Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORPHISME

Orphée - crédits : G. Mermet/ AKG-images

Orphée

L'orphisme est essentiellement un mouvement de protestation religieuse qui surgit dans la Grèce du vie siècle avant notre ère et se rattache à Orphée, le maître des incantations, l'enchanteur légendaire d'origine thrace. Par son genre de vie et par son système de pensée, ce mouvement sectaire se caractérise par un refus de l'ordre social solidaire du système politico-religieux organisé autour des Olympiens. Le mysticisme orphique n'est pas la quête d'un absolu sans référence historique : c'est une mise en question systématique de la religion officielle de la cité grecque. Vers la fin du ive siècle, l'orphisme se vide sans doute pour une part de sa vertu contestataire, il se transforme alors en un large courant de littérature philosophico-religieuse.

Les orphéotélestes

À première vue, les disciples d'Orphée paraissent aussi insaisissables que leur maître dont la biographie se perd dans le mythe. Les modernes en ont souvent conclu que l'orphisme était une religion sans culte et sans pratique, oubliant ainsi qu'un trait fondamental de celui qui pratique le genre de vie orphique (bios orphikos) est d'être d'abord un individu marginal, un errant séparé du corps social. Jusqu'à l'époque de Théophraste, les orphéotélestes – les initiateurs orphiques – se confondent plus ou moins avec ces purificateurs et ces devins ambulants voyageant de cité en cité et proposant aux hommes leurs recettes de salut, à la manière des démiurges qui, à l'époque archaïque, promènent par le monde leurs savoirs et leurs habiletés. Dans La République, Platon parle avec mépris de ces individus qui font état d'une foule de livres de Musée et d'Orphée, sur l'autorité desquels ils règlent leurs sacrifices, se flattant d'obtenir, pour les simples particuliers et même parfois pour des cités, « absolution et purification » de fautes et d'injustices anciennes. Mais ces disciples d'Orphée ne se présentent comme des purificateurs et des spécialistes de l'initiation que parce que leur genre de vie les qualifie singulièrement pour remplir ces fonctions.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Orphée - crédits : G. Mermet/ AKG-images

Orphée

Autres références

  • ASCÈSE & ASCÉTISME

    • Écrit par Michel HULIN
    • 4 668 mots
    • 1 média
    ...tradition dualiste de l'ascèse- purification et une tradition « réaliste » de l'ascèse comme retour à la nature. La première remonte au pythagorisme et à l' orphisme. C'est la tradition du corps-tombeau (sômasêma) à laquelle Platon a donné ses lettres de noblesse dans le Gorgias (492 a) et dans...
  • CATHARSIS

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 814 mots

    Dans sa Poétique, Aristote justifie la tragédie en lui attribuant un pouvoir de purification (katharsis) des passions du spectateur. Assistant à un tel spectacle, l'être humain se libérerait des tensions psychiques, qui s'extériorisent sur le mode de l'émotion et de la sympathie avec l'action...

  • CORPS (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 102 mots

    Durant plus de deux millénaires, dans le monde occidental, le corps n’a guère fait l’objet de réflexions philosophiques si ce n’est de façon négative, en tant qu’entité faisant obstacle aux intentions de l’âme. La religion orphique (liée au culte ésotérique d’Orphée), très présente dans la Grèce...

  • DIONYSOS, mythologie

    • Écrit par Marcel DETIENNE
    • 536 mots
    • 1 média

    Longtemps tenu pour un dieu étranger, venu de la Thrace, qui aurait été la patrie de l'orgiasme, introduit en Grèce par ses missionnaires et ses dévots, Dionysos est en réalité un dieu qui signifie l'ailleurs et qui désigne l'Autre. Étrange et familier, mais présent dans le panthéon...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi