PURISME, mouvement artistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le purisme est une doctrine esthétique formulée par les peintres Amédée Ozenfant et Charles Édouard Jeanneret (connu comme architecte, à partir de 1920, sous le pseudonyme de Le Corbusier), qui en ont fait connaître le programme au moyen d'un petit livre, Après le cubisme, publié au lendemain de l'armistice de 1918. Il est né d'une critique du cubisme et de son héritage sur fond d'une guerre, la première grande conflagration mondiale, qui s'est également jouée – et avec non moins de violence – sur le terrain des valeurs culturelles. Le cubisme s'est en effet trouvé au cœur d'une véritable bataille idéologique, déterminant deux attitudes possibles. Dénoncé dès avant la guerre comme fondamentalement étranger à la sensibilité française, il fera chez certains l'objet d'un rejet pur et simple, laissant la place au développement des tendances les plus réactionnaires : ce sera le « rappel à l'ordre » des années d'après guerre – au risque de voir l'art de Braque et de Picasso passé par pertes et profits du combat que la propagande du temps décrit comme celui des nations latines contre les peuples barbares. De leur côté, les défenseurs de l'avant-garde s'activent au contraire à une sorte de « nationalisation » du cubisme, présenté comme l'avatar moderne d'un esprit classique et méditerranéen qui se serait transmis à travers les âges jusqu'à Cézanne et ses héritiers. C'est dans le contexte de ce conflit d'idées, dont l'enjeu n'est ni plus ni moins que la sauvegarde des acquis de l'avant-garde et de son esprit de recherche, qu'Ozenfant et Jeanneret apportent leur réponse spécifique. L'originalité, cependant, de leur position dans le paysage artistique de l'après-guerre est encore source de difficultés d'interprétation ; le purisme constitue-t-il bien l'apport le plus engagé, malgré son ancrage dans des valeurs classiques, à la défense d'un esprit nouveau, ou n'est-il que la composante la moins nostalgique d'un phénomène général de retour à l'ordre ? Cette indétermination montre que le purisme a sans doute réussi à occuper un point d'équilibre, ou à trouver une seconde voie, entre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Grenoble-II-Pierre-Mendès-France

Classification


Autres références

«  PURISME, mouvement artistique  » est également traité dans :

CASSANDRE ADOLPHE JEAN-MARIE MOURON dit (1901-1968)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 598 mots

Dans le chapitre « Un architecte de l'affiche »  : […] L'Esprit nouveau, revue où Le Corbusier défend ses thèses « puristes » sur l'architecture moderne. Cassandre est, selon ses propres dires, très attentif aux recherches du grand architecte, notamment celles concernant les tracés régulateurs. Une seconde version d'Au Bûcheron paraît à l'occasion de l'Exposition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-jean-marie-mouron-dit-cassandre/#i_42202

LE CORBUSIER (1887-1965)

  • Écrit par 
  • Guillemette MOREL JOURNEL
  •  • 3 467 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorisation et médiatisation de l’architecture moderne »  : […] le cubisme, et fondèrent un nouveau mouvement artistique : le purisme. Comme son nom l’indique, il s’agissait de dépasser ce courant par un retour à un ordre classique, avec des compositions frontales de sujets dénués de pathos. Dans les récits mythifiés qu’il donnera de sa vie, Le Corbusier présentera La Cheminée (1918) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-corbusier/#i_42202

MEIER RICHARD (1934-    )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 728 mots
  •  • 2 médias

Parmi les « stylistes » du prestige moderne, l'architecte Richard Meier, né à Newark (New Jersey) en 1934, lauréat du prix Pritzker (1984), a conquis une place de premier plan. En 1963, il visite l'exposition consacrée par le musée d'Art moderne de New York aux dessins et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-meier/#i_42202

OZENFANT AMÉDÉE (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 268 mots

Après avoir suivi les cours de l'école de dessin de Saint-Quentin, Ozenfant vient à Paris pour y apprendre l'architecture. Il fonde avec Max Jacob et Apollinaire la revue L'Élan pour établir une liaison avec les artistes et le front (1915-1917). En 1917, il rencontre Charles-Édouard Jeanneret, le futur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedee-ozenfant/#i_42202

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnauld PIERRE, « PURISME, mouvement artistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/purisme-mouvement-artistique/