'éclaircies. De fait, le sens du ciel est, dans la société bretonne bien plus qu'ailleurs, un objet de discussion et de controverses, précisément car le climat change selon les échelles de temps et de lieu des interlocuteurs.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes
  • : professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Pour citer cet article

Jean MEYER et Jean OLLIVRO. BRETAGNE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 23/10/2017

Médias

Bretagne : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Bretagne : carte physique

Côte sauvage en Bretagne - crédits : Joe Cornish/ Getty Images

Côte sauvage en Bretagne

Rade de Brest - crédits : E.Quemere'/ De Agostini/ Getty Images

Rade de Brest

Autres références

  • BRETAGNE, région administrative

    • Écrit par et
    • 3 070 mots
    • 1 média

    La région administrative « Bretagne », dont le chef-lieu est Rennes, s'étend sur 27 208 kilomètrescarrés et est constituée de quatre départements (Côtes-d'Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan). Par rapport à la « Bretagne historique », elle est amputée de la Loire-Atlantique...

  • AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

    • Écrit par
    • 469 mots

    Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000...

  • ANNE DE BRETAGNE (1477-1514) duchesse de Bretagne (1488-1514) et reine de France

    • Écrit par
    • 369 mots

    Fille de François II, duc de Bretagne, et de Marguerite de Foix, Anne devint duchesse de Bretagne à la mort de son père conformément à une décision prise par les états convoqués à cette fin en 1486. Par le traité du Verger (19 août 1488), le roi Charles VIII avait donné son accord et...

  • BAGAUDES RÉVOLTE DES

    • Écrit par
    • 516 mots

    On désigne sous le nom de bagaudes (terme d'origine celtique qui signifie « les combattants ») les paysans gaulois qui se révoltèrent contre les Romains à l'époque de Dioclétien (fin du iiie siècle) et les révoltés de Gaule et d'Espagne dans la première moitié du ...

  • BREST

    • Écrit par
    • 1 068 mots
    • 2 médias

    Principale ville du Finistère (dont Quimper est le chef-lieu), Brest, avec 143 902 habitants dans la commune et 314 844 dans l'aire urbaine (en 2012), est la deuxième ville de la Bretagne administrative, après Rennes, la capitale régionale.

    La localisation de Brest est si exceptionnelle...

  • Afficher les 36 références