PURISME, mouvement artistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture puriste

La solidarité avec l'esprit moderne, l'empathie avec l'âge de la machine n'impliquent pas que le peintre puriste soit tributaire de sujets modernes. Représenter des machines conserverait l'art dans une sorte de contingence nuisible à la recherche du général et du permanent. La peinture puriste, comme la peinture cubiste avant elle, sera essentiellement une peinture d'objets quotidiens, une peinture de natures mortes. Son répertoire se met progressivement en place au cours des années 1919 et 1920 : instruments de musique (violon, guitare), livres, pipes et contenants manufacturés divers (verres, cruches, carafes, assiettes). Ces objets sont d'abord choisis pour leur haut degré de « sélection mécanique », équivalent de la sélection naturelle, selon Ozenfant et Jeanneret, dans le monde des artefacts. La nécessité d'adaptation optimale à leur fonction leur a fait trouver une perfection qui favorise la recherche des lois et de l'invariant chez le peintre qui s'inspire de leur forme. Ozenfant et Jeanneret organisent ces objets sur la surface de la toile en respectant une structure géométrique forte, le plus souvent orthogonale, et font parfois usage de tracés régulateurs. Pour leur représentation, ils s'inspirent visiblement des techniques du dessin industriel ou du dessin d'architecture, recourant à l'axonométrie et aux juxtapositions de profils et de vues en plan (Ozenfant, Le Violon jaune, 1919, musée d'Art moderne de la Ville de Paris). Rapidement, les compositions deviennent plus complexes : les objets s'imbriquent comme les pièces d'un jeu de construction, ou glissent les uns sous les autres, entraînant des difficultés croissantes de lecture. Leurs plans transparents se superposent, s'intercalent, se rabattent ou se dédoublent selon des axes de symétrie arbitraires, jouent sur une fausse profondeur optique. Dès lors, l'identification des objets en tant que tels a moins d'importance que la perception du tout organique qu'ils composent, et de l'architecture dans laquelle ils s'insèrent.

Ozenfant et Jeanneret élaborent à partir d'eux un répertoire de formes standardisées qui débouche sur la constitution d'un vocabulaire de signes-objets favorisant le jeu des permutations, les réemplois de formes d'une œuvre à l'autre ; un pot blanc qui apparaît chez Ozenfant en 1921 se retrouve ainsi dans de nombreux autres tableaux jusqu'en 1925 (Nature morte, 1925, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris). La facture est toujours aussi précise et anonyme que possible ; elle met en valeur les propriétés géométriques des objets à travers leurs contours. Ces derniers sont souvent polyvalents, une même courbe pouvant dessiner la panse d'un vase et le galbe d'une guitare, une même droite pouvant matérialiser l'axe commun à plusieurs objets. Il faut sans doute y voir un principe d'économie formelle, qui commande aussi l'usage polysémique de certains objets, comme chez Jeanneret où – non sans humour – le sommet d'une pile d'assiettes, rabattu contre le plan du tableau, figure également la rosace d'une guitare située immédiatement derrière elle (Nature morte au livre et à la pile d'assiettes, 1920, Museum of Modern Art, New York). Ces calembours visuels ne sont pas toujours anodins, ils entrent aussi dans la constitution d'une iconographie ambivalente, où se rejoignent les composantes paradoxales, à la fois modernes et passéistes, de l'esthétique puriste : il en va ainsi du motif de certaines bouteilles dont les profils peuvent s'interpréter soit comme les dents d'un engrenage, soit comme les cannelures d'un tambour de colonne antique (Maroc, 1919, Kunstmuseum, Bâle). La couleur, dont les puristes se méfient du pouvoir destructeur, se limite à une palette de tons sourds et terreux, d'ocres et de teintes pastels, définissant ce qu'ils nomment la « grande gamme », « forte, stable, donnant de l'unité, tenant le plan de la toile », qui sera également celle de Jeanneret, devenu Le Corbusier, pour la polychromie de son architecture.

Mais c'est sans doute en la personne de Fernand Léger que le purisme a trouvé à la fois un de ses meilleurs interprètes et le principe de son dépassement. Ses natures mortes montrent certains partis pris comparables à ceux d'Ozenfant et de Jeanneret, notamment dans l'identification de la structure de l'œuvre à celle des objets, qui s'encastrent dans une gr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Grenoble-II-Pierre-Mendès-France

Classification

Autres références

«  PURISME, mouvement artistique  » est également traité dans :

CASSANDRE ADOLPHE JEAN-MARIE MOURON dit (1901-1968)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 598 mots

Dans le chapitre « Un architecte de l'affiche »  : […] A.M. Cassandre, de son vrai nom Adolphe Jean-Marie Mouron, est né à Kharkov, dans une famille française de négociants, installée en Russie. En 1915, il revient en France, et, à partir de 1918, il étudie la peinture chez Lucien Simon, puis à l'académie Julian, à Paris. En 1919, il se classe troisième d'un concours d'affiches organisé par Michelin ; ce qui l'encourage à persévérer dans ce registre, […] Lire la suite

LE CORBUSIER (1887-1965)

  • Écrit par 
  • Guillemette MOREL JOURNEL
  •  • 3 467 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorisation et médiatisation de l’architecture moderne »  : […] C’est à Paris qu’il fallait s’installer. Les premiers temps furent difficiles : sans commande, Le Corbusier s’improvisa entrepreneur et ses affaires ne furent guère florissantes. Mais il rencontra rapidement celui qui allait infléchir sa vie et son œuvre : le peintre Amédée Ozenfant (1886-1966). Bien qu’il n’ait qu’un an de plus que le Suisse, il jouera un rôle de mentor décisif pour ce dernier. […] Lire la suite

MEIER RICHARD (1934- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 728 mots
  •  • 2 médias

Parmi les « stylistes » du prestige moderne, l'architecte Richard Meier, né à Newark (New Jersey) en 1934, lauréat du prix Pritzker (1984), a conquis une place de premier plan. En 1963, il visite l'exposition consacrée par le musée d'Art moderne de New York aux dessins et maquettes de Le Corbusier, événement qui devait décider de l'orientation de sa carrière. Il allait peu à peu, dans son activité […] Lire la suite

OZENFANT AMÉDÉE (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 268 mots

Après avoir suivi les cours de l'école de dessin de Saint-Quentin, Ozenfant vient à Paris pour y apprendre l'architecture. Il fonde avec Max Jacob et Apollinaire la revue L'Élan pour établir une liaison avec les artistes et le front (1915-1917). En 1917, il rencontre Charles-Édouard Jeanneret, le futur Le Corbusier. Ils publient en commun, en 1918, Après le cubisme , ouvrage qui décrit sous le no […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Arnauld PIERRE, « PURISME, mouvement artistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/purisme-mouvement-artistique/