ESPRIT NOUVEAU L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il est vrai que Vers une architecture, publié en 1923 par Le Corbusier, aura été le livre le plus influent de toute l'histoire de l'architecture moderne, il ne faut pas oublier qu'il est constitué d'une série d'articles parus dans la revue L'Esprit nouveau, non moins prestigieuse.

Cet organe, rendu célèbre par le pavillon du même nom construit par Le Corbusier à l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, en 1925, dirigé d'abord officieusement, puis officiellement, par ce même architecte (il signe alors Charles-Édouard Jeanneret) et Amédée Ozenfant, paraît en vingt-huit livraisons, d'octobre 1920 à la fin de 1924. À l'exception d'un numéro (26) consacré à Guillaume Apollinaire, chaque livraison comporte des articles de critique artistique, littéraire et musicale, d'esthétique, d'architecture, parfois de politique générale, de science, des comptes rendus, une revue des revues, des listes de livres et de revues, des « échos » artistico-mondains dans les premiers numéros, des coupures de presse politique dans les deux derniers, et de très nombreuses reproductions en noir et blanc (sans compter une en couleurs dans presque chaque numéro) de tableaux ou sculptures dont l'ensemble reconstituerait assez facilement un album du goût « moderne — expressément cubiste — des directeurs » (Françoise Will-Levaillant).

Malgré la diversité des sujets traités dans L'Esprit nouveau, la cohésion de tous les articles est assez stupéfiante, lancinante même, pour qu'il faille insister sur cette configuration idéologique. La trame de ce discours d'ordre encyclopédique (L'Esprit nouveau dit le « vrai » sur tous les sujets, que ce soit le cirque, la politique ou la typographie), fondé sur un ensemble de notions vagues (ordre, économie, organisation, instinct et conscience, structure, système, langage, sensation, etc.) appliquées programmatiquement à tous les objets et champs analysés, date en fait de la constitution par Ozenfant et Jeanneret (en 1918) du purisme, mouvement pictural dont ils sont les deux seuls représentants et qui visait à une récupération classicisante du cubisme, gouvernée par de soi-disant lois fondamentales, intemporelles. Cette origine picturale du fond idéologique de L'Esprit nouveau permet de mesurer ce que Le Corbusier doit à Ozenfant (tous deux furent des peintres médiocres), mais aussi de déchiffrer l'incongruité de certaines thèses architecturales. Le cubisme de Braque et Picasso est repoussé pour son manque d'adhérence à l'époque industrielle (selon le principe très critiquable de l'unité d'une époque), mais encore parce qu'il n'est pas assez « pur » (pas assez épuré). Ozenfant et Jeanneret lui opposent leurs natures mortes d'objets standard, si parfaits dans leur design que leur forme devait être immuable. Cette conception influera sur toute la logorrhée architecturale de Le Corbusier.

C'est dans L'Esprit nouveau en effet que celui-ci allait développer ses théories sur l'urbanisme : la machine à habiter, le pavillonnaire, la géométrie, etc. On sait la qualité et l'importance de son architecture, pendant ces années 1920 et 1930. Son travail théorique, quant à lui, fait osciller le lecteur entre le plaisir qu'engendrent ses inventions d'écriture, ses collages logiques, et une véritable nausée devant tout l'aspect réactionnaire de son discours qui servira de garantie moderniste aux architectes « rationalistes » du fascisme italien.

Mais L'Esprit nouveau n'est pas qu'une revue d'architecture. Sa relative « nouveauté » tient sans doute à ce qu'il y fut proposé un concept global de modernité. Avant que Le Corbusier ne dirige la revue (Paul Dermée, dadaïste prudent, assumait cette tâche pour les premiers numéros), la poésie, la danse et la musique y occupaient une beaucoup plus large part que le domaine de la construction. Cependant, cette dissémination même du champ d'application d'une esthétique proprement moderne, par sa volonté totalisatrice, entraîne un certain nombre de contradictions qu'un discours idéaliste de l'ordre vient masquer : on parle d'« âme », du rôle élitiste de l'artiste, d'invariants formels à travers les âges — c'est tout le thème soi-disant platonicien qu'y décrypte Reyner Banham —, on propose une hiérarchie des sens qui correspondrait à une hiérarchie sociale, etc. Quant à l'appel positiviste à la science, il n'est là que pour dissimuler une profonde répulsion devant les perturbations historiques ; les textes de psychologie et d'esthétique expérimentale que publie L'Esprit nouveau renvoient d'ailleurs à l'impondérable émotion tout ce qu'ils ne peuvent quantifier.

En bref, L'Esprit nouveau est sans doute l'une des rares revues françaises d'avant-garde qui se soit à ce point située dans l'histoire culturelle : on se choisit des maîtres (le Greco, Seurat, Cézanne, etc.), on critique vivement les autres mouvements plus enclins à la table rase (Dada et De Stijl ne sont pas ménagés), Le Corbusier parle des cathédrales et des temples grecs sur les façades desquels il découvre ses trop fameux « tracés régulateurs ». Mais cette prise en compte de l'histoire n'est là que pour l'exclure. Outre le fait que Le Corbusier est un très mauvais historien, comme le montre R. Banham, il ne conçoit la nouveauté de son « esprit » que dans le sens d'un blocage de l'histoire. La pérennité fantasmatique de son système (un corps de lois immuables qui régiraient l'art et la vie quotidienne pour l'éternité) est commune à tous les académismes. Là n'est pas la modernité de cette revue, si contradictoire sous des apparences d'homogénéité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESPRIT NOUVEAU L'  » est également traité dans :

