CÉLINE LOUIS-FERDINAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps après sa mort, Céline ne se laisse toujours pas ranger parmi ceux que l'on a coutume d'appeler les « classiques de notre temps ». Classiques et bien de notre époque, Camus, Malraux et Sartre – écrivains humanistes et mesurés dans leurs novations langagières – le sont depuis longtemps déjà. Giono, Gracq ou Yourcenar connaissent un même ennoblissement. Bataille même, et Artaud et Genet – hier encore clandestins et maudits – sont désormais édités dans une méticuleuse et officialisante intégralité. On a fini par amnistier, à titre posthume, Brasillach, Drieu et Pound ; on a même déterré Rebatet et Maurice Sachs. Tout Sade est en collection de poche. Céline, lui, continue de gêner : il pourrait bien être le dernier occupant de l'enfer littéraire.

Certes, depuis les années soixante-dix, universitaires et critiques, de droite et de gauche, de tradition et de modernité ont jeté sur lui un véritable dévolu – phénomène logique d'ailleurs : un auteur inclassable et insaisissable ne peut qu'engendrer les curiosités et les pulsions les plus diverses. Certes, il fut l'un des rares écrivains à connaître, de son quasi-vivant, les honneurs d'une intronisation dans ce panthéon littéraire que constitue la collection de la Pléiade, où il devrait, en trois tomes, faire pendant à À la recherche du temps perdu. Mais enfin, une partie décisive de son œuvre – les pamphlets – demeure sous le manteau. Mais enfin, même si l'on ne compte plus les ouvrages, les articles, les cahiers, les numéros spéciaux de revue qui lui sont consacrés, il faut bien reconnaître qu'il n'existe sur lui jusqu'à présent aucune monographie exhaustive ; la célèbre série des « Écrivains de toujours » ne le compte toujours pas parmi ses membres. Mais, surtout, l'attitude des lecteurs ne semble pas varier. Beaucoup continuent de le rejeter en raison soit de ses violences verbales, soit de ses outrances thématiques, soit de ses errements idéologiques, ou de ces trois faits réunis. D'autres l'adulent et voient en lui non seulement, avec Proust, le principal romancier français du xxe siècle, mais aussi l'un de ses témoins les plus authentiques : à une époque révulsée, ravagée par l'accélération de l'histoire et confrontée à ses propres abominations ne peut que correspondre un artiste brutal, excessif et irrationnel. Certains, enfin, tentant de faire la part des choses, admirent en lui le grand révolutionnaire du langage et de la narration, quitte à fermer un peu les yeux sur son idéologie sulfureuse, sur son antisémitisme de choc, et à donner une image tout à fait schizophrénique d'un écrivain clivé entre le bon docteur Destouches et le méchant Mr. Céline. C'est pourquoi il n'existe pas actuellement d'explicitation de « tout » Céline.

De Destouches à Céline

Louis, Ferdinand, Auguste Destouches – c'est à sa grand-mère maternelle, Céline Guillou, qu'il empruntera son nom de plume – naît le 27 mai 1894 à Courbevoie et cette origine ne sera pas sans conséquences sur son œuvre : tout comme la Provence chez Giono et le Bordelais chez Mauriac, la région, la faune et la langue parisienne seront les éléments fondamentaux de sa thématique et, pour une part, de son expression. Du côté paternel, Céline est issu d'une famille de petite noblesse normande, du côté maternel d'un milieu de petits artisans et commerçants bretons. Seul élément notoire de la généalogie, Auguste Destouches, le grand-père, s'est mêlé de belles-lettres et fut reçu à l'agrégation (ce représentant familial du bien-dire entre, peut-être, pour une part inconsciente, dans la subversion célinienne de la rhétorique et du style français traditionnels). Le père, quant à lui, Fernand Destouches, ancien maréchal des logis, petit employé d'une maison d'assurances et dessinateur satirique amateur, s'avère franchement médiocre et velléitaire ; son épouse, Marguerite, petite marchande de dentelles, est effacée et maladive.

Tout cela constitue un milieu tout petit-bourgeois prédisposant peu à l'éclosion d'un créateur de génie... Céline, dans Mort à crédit, transformera ce milieu en prolétariat sordide, exagérant les coups de gueule et de sang de son père, outrant le corps claudicant et souffrant de sa mère, noircissant les souvenirs d'une enfance prétendument martyre où alternent la dyspnée et la malnutrition (le passage Choiseul dans lequel il grandit n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  CÉLINE LOUIS-FERDINAND (1894-1961)  » est également traité dans :

CÉLINE LOUIS-FERDINAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 533 mots

27 mai 1894 Naissance à Courbevoie, en banlieue parisienne, de Louis Ferdinand Destouches, nom de baptême de Céline.1899 Sa famille s'installe passage Choiseul, à Paris. Elle y restera huit ans.1900 Exposition universelle de Paris.1912 S'engage pour trois ans dans un régiment de cuirassiers. […] Lire la suite

MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 169 mots
  •  • 1 média

Paru en mai 1936, Mort à crédit est le deuxième roman de Louis-Ferdinand Céline (1894-1961). Quatre ans plus tôt, ce médecin de banlieue, tard venu à l'écriture, avait créé l'événement littéraire avec Voyage au bout de la nuit. Ce livre coup de poing, d'une rare violence de ton et de vision, avait divisé les critiques. Beaucoup néanmoins y avaient vu un chef […] Lire la suite

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, Louis-Ferdinand Céline - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 069 mots
  •  • 1 média

Lancé en 1932 par le jeune éditeur Denoël, Voyage au bout de la nuit eut aussitôt sur la vie littéraire française l'impact d'une météorite et laissa la critique abasourdie. Ce gros roman touffu, témoignant d'une rare maîtrise d'écriture était l'œuvre d'un écrivain inconnu, n'ayant encore rien publié et dissimulé par un pseudonyme : le nom de Céline (1894-1961) cachait celui du […] Lire la suite

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] Quand on étudie comment les sociétés vivent, s'expriment dans le romanesque, il faut d'abord se garder de tout sociologisme. Nul roman, même l'œuvre de Balzac, ne donne du social une image innocente ou totale. La description sociologique due aux romanciers dépend du statut idéologique des groupes sociaux qu'ils mettent en scène. Stendhal se distingue d'un romancier « romantique » par la lucidité a […] Lire la suite

VITOUX FRÉDÉRIC (1944- )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 732 mots

La mémoire familiale joue un rôle particulièrement important dans l'œuvre de Frédéric Vitoux ; aussi se doit-on d'évoquer d'emblée les origines de cet écrivain, né à Vitry-aux-Loges (Loiret) le 19 août 1944, fils de Pierre Vitoux, journaliste au Petit Parisien , condamné à la Libération pour intelligence avec l'ennemi. Frédéric Vitoux est également le petit-fils de Georges Vitoux, bibliophile, jou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « CÉLINE LOUIS-FERDINAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ferdinand-celine/