BALKHĪ AL- (850-934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Initiateur d'une géographie consacrée à la description prioritaire et quasi exclusive du monde de l'Islam, Abū Zayd Aḥmad ben Sahl al-Balkhī a été connu, à son époque, comme théologien et philosophe : il paraît avoir été mêlé de près aux controverses qui agitent le monde musulman de son temps, tiraillé entre l'« orthodoxie » sunnite et le shī‘isme. On nous le peint par ailleurs comme ayant reçu une formation très complète, englobant l'astronomie et l'astrologie, la médecine et les sciences de la nature.

C'est pourtant une autre œuvre, connue seulement par des citations épisodiques faites par ses successeurs, qui nous permet de nous faire une idée d'al-Balkhī : le Livre des configurations des provinces ou Livre de la disposition des pays, composé en 309 [920] (Kitāb Ṣuwar al-aqālīm, ou Kitāb Taqwīm albuldān). Cette œuvre essentielle se situe au carrefour de trois courants. Le premier est celui de la description, de l'image du globe terrestre, héritée de la Grèce, reprise et modifiée par Khuwārizmī et ses émules. L'image (ṣūra) ou plutôt les images (ṣuwar), comme dit le titre de l'ouvrage d'al-Balkhī, réfèrent à un atlas, dont l'idée et les techniques ont été mises à la mode par les savants du Bayt al-ḥikma, institut de recherche fondé par le calife ‘abbāside al-Ma'mūn. La géographie sera donc presque uniquement un recueil de cartes expliquées, le cas échéant, par un bref commentaire.

Mais quelles cartes ? Sans doute al-Balkhī reprend-il l'idée d'une peinture générale de la Terre, de ses mers, de ses montagnes et de ses fleuves. Mais tout cela ne constitue plus qu'un cadre d'ensemble ou une introduction : l'essentiel devient la peinture des pays d'Islam, jusque-là ébauchée. Innovation essentielle : le mot d'iqlīm ne signifiera plus « climat » au sens de la cartographie grecque, à savoir une des sept zones successives alignées parallèlement à partir de l'équateur ; à cette définition, jugée trop théorique, al-Balkhī en substitue une autre : l'iqlīm, ce sera désormais l'un des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALKHI AL- (850-934)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Littérature du Domaine (« mamlaka ») »  : […] strictement musulman. Le commentaire, très bref, qui accompagne les cartes devient, après al-Balẖī, l'objet premier du livre et se taille peu à peu la part du lion, avec al-Iṣṭaẖrī, qui le développe, puis voit son œuvre reprise à son tour et considérablement augmentée par Ibn Ḥawqal, tandis que le Palestinien al-Muqaddasī, à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_14678

IṢṬAKHRĪ AL- (déb. Xe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 518 mots
  •  • 1 média

Le seul événement qui nous soit connu de la vie de Iṣṭakhrī ou al-Fārisī est sa rencontre avec Ibn Ḥawqal, auquel il demanda de revoir et de développer son ouvrage, le Livre des routes et des royaumes (Kitāb al-masālik wa l-mamālik, éd. De Goeje, Leyde, 1927 ; éd. M. G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/istakhri-al/#i_14678

Pour citer l’article

André MIQUEL, « BALKHĪ AL- - (850-934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-balkhi/