ISLAM SCIENCES DE L'

HISTOIRE DES SCIENCES ARABES (dir. R. Rashed, collab. R. Morelon)

  • Écrit par 
  • Karine CHEMLA
  •  • 1 393 mots

Les traditions scientifiques qui se sont développées hors d'Occident ont été mal traitées, des décennies durant, par la grande majorité des historiens. Cet état de fait fut sans doute induit par une représentation globale de l'histoire des sciences qui a longtemps dominé : les activités scientifiques « à proprement parler » n'auraient débuté qu'avec l'Antiquité grecque et seraient entrées dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-sciences-arabes/#i_33557

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

« Et vous avez en ma personne le meilleur barbier de Bagdad, un médecin expérimenté, un chimiste très profond, un astrologue qui ne se trompe point, un grammairien achevé, un parfait rhétoricien, un logicien subtil, un mathématicien accompli dans la géométrie, dans l'arithmétique, dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_33557

ABŪ L-HUDHAYL AL-‘ALLĀF (752-842)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 792 mots

Premier grand penseur de la théologie mu‘tazilite, disciple indirect de Wāṣil b. ‘Atā', Abū l-Hudhayl al-‘Allāf est né à Baṣra et mort à Sāmarā. S'étant initié à la philosophie, il s'oppose vivement aux « physiciens » matérialistes, la dahriyya , qui soutiennent l'éternité du monde, défendant dans les polémiques les grands principes de l'École. Des doctrines de Platon et d'Ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-hudhayl-al-allaf/#i_33557

ALBUMASAR, arabe DJA‘FAR BEN MUḤAMMAD BEN ‘UMAR AL-BALKHĪ ABŪ MA‘SHAR (787-886)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 174 mots

L'un des principaux astronomes et astrologues du monde musulman, Abū Ma‘shar, plus connu sous le nom de Albumasar, soutenait que le monde a été créé lorsque les sept planètes étaient en conjonction dans le premier degré du Bélier, et prendrait fin quand cette même conjonction se reproduirait dans le dernier degré des Poissons. En tant qu'astrologue, Albumasar a joui d'une renommée considérable, ta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albumasar-arabe-dja-far-ben-muhammad-ben-umar-al-balkhi-abu-ma-shar/#i_33557

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'alchimie arabe »  : […] Les travaux de Ruska ont établi que les Syriens n'ont pas été les seuls médiateurs entre la science grecque et la science arabe. Ils ont joué, sans doute, un rôle important et même capital en philosophie et en médecine, mais, en fait, les Persans (les Iraniens) furent les premiers maîtres des alchimistes et des hermétistes islamiques. On peut situer cette transmission entre 750 et 800. L'ancêtre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_33557

AL-KHWARIZMI

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 183 mots

Résident de la maison de la Sagesse à Bagdad, le mathématicien Abu Ja'far Muhammad ibn Musa al-Khwarizmi a participé à la traduction de nombreux manuscrits scientifiques grecs. Son traité intitulé Hisab al-jabr w'al-muqabala est considéré comme le premier manuel d'algèbre. Le terme « algèbre » vient ainsi du titre de cet ouvrage, tandis que le terme « algorithme » provient d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-khwarizmi/#i_33557

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 288 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Déclin de la littérature, essor des sciences sous les Almoravides et les Almohades »  : […] Pour contrebalancer en quelque sorte la médiocrité de la poésie classique, le muwaššaḥ se développa considérablement et, déjà regardé comme un genre populaire, il ne tarda pas à connaître une fortune nouvelle sous sa forme dialectale, le zaǧal , qu'illustra un vrai poète, Ibn Quzmān (mort en 555/1160). Jusqu'à la fin de la reconquista […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_33557

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Une image étrangère »  : […] On s'aperçoit, en effet, que le reproche essentiel qu'on fait à l'astrologie est d'être étrangère, en porte à faux, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Le processus de traduction des traités et des commentaires arabes relatifs à l'astrologie s'intensifie au xii e  siècle. Il laissera sa marque dans la terminologie technique. Bien que les Arab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_33557

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'astronomie arabe et chinoise »  : […] En ce qui concerne les Arabes et leurs collègues juifs et persans, ce n'est pas seulement par amour de la science qu’ils s’intéressent à l'astronomie. L'étude des astres leur est indispensable pour prédire l'avenir : ce sont avant tout des astrologues. Ils ont d'abord besoin de méthodes de calcul et des tables déjà établies, qu'ils découvrent dans les vestiges des bibliothèques byzantines, et auss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astronomie/#i_33557