BLOC ANDRÉ (1896-1966)

  • Écrit par 
  • Jean-Étienne GRISLAIN
  •  • 645 mots

« Un ingénieur de l'École centrale qui lit L'Esprit nouveau . » Cette formule résumerait assez bien la personnalité d'André Bloc en 1921, date à laquelle, ayant obtenu son diplôme d'ingénieur, il entre en relation avec quelques grands noms de l'architecture de ce début du xx e  siècle : Auguste Perret, Henri Sauvage, Frantz Jourdain. André Bloc semble animé d'une passion qui dictera sa conduite to […] Lire la suite

LE CORBUSIER (1887-1965)

  • Écrit par 
  • Guillemette MOREL JOURNEL
  •  • 3 467 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorisation et médiatisation de l’architecture moderne »  : […] C’est à Paris qu’il fallait s’installer. Les premiers temps furent difficiles : sans commande, Le Corbusier s’improvisa entrepreneur et ses affaires ne furent guère florissantes. Mais il rencontra rapidement celui qui allait infléchir sa vie et son œuvre : le peintre Amédée Ozenfant (1886-1966). Bien qu’il n’ait qu’un an de plus que le Suisse, il jouera un rôle de mentor décisif pour ce dernier. […] Lire la suite

OZENFANT AMÉDÉE (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 268 mots

Après avoir suivi les cours de l'école de dessin de Saint-Quentin, Ozenfant vient à Paris pour y apprendre l'architecture. Il fonde avec Max Jacob et Apollinaire la revue L'Élan pour établir une liaison avec les artistes et le front (1915-1917). En 1917, il rencontre Charles-Édouard Jeanneret, le futur Le Corbusier. Ils publient en commun, en 1918, Après le cubisme , ouvrage qui décrit sous le no […] Lire la suite

PURISME, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 3 262 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'influence du purisme »  : […] Ozenfant et Jeanneret ont su donner au purisme une tribune dont peu de mouvements artistiques ont bénéficié au cours de leur histoire, en créant une revue, L'Esprit nouveau , qui eut vingt-huit numéros entre octobre 1920 et janvier 1925 – longévité et régularité assez exceptionnelles pour une revue d'avant-garde à cette époque, comme la cohérence et la qualité de ses contenus. L'Esprit nouveau , q […] Lire la suite

STYLE 1925

  • Écrit par 
  • Yvonne BRUNHAMMER
  •  • 4 661 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Exposition des arts décoratifs »  : […] C'est la première fois qu'une manifestation consacrée à l' art décoratif a lieu en France. Le xix e  siècle avait organisé des confrontations internationales des « produits de l'industrie », destinées à stimuler la création et à informer la société nouvelle née du développement industriel. L'art y était associé, ainsi que les « beaux-arts appliqués à l'industrie », qui reflètent la crainte des art […] Lire la suite

Les derniers événements

14 juillet 2020 France. Entretien télévisé du chef de l'État.

Le « nouveau chemin » présenté par le chef de l’État bénéficiera d’un plan de relance d’« au moins 100 milliards d’euros ». Celui-ci sera principalement affecté à la lutte contre l’« augmentation massive du chômage » et au financement de la transition écologique qui doit permettre à la France de « redevenir une grande nation industrielle ». Le chef de l’État réaffirme sa volonté de maintenir une politique économique de l’offre, de ne pas augmenter les impôts et de poursuivre les réformes dans un esprit de « concertation ». […] Lire la suite

11 mars 2019 Iran. Condamnation de la défenseuse des droits humains Nasrin Sotoudeh.

Notamment connue pour avoir défendu des femmes qui refusaient de porter le hijab en public, elle a déjà été condamnée à onze ans de prison en janvier 2011, avant d’être graciée en septembre 2013, puis de nouveau arrêtée en juin 2018. En octobre 2012, le Parlement européen lui a décerné le prix Sakharov « pour la liberté de l’esprit ». […] Lire la suite

19-25 septembre 2014 France. Annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'U.M.P.

qu'il propose de « transformer de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d'un nouveau et vaste rassemblement qui s'adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd'hui à la moindre réalité ». L'élection est prévue en novembre. Le 21, Nicolas Sarkozy est l'invité du journal télévisé de France 2. […] Lire la suite

5-8 avril 2004 France. Mise en place de la politique du nouveau gouvernement

Le 5, à la suite de sa reconduction à la tête du gouvernement, Jean-Pierre Raffarin prononce une déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale. Reconnaissant « des erreurs » et « des lenteurs », il défend son bilan, affirme son intention de garder « le cap de la réforme [...] juste » et annonce diverses mesures – relèvement du S.M. […] Lire la suite

30 mars - 1er avril 2004 France. Désignation d'un troisième gouvernement Raffarin

apparaissent majoritaires au sein du nouveau gouvernement. Le 1er avril, lors d'une intervention télévisée, Jacques Chirac demande au gouvernement d'avoir « plus que jamais à l'esprit une exigence fondamentale qui est la justice sociale » et d'en faire le « passage obligé » de toutes ses actions. Il annonce la suspension de la réforme de l'aide spécifique de solidarité, qui pénalisait les chômeurs en fin de droits; il déclare renoncer à recourir à la procédure des ordonnances pour réformer la Sécurité sociale; enfin, il annonce sa volonté de voir réglés les problèmes des chercheurs et des intermittents du spectacle. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « ESPRIT NOUVEAU L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-esprit-nouveau/