Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHÉNOMÉNOLOGIE

Edmund Husserl

Edmund Husserl

« Pour une part essentielle, la phénoménologie assume, en notre siècle, le rôle même de la philosophie » (Jean-Luc Marion). Si elle a pu assumer ce rôle, c'est grâce à l'œuvre de Husserl. L'expression elle-même fut forgée par Johann Heinrich Lambert (1728-1777) pour désigner la doctrine de l'apparaître, pour autant qu'elle se distingue de l'être même. En s'adossant au travail de Kant, Hegel fut le premier philosophe à envisager la possibilité d'une phénoménologie qui aurait pour tâche d'étudier systématiquement les figures phénoménales de la conscience que l'esprit doit parcourir pour s'élever au savoir absolu. Sa Phénoménologie de l'esprit(1807) se présente comme « science de l'expérience de la conscience », dans laquelle chaque figure, par le fait de parvenir à la pleine compréhension de soi, se dépasse dans la figure suivante.

C'est en un tout autre sens que la phénoménologie husserlienne peut être dite « science de l'expérience de la conscience ». L'expérience est ici celle de la conscience intentionnelle considérée sous ses multiples formes. De cette expérience subjective peut-il y avoir science, et science rigoureuse ? L'idée husserlienne de la phénoménologie a trouvé sa première expression canonique dans les Recherches logiques, dont la première édition a paru en 1900-1901. Un simple regard sur le paysage intellectuel du xxe siècle confirme que Husserl n'avait pas tort de les présenter, dans un projet de préface rédigé en 1913, comme un « ouvrage de percée » qui marque moins une fin qu'un commencement.

De la première génération des disciples de Husserl jusqu'à aujourd'hui, les penseurs qui se réclament du geste fondateur husserlien, n'ont cessé de s'interroger sur la nature exacte de cette percée, et de tenter de dire en quoi ce commencement consiste. Dès 1925, Heidegger ramène cette percée à trois découvertes fondatrices : l'intentionnalité (thème remis en valeur dès 1874 par la Psychologie d'un point de vue empirique de Franz Brentano, en qui Husserl reconnaît un précurseur), l'intuition catégoriale, qui exige d'élargir le domaine de l'intuition au-delà de la sphère de l'expérience sensible, et qui conduit au « principe des principes » de la phénoménologie : l'intuition donatrice originaire comme source ultime de toute connaissance ; enfin l'a priori, interprété dans un sens proche et distinct de Kant.

Malgré l'influence considérable exercée par Husserl, le courant de pensée qui se réclame de lui ne constitue pas une « école » au sens strict. Son originalité tient au fait que la phénoménologie propose « moins une doctrine qu'une méthode capable d'incarnations multiples et dont Husserl n'a exploité qu'un petit nombre de possibilités » (Paul Ricœur, À l'école de la phénoménologie, 1987). La réinvention permanente des fondements est l'expression d'une fidélité créatrice à la pensée de Husserl, qui « a abandonné en cours de route autant de voies qu'il en a frayées. Si bien que la phénoménologie au sens large est la somme de l'œuvre husserlienne et des hérésies issues de Husserl » (ibid.).

Husserl

Les « Recherches logiques »

C'est dans les Recherches logiques (1900-1901), « ouvrage inaugural », que le projet et les thèses essentielles de la phénoménologie sont exposés pour la première fois ; leur portée excède donc largement ce qui en fait l'objet principal : le problème du statut d'une logique pure comme théorie de la science. Husserl y déploie d'abord une critique du psychologisme, qui a fait date. Les concepts, jugements, raisonnements dont la logique se préoccupe sont des réalités psychiques ; or, puisque tout travail sur une matière présuppose la [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé et docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Edmund Husserl

Edmund Husserl

Michel Henry

Michel Henry

Autres références

  • ACTE, philosophie

    • Écrit par Paul GILBERT
    • 1 282 mots
    ... est une herméneutique (Jean Greisch), c'est-à-dire une lecture de nos actions affectives et rationnelles en lesquelles l'être, ou l'acte, s'expose. La phénoménologie contemporaine insiste semblablement sur un acte originaire, sur un apparaître qui se livre ou se « donne » dans l'apparence (Jean-Luc...
  • ALTRUISME

    • Écrit par Guy PETITDEMANGE
    • 3 328 mots
    • 1 média
    Indétachable de la tradition phénoménologique (Husserl, Heidegger) mais aussi de la tradition juive pharisienne, la pensée de Levinas se développe non pas à partir d'une déception de la raison, mais d'une sorte de désaveu de son désir premier, celui de l'absolument autre, « le désir métaphysique »....
  • ANIMALITÉ

    • Écrit par Florence BURGAT
    • 7 682 mots
    • 9 médias
    C'est à la phénoménologie qu'il revient d'avoir ouvert la voie la plus féconde dans la compréhension de la singularité de la vie animale, en ruinant, par le type même des questions qu'elle pose, cette ontologie renversée qui, pour la métaphysique, qualifie l'animalité. C'est, entre autres, pour ne pas...
  • ANTHROPOLOGIE ET ONTOLOGIE

    • Écrit par Frédéric KECK
    • 1 255 mots

    Si l’anthropologie s’est définie contre la métaphysique classique en remplaçant un discours sur Dieu comme fondement de toutes choses par un discours sur l’homme comme sujet et objet de connaissance (Foucault, 1966), elle a renoué depuis les années 1980 avec l’ontologie, définie comme un...

  • Afficher les 101 références

Voir aussi