AVENZOAR (1090 env.-1160)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 496 mots

Fils et petit-fils de médecins arabes d'Andalousie, Avenzoar étudia d'abord la théologie avant de se tourner vers la médecine, et son renom lui valut d'être nommé vizir du sultan ‘Abd al-Mu'min ; il résida alors dans le Maghreb. Puis il revint à Séville et son enseignement est connu non seulement par les éloges qu'en fit le plus célèbre de ses élèves, Averroès, mais par ses écrits dans lesquels il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avenzoar/#i_33557

BAKRĪ AL- (1040-1094)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 818 mots

Le plus grand géographe, avec Idrīsī, de l'Occident musulman « et l'un des représentants les plus caractéristiques de l'érudition arabo-andalouse au xi e siècle » (Lévi-Provençal). Par son père, Abū ‘Ubayd ‘Abd Allāh al-Bakrī appartient à l'Espagne des ṭa‘īfa , ces principautés surgies de la chute du califat umayyade de Cord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-bakri/#i_33557

BALĀDHURĪ AL- (mort en 892 env.)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 266 mots

Historien musulman du ix e siècle. La famille d'Aḥmād b. Yaḥyā b. Djābir b. Dāwād al-Balādhurī est peut-être d'origine persane, mais elle est en tout cas depuis longtemps établie en pays arabe ; en dehors de voyages en Syrie, al-Balādhurī passe presque toute sa vie en ‘Irāq, surtout à Baghdād où on le retrouve parfois à la cour califale. On lui d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-baladhuri/#i_33557

BALKHĪ AL- (850-934)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 631 mots

Initiateur d'une géographie consacrée à la description prioritaire et quasi exclusive du monde de l'Islam, Abū Zayd Aḥmad ben Sahl al-Balkhī a été connu, à son époque, comme théologien et philosophe : il paraît avoir été mêlé de près aux controverses qui agitent le monde musulman de son temps, tiraillé entre l'« orthodoxie » sunnite et le shī‘isme. On nous le peint par ailleurs comme ayant reçu un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-balkhi/#i_33557

BĪRŪNĪ (973-1050)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 2 151 mots

Dans le chapitre « Le savant »  : […] En 995, Bīrūnī effectue des mesures astronomiques dans le sud du Khwārizm, sur la rive gauche de l'Amū Daryā, avec des instruments dont l'importance semble prouver qu'il travaillait dans un observatoire officiel. Il se rend auprès du sultan sāmānide Manṣūr II b. Nūḥ (997-999), qu'il a loué comme son premier bienfaiteur. Mais des troubles ont lieu dans le pays : le prince de Gurgandj, Ma'mūn b. Mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biruni/#i_33557

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le relais arabe »  : […] Dans le monde grec, Archimède n'eut ni disciple ni successeur véritable ; seuls, quelques commentateurs, tel Eutocius au début du vi e  siècle, ont contribué à maintenir le souvenir de son œuvre, sans toutefois pouvoir apprécier celle-ci dans l'intégralité de sa rigueur. En revanche, dès le ix e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_33557

CANON (Avicenne)

  • Écrit par 
  • Danielle JACQUART
  •  • 223 mots

Né à Boukhara en 980, mort à Hamadan en 1037, Ibn Sīnā ou Avicenne est le modèle du philosophe médiéval, expert dans tous les domaines du savoir. Ajoutant à ses talents la qualité de médecin, il s'efforça d'embrasser dans un vaste ouvrage, auquel le titre de Canon de la médecine fut donné par la suite, toutes les connaissances médicales. Le but était de délivrer à la fois de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canon/#i_33557

CONSTANTIN L'AFRICAIN (1015-1087)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 689 mots

Lorsqu'il arriva à Salerne en 1076, Constantin était auréolé d'une légende facilement greffée sur une vie d'aventures : né à Carthage, il serait allé jusqu'aux Indes, mais séjourna réellement en Syrie, en Égypte, en Éthiopie et à Bagdad, apprenant le grec, l'hébreu, l'arabe, le latin, le syriaque, le persan, étudiant la grammaire, la géométrie, l'arithmétique, la musique, l'astronomie, la médecine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-l-africain/#i_33557

