ROMAN FAMILIAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus qui, pour Freud, est indispensable et constitue même la condition du progrès de la société. Le roman familial est une activité fantasmatique inconsciente qui se révèle à l'analyse et qui s'apparente au rêve diurne ; celui-ci, dit Freud « corrige l'existence » et vise deux objectifs, le désir et l'ambition, auxquels le roman familial satisfait lui-même : d'une part, en effet, il sépare, dans le fantasme, le père et la mère, permettant ainsi l'accomplissement d'une partie des désirs œdipiens ; d'autre part, il réalise les souhaits de réussite sociale (le roman familial consiste à s'inventer une autre famille que la sienne propre et à s'imaginer fils de prince, de roi, de riche, quand on est d'une famille modeste).

Le point de départ de ce processus est la compréhension par l'enfant de la différence des sexes et de ses conséquences : pater incertus, mater certissima, telle est la base sur laquelle l'enfant peut édifier le roman. Certes, il est fils de sa mère, mais son père ne peut être « le vrai ». Interviennent alors, pour déterminer la figure du père fantasmatique, des rencontres fortuites : l'enfant rencontre le châtelain, le propriétaire terrien, le personnage princier et, dépouillant son père de ses apanages paternels, il les projette sur le personnage rencontré. L'un des bénéfices secondaires de cette opération romanesque est d'ouvrir la possibilité d'incestes avec les sœurs éventuelles, qui, du même coup, sortent du réseau des interdictions sexuelles.

Le texte de Freud se termine par un renversement de perspectives : car, en fait, par ce processus, l'enfant élève ses propres parents, auxquels il emprunte des traits spécifiques qui se reportent sur les parents fictifs ; selon un mécanisme qui est constant dans l'inconscient et qui fait qu'un terme se retourne en son contraire, l'abaissement des parents réels s'inverse dans le roman familial en leur surestimation.

Otto Rank étend ce schéma à l'ensemble des mythes héroïques et Freud lui-même, lorsqu'il étudie dans Moïse et le monothéisme (1938) l'histoire familiale du prophète, se sert de la même analyse. On trouve en effet, dans l'histoire du héros sémite, deux structures familiales, l'une modeste, l'autre royale : Moïse a été sauvé des eaux, lui, fils d'une famille juive esclave, par une princesse égyptienne, fille de pharaon ; et c'est en prenant conscience de ses origines juives qu'il parvient à s'élever contre le pharaon et à sortir son peuple de l'esclavage. Mais ici le schéma est inversé, puisque la famille « fictive » est modeste et que tout se passe comme si l'on avait affaire à un roman familial à l'envers. Telle est bien, d'ailleurs, la conclusion que tire Freud : « La première famille, celle qui abandonna l'enfant, est certainement imaginaire ; c'est la seconde famille, celle où il fut élevé, qui est la vraie. » Par conséquent, Moïse n'était pas un Juif, mais un Égyptien, né dans une vraie famille royale, un chef égyptien qui se serait servi des Juifs comme d'une masse de manœuvre contre le pouvoir en place. Le roman familial est ainsi la pièce maîtresse de cette audacieuse hypothèse de Freud.

La théorie du roman familial en vient à gagner la critique littéraire. Marthe Robert, dans Roman des origines et origines du roman (1971), l'étend à tout le romanesque, chaque œuvre de ce genre littéraire étant un roman familial qui, peu ou prou, invente une famille fictive à la place de la vraie. Déjà Marthe Robert avait étudié dans ce sens Le Château de Kafka et Don Quichotte, dont les errements seraient une fiction « familiale » distordue. Mais c'est surtout par l'analyse des contes et des Märchen qu'elle vérifie la justesse de la conception freudienne. Dans la plupart de ceux-ci, en effet, se retrouve la structure de la double famille, qu' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification

Autres références

«  ROMAN FAMILIAL  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autobiographie et roman »  : […] Si l'on en croit Marthe Robert ( Roman des origine et origines du roman , 1972), le faiseur de roman, tout attaché qu'il est à composer l'intrigue de son « roman familial », ne serait qu'un autobiographe plus fabulateur que les autres. Bâtard ou enfant trouvé, le romancier « classique » serait le bricoleur astucieux d'une interminable autofiction. En ce sens, il révèle la complicité – que l'autob […] Lire la suite

LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean BELLEMIN-NOEL
  •  • 7 689 mots

Dans le chapitre « L'inconscient pour l'inconscient »  : […] Un léger retour en arrière nous conduit à prendre en considération une autre ligne des investigations de Freud en matière d'art. Sonder les grandes œuvres avec les outils de la psychanalyse donne parfois des informations sur l'esprit humain, plus particulièrement sur des constantes du comportement et des usages si fréquents, si répandus dans les différentes sociétés qu'on ne sait plus très bien di […] Lire la suite

NAISSANCE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 652 mots

Dans le chapitre « Mythes du héros et roman familial »  : […] Les représentations mythiques européennes concernant la naissance sont extrêmement nombreuses et par conséquent difficiles à appréhender et à ordonner. La classification la plus maniable adopte le schéma des rites de passage découvert et défini par A. Van Gennep. Les rites de passage comportent successivement les stades de séparation, de marge et d'agrégation et ont pour fonction de faire passer […] Lire la suite

ROBERT MARTHE (1914-1996)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 105 mots

Née à Paris dans une famille très modeste, remarquée par ses professeurs, Marthe Robert bénéficie, dès ses études secondaires, d'une bourse lui permettant de séjourner en Allemagne. La rencontre avec ce pays, sa langue et sa littérature est décisive pour l'orientation de sa vocation littéraire. Son premier livre publié est une Introduction à la lecture de Kafka (1946), un écrivain dont l'œuvre ti […] Lire la suite

VIEL TANGUY (1973- )

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 1 053 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une littérature du second degré »  : […] Loin de chercher à rivaliser directement avec la narration filmique et son point de vue naturellement extérieur, les romans de Viel s’appuient sur ce que le cinéma ne peut que difficilement imiter : une perspective singulière d’une part, celle de « l’après-coup »   ; la voix d’un narrateur, souvent grevée d’une insondable mélancolie d’autre part, celle d’un petit escroc floué par les événements qu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « ROMAN FAMILIAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-familial/