Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROMAN, notion de

Après avoir défini la langue vulgaire, par opposition au latin, le mot « roman » désigne au xviie siècle des « histoires feintes d'aventures amoureuses, écrites en prose avec art, pour le plaisir et l'instruction des lecteurs ». (Pierre Daniel Huet, Traité sur l'origine des romans, 1670). Genre narratif comme l'épopée, le roman diffère de celle-ci par l'usage de la prose et par le traitement de sujets moins nobles. Protéiforme, il peut revêtir des apparences variées : épistolaire, picaresque, naturaliste, réaliste, etc. Le roman constitue en effet le support dont les contraintes formelles, à l'inverse du théâtre ou de la poésie, sont les plus souples, ce qui fera dire à André Malraux, dans L'Homme précaire et la littérature (1977), qu'il s'agit d'un « genre [...] vague, devenu moyen d'expression de ce qu'on appela longtemps la sagesse ».

Un genre protéiforme

L'art du roman, c'est d'abord celui d'inventer des regards et des voix. Car il s'agit de faire raconter des événements à travers le regard d'un narrateur qui dirige la conduite du récit. Si la première personne a très tôt été utilisée pour renforcer la perspective subjective ou pour lui donner les traits d'une autobiographie imaginaire, très souvent, aussi, le roman utilise la troisième personne. Il témoigne alors d'un souci de réalisme, d'objectivité. Enfin, plus rarement, le narrateur utilise la deuxième personne. Tel est le pari que réalise Michel Butor dans La Modification (1957), où le « tu » peut désigner à la fois le lecteur, héros malgré lui de la fiction, ou le dédoublement de la conscience du narrateur.

Le lecteur imagine donc les événements rapportés à travers les yeux d'un narrateur, qui peut intervenir ou feindre de ne pas intervenir dans le récit. Gérard Genette, dans Figures III (1972), nomme « focalisation zéro » ou « vision par derrière » le type de narration où toutes les informations nécessaires sont données, le plus souvent dans un souci réaliste. Les romans d'Honoré de Balzac (1799-1850) font souvent intervenir ce « narrateur omniscient » qui connaît à la fois l'apparence des choses et l'intériorité des êtres. La « focalisation interne », ou « vision avec », offre une narration dont les informations se limitent au point de vue du personnage. Dans Voyage au bout de la nuit (1932) de Louis-Ferdinand Céline, le lecteur voit la guerre à travers les yeux de Bardamu ; ce procédé permet à l'auteur de restituer l'impression de confusion et de désordre ressentis par les combattants. Enfin, la « focalisation externe », ou « vision du dehors », décrit une narration qui souffre d'un déficit d'informations, où le lecteur semble en savoir moins que le personnage, comme dans La Jalousie (1957) d'Alain Robbe-Grillet. Ces points de vue s'accompagnent d'un choix narratif entre « récit » et « discours ». Déterminé par Émile Benveniste dans Problèmes de linguistique générale (1966), le récit privilégie l'emploi de la troisième personne et celui du passé simple, temps plus « objectif » car coupé de l'instance énonciative. Le discours quant à lui utilise la première personne et le présent, ou le passé composé, temps du passé en lien avec l'instance énonciative.

Marcel Proust - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Marcel Proust

Hormis une voix, qui détermine avec le lecteur un rapport particulier, le roman construit une temporalité. Le temps narré n'est pas nécessairement linéaire. Retours en arrière, anticipations, ellipses sont autant de façons de briser la chronologie. La narration peut ainsi subir des décalages entre le temps de l'histoire et celui du récit, déterminant le « rythme » du roman. Mais, au-delà de ces techniques narratives, il est fréquent que le temps soit directement utilisé comme thème romanesque.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle

Classification

Pour citer cet article

Elsa MARPEAU. ROMAN, notion de [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Don Quichotte de la Manche</it> - crédits :  Bridgeman Images

Don Quichotte de la Manche

Marcel Proust - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Marcel Proust

Honoré de Balzac, A. Rodin - crédits : D. Greco

Honoré de Balzac, A. Rodin

Autres références

  • ROMAN D'AVENTURES

    • Écrit par Sylvain VENAYRE
    • 3 878 mots
    • 9 médias

    À la fin du xviiie siècle, une mutation remarquable vient affecter le genre du récit de voyage : alors que l’âge classique avait privilégié les connaissances rapportées par le voyageur, le nouveau récit s’organisa autour de la personnalité de ce dernier, de ses sentiments, des aventures survenues...

  • ROMAN FAMILIAL

    • Écrit par Catherine CLÉMENT
    • 847 mots

    C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus...

  • ROMAN HISTORIQUE

    • Écrit par Claude BURGELIN
    • 1 009 mots

    Le roman a toujours puisé dans l'histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner les prestiges du vraisemblable. Mais, en tant que genre spécifiquement déterminé, le roman historique a pris son essor — comme la plupart des formes romanesques — au xixe siècle, alors que la bourgeoisie...

  • ROMAN POPULAIRE

    • Écrit par Jean TULARD
    • 4 060 mots

    C'est au moment où la narration hésite entre différentes formes d'expression que s'effectue un retour aux sources populaires, à cette littérature qui privilégia l'imagination aux dépens de l'intelligence, le style direct contre le langage obscur, le respect des valeurs établies face à la remise en question...

  • ROMAN SENTIMENTAL

    • Écrit par Isabelle ANTONUTTI
    • 2 475 mots
    • 1 média

    En 2015, tandis que 12 p. 100 des Français se déclarent lecteurs de romans sentimentaux (Les Français et la lecture, mars 2015), Marc Levy est l’auteur français contemporain le plus lu dans le monde (sondage Opinionway, 18 mars 2015). Roman à l’eau de rose, littérature sentimentale, romance : voici...

  • GENRES LITTÉRAIRES, notion de

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 847 mots
    ...quadripartition aristotélicienne (dramatique haut, dramatique bas, narratif haut, narratif bas), il n'était presque rien dit du dernier terme (la parodie). Cette case demeurée vide semble faite pour accueillir le roman, qui n'est autre qu'une représentation d'actions de personnages inférieurs en mode narratif....
  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par Ivan CROUZEL, Dominique DARBON, Benoît DUPIN, Universalis, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Philippe-Joseph SALAZAR, Jean SÉVRY, Ernst VAN HEERDEN
    • 29 784 mots
    • 28 médias
    Le roman forme l'essentiel de l'activité littéraire. Le romancier afrikaner choisit, durant cette période, de donner à sa langue une dimension qu'elle ne possède pas encore. Il s'agit de produire, aussi rapidement que possible, l'équivalent d'une quelconque littérature romanesque européenne. Le roman,...
  • ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

    • Écrit par Nicole BARY, Claude DAVID, Claude LECOUTEUX, Étienne MAZINGUE, Claude PORCELL
    • 24 585 mots
    • 29 médias
    La première moitié du xxe siècle est, en Allemagne comme ailleurs, l'âge des sommes romanesques. Si certains, comme Heinrich Mann (1871-1950), s'en tenaient à l'image satirique et à la caricature, son frère Thomas (1875-1955) érigeait ses architectures savantes, où thèmes et leitmotive s'enchevêtrent...
  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    La publication, en 1922, de Ulysses changea radicalement la conception du roman. Joyce avait révélé les possibilités illimitées offertes par le jeu avec et sur le langage. Dès les années 1930, cependant, les romanciers anglais réagissaient contre les innovations de leurs grands prédécesseurs, pour en...
  • Afficher les 75 références

Voir aussi