CONSTELLATIONS

  • Écrit par 
  • Owen GINGERICH, 
  • Warren Melvin YOUNG
  •  • 3 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Noms et désignations des étoiles »  : […] Sur les quelque 5 000 étoiles qui sont visibles à l'œil nu, seules quelques centaines portent un nom, et moins de 60 sont couramment utilisées par les navigateurs ou les astronomes. Quelques noms proviennent presque directement du grec, comme Procyon, Canopus et Antarès, ce dernier étant dérivé d'« anti-Arès », ou « rival de Mars », à cause de sa couleur rouge. Les étoiles Sirius (« torride ») et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constellations/#i_33557

DJĀBIR IBN ḤAYYĀN (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 451 mots

Il existe un volumineux corpus arabe d'environ trois mille traités, relevant de l'hermétisme et de l'alchimie, qu'on a pendant des siècles attribué dans sa totalité à Abū Mūsa Djābir ibn Ḥayyān, penseur fervent (il reçut le surnom d'al-Ṣūfi) qui, vivant au viii e siècle, aurait eu pour maître le sixième imām, Djā‘far al-Ṣādiq, et auquel les Latin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djabir-ibn-hayyan/#i_33557

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] Le Romain Sénèque, contemporain de Néron, nous a laissé un livre d'un grand intérêt, les Questions naturelles , où il imagine tous les progrès encore à venir de la science de la nature. À la place, ce fut la décadence. Non due au départ au christianisme, celui-ci l'accéléra. Les ténèbres intellectuelles s'étendirent sur l'Occident. Mais, en Orient, la naissance de l' islam eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_33557

GÉRARD DE CRÉMONE (1114-1187)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 130 mots

Érudit remarquablement informé, Gérard de Crémone sut mesurer à sa juste valeur la science arabe de son époque. Il entreprit de surmonter la barrière linguistique qui en interdisait l'accès aux Latins. Il alla s'installer à Tolède, y apprit l'arabe et se consacra à la traduction en latin des textes scientifiques les plus importants. Environ soixante-dix ouvrages furent traduits par ses soins, comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-de-cremone/#i_33557

IBN AL-FAQĪH (Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 910 mots

Parfois tenue pour marginale dans l'ensemble de la production géographique arabe, l'œuvre d'Ibn al-Faqīh apparaît aujourd'hui comme une des mieux faites pour nous faire saisir les rapports de cette géographie avec le contexte d'ensemble de la culture arabe aux ix e et x e siècles, dans le cadre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-faqih/#i_33557

IBN AL-QĀḌĪ (1553-1616)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 162 mots

Historien, jurisconsulte et grand mathématicien maghrébin, Shihāb al-dīn Abū l-‘Abbās, dit al-Qāḍī, fit ses études auprès d'‘Abd al-Waḥid al-Sighil Māsī, le célèbre mufti du Maroc, et d'Aḥmad Bābā al-Sūdānī. Il fut investi de la judicature de la ville de Salā. À l'âge de trente-quatre ans, il entreprit un voyage en Orient, mais son navire fut assailli par les chrétiens ; Ibn al-Qāḍī passa onze moi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-qadi/#i_33557

IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 200 mots

Écrivain de langue arabe et l'un des plus grands voyageurs de tous les temps, Ibn Baṭṭūṭa est l'auteur d'un récit de voyage ( Ri la ) qui, par l'ampleur du champ parcouru et les qualités du récit, constitue une des œuvres de la littérature universelle ( Ri la , éd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-battuta/#i_33557

IBN DJUBAYR (1145-1217)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 980 mots

Écrivain de l'Espagne andalouse, célèbre par son récit de voyage ( Riḥla ) en Orient, Ibn Djubayr, en même temps qu'un témoin de premier ordre, devait devenir l'initiateur d'un genre littéraire aux confins du récit pur, de la géographie et de l'histoire. Né à Valence, Ibn Djubayr reçut l'instruction solide et classique que lui devait son appartenance, par son père, à la class […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-djubayr/#i_33557

IBN FAḌLĀN (Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 498 mots

L'homme désigné sous le nom d'Ibn Faḍlān est connu pour avoir participé à une ambassade chez les Bulgares de la Volga, sur l'ordre du calife ‘abbāside de Bagdad, al-Muqtadir. Le récit de cette ambassade a donné lieu à une « dépêche », Risāla (Kovalevski éd., Kharkov, 1956 ; S. Dahan éd., Damas, [1959] 1379 ; trad. franç. M. Canard, in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-fadlan/#i_33557

IBN ḤAWQAL (Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 016 mots

Géographe arabe, le plus illustre représentant, avec Muqaddasī, de sa discipline en son âge d'or du iv e  siècle de l'hégire ( x e  s.), Ibn Ḥawqal est l'auteur d'un Livre de la configuration de la terre ( Kitāb ṣūrat al-arḍ , éd. J. H. Kramers, Leyde, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-hawqal/#i_33557

IBN KHURRADĀDHBEH (IXe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 490 mots

Polygraphe arabe, Ibn Khurradādhbeh fut le véritable initiateur de la géographie en cette langue. Sa vie est mal connue, mais sa personnalité, grâce à quelques renseignements biographiques et surtout à ses œuvres, se laisse assez facilement cerner. Un penchant très net pour l'histoire et la géographie y côtoie les multiples aspects de la culture générale ou, pour mieux dire, du savoir de l'honnête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khurradadhbeh/#i_33557

IBN RUSTEH (IXe-Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 487 mots

Encyclopédiste arabe, Ibn Rusteh composa, peu après 903, une encyclopédie dont la septième partie seulement nous a été conservée ( Kitāb al-A‘laq al-nafīsa , éd. De Goeje, Leyde, 1892 ; trad. franç. G. Wiet, Les Atours précieux , Le Caire, 1955). Ce qui subsiste de cette œuvre a trait à la géographie. On y discerne quatre sources principales d'inspiratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-rusteh/#i_33557

IBN ṬUFAYL ABŪ BAKR MUḤAMMAD (déb. XIIe s.-1185/86)

  • Écrit par 
  • Abdelkader BEN CHEHIDA
  •  • 1 378 mots

Né à Wādi Ash (Guadix) et mort à Marrakech, Abū Bakr Muḥammad Ibn Ṭufayl, contemporain et disciple indirect d'Ibn Bādjdja (Avempace), appartient, selon les historiens, à la génération qui précède celle d'Ibn Rushd (Averroès). Descendant de la célèbre famille arabe de Kays, il s'est illustré par ses talents d'homme politique, de savant et de philosophe. Il exerça auprès du souverain almohade Abū Ya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-tufayl-abu-bakr-muhammad/#i_33557

IDRĪSĪ AL- (1100-env. 1165)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Sans doute le géographe le plus connu de la tradition occidentale, al-Idrīsī est le type parfait de ces savants et écrivains qui maintinrent vivace la tradition culturelle arabe dans la Sicile des rois normands. Né peut-être à Ceuta, il est sans doute passé par l'Espagne avant de rejoindre la Sicile ; il a connu également l'Asie Mineure. Issu d'une famille marocaine remontant à Idrīs (d'où son nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-idrisi/#i_33557

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] La mort de Kindī coïncide, ou peu s'en faut, avec la naissance de celui qui inaugure vraiment la lignée classique des grands e̱alāsifa  : c'est Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ṭaraẖān b. Ūsaluġ al-Fārābī, mort, selon l'avis le plus courant, en 339/950. On remarque avant tout chez lui un puissant intérêt pour la logique, à laquelle il a consacré un bon nombre d'ouvrages (com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_33557

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 147 mots
  •  • 1 média

L'a-priori de la perception de l'espace et du temps dans la construction et la représentation du monde ne vaut pas que pour les individus : il est la règle aussi pour les sociétés. Aucune d'entre elles ne peut s'édifier et se méditer si elle ne définit pas d'abord comme sien l'espace qu'elle s'est acquis, si elle n'en marque les limites, si elle ne les défend sur le terrain et dans son propre univ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-sciences-historiques-et-geographiques/#i_33557

IṢṬAKHRĪ AL- (déb. Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 518 mots
  •  • 1 média

Le seul événement qui nous soit connu de la vie de Iṣṭakhrī ou al-Fārisī est sa rencontre avec Ibn Ḥawqal, auquel il demanda de revoir et de développer son ouvrage, le Livre des routes et des royaumes ( Kitāb al - masālik wa l - mamālik , éd. De Goeje, Leyde, 1927 ; éd. M. G. ‘Abd al-Āl al-Ḥīnī, Le Caire, 1381 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/istakhri-al/#i_33557

KARAJĪ ABŪ BAKR IBN MUḤAMMAD IBN AL-ḤUSAYN AL- (IXe-Xe s.)

  • Écrit par 
  • Jacques SESIANO
  • , Universalis
  •  • 369 mots

Mathématicien né vers 980, probablement à Karadj, en Perse, et mort vers 1030. Ab̄u Bakr ibn Muḥammad ibn al-Ḥusayn al-Karaj̄i mêle tradition et nouveauté dans ses exposés mathématiques. Comme ses prédécesseurs arabes, il n'utilise aucun symbole et va même jusqu'à écrire les nombres en lettres plutôt qu'à l'aide des chiffres indiens (sauf pour les grands nombres et dans les tables numériques). Av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karaji-abu-bakr-ibn-muhammad-ibn-al-husayn-al/#i_33557

KĀSHĪ ou KACHI GHIYĀTH AL-DĪN JAMSHĪD MAS‘ŪD AL- (mort en 1429)

  • Écrit par 
  • Yvonne DOLD-SAMPLONIUS, 
  • Universalis
  •  • 776 mots

Mathématicien et astronome persan, né vers 1380 à Kāshān (Perse, auj. Iran), mort le 22 juin 1429 à Samarcande (Ouzbékistan). Le premier événement connu de la vie de Ghiyāth al-Dīn Jamshīd Masūd al-Kāshī est l'observation d'une éclipse de lune le 2 juin 1406 à Kāshān. Son plus ancien ouvrage qui nous soit parvenu est Sullam al-samâ’ (1407, « la Voie du Paradis »), traité d'as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kashi-kachi/#i_33557

KHAYYĀM ‘UMAR (1021 env.-env. 1122)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 675 mots

Dans le chapitre « Un esprit encyclopédique »  : […] Ghiyāth al-Dīn Abū l-Fat'h Ibn-i Ibrāhīm al-Khayyāmī, plus connu sous le nom patronymique de Khayyām, qui signifie « fabricant de tentes », est né à Nīshāpūr, ville située en Khurassān, province du nord-est de l'Iran. Comme c'est également le cas de quelques autres grands auteurs classiques persans, on ignore les événements et les détails de sa vie, notamment ceux de sa jeunesse. Même les dates pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-khayyam/#i_33557

KHUWĀRIZMĪ ou KHWĀRIZMĪ AL- (IXe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 414 mots

Mathématicien arabe, al-Khuwārizmī fut l'un des membres les plus importants du Bayt al-ḥikma, sorte d'institut où le calife ‘abbāside al-Ma'mūn avait regroupé hommes et moyens en vue du développement des sciences. Le Bayt al-ḥikma, renommé pour divers travaux, notamment des observations astronomiques et la mesure d'un degré du méridien terrestre, reste néanmoins avant tout, aux yeux de la postérit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khuwarizmi-khwarizmi/#i_33557

MAS‘ŪDĪ AL- (900 env.-env. 956)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 268 mots

Encyclopédiste et polygraphe du x e siècle, le représentant parfait, à son époque, du système culturel ( adab ) visant à donner à un public cultivé mais non spécialisé la somme des connaissances jugées composer le savoir. Né à Bagdad, il consacre sa vie à voyager et à écrire : on le trouve en Perse en 915, puis sur les navir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mas-udi/#i_33557

MUQADDASĪ ou MAQDISĪ AL- (mort apr. 1000)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 116 mots

Le maître, avec Ibn Ḥawqal, de la géographie arabe de son temps, al-Muqaddasī ou al-Maqdisī, du nom de Jérusalem (Bayt al-muqaddas ou Bayt al-maqdis), est l'auteur de La Meilleure Répartition pour la connaissance des provinces ( Aḥsan at-taqāsīm fī ma‘-rifat al-aqālīm , 1906 ; Description de l'Occident musulman au IV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muqaddasi-maqdisi/#i_33557

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 844 mots

Dans le chapitre « La philosophie mu‘tazilite »  : […] Les mu‘tazilites ne sont pas uniquement des théologiens. Ils ont abordé des problèmes philosophiques concernant en particulier la psychologie et la physique. On se bornera à signaler leur doctrine de la divisibilité des corps et du mouvement. Ici encore, leurs spéculations font penser à celles de Leibniz. Ainsi al-Naẓẓām ( iii e / […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_33557

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les nombres naturels »  : […] En dehors des plus primitives, toutes les langues connaissent un système de mots numéraux pour désigner les premiers nombres (en général jusqu'à 9) et des unités supérieures (en général quelques puissances de 10), avec lesquels on forme des noms pour d'autres nombres par des procédures qui doivent refléter l'addition et la multiplication. Notons cependant qu'on rencontre parfois dans la formation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_33557

QAZWĪNĪ AL- (1203-1283)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 159 mots

Encyclopédiste arabe, dont l'œuvre connut un durable succès dans l'ensemble de l'Orient musulman, autant arabe qu'iranien et turc, grâce aux traductions qui en furent faites en ces deux langues. Qazwīnī rassemble, à une époque où la compilation et l'encyclopédie sont de règle, le donné géographique de ses prédécesseurs. Mais il s'agit d'un donné au sens le plus large, la description de la Terre re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-qazwini/#i_33557

RHAZÈS, arabe ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ (865 env.-env. 925)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

Médecin, alchimiste et philosophe persan, né vers 865 à Ray, près de Téhéran, mort vers 925 à Ray. Selon certaines sources, Rhazès (en arabe Abū Bakr Muḥammad ibn Zakar̄iyyā’ al-r̄az̄i), serait déjà alchimiste lorsqu'il acquiert ses connaissances médicales. Après avoir été médecin en chef dans un hôpital de Ray, il occupe un poste similaire à Bagdad pendant quelque temps. Comme de nombreux savants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhazes-arabe-abu-bakr-muhammad-ibn-zakariya-al-razi/#i_33557

THĀBIT IBN QURRA AL-ḤARRĀNĪ AL-ṢĀBI' (836-901)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 309 mots

Mathématicien, astronome, médecin et philosophe arabe, né en 836 en Syrie, mort en 901 à Bagdad. Al-Ṣābi’ Thābit ibn Qurra al-Ḥarrānī descend d'une riche famille d'Harrān, ville réputée être le siège d'un culte astronomique sémitique hellénisé dont Thābit serait membre. En prenant le nom de Sabéens, mentionné dans le Coran, ces adorateurs du dieu Lune se présentent comme appartenant au « peuple du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-sabi-thabit-ibn-qurra-al-harrani/#i_33557

ṬŪSĪ MUḤAMMAD IBN MUḤAMMAD NAṢĪR AL-DĪN AL- (1201-1274)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 791 mots

Philosophe, scientifique et mathématicien persan, né le 18 février 1201 à Ṭūs (Khūrāsān), mort le 26 juin 1274 à Bagdad. Naṣīr al-Dīn al-Ṭūsī, de son vrai nom Muḥammad ibn Muḥammad ibn al-Ḥasan al-Ṭūsī, commence son apprentissage à Ṭūs, où son père est juriste à l'école du douzième Imām, principale secte shī‘ite. Il termine cependant son éducation à Nīshāpūr, environ 80 kilomètres à l'est de la vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-ibn-muhammad-nasir-al-din-al-tusi/#i_33557

YA‘QŪBĪ AL- (mort en 897)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 540 mots

Écrivain arabe, historien et géographe, Ya‘qūbī appartient à une famille vouée par tradition à l'administration et au shī‘isme : un de ses ancêtres, préfet d'Égypte, paya de sa vie son attachement aux descendants de la famille d'‘Alī. Comme géographe, Ya‘qūbī paraît s'inscrire, à première vue, dans la lignée des géographes administrateurs inaugurée par Ibn Khurdādhbeh. Mais il la déborde considéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ya-qubi/#i_33557

YĀQŪT (1179 env.-1229)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 964 mots

Encyclopédiste arabe, né en territoire byzantin et capturé alors qu'il n'était encore qu'un enfant, Yāqūt se retrouve à Bagdad, où son maître lui fait donner une solide éducation avant de l'envoyer faire du négoce pour son compte dans les pays riverains du golfe Persique et en Syrie. Affranchi en 1199, Yāqūt partage son temps entre l'érudition et les voyages. Peu après la mort de son protecteur, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yaqut/#i_33557


Affichage 

Aire des polygones

dessin

emptynull 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Aire des polygones
